Culture

Nacho ValdésA partir de l'Incarnation, Dieu lui-même apparaît avec un visage".

Avec ses sœurs, Ignacio Valdés est une référence actuelle en matière de peinture sacrée. Ses peintures, réalistes, proches et contemporaines, sont visibles dans les églises et les oratoires du monde entier.

Maria José Atienza-7 décembre 2022-Temps de lecture : 7 minutes
nacho valdes

Photo : Vierge embrassant l'Enfant ©Nacho Valdés

La période de Noël est sans doute l'un des moments où l'art sacré brille d'une force particulière. Cartes de Noël, représentations de la nativité, figurines de crèches... l'art devient, plus que jamais, un chemin de prière et de contemplation.

Nacho Valdés

Avec ses sœurs, Maysa et Inma, Ignacio Valdésse consacre depuis des années à la capture d'images religieuses sur toile. Outre des œuvres de peinture de genre, cet artiste, né à Cadix et formé à la faculté des beaux-arts de Santa Isabel de Hungría à Séville et à la Winchester School of Fine Art à Winchester, a transporté des scènes de la Sainte Famille et des saints actuels et passés dans des centaines de pays. Outre l'Espagne, il a travaillé en Angleterre, en Pologne, en Irlande, au Japon, aux États-Unis, en Russie, en Croatie, en Afrique du Sud, au Mexique, au Chili, au Nigeria, au Liban, au Guatemala et en Italie.

Ses tableaux, réalistes, proches et colorés, sont centrés sur les retables et les chapelles, plaçant Dieu, d'une certaine manière, au milieu de l'environnement habituel du spectateur. Une matérialisation de la Voie de la Beauté qu'il réalise de manière naturelle, comme il le souligne dans cet entretien avec Omnes : "Pendant que je peins, je pense aux personnes qui, lorsqu'elles se trouveront devant ce tableau, cela les aidera à aimer davantage Dieu, ou sa Mère.

Dit Antonio López Pensez-vous que le véritable art religieux est celui qui émeut le spectateur parce qu'il oublie l'"artistique" pour se concentrer sur la dimension religieuse ? La foi est-elle une prémisse pour qu'une œuvre religieuse atteigne réellement son objectif ?

- Il m'a toujours été difficile de trouver une réponse au fait qu'une peinture sacrée, techniquement bien faite, voire classée comme œuvre d'art, ne suscite pourtant pas la dévotion du spectateur, elle ne touche pas le cœur de celui qui la regarde, même si elle est très agréable à l'œil.

Et, paradoxalement, le contraire est parfois le cas : combien d'images connaissons-nous qui ne sont pas une "capo lavoro mais que des milliers de personnes prient néanmoins ! 

J'ai trouvé la réponse à ce doute dans le livre de Sainte Faustine Kowalska :

"Une fois, quand j'étais dans [l'atelier] de ce peintre qui a peint cette image, j'ai vu qu'elle n'était pas aussi belle que Jésus. Cela m'a beaucoup peiné, mais je l'ai caché au fond de mon cœur. Lorsque nous avons quitté l'atelier du peintre, la mère supérieure est restée en ville pour régler diverses affaires, et je suis rentrée seule à la maison. Je suis allée immédiatement à la chapelle et j'ai tant pleuré. Qui vous peindra aussi belle que vous l'êtes ? En réponse, j'ai entendu ces mots : "La grandeur de cette image ne réside pas dans la beauté de la couleur, ni dans la beauté du pinceau, mais dans ma grâce".

Certes, une œuvre d'art sacré doit avoir une qualité technique, pour ne pas tomber dans le ridicule ou la laideur, mais d'autre part, dans l'art sacré, la distance entre ce qui est représenté et la manière de le représenter est infinie : même les pinceaux de Velázquez ou de Rembrandt ne sont pas capables de s'approcher de la beauté même de Dieu. Dans cet épisode, Sainte Faustine nous parle d'une augmentation que Dieu donne dans la contemplation de l'œuvre d'art, qui va au-delà de la beauté de la couleur : il s'agit de la grâce qu'il donne à travers la contemplation de l'image sacrée.

Comment un peintre peut-il faire de ses œuvres ces instruments de la grâce de Dieu ? S'agit-il d'oublier " l'artistique pour se concentrer sur la dimension religieuse, comme le dit Antonio López, ou de peindre à partir de la foi ?

- Cela appartient au mystère de Dieu, même si je sens que cela peut être lié à l'"intention" de l'artiste lorsqu'il peint. Si l'intention sous-jacente de l'artiste, lorsqu'il peint un tableau sacré particulier, est : l'amour de ce qu'il représente, le service qu'il rend à Dieu, à l'Église, aux autres ; la réparation de ses péchés..., il est plus facile pour Dieu de l'utiliser comme un instrument pour accorder sa grâce à ceux qui contemplent l'œuvre. Et pour cela, la foi est sans doute nécessaire.

Cependant, si l'intention sous-jacente de l'artiste est : être loué par les autres, être au-dessus de nos concurrents, faire des profits financiers... Bien que les artistes aient besoin de louanges, qu'une saine compétition nous rende meilleurs, et que gagner de l'argent avec quelque chose que peu de gens savent faire est plus que juste, tout cela est raisonnable, mais si elles devaient occuper la première place dans les intentions, cela transformerait l'œuvre en un instrument défectueux de la grâce de Dieu, même si cette personne a la foi.

Pourtant, Dieu peut, et le fait si souvent, utiliser ces œuvres imparfaites et "transformer des pierres en enfants d'Abraham", d'où ma difficulté à répondre à cette question.

Est-il possible de prier devant son propre travailComment se passe le dialogue entre un peintre de la foi et une œuvre religieuse qui vise une sphère aussi intime ? 

- Je trouve très difficile de prier devant un tableau que j'ai peint, car je le vois immédiatement en coups de pinceau, je n'y peux rien. Parfois, lorsque vous peignez, je pense aux personnes qui, lorsqu'elles se trouveront devant ce tableau, l'aideront à aimer davantage Dieu, ou leur mère.

Nous, les artistes, ne savons presque rien de ces histoires intimes ; et c'est une bonne chose, car vous pourriez penser que tout le succès vous revient, et ce n'est pas vrai.

Parfois, je me trouve face à une difficulté particulière dans le processus ou je ne sais pas par où commencer : j'ai un truc infaillible qui consiste à demander de l'aide à la personne que je représente dans le tableau. La goutte d'eau qui fait déborder le vase, c'est lorsque vous "traversez" cette demande, par exemple : j'essaie de peindre l'Enfant Jésus, et je dis à sa mère : "Vous voulez que je peigne votre beau fils, n'est-ce pas ?" Ça ne rate pas.

Lorsque vous vous approchez du tableau de la Vierge Marie, de Saint Joseph, êtes-vous conscient qu'il y aura des personnes qui matérialiseront leur prière à travers ces images, qu'elles " donnent un visage " à Dieu ? Est-ce une responsabilité ou un défi ?

- Le sujet de l'image mentale que nous avons de Dieu le Père, de Jésus, de la Vierge..., est très intéressant. Nous pensons avec des images et nous en avons besoin. Depuis que la deuxième Personne de la Sainte Trinité, Jésus-Christ, s'est incarné dans le sein de Marie, Il a déjà un corps concret, un visage unique, singulier, reconnaissable par ceux qui l'entourent.

Dans l'Ancien Testament, il était interdit de représenter Dieu par une image, pour éviter de contaminer les peuples voisins et de tomber dans l'idolâtrie ; on sait comment a fini le veau d'or... Mais, à partir de l'Incarnation, tout change, et Dieu lui-même se présente avec le visage de Jésus. Marie et Joseph ont également des caractéristiques spécifiques et uniques. L'art chrétien a créé des images d'eux grâce à l'imagination des artistes et à la dévotion du peuple.

L'image de Jésus-Christ a été fixée très tôt, grâce au "mandylion" et au Saint Suaire, mais les visages de la Vierge, de Saint Joseph, des apôtres, etc. ont été représentés de différentes manières, bien qu'il n'y ait jamais eu de fil conducteur dans l'histoire de l'art qui nous aide à reconnaître les personnages représentés : éléments de costume, poses, attributs... Mais chaque époque et chaque artiste a sa propre façon de les représenter. 

L'adoration des Mages ©Nacho Valdés

En fin de compte, comme c'est le cas dans toutes les familles, chacun a ses préférences, et je ne parle pas seulement de goûts, mais de la dévotion qu'il ressent ou du mystère qu'il perçoit : si l'on préfère une Madone de la Renaissance pour s'adresser à Elle, alors tant mieux.

J'essaie de représenter la Vierge et Saint Joseph tels que je les imagine, sans chercher à rompre le fil dont je parlais avant, mais je sais que lorsqu'on fait une nouvelle image, au début cela peut être un choc, parce qu'on avait déjà une autre image mentale consolidée, mais le passage du temps la fixe.

Cela m'est arrivé, par exemple, avec l'actrice qui jouait la Vierge dans le film "La Passion", au début j'étais choqué, et maintenant je ne le suis plus. Je suis partisan de l'idée que l'art sacré est un service aux autres, en ce sens, c'est un défi.

Quel est pour vous le visage de la Madone, dont vous avez souvent fait le portrait ?

- La Vierge est d'abord et avant tout ma Mère. Elle a le visage d'une mère, et je n'ai pas besoin d'entrer dans les détails de ce que sont les mères, car nous le savons tous. Il m'arrive aussi quelque chose d'un peu mystérieux, c'est que dans le visage de chaque femme, je perçois un aperçu de Marie, même si cette femme a ses défauts, alors quand un modèle me pose, j'essaie de refléter cet aperçu.

Ces dernières années, nous avons assisté à un art religieux que l'on pourrait qualifier de " proche " : des scènes familiales ou intimes de la Sainte Famille, une incorporation des nouveaux saints, et une nouvelle façon de voir les saints.. La peinture s'adapte-t-elle aussi au nouveau langage des croyants, de la société ? 

- Je ne pense pas que la peinture doive s'adapter au nouveau langage de la société, nous, les artistes, faisons partie de cette même société, donc si nous essayons d'être nous-mêmes, nous nous exprimons avec le même langage. Il est arrivé que l'on me fasse remarquer que mes images étaient trop "réelles" et qu'elles devaient être un peu plus "idéalisées". Je comprends que dans la peinture sacrée on ne peut pas être banal et qu'il est nécessaire de refléter le mystère du surnaturel, mais il arrive que lorsqu'on met tellement l'accent sur " l'idéal ", les images s'éloignent de nous dans un espace interstellaire : elles représentent des personnages qui ne sont pas avec nous et nous devons aller vers eux. C'est le drame actuel du chrétien : qui agit tout au long de la journée en pensant que Dieu, la Vierge, les anges, les saints, sont loin de nous, sur un autre plan... très loin, et qu'ils ne se soucient pas beaucoup de nous : il s'avère que c'est le contraire. Je pense qu'il est important de rappeler cette idée de "proximité" également à travers la peinture.

La peinture religieuse connaît-elle un nouvel âge d'or ou, au contraire, traverse-t-elle une période difficile ?

- Je n'ai pas le recul nécessaire pour pouvoir donner une réponse claire. Pour nous situer, dans les années soixante et soixante-dix du siècle précédent, un mouvement iconoclaste a commencé dans le cœur de l'Église, dont les raisons ne sont pas pertinentes, mais le fait est que, d'une certaine manière, nous souffrons encore de cette inertie. Dans ces années-là, dans le panorama artistique, la seule chose acceptable était le langage abstrait et la marginalisation conséquente de tout langage figuratif. Cela a influencé les éléments artistiques à l'intérieur des églises, créant le paradoxe d'une " imagerie abstraite sacrée ", deux termes : image et abstraction, qui sont contradictoires.

Le problème est que l'absence d'images n'est pas une option chrétienne, comme l'a affirmé Benoît XVI. Dans ce contexte, Kiko Argüello a proposé un langage néo-iconique pour les images, et d'une certaine manière, les seules peintures figuratives que nous avons vues ces années-là dans les églises modernes étaient précisément dans ce style : du moins, elles étaient figuratives.

J'ai choisi un style réaliste pour la peinture sacrée, d'abord parce que je l'aimais mieux, et ensuite parce que je le voyais plus proche de la dévotion des gens. Au fil du temps, j'ai commencé à donner des cours à l'école d'art sacré de Florence, et à partir de là, nous formons de nouveaux artistes pour le monde entier ; ce sont des étudiants de tous les pays qui apprennent d'abord la technique de la peinture et, dans un deuxième temps, comment faire de la peinture sacrée, ce qui est la partie la plus difficile.

Je crois que cette nouvelle proposition est peu à peu acceptée, parce que la qualité du métier de peintre s'améliore de plus en plus et que la formation en Écriture Sainte, en Histoire de l'Art, en Liturgie, en Symbologie chrétienne et en Théologie, complète le bagage de l'étudiant de sorte que lorsqu'il peint un tableau, ce n'est pas seulement un tableau techniquement bien fait, mais un tableau qui essaie de transmettre le mystère de notre foi.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.
Bannières publicitaires
Bannières publicitaires