TribuneJosé Carlos Martín de la Hoz

Les 500 premières années de l'Évangile aux Philippines

En 1521, il y a cinq cents ans, la première messe a été célébrée aux Philippines, amorçant un processus d'évangélisation qui allait porter de grands fruits, tant dans ce pays qu'ailleurs en Asie et dans le monde. L'auteur explique la signification historique de cette date.

1er mai 2021-Temps de lecture : 3 minutes

Le 31 mars 1521, dimanche de Pâques, la première messe a été célébrée aux Philippines et, depuis lors, la Parole de Dieu s'est répandue dans ces îles, aux générations successives et dans les terres d'Extrême-Orient, jusqu'à nos jours. Les paroles de l'Écriture Sainte ont été accomplies à la lettre : "C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez". (Lc 6,43), car il n'y a pas seulement des communautés fidèles de Philippins dans l'archipel, mais dans le monde entier, qui évangélisent tant de nations par leur exemple et leur parole. 

Le pape François a voulu s'associer à la joie de toute l'Église par une célébration eucharistique solennelle dans la basilique Saint-Pierre le 14 mars. Dans son homélie, il a voulu souligner deux caractéristiques majeures de cette tâche d'évangélisation, qui a impliqué toute l'Église d'Espagne.

Tout d'abord, il a évoqué la joie et la confiance en Dieu, qui font partie de l'Évangile de Jésus-Christ et qui se sont enracinées dans l'âme du peuple philippin : "Vous avez reçu la joie de l'Évangile : Dieu nous a tant aimés qu'il a donné son Fils pour nous. Et cette joie se voit dans votre peuple, dans vos yeux, vos visages, vos chants et vos prières".. Il a immédiatement souligné comment l'appel de Jésus-Christ à prêcher à toutes les nations a été rapidement relayé par le peuple philippin, qui est devenu dès le début le peuple missionnaire d'Asie, et a exprimé sa gratitude : "Je veux vous remercier pour la joie que vous apportez au monde entier et aux communautés chrétiennes".

(Photo CNS/Cristian Gennari)

La cérémonie dans la basilique Saint-Pierre a été marquée par deux événements très significatifs : les représentants de l'Église des Philippines se sont rendus en pèlerinage à Rome avec le Santo Niño de Cebu et avec la croix processionnelle qu'ils ont emmenée aux Îles de Magellan. L'évangélisation de ces îles se caractérise par la promotion des dévotions et de la piété populaire : dévotions à la Vierge dans toutes les villes, à saint Joseph, aux saints, ainsi que la constitution de confréries. La croix processionnelle de Magellan est un geste de gratitude envers l'Espagne et, en particulier, envers le Patronato de Indias, qui a mobilisé les moyens matériels et les personnes pour apporter la foi aux Philippines en envoyant des missionnaires du clergé régulier et séculier, et des œuvres d'art, retables, orfèvrerie, pour décorer dignement les premiers temples chrétiens, ainsi que la construction d'hôpitaux, d'orphelinats et de maisons de retraite. De même, le nom de Magellan rappelle les marins espagnols qui ont mené les navires vers ces terres lointaines et qui, grâce à Legazpi et Urdaneta, ont trouvé les courants marins qui ont permis d'ouvrir une route maritime du Mexique à Manille en 1565.

Dès lors, l'évangélisation prend un nouvel élan et des missionnaires de différents ordres religieux arrivent d'Espagne, via le Mexique : les Augustins, qui en 1572 avaient déjà construit leur premier couvent à Manille, et en 1579, les Franciscains. En 1579, le premier siège épiscopal est érigé à Manille et le premier évêque de l'archipel, le dominicain Fray Domingo de Salazar, est consacré. 

Enfin, les Jésuites arrivent dans l'archipel. À la fin du XVIe siècle, on compte près de 500 missionnaires de différents ordres travaillant aux côtés des prêtres du clergé séculier. La méthode d'évangélisation qu'ils ont suivie était la même que celle qui avait été utilisée en Amérique des années auparavant : l'appel des douze apôtres, qui consistait à apprendre la langue des autochtones et leurs coutumes et à leur parler directement de Jésus-Christ et de sa doctrine salvatrice, et enfin à les inviter à croire en lui et, s'ils le faisaient, à se préparer à recevoir le baptême puis les autres sacrements. Au milieu du 17e siècle, les Philippines comptaient deux millions de chrétiens autochtones.

En 1987, le pape Jean-Paul II, dans son Exhortation pastorale Redemptoris missio, les différentes étapes de l'évangélisation jusqu'à l'établissement de l'Église diocésaine, l'application des décrets tridentins, la mise en place des synodes diocésains et des premiers séminaires diocésains. 

Les hauts fonctionnaires qui gouvernaient ces terres - vice-rois, présidents des Audiencias, gouverneurs - étaient sélectionnés par le Conseil des Indes parmi des personnes honnêtes et de bon niveau intellectuel et, après quelques années, ils revenaient en Espagne après avoir subi ce que l'on appelle le jugement de résidence. Grâce à ces mécanismes et à d'autres expériences incorporées dans les lois des Indes, il faut reconnaître que ce fut une colonisation beaucoup moins controversée que la colonisation américaine.

D'autre part, les lois des Indes sont appliquées selon l'esprit du testament d'Isabelle la Catholique, et les indigènes sont traités comme de véritables hommes libres et sujets de la couronne de Castille, évangélisés selon les exigences de la donation du pape Alexandre VI dans les Bulles. Inter Coetera 1503 aux Rois Catholiques. Enfin, un autre jalon de l'évangélisation des Philippines, en continuité avec celle de l'Amérique, a été l'érection précoce (1611) de l'université de Santo Tomas de Manille, signe de l'importance accordée à l'enseignement universitaire et à l'alphabétisation.

L'auteurJosé Carlos Martín de la Hoz

Membre de l'Académie d'histoire ecclésiastique de Madrid.

Lire la suite
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.