La théologie du 20ème siècle

Jean Paul II, in memoriam. Une élection surprise

Après un Jean-Paul I très bref, serein, simple et jovial, mais conscient de la gravité des problèmes et manquant de santé, vint Jean-Paul II, sain et sportif, avec de la bonne humeur et du sang-froid, une grande foi et une piété qui lui venait naturellement. 

Juan Luis Lorda-7 avril 2020-Temps de lecture : 7 minutes
Jean Paul II.

Le sentiment que tout doit tomber dans l'Église a été la première chose qui a brisé cette phrase du discours inaugural du pontificat : "N'ayez pas peur, ouvrez les portes au Christ". (22-X-1978). Cet appel n'a pas été largement remarqué ou compris à l'époque, mais il s'est avéré être un tournant dans la tendance à la baisse de l'ère post-conciliaire et a ouvert un horizon d'espoir et de jeunesse, qui devait se développer au cours des 26 années suivantes du pontificat. Cette phrase allait devenir la devise du pontificat, comme le souligne l'hymne Je n'ai pas peur, que Marco Frisina a composé pour la béatification.

Avec ces mots, quelque peu solennels et poétiques, comme il l'aimait, Jean-Paul II s'est adressé, en premier lieu, aux systèmes politiques et économiques, surtout aux sociétés marxistes, mais aussi aux sociétés libérales, pour leur demander d'accepter le message du Christ. Tel était le programme du pontificat : ne pas avoir peur de proposer le salut du Christ, l'Évangile, à tous les hommes. Être clair sur sa valeur et, par conséquent, sur la mission de l'Église, sa force et sa justification dans le monde moderne. C'était aussi la justification de sa propre mission dans le monde, celle du Pape, qui n'est pas seulement un vestige vénérable d'époques révolues qui attire les touristes à Rome, comme les Musées du Vatican ou le Forum romain. Jean-Paul II s'est senti investi d'une mission, celle de l'Église, avec son message pour tous les peuples, et avec le renouveau et l'urgence que le Concile Vatican II lui avait donnés. Il était accompagné d'une conviction et d'une santé qui soulignaient sa proposition. Plus tard, il a perdu sa santé, mais il n'a pas perdu sa conviction.

Jean-Paul II a été élu pape le 15 octobre 1978, à l'âge de 58 ans. Il était dans la fleur de l'âge, fort, sympathique et déterminé. Il était originaire d'une Pologne qui était alors largement séparée du reste de l'Europe par le rideau de fer et soumise à un régime communiste clair et sévère. C'est peut-être pour cela qu'il ne figurait pas sur la liste des "papables". Je me souviens que, lorsque le cardinal Felici a prononcé son nom sur la place Saint-Pierre, personne ne savait qui il était et sa photo n'était pas dans les journaux. De plus, comme il a essayé de prononcer Wojtyła avec un accent polonais, le "l" barré étant un "u", le nom n'était pas reconnaissable dans les listes. À côté de moi, quelqu'un a fait remarquer que ce devait être du swahili et a cherché parmi les cardinaux africains. L'élection a été une surprise totale et chaque étape ultérieure a été une nouvelle surprise : les gestes, les thèmes, le style, les propositions. En presque 26 ans, il ne s'est pas arrêté et ne s'est pas laissé faire. 

Qui il était

Bien qu'il ne fasse pas partie des favoris, il était connu des cardinaux électeurs et certains l'avaient remarqué. Il avait brillé lors du récent synode sur l'évangélisation et la catéchèse. Il avait participé à la rédaction de l'encyclique Humanae vitaeLe pape Paul VI (1968), et l'avait défendu lors de diverses conférences dans le monde. Et il avait prêché les Exercices spirituels à Paul VI peu de temps auparavant (1975). Il est question de sa promotion par le cardinal de Vienne de l'époque, Franz König.

Il avait certainement un profil intéressant. Il avait participé à la réalisation de Gaudium et spes du Concile Vatican II (1962-1964), bien qu'il en soit l'un des plus jeunes évêques. Il avait une solide formation et un fort penchant intellectuel, ayant été professeur d'éthique à Lublin, et ayant promu plusieurs revues de pensée chrétienne et personnaliste. Mais il était aussi un pasteur dans une situation difficile et avait promu la pastorale de Cracovie au milieu d'un régime communiste. Ceux qui étaient au courant savaient qu'il était intervenu dans des questions difficiles au sein de l'Église de Rome. Il savait comment bouger en public. Il n'était pas du tout timide. En outre, il possédait des dons naturels de sympathie, d'esprit de décision et de capacité de dialogue. Il avait une capacité étonnante pour les langues. Il pouvait converser en français, anglais, allemand, espagnol et italien, en plus de sa langue maternelle, le polonais. Et il a adoré ça. 

Un pontificat long et intense

Dès le début, ce fut une surprise en termes de style et d'initiative. Le style est venu de l'intérieur. Les papes changent de nom pour exprimer le nouveau statut qu'ils acquièrent. Karol Wojtyla a changé de nom, mais il a assumé sa mission, sans cesser d'être lui-même. Au contraire, il était sûr - il l'a écrit - d'avoir été choisi pour développer ce qu'il avait en lui. Quel pape aurait osé écrire des livres aussi personnels sur sa vie et sa pensée comme : Franchir le seuil de l'espoir ; Don et mystère; Debout, allons-y.; y Mémoire et identitéen plus des poèmes ? 

Il ne s'agissait pas d'événements personnels. Il avait vécu de nombreux carrefours de l'Église dans l'histoire. Il avait dû vivre sous les régimes totalitaires nazi et communiste, il avait dû expliquer aux jeunes la morale de l'Église, en particulier la morale sexuelle, et il avait dû chercher des voies de conscience personnelle dans son enseignement universitaire de l'éthique et de la morale. Il avait aussi dû défendre Humanae vitaeLa façon dont elle impliquait une idée de la sexualité et de l'être humain, une anthropologie chrétienne. 

Son sang-froid, fondé sur de fortes convictions et des expériences de foi, s'est avéré extrêmement précieux dans une période d'incertitude. Il a abordé toutes les questions difficiles, l'une après l'autre, avec une patience et une ténacité vraiment étonnantes et caractéristiques de son caractère. Et, en même temps, avec une aisance caractéristique. Ce n'était pas un homme tendu. Il se donnait le temps d'étudier et de faire étudier les sujets et il aimait en discuter. Cela pourrait les retarder, mais ils sont arrivés au port l'un après l'autre. Il suffit de penser au Catéchisme de l'Église catholique. Lorsqu'elle a été proposée, beaucoup pensaient qu'il s'agissait d'une tâche impossible.

Il n'avait pas peur des questions épineuses. Il en a affronté beaucoup, très conscient de sa mission. Il a réuni des évêques de pays en difficulté ou de congrégations en difficulté. Il est intervenu dans les grandes questions internationales et a multiplié l'activité diplomatique du Vatican en faveur de la paix et des droits de l'homme. Cela s'est accompagné d'un grand nombre d'initiatives doctrinales, de voyages constants et de visites dans les paroisses de Rome et des diocèses italiens. Parce qu'il était aussi évêque de Rome et primat d'Italie.

Il a été un protagoniste évident de la dissolution du communisme en Europe de l'Est. C'était aussi miraculeux que la chute des murs de Jéricho, mais cela impliquait aussi une activité diplomatique consciente et intense et un soutien moral fort et explicite à ses compatriotes dans l'union. Solidarité. Un soutien qui n'était pas émotionnel et opportuniste, mais basé sur les principes de justice sociale et de dignité humaine. Et cela lui a valu une attaque qui a clairement fait de lui un partageur de la croix.

Il ne cesse de proclamer des principes moraux et leurs applications pratiques (défense de la vie et de la famille, doctrine sociale, interdiction de la guerre), qu'ils soient ou non politiquement corrects. Elle s'est résolument opposée à la guerre du Golfe. Il s'est opposé aux régimes sandiniste et castriste et a canalisé la théologie de la libération. Il a fait mener une enquête approfondie sur l'affaire Galilée. Pour préparer le tournant du millénaire, il a voulu purifier la mémoire historique et a demandé le pardon pour les échecs de l'Église et les péchés des chrétiens. Il voulait une plus grande transparence dans les affaires du Vatican. Dès le début, il a encouragé le dialogue œcuménique avec les protestants et les orthodoxes. Et il a fait des gestes inédits avec les Juifs, qu'il appréciait sincèrement, mais aussi avec les représentants des autres religions, qu'il a réunis pour prier ensemble. 

Un style et une conscience

Tout autant que son humeur, son sang-froid était frappant. Toute autorité consciencieuse ressent le poids de sa fonction. C'est pourquoi il doit aussi garder ses distances. Jean Paul II ne s'est jamais reposé de sa fonction. Il le portait toujours. Il l'a exercé jour après jour, devant le monde entier. Il recevait régulièrement des invités à la messe du matin et à sa table, au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner, ainsi que de nombreux publics. Il cherchait constamment à rencontrer des gens et sautait souvent le protocole, tout naturellement. Il n'était pas un homme de la curie et n'était pas attiré par la paperasserie. Il l'a confié à ses subordonnés. Et là, peut-être, certaines choses ont glissé entre les mailles du filet.

Il était convaincu que sa mission était de transmettre l'Évangile tel qu'il est, un témoignage personnel, et qu'il devait le faire avec l'ensemble de l'Église. D'où l'importance des voyages et des rencontres, qui semblaient au départ anecdotiques et qui sont pourtant une des clés du pontificat. Il a rassemblé des millions de personnes pour prier, écouter l'Évangile ou célébrer l'Eucharistie. Certains rassemblements ont été les plus importants jamais enregistrés dans l'histoire de l'humanité. Mais plus important encore, il s'agissait d'un exercice privilégié de son ministère papal, qui a produit un impact visible d'unité et de renouveau dans toute l'Église à un moment difficile.

Le principe selon lequel l'Eucharistie construit l'Église s'est réalisé sous tous les yeux. Après tant de divisions et d'incertitudes, l'Église s'est rassemblée sur tous les continents autour du successeur de Pierre pour manifester sa foi, célébrer le mystère du Christ et accroître son unité dans la charité. De nombreux évêques et prêtres ont retrouvé l'espoir, la joie et l'envie de travailler. Les témoignages sont innombrables, tout en suscitant une vague de vocations sacerdotales. 

Un homme de foi

Il a donné un témoignage constant et naturel de piété et de foi. Tout le monde le voyait parler avec foi dans la doctrine de l'Église, avec foi aussi dans les documents du Concile, dans lesquels il voyait le chemin de l'Église qu'il devait suivre. Il avait une doctrine qui avait mûri en profondeur, avec son esprit intellectuel soucieux, depuis qu'il était professeur d'université, d'établir un dialogue évangélisateur avec le monde moderne. Il avait également une expérience pastorale et un intérêt évident pour les jeunes et leurs préoccupations. A partir de là, il a consciencieusement développé la doctrine matrimoniale et sociale chrétienne. Et la relation entre la foi et la raison.

On l'a vu prier continuellement, année après année. C'est particulièrement vrai pour ceux qui l'ont côtoyé aux différentes étapes de sa vie, qui ont laissé des témoignages unanimes et d'innombrables anecdotes. Quand ils le voyaient si souvent à la chapelle les soirs de ces voyages épuisants. Par-dessus tout, le pape Jean-Paul II a gouverné l'Église en priant. Il n'était pas un gestionnaire des affaires ecclésiastiques. Il ne cherchait pas l'efficacité dans le bureau, mais dans la chapelle. On l'a vu célébrer l'Eucharistie avec intensité et concentration à Rome, en privé et en public. Des millions de croyants l'ont vu lors de ses voyages et à la télévision. Surtout dans ses rencontres joyeuses avec des centaines de milliers de jeunes dans le monde entier.

On l'a vu aussi se rendre personnellement, avec la prestance et la conscience de foi qui le caractérisent, dans les forums internationaux et aussi dans le dialogue avec les grandes autorités du monde, pour proposer la foi de Jésus-Christ, avec la conviction qu'elle est un sauveur pour tous les peuples et toutes les cultures. On l'a vu s'opposer à toute guerre et à toute violence, et défendre la vie humaine du début à la fin, ainsi que la dignité humaine en toutes circonstances. Tout cela a fait partie de l'histoire, et tout le monde a pu le voir.

Il a laissé un nombre remarquable de documents, couvrant tous les aspects de la vie de l'Église. Il a laissé un catéchisme, qui constitue un jalon dans son histoire. Et le Code de droit canonique renouvelé. Il a laissé de nombreux écrits personnels lumineux. Et, surtout, l'empreinte personnelle d'un homme de foi et de prière. Et il a rempli la mission qu'il croyait lui-même avoir assumée, avec sa conscience providentielle, pour entrer avec l'Église dans le troisième millénaire, en "franchissant le seuil de l'espérance".

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.
Bannières publicitaires
Bannières publicitaires