Espagne

Juan José Omella : "Le désir de Dieu émerge". 

La 121e Assemblée plénière de la Conférence épiscopale espagnole réunit les évêques espagnols cette semaine avec différents défis à relever.

Maria José Atienza-17 avril 2023-Temps de lecture : 6 minutes
conférence des évêques

Le cardinal Omella, président des évêques espagnols, a prononcé un discours qui, bien que plus court que d'habitude, a souligné avec justesse les lignes et les défis auxquels l'Église espagnole est confrontée en ce moment.

L'archevêque de Barcelone a commencé son discours d'ouverture de la 121e assemblée plénière de la Conférence épiscopale espagnole en rappelant le récent décès de Benoît XVI et le dixième anniversaire du début du pontificat du pape François.

L'émergence du désir de Dieu  

L'un des points les plus intéressants du discours a été le désir croissant de Dieu dans la société d'aujourd'hui. En ce sens, Omella a affirmé que "tout comme la sécularisation a commencé dans le monde urbain et affecte maintenant le monde rural, nous découvrons que le désir de Dieu émerge dans les villes et, avec le temps, nous espérons qu'il atteindra également le monde rural. Nous croyons que nous vivons le début d'un nouveau printemps de l'Esprit. Nous remercions Dieu pour ce don.

Un printemps qui apporte aussi avec lui le défi de préparer toute l'Église à accueillir et accompagner tous ceux qui viennent à la lumière du Christ.

Un défi commun qui fait appel à la responsabilité d'évangélisation née du baptême de tous les chrétiens. "C'est le peuple de Dieu qui évangélise", a rappelé Omella.

Sur ce point, le cardinal a également rappelé certains points clés du document Fidèle à l'envoi de missionnaires qui présente les axes pastoraux et les lignes d'action de l'Église espagnole au cours de ces années.

Découvrir le rôle des laïcs

Omella a salué les "nouvelles initiatives d'évangélisation, promues par les laïcs en communion avec leurs pasteurs, qui aident les laïcs eux-mêmes et les ministres ordonnés à redécouvrir ce qui leur est propre et à accroître l'action coordonnée et synodale", mais a souligné que "ce n'est pas la mission la plus habituelle pour la majorité des laïcs. Dieu n'appelle pas les laïcs à abandonner le monde lorsqu'ils professent leur foi ; au contraire, le "monde" devient la sphère et le milieu de leur vocation, dans lequel ils doivent chercher leur sanctification".

Pour le président des évêques espagnols, "le défi le plus important que nous ayons à relever aujourd'hui est de réveiller dans les multitudes de laïcs la vocation qu'ils ont reçue de Jésus-Christ afin que, unis à lui, ils puissent exercer leur mission d'être sel et lumière pour le monde, d'être le levain qui transforme la société pour la rendre plus humaine, plus digne et plus fraternelle. Ils sont le visage, la voix et les bras de Dieu au milieu du monde".

Dans cette ligne, Omella a voulu rappeler que "pour aider les laïcs à redécouvrir leur mission au milieu du monde, les évêques de la CEE ont récemment publié le document Le Dieu fidèle garde son alliance" et il a encouragé tous les fidèles à en prendre connaissance".

En vue des prochaines élections, le président des évêques a énuméré huit points à garder à l'esprit :
1. promouvoir la dignité humaine
2. vénérer le droit inviolable à la vie
Etre libre d'invoquer le nom du Seigneur4. La famille, premier champ d'engagement social
5. La charité, l'âme et le soutien à la solidarité
6. Nous sommes tous destinataires et protagonistes de la politique
7. Placer les personnes au centre de la vie économique et sociale
8. Evangélisation de la culture et des cultures humaines

Il a également encouragé les laïcs à "favoriser un mouvement social en faveur du bien commun qui propose, et non impose, la vision catholique de la personne, du mariage et de la famille, comme ferment d'une société plus fraternelle et plus humaine, sensible aux plus pauvres et aux plus démunis".

Famille et droits parentaux

Omella a longuement parlé de l'importance de protéger et d'encourager la famille dans laquelle "la majeure partie de l'humanité atteint la plénitude de l'amour".

"Nous sommes une société familiale et cela n'est pas seulement compatible avec la modernité, mais cela nous permet de l'être", a souligné le cardinal, qui a décrit l'institution familiale comme "une alternative au modèle de la modernité individualiste, utilitaire et déconnectée, qui cause tant de dommages psychologiques et émotionnels aux personnes et qui, en fin de compte, rend la vie sociale et le développement humain insoutenables".

Le président des évêques espagnols a également exigé le respect de la liberté des parents d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions. Sur ce point, il a défendu une proposition éducative qui promeut une éducation affectivo-sexuelle orientée vers la manière d'aimer ou latine et non égoïste, "loin de toute objectivation de la personne, libre des idéologies de genre, et qui promeut un parcours d'apprentissage".

Le président a décrit la réalité de "l'augmentation vertigineuse des dépressions, des anxiétés, des angoisses existentielles, des troubles alimentaires, des addictions, des pensées suicidaires et des tentatives de suicide, qui touchent non seulement les adultes, mais surtout les enfants, les adolescents et les jeunes", qui répond à un désir de Dieu auquel les prémisses de la société relativiste dans laquelle nous nous trouvons n'apportent pas de réponse adéquate.

Un État "confessionnel laïque

Le manque de liberté et les obstacles fréquents que l'administration place sur le chemin de la liberté parentale en Espagne ont également été évoqués dans le discours d'ouverture de cette plénière.

Omella a explicitement appelé à la mise en œuvre d'un bon scolaire comme solution et soutien à la véritable neutralité et liberté que nous exigeons de l'administration compétente.

L'obligation d'un "certain modèle éducatif, d'une certaine affiliation idéologique ou de la propriété de l'école" signifie déjà un manque de liberté, selon les termes d'Omella. "En optant pour un modèle unique, notre État se transformerait en un État confessionnel laïque, discriminant les citoyens chrétiens ou les citoyens d'autres religions", a déclaré le président de la CEE.

Accompagner la vie du début à la fin 

Le président des évêques espagnols a entrepris un voyage "vital" pour encourager et appeler à un engagement social et chrétien afin d'accompagner et d'aider les plus vulnérables à toutes les étapes de la vie. Dans le cas du début de la vie, le cardinal a appelé à une "réflexion sereine qui va à la racine du problème et cherche des alternatives réelles et des aides économiques significatives pour les mères qui affrontent la grossesse, souvent seules".

Il a également évoqué les milliers de réfugiés et d'immigrés, soulignant "l'importance d'intégrer la prise en charge de ceux qui arrivent à nos frontières, la majorité, dans la défense de la vie humaine".

L'une des nouveautés de ce discours a été l'introduction du problème de la maladie mentale comme l'un des points sur lesquels l'Église doit se pencher et réfléchir. Plus précisément, le cardinal a souligné que "le drame du suicide ne peut être séparé de ces problèmes de santé mentale et du manque de sens de l'existence. Nous considérons l'augmentation alarmante des suicides, en particulier chez les jeunes".

Enfin, Mme Omella a demandé que l'on aide les familles à s'occuper dignement de leurs aînés et que l'on instaure "un dialogue social et institutionnel sur la prise en charge des personnes âgées". En outre, il est essentiel de créer des canaux pour écouter leur voix et leur donner de l'espace".

L'archevêque de Barcelone a une nouvelle fois exprimé son "rejet de la loi réglementant l'euthanasie. Nous demandons l'approbation d'une loi complète sur les soins palliatifs et l'aide à la dépendance dans la dignité qui, avec les ressources nécessaires, permette aux personnes d'être accompagnées de manière vraiment humaine dans la dernière phase de leur vie".

Maltraitance des enfants

Une énième demande de pardon et de traitement des cas d'abus sexuels au sein de l'Église a clôturé le discours du cardinal Omella lors de cette session plénière.

"Nous avons demandé pardon pour ce grand péché et nous continuerons à le demander", a commencé le cardinal Omella, qui a affirmé que "nous voulons que ce fléau disparaisse de notre société. C'est pourquoi nous continuons à collaborer avec les juges, le ministère public et le médiateur, en fournissant toutes les informations dont nous disposons et en activant nos protocoles".

"Sans fuir nos responsabilités", le cardinal archevêque de Barcelone a regretté que "pour l'instant, cette douloureuse question ne soit pas abordée dans sa dimension globale et que l'on s'obstine à analyser ce drame exclusivement dans la sphère de l'Eglise. L'Eglise confesse son péché, mais dénonce le fait que ce même fait, qui affecte de nombreux autres secteurs de la société, ne soit pas mis en lumière, afin de chercher ensemble une solution qui englobe toute l'étendue de ce problème social".

Le nonce apostolique en Espagne a réaffirmé les défis variés et importants auxquels l'Église espagnole est confrontée. Il s'est exprimé sur les couloirs humanitaires des migrants, l'apostolat de la mer et la nécessité de soutenir la présence des chrétiens dans l'espace public.

Les évêques espagnols poursuivront la réunion tout au long de la semaine. Les conclusions finales seront annoncées lors d'une conférence de presse prévue vendredi prochain.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.