Les enseignements du Pape

Le chemin sûr des Béatitudes

Ce mois de mai a été passé dans plusieurs pays européens coïncidant avec la deuxième partie de l'enfermement de Covid-19. Pendant cette période, nous avons tous - en particulier les victimes de la pandémie et leurs familles - été accompagnés par les prières et les enseignements du Pape. 

Ramiro Pellitero-1er juin 2020-Temps de lecture : 5 minutes

Parmi ces enseignements, nous mettons ici en évidence la catéchèse sur les Béatitudesqui a été achevé en mai dernier. Ils le sont, dit Francisco, "le chemin de la joieUn chemin beau et sûr pour comprendre le bonheur que le Seigneur nous propose.

Béatitudes, carte d'identité du chrétien

Les Béatitudes, a souligné le Pape au début de sa catéchèse, sont les plus importantes des Béatitudes. sont la carte d'identité du chrétien, "parce qu'ils délimitent le visage de Jésus lui-même, son mode de vie".. C'est un message adressé aux disciples, mais à l'horizon de la foule, c'est-à-dire de l'humanité entière. 

Tout comme Moïse a promulgué "la Loi" des commandements sur le mont Sinaï, sur cette nouvelle "montagne" (terrain un peu élevé près du lac de Génésareth), Jésus proclame ces "commandements nouveaux", qui sont plutôt au nombre de huit les chemins du bonheur.

Chacun d'entre eux commence par l'exhortation "Bienheureux" (qui signifie béni), suivie de la situation dans laquelle ils se trouvent et de la raison pour laquelle ils sont effectivement bénis : à cause d'un don de Dieu qu'ils reçoivent (un futur passif est souvent utilisé : ils seront réconfortés, satisfaits ou pardonnés, ils seront enfants de Dieu, etc.), précisément dans cette situation humainement difficile ou coûteuse. Ils impliquent donc un paradoxe ou une contradiction.

Pour être les pauvres de l'esprit est la condition humaine

Dans la première béatitude, selon l'Évangile de saint Matthieu, elles sont présentées, les pauvres en esprit. Ce sont - souligne Francisco - "ceux qui sont et se sentent pauvres, mendiants, au plus profond de leur être".. Vraiment, tout le monde devrait se rendre compte que c'est "radicalement incomplète et vulnérable".. En outre, nous devons rechercher la pauvreté - le détachement des biens matériels, en n'utilisant que le nécessaire - afin d'être vraiment libres avec le Christ et comme Lui.

Ils sont bénis soient ceux qui pleurent Le Pape note que ce n'est pas tant pour avoir "échoué" que pour ne pas avoir "suffisamment aimé" Dieu ou les autres. C'est là, observe le pape, que la "cadeau des larmes et la beauté du repentir. Dieu pardonne toujours, mais c'est nous qui sommes fatigués de demander le pardon, nous nous refermons sur nous-mêmes et ne voulons pas être pardonnés. C'est pourquoi nous devons nous ouvrir à sa miséricorde et à sa compassion et apprendre de lui afin de traiter les autres de la même manière : "aimer avec le sourire, avec la proximité, avec le service et aussi avec les larmes"..

En prêchant qu'ils sont bénis soient les douxJésus nous montre sa propre douceur, notamment dans sa passion. Dans les Écritures, la douceur est liée à l'absence de terre, car cette dernière est souvent source de conflits. Jésus promet aux doux "hériteront de la terre".car cette terre nous est présentée comme un don de Dieu qui préfigure la "nouvelle terre" définitive qu'est le Ciel.  

C'est pourquoi François fait remarquer que la personne douce n'est pas celle qui se contente et ne fait pas d'effort, mais l'inverse : celle qui défend "la terre" de sa paix, de ses rapports avec Dieu. Et c'est pourquoi "Les personnes douces sont des personnes miséricordieuses, fraternelles, confiantes et pleines d'espoir".. En revanche, celui qui se met en colère perd la paix et le contrôle, perd sa relation avec ses frères et sœurs et perd l'unité avec eux. La douceur est donc une "terre à conquérir" : la "terre" de la paix et de la fraternité. 

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car c'est un besoin aussi vital et quotidien que la nourriture. La faim de justice dans le cœur humain est le reflet de l'aspiration à la justice plus profonde qui vient de Dieu (cf. Mt 5,20 ; 1 Co 1,30). De là naît le désir d'union avec Dieu, l'inquiétude et le désir ardent de le connaître et de l'aimer (cf. Ps 63, 2 ; St. Augustin, Confessions 1, 1, 5). Un désir qui est aussi au cœur de tout désir d'amour et de tendresse.

Nous sommes tous appelés - et peut-être la crise pandémique que nous vivons peut-elle nous ouvrir les yeux à ce sujet - à découvrir ce dont nous avons réellement besoin, les biens qui nous sont essentiels et les autres choses secondaires dont nous pouvons nous passer. 

Nous ne pouvons pas nous permettre d'être sans pitié

La sixième béatitude -Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.- est la seule dans laquelle la cause et le fruit du vrai bonheur coïncident. Et ce, parce que, observe le successeur de Pierre, "La miséricorde est le cœur même de Dieu". (cf. Lc 6,37 ; Jc 2,13 ; et surtout Mt 6,12-15, Catéchisme de l'Église catholique, 2838).

 D'après notre expérience, le pardon est parfois aussi difficile pour nous que pour ceux qui... "escalader une très haute montagne".C'est impossible sans l'aide de Dieu. Mais nous devons être miséricordieux, pardonner, être patients. Eh bien, en considérant ce qu'est le pardon de Dieu pour nous, sa miséricorde, nous pouvons apprendre à être miséricordieux (cf. Lc 6, 36).

Le site miséricordeFrancisco affirme une fois de plus, est le centre de la vie chrétienne", "le seul véritable but de tout cheminement spirituel", "l'un des plus beaux fruits de la charité", "le seul véritable but de tout cheminement spirituel", "l'un des plus beaux fruits de la charité". (cf. St Jean Paul II, Dives in misericordia; Francisco, Misericordae Vultus y Misericordia et misera; Catéchisme de l'Église catholique, 1829).

A ce stade, Francisco se souvient de sa première Angelus en tant que Pape : "Ce jour-là, j'ai ressenti si fortement que c'est le message que je dois donner, en tant qu'évêque de Rome : miséricorde, miséricorde, s'il vous plaît pardonnez".. Et maintenant il ajoute : "La miséricorde de Dieu est notre libération et notre bonheur. Nous vivons de la miséricorde et nous ne pouvons pas nous permettre d'être sans miséricorde : c'est l'air que nous respirons".

La septième béatitude relie la pureté du cœur l'espace intérieur où l'homme est le plus lui-même - à la vision de Dieu. La raison en est que la source de l'aveuglement est un cœur insensé et terne qui ne laisse aucune place à Dieu. Ce n'est que si ce cœur est libéré de ses illusions qu'il peut "voir" Dieu, même d'une certaine manière dans cette vie : reconnaître sa providence et sa présence, surtout dans les frères et sœurs les plus nécessiteux, dans les pauvres et dans ceux qui souffrent. Mais nous ne devons pas oublier que c'est l'œuvre de Dieu en nous, qui se sert aussi des purifications et des épreuves de cette vie. 

La paix du Christ ; pas de fausses assurances

La dernière béatitude a trait à Paix qui est le fruit de la mort et de la résurrection du Seigneur. La paix n'est donc pas simplement la tranquillité intérieure d'une conscience assoupie. La paix du Christ, en revanche, nous fait sortir de notre torpeur. fausses assurances pour nous amener à cette paix que Lui seul peut nous donner. C'est la paix incarnée dans les saints qui ont toujours trouvé de nouvelles façons d'aimer. C'est la voie du bonheur. 

Dans la dernière béatitude, le royaume des cieux est promis à ceux qui sont persécutés pour la justice, c'est-à-dire pour avoir cherché une vie selon Dieu, même s'ils rencontrent le rejet et l'opposition de ceux qui ne veulent pas quitter le péché et les "structures du péché" (idolâtrie de l'argent, avidité, corruption, etc.). 

Mais attention, nous prévient Francisco, cela ne signifie pas qu'il faille se laisser emporter par une une victime qui s'apitoie sur son sort ; car parfois, c'est nous-mêmes - les chrétiens - qui sommes coupables d'être méprisés parce que nous avons abandonné le véritable esprit du Christ. En revanche, saint Paul était heureux et joyeux d'être persécuté (cf. Col 1, 24). Suivre le chemin de Jésus-Christ conduit à la joie la plus grande et la plus vraie, soutenue et conduite par l'Esprit Saint.

Le Pape a également souligné - à un autre moment - que la pandémie a pu nous apprendre que "il n'y a pas de différences ou de frontières entre ceux qui souffrent : nous sommes tous fragiles, égaux et précieux".. Et c'est pourquoi il est déjà "Il est temps d'éliminer les inégalités, de réparer l'injustice qui mine la santé de toute l'humanité". (Homélie du dimanche de la Miséricorde, 19-IV-2020).

Lire la suite
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.