Monde

L'avenir de l'Église en Afrique est-il prometteur ?

Le continent africain connaît des situations de sécularisation avancée, et la question se pose de savoir si l'Église sera capable de résister à ces vents froids qui soufflent sur l'Afrique.

Martyn Drakard-17 août 2021-Temps de lecture : 4 minutes
nairobi

Photo : Murad Swaleh / Unsplash

Il y a près d'un an et demi, lorsque les premiers cas de Covid-19 ont commencé à apparaître, le lundi matin, le principal titre d'un journal de Nairobi, faisant référence à une réunion en plein air de pentecôtistes bondée la veille, s'exclamait en caractères gras "Agents de la mort". Depuis lors et jusqu'à aujourd'hui, les églises et les mosquées ont été soit complètement fermées, soit ouvertes à un tiers de leur capacité. Les services ont été diffusés sur Internet. L'année dernière, les écoles ont été fermées pendant de nombreux mois. Cela signifie que les élèves des écoles catholiques ont été privés des sacrements et des cours de religion. Au lieu de cela, ils ont été davantage exposés aux réseaux sociaux et autres, dont certains sont assez dommageables - et, oui, les réseaux sociaux sont aussi répandus dans les centres urbains d'Afrique que partout ailleurs dans le monde. 

Lorsque les choses redeviendront ce qu'elles étaient avant la pandémie, si c'est le cas, les jeunes reviendront-ils dans les églises avec le même intérêt et la même ferveur qu'avant ?

À la différence de l'Europe ou de l'Amérique, où l'Église a toujours été ouverte aux fidèles, l'Afrique est un cas d'ouverture-fermeture-ouverture-ouverture-fermeture depuis les temps apostoliques, mais au cours de ces 2000 ans, l'Église a toujours gardé la lumière de la foi allumée quelque part sur le vaste continent.

Comme nous l'a rappelé saint Jean-Paul II dans L'ecclésia en Afrique (30-37), les débuts remontent à Saint Marc l'Évangéliste, et malgré la pression et l'avancée de l'Islam, ils ont laissé des communautés florissantes en Égypte et en Éthiopie jusqu'à nos jours, et en Nubie (Soudan actuel) jusqu'au XVIIe siècle.

La deuxième phase s'est déroulée à la fin des 15e, 16e et 17e siècles, avec les voyages d'exploration portugais vers la côte ouest et l'établissement d'un royaume chrétien dans ce qui est aujourd'hui la République démocratique du Congo - une histoire fascinante en soi - mais qui a pris fin au 18e siècle. Et sur la côte est, où François Xavier a célébré la messe sur son chemin vers l'Inde, et les 300 martyrs africains et portugais de Mombasa dont la cause est actuellement étudiée. Une autre histoire émouvante. À cette époque, les premiers huguenots néerlandais et français étaient arrivés au Cap pour s'y installer.

Le dernier chapitre se déroule au 19e et au début du 20e siècle, lors de l'immense déferlement missionnaire à l'intérieur du continent, dont l'élan se fait encore sentir. Le flux de missionnaires s'est presque tari et l'Église n'est pas seulement entre les mains du clergé local, mais l'Afrique exporte du clergé pour remplir les paroisses vacantes dans une Europe fortement sécularisée.

La question qui se pose maintenant est la suivante : l'Église peut-elle résister au vent froid de la sécularisation qui souffle sur l'Afrique, d'abord dans les grands centres urbains et très rapidement partout ailleurs ?

La population africaine est jeune et curieuse du monde extérieur, notamment des nouveaux gadgets et de la technologie, ce qui la place au même niveau que les jeunes du monde entier et, espèrent-ils, si possible, même en avance sur eux. Le contenu des médias sociaux échappe à la portée et au contrôle des parents, même des meilleurs d'entre eux, et peut diluer les valeurs et la sagesse que les parents ont transmises ; ajoutez à cela la pression des pairs.

Le pape Jean-Paul II en a parlé il y a près de 30 ans en mettant en garde contre "les séductions matérialistes de toutes sortes, une certaine sécularisation et une agitation intellectuelle provoquée par une avalanche d'idées insuffisamment critiques diffusées par les médias".

Et le pape François, rencontrant les jeunes Ougandais à Kampala le 28 novembre 2015, dans le même esprit, a piqué leur conscience en les mettant en garde contre la peur d'aller à contre-courant, de céder à des gratifications et à des consommations étrangères aux valeurs les plus profondes de la culture africaine. Que diraient les martyrs ougandais du mauvais usage de nos médias modernes, où les jeunes sont exposés à des images et des visions déformées de la sexualité qui dégradent la dignité humaine, provoquant tristesse et vide ?

Cependant, le pape Jean-Paul II avait une grande foi en l'Afrique. Dans Ecclesia in Africa, n. 42, il louait les Africains pour leur "profond sens religieux, un sens du sacré..." (que des philosophes et théologiens africains tels que le protestant John Mbiti et le regretté Père Charles Nyamiti avaient analysé et acclamé). Le Pape poursuit : "...de l'existence de Dieu Créateur et d'un monde spirituel. La réalité du péché sous ses formes individuelles et sociales est très présente dans la conscience de ces peuples, tout comme le besoin de rites de purification et d'expiation".

Jusqu'à ce que Covid-19 change les choses, les jeunes Africains ont voyagé plus que jamais en dehors de l'Afrique et ont été exposés et familiarisés avec d'autres "valeurs" et "styles de vie", ou du moins l'ont-ils lu sur les médias sociaux. Qu'en est-il d'eux ? Ont-ils été irrémédiablement affectés ? Ou le bon sens, la pression des parents et de la famille élargie et l'expérience de la vie leur permettront-ils de se diriger dans la bonne direction une fois qu'ils auront arrêté de tourner ?

Une petite anecdote pourrait peut-être nous donner une indication. Le fondateur et président de la société kenyane des athées a tout laissé entre les mains d'un successeur et a rejoint un groupe de chrétiens évangéliques, réalisant que c'était là qu'était sa place depuis toujours !

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.