Évangile

Préparer la bonne terre. 15e dimanche du temps ordinaire (A)

Joseph Evans commente les lectures du 15e dimanche du temps ordinaire et Luis Herrera donne une courte homélie vidéo.

Joseph Evans-13 juillet 2023-Temps de lecture : 2 minutes

La parabole de la semence et du semeur est l'une des paraboles les plus connues et les plus imagées du Christ. Le fait qu'il en propose une exégèse claire, ce qu'il n'avait pas l'habitude de faire, y contribue.. "Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles. Jésus a utilisé des paraboles à la fois pour révéler et pour voiler partiellement son message. Ainsi, il a raconté plusieurs paraboles sur le royaume parce qu'il ne voulait pas être trop clair alors que le peuple juif de l'époque était obsédé par un royaume politique et territorial, alors qu'il voulait mettre l'accent sur un royaume spirituel et universel. C'est pourquoi Jésus dit : "pour les étrangers, tout est présenté en paraboles, afin qu'ils aient beau regarder, ils ne voient pas, qu'ils aient beau entendre, ils ne comprennent pas".. En d'autres termes, pour ceux qui sont disposés à comprendre, les paraboles apportent beaucoup de lumière et un enseignement vivant et imagé : "Le mystère du royaume de Dieu vous a été donné.Mais pour ceux qui sont fermés à la grâce de Dieu, son sens reste caché.

Dans cette parabole que l'Église nous propose dans l'Évangile d'aujourd'hui, la réalité et même le risque de la liberté sont fortement soulignés. 

Quiconque a l'idée stupide que tout le monde va automatiquement au paradis n'a ni lu ni compris cette parabole, et encore moins la parabole suivante de ce chapitre (Mt 13), qui parle de l'ivraie brûlée dans un feu éternel.

La semence exprime les différentes réponses possibles à la parole et à l'invitation du Christ. Il sème généreusement, abondamment ; sa grâce est disponible pour tous. Mais les gens la reçoivent ou la rejettent de différentes manières. 

La semence peut être mangée par les oiseaux (le diable et ses sbires), ne pas prendre racine à cause de la superficialité et de la mollesse, ou être étouffée par les épines de la richesse et des préoccupations terrestres. 

Voici les trois principales façons dont les âmes ne répondent pas à la grâce de Dieu. Un rejet immédiat : la semence ne prend même pas racine, tant l'âme est endurcie et fermée aux réalités spirituelles. Un rejet dans un deuxième temps, dans le cas d'âmes faibles, sans racines, qui ne peuvent croire que dans les bons moments, mais qui retombent à chaque épreuve. Peut-être le danger qui nous guette le plus : l'étouffement lent et subtil de la foi, lorsque notre âme est progressivement étranglée par le désir de richesses et de biens, ou par les problèmes et les soucis de la vie. 

Mais il y a une autre voie possible : recevoir la semence dans une bonne terre et porter du fruit. Cette bonne terre, ce sont les vertus acquises, la bonne connaissance de notre foi et les habitudes de prière. Combien est important le rôle des parents pour aider à créer cette bonne terre chez leurs enfants, où la semence peut s'enraciner et s'épanouir. Mais même parmi les bonnes âmes, la réponse peut varier, "trente, soixante ou cent pour cent". Ayons l'ambition de porter le plus de fruits possible, par des œuvres d'amour concrètes et par la croissance de notre vie de prière.

Homélie sur les lectures du 15e dimanche du temps ordinaire (A)

Le prêtre Luis Herrera Campo offre ses nanomiliaUne courte réflexion d'une minute pour les lectures de ce dimanche.

Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.
Bannières publicitaires
Bannières publicitaires