Espagne

"Pour beaucoup de ces enfants, l'Église est leur seule famille".

Maria José Atienza-12 janvier 2021-Temps de lecture : 2 minutes

Le site Journée de l'enfance missionnaire, La campagne, qui aura lieu le 17 janvier, se concentre cette année sur le travail de l'Église auprès des enfants abandonnés, mal nourris et accusés de sorcellerie dans la région de Yendi au Ghana.

Le site directeur de OMP EspagneJose María CalderónEn cette année consacrée à la figure de saint Joseph, la campagne pour l'enfance missionnaire s'inscrit dans le cadre du retour de la Sainte Famille d'Égypte à Nazareth, une manière d'impliquer les enfants et les familles dans l'œuvre missionnaire de l'identité catholique. 

Mgr Vincent Sowa Boi-Nai, L'évêque de Yendi (Ghana) a été le premier des invités à prendre la parole pour expliquer la situation des enfants dans son diocèse.

L'évêque a distingué quatre types d'enfants dont l'Église, à travers les projets promus avec l'aide des Œuvres Pontificales Missionnaires, s'occupe : les enfants maltraités, les enfants atteints de malformations congénitales : cécité, claudication..., les enfants abandonnés et les enfants " brillants " qui ont besoin d'aide pour avancer afin de poursuivre leurs études. 

Dans le premier groupe, Mgr Vincent Sowa Boi-Nai, a mis en lumière le travail des Sœurs de Sainte-Gilda qui apprennent aux mères à cultiver leurs propres légumes, à élever des chèvres et des moutons et à préparer des repas nutritifs pour les enfants. 

Pour les enfants souffrant de problèmes de naissance, l'évêque a souligné le manque d'accès aux soins prénataux et périnataux et le danger de certaines pratiques pseudo-médicales traditionnelles qui mettent leur vie en danger ou leur causent d'autres problèmes et déformations. 

Un autre groupe, auquel Sœur Thérèse Stan, deuxième participante à la conférence de presse, a également fait référence, est le nombre élevé d'enfants abandonnés dans les rues, dont certains sont accusés d'être possédés après avoir souvent souffert d'un mauvais type de soins de santé. 

Cette nonne, qui a recueilli des enfants accusés de sorcellerie dans le Maison de Nazareth de Yendi, a raconté la dureté de la vie de beaucoup de ces enfants qui, à peine âgés de quelques années, sont abandonnés ou menacés dans leur propre environnement familial.

Le foyer Nazareth est, pour beaucoup d'entre eux, la seule possibilité de vivre et de recevoir les soins médicaux nécessaires. Une œuvre qui, comme elle le souligne, est réalisée grâce à la foi. 

Le point commun de tous ceux qui ont présenté cette campagne a été de souligner comment l'Église, à travers les institutions et les congrégations travaillant dans ce domaineest, pour ces enfants, "la vraie et parfois la seule famille qu'ils ont".".

Cette année, la Journée de l'enfance missionnaire, tout comme la Journée mondiale des missions, sera très axée sur les canaux numériques. Sur le site web https://infanciamisionera.es On peut entendre des témoignages de missionnaires et de bénéficiaires d'aides et de projets qui ne peuvent aller de l'avant que grâce à la générosité de tous. En outre, il est désormais plus facile de collaborer, que ce soit par un don par virement bancaire ou par bizum. 

Tous les supports de cette campagne peuvent être téléchargés à partir du même site web afin que les enfants puissent être informés et participer à ce travail.

Lire la suite
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.