Culture

Pablo DelclauxLa propriété des églises génère 2,17% du PIB et 225 000 emplois".

Nous avons interviewé Pablo Delclaux, qui travaille au bureau du patrimoine de la Conférence épiscopale espagnole.

Javier García-5 août 2022-Temps de lecture : 3 minutes

La sous-commission épiscopale pour le patrimoine culturel de la Conférence épiscopale espagnole organise chaque année, au mois de juin, une conférence sur le patrimoine culturel. les journées du patrimoine. Elles s'adressent aux délégués diocésains, aux économes, aux directeurs de musée, c'est-à-dire aux gestionnaires du patrimoine ecclésiastique. Nous nous sommes entretenus avec l'un des organisateurs de la rencontre, Pablo Delclaux, qui est également le secrétaire technique de la sous-commission épiscopale pour le patrimoine de la CEE.

Du 27 au 30 juin, la Conférence sur le patrimoine culturel, consacrée au patrimoine ecclésiastique et au développement local, s'est déroulée à Barbastro. Quelles idées retiendriez-vous des réflexions de ces journées ?

- Le thème de cette année est une conséquence de la dépopulation de certaines régions d'Espagne. Nous avons cherché comment le patrimoine ecclésiastique peut contribuer à la croissance de ces localités et l'utilisation qui peut être faite de ce patrimoine afin qu'il ne se détériore pas.

J'insiste sur le fait qu'en Espagne, nous avons beaucoup de patrimoine et que, compte tenu de la situation actuelle, il n'est pas facile à gérer. Il n'est pas facile de généraliser les solutions étant donné les différences entre une ville et une autre. Par exemple, certains endroits accueillent des visiteurs et des touristes et pour d'autres, c'est presque impossible. 

Les paroisses, les diocèses et les ordres religieux, les institutions privées (hôtellerie, restauration, artisanat) et les organismes publics doivent unir leurs forces pour trouver la meilleure solution pour chaque site. 

En Espagne, apprécions-nous le patrimoine culturel que nous possédons ?

- Nous avons beaucoup de patrimoine, mais peut-être ne l'apprécions-nous pas à sa juste valeur. Dans d'autres pays, ils y attachent plus d'importance, peut-être parce qu'ils en ont moins et y attachent plus d'importance. Dans chaque coin d'Espagne, nous avons des merveilles de la plus haute qualité. 

La mentalité française et italienne est plus décorative et détaillée, tandis qu'en Espagne nous sommes plus austères. De manière générale, l'art italien est très théâtral, l'art français est très élégant, l'art allemand est très dramatique. L'art espagnol se caractérise par la profondeur de sa signification. Cela signifie que nous avons un art avec beaucoup de contenu, bien qu'il ne soit pas si décoratif. Il me semble que nous pourrions être plus conscients de la signification de notre patrimoine, nous nous concentrons davantage sur la forme et moins sur le contenu. Je pense que nous devrions exploiter beaucoup plus la partie contenu, pour que nous vibrions davantage avec elle. 

Ces derniers mois, les médias ont fait un certain battage autour de la question de la immatriculations. Par rapport à cette question, quelle idée auriez-vous aimé que le public comprenne mieux ?

- Plusieurs aspects doivent être clarifiés. Tout d'abord, les registres fonciers sont nés au 19ème siècle, et leur but était de clarifier les propriétaires des différentes possessions. Le fait est que les propriétés de l'Église sont assez claires et ne génèrent pas de problèmes juridiques particuliers. C'est pourquoi ils n'ont été enregistrés nulle part. Cependant, au fil des années, des doutes et des procès sont apparus concernant les propriétés de l'Église. Par conséquent, afin de mettre de l'ordre, l'État espagnol a demandé à l'Église d'enregistrer ses biens. 

Le problème est que de nombreux bâtiments sont antérieurs à la création du registre, et qu'il n'existe donc pas de documentation pouvant être présentée. Le gouvernement Aznar a autorisé les évêques à certifier ces propriétés, afin que ce document soit valable pour l'enregistrement de ces propriétés auprès de l'autorité civile.

Dans de nombreuses régions d'Espagne, il y a beaucoup d'églises qui n'ont pratiquement aucune activité. Que compte faire l'Église avec ces églises ? 

- Tout d'abord, il faut dire que cela dépend de chaque diocèse et même là, il y a beaucoup de nuances. Par exemple, les monastères appartiennent à des ordres religieux et ne relèvent donc pas de la juridiction épiscopale. D'autre part, les paroisses fermées en milieu urbain peuvent être transformées en musées ou en archives diocésaines. 

En Espagne, il existe de nombreux lieux de culte qui ont été réutilisés à des fins culturelles. Nous avons le cas de la Espace Pyrénéesqui est la transformation d'une résidence jésuite en un centre d'exposition et de formation à Graus. Nous avons également le Centre d'études libanaisesà Potes, qui réutilise l'église de Saint Vincent le Martyr. Ou encore le centre culturel San Marcos, qui adapte l'église du même nom à Tolède.

La Sagrada Familia ou la cathédrale-Mezquita de Cordoue sont très visitées par les touristes. Existe-t-il des données vérifiées ou fiables sur les revenus économiques que le patrimoine de l'Église produit pour l'État espagnol ? 

- Il y a quelques années, la conférence des évêques a présenté une étude qui a quantifié ce type d'aspect. Le travail a été réalisé par le cabinet d'audit KPMG et a conclu que le patrimoine de l'Église a généré 2,17% du PIB. En outre, les biens culturels catholiques soutiennent 225 300 emplois, dont 71% sont des emplois directs. Ce type de données peut être consulté dans le portail de transparence de la CEE. Comme on peut le constater, la contribution est tout à fait remarquable. 

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.
Bannières publicitaires
Bannières publicitaires