Culture

Joaquín Paniello : "Le chemin d'Emmaüs montre l'amour de Dieu".

Reconstituer la conversation de Jésus avec les deux marcheurs d'Emmaüs, retracer ses propos dans les Actes des Apôtres, les Évangiles et l'Ancien Testament, pourrait synthétiser le livre Pourquoi marchez-vous tristement ? Il a été rédigé par Joaquín Paniello, un prêtre vivant à Jérusalem, et présenté lors d'un Forum Omnes sur la Terre Sainte, auquel a également participé Piedad Aguilera, de l'unité Pèlerinages de Viajes El Corte Inglés.

Francisco Otamendi-30 juin 2022-Temps de lecture : 10 minutes

Les destinations religieuses prennent également de l'ampleur au cours de ces semaines, compte tenu du retour progressif à la normalité. En plus de Rome, la terre du Seigneur, la Terre Sainte, a toujours eu une place particulière parmi eux. 

Dans ce contexte, "Les pèlerinages en Terre Sainte au lendemain de la pandémie" a fait l'objet d'un Forum Omnes qui s'est tenue à Madrid, parrainée par Banco Sabadell, la Fundación Centro Académico Romano (CARF), et Saxum Visitor Centre, un centre de ressources multimédia qui aide les visiteurs à approfondir leurs connaissances de la Terre Sainte de manière interactive, situé à quelque 18 kilomètres de Jérusalem.

Parmi les personnes présentes se trouvaient le directeur des institutions religieuses et du troisième secteur de Banco Sabadell, Santiago Portas, le directeur général de l'Institut de recherche sur la santé et les services sociaux (IRSS) et le directeur de l'Institut de recherche sur la santé (IRSS). CARFLuis Alberto Rosales, et d'autres personnes liées au secteur des institutions religieuses et du tourisme religieux, ainsi que le directeur d'Omnes, Alfonso Riobó, qui a animé l'événement, et la rédactrice en chef, María José Atienza. Le patriarche latin de Jérusalem, l'archevêque Pierbattista Pizzaballa, est également intervenu dans une vidéo avec l'auteur du livre.

Recouvrement de la demande

Le premier intervenant a été le prêtre Joaquín Paniello (Barcelone, 1962), docteur en physique, philosophie et théologie. Il vit et travaille à Jérusalem depuis quinze ans et vient de publier "Why do you walk sadly ? La conversación de Jesús con los discípulos de Emaús' (Pourquoi marchez-vous tristement ? La conversation de Jésus avec les disciples d'Emmaüs), un livre publié par emmausfootprints

Ensuite, Piedad Aguilera, de l'unité Pèlerinages et tourisme religieux de Viajes El Corte Inglés, que nous citerons plus longuement par la suite, a mentionné quelques données. "En 2019, la Terre sainte a reçu 4,5 millions de visiteurs, même avec des niveaux de saturation dans certains endroits. Puis vint le covid : en mars 2020, nous avons compté 800 000 visiteurs et ce n'est pas fini, selon le ministère israélien du tourisme. 2019 a été encore pire. Mais le secteur s'attend à une "demande explosive" dans un avenir proche. "En 2023, je pense que ce sera le moment où tous les projets que nous avons vont être réalisés avec cette normalité que nous avions en 2019. Nous attendons que tout le monde vienne avec cet espoir", a déclaré Piedad Aguilera.

Une catéchèse

L'événement a été accueilli par Santiago Portas, cadre de Banco Sabadell. Il a souligné qu'"aujourd'hui, nous organisons à nouveau un Forum Omnes en personne, ou de manière hybride, également par streaming, et c'est une joie pour tout le monde que dans ce retour à la normale, le premier événement soit avec Omnes". 

Santiago Portas a remercié tous les participants et a déclaré à l'auteur, Joaquín Paniello, qu'"après avoir lu votre livre, j'en suis devenu l'ambassadeur". Il me semble que sa lecture est une catéchèse que nous devrions tous suivre, afin de trouver notre voie, notre véritable sens".

Le directeur de Banco Sabadell a également remercié Piedad Aguilera, de Viajes El Corte Inglés, "notre partenaire, avec qui nous avons formalisé un accord pour prendre en charge nos clients de manière traditionnelle lors de leurs voyages vers des destinations religieuses et des pèlerinages". Enfin, il a remercié le patriarche latin de Jesusalén, Monseigneur Pierbattista Pizzaballa, membre de l'ordre franciscain, pour son intervention.

Pèlerinage, une forme de prière

Le directeur d'Omnes, Alfonso Riobó, a ensuite pris la parole pour remercier Santiago Portas et Banco Sabadell "pour l'hospitalité avec laquelle ils accueillent aujourd'hui ce colloque". "Le thème qui nous réunit, les pèlerinages après la pandémie, a-t-il ajouté, rappelle de nombreux souvenirs, du moins pour ceux d'entre nous qui connaissent et lisent fréquemment l'Évangile, car dans ce passage [celui des disciples d'Emmaüs] est peut-être présenté le premier des pèlerinages, ou du moins le premier des pèlerinages chrétiens, le jour même de la Résurrection".

" Et si nous pensons à la Terre Sainte, probablement l'un des lieux emblématiques où la mémoire et l'imagination s'arrêtent est le chemin d'Emmaüs, que nous le connaissions ou non, peut-être le connaîtrons-nous bientôt ", a ajouté Don Alfonso Riobó, qui a rappelé les paroles d'un prêtre italien, Don Giuseppe, qui a récemment eu l'occasion de se rendre en Terre Sainte, après l'avoir longtemps attendu.

Revenir en Terre Sainte est un grand cadeau, écrivait Don Giuseppe, car ici se trouvent les racines de notre foi, la présence, la vie du Seigneur, la vie de l'Église. C'est vraiment un retour aux sources. Après une si longue période, c'est un cadeau précieux en ce moment, de pouvoir donner vie à cette forme de prière qu'est le pèlerinage, une forme de vie qui nous permet de jouir de la beauté du Seigneur". 

Réflexion sur Emmaüs et le passage de Luc

"Il ne s'agit pas d'un livre de voyage, ni d'un guide de prière pour les pèlerins, mais d'une réflexion sur ce lieu et ce passage", a déclaré Alfonso Riobó en présentant Joaquín Paniello, qui a écrit le premier livre à présenter la conversation de Jésus avec les disciples sur le chemin d'Emmaüs sous la forme d'un dialogue.

Mais il y est parvenu en reconstruisant dans ses pages plus de deux mille ans d'histoire racontée "à travers des images directes et efficaces, qui révèlent une profonde connaissance biblique, une rigueur théologique et philosophique et un grand respect des sources", a déclaré le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, qui a écrit le prologue du livre. 

"Je voudrais faire un commentaire et lier le sujet des pèlerinages à la raison d'être de ce livre sur le Camino de Emáus", a déclaré Joaquín Paniello. "Tout d'abord, je dois dire que je n'ai pas fait de pèlerinage en Terre Sainte, car j'y suis allé et j'y suis resté. Quand on va en Terre Sainte, on y va en pensant aux choses du Seigneur, de Jésus. Mais parfois, une dimension de la racine nous échappe. Parce que Jésus était juif, il a vécu le judaïsme, il a vécu beaucoup de choses liées au judaïsme, et parfois nous laissons beaucoup de choses de côté, et nous passons à côté de beaucoup de choses qui sont très à la racine".

"Nous connaissons peu l'Ancien Testament".

"Je dois avouer qu'en Terre Sainte, j'ai commencé à apprécier davantage l'Ancien Testament et le peuple juif. Il y a beaucoup de choses dans notre liturgie, dans nos prières, dans les bénédictions, qui se réfèrent à la façon dont le peuple d'Israël, au premier siècle, vivait le judaïsme, et aux nombreuses choses dont il a hérité jusqu'à aujourd'hui".

Qu'est-ce que ça a à voir avec ce livre ? Quand nous allons en Terre Sainte, nous devons voir l'Ancien Testament derrière. Nous, catholiques, connaissons très peu l'Ancien Testament, et nous passons à côté d'une mine d'informations. "Maintenant, nous avons besoin d'un guide d'une certaine manière. Et je m'en suis rendu compte quand j'étais là-bas.

"Le centre d'accueil Saxum est né pour transmettre la figure de Jésus et des Lieux Saints. Lorsque le projet a commencé, j'ai dû le suivre depuis Rome, mais je suis ensuite allé à Jérusalem en 2010, et j'ai pu suivre, avant même de commencer à construire, une affaire liée aux permis (le terrain n'avait pas encore été acheté), et collaborer avec ce que faisaient les professionnels, ce que pouvait être l'idée de base pour transmettre ce que nous voulions là-bas", a expliqué Joaquín Paniello. 

"Nous nous sommes rendu compte qu'il était sur le chemin d'Emmaüs, et que le fait d'être sur le chemin d'Emmaüs résumait tout ce que l'on voulait dans ce centre", a déclaré l'auteur du livre. "Que c'était, d'une certaine manière, que les gens qui passaient par là pouvaient dire, comme les disciples eux-mêmes : "Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous quand il nous parlait sur la route et nous expliquait les Écritures ?" Et qu'est-ce que Jésus a dit ? Qu'est-ce qu'il leur a expliqué ? C'est là que j'ai commencé à m'y intéresser.

"Ils avaient besoin de parler des prophéties".

"Je n'avais pas étudié l'Ancien Testament de manière aussi approfondie. que j'avais en cours de théologie, etc. Et j'ai remarqué deux ou trois choses qui m'ont vraiment frappé", a ajouté Joaquín Paniello. "La première est que les premiers chrétiens avaient besoin de parler de l'Ancien Testament, des prophéties en particulier, et de la manière dont elles s'étaient accomplies dans la vie de Jésus, afin de présenter Jésus. Et saint Justin, par exemple, au deuxième siècle, quand il écrit à l'empereur, il ne lui suffit pas de présenter Jésus en disant qu'il était une personne extraordinaire, qu'il faisait des miracles, etc. mais il commence par dire : dans le peuple juif, il y a une figure qui sont les prophètes, qui ont dit ce qui allait arriver dans le futur. Et il présente Jésus comme celui en qui les prophéties s'accomplissent".

Situation similaire à celle de St Justin

"Actuellement, nous nous trouvons dans une situation similaire à celle de Saint Justin. Nous parlons de Jésus, et beaucoup de gens pensent que Jésus était un grand personnage, un grand homme, et c'est tout. Non, attendez une minute, il y a un plan de Dieu qui date de mille ans avant, David par exemple, et même avant, la bénédiction de Jacob à ses fils, où il est déjà dit que quelqu'un va venir, que Juda va avoir un sceptre, qu'il va être roi - Juda à l'époque n'était qu'un des fils - et que cette royauté n'allait pas se perdre jusqu'à ce que celui que nous attendions vienne. C'était seize cents ans avant le Christ".

"Il y a tout un plan, et à mesure qu'il se rapproche, il s'intensifie, et les prophètes deviennent de plus en plus concrets, nous disant ce qui doit se passer dans la vie de Jésus, et comment cela s'accomplira plus tard dans sa vie", a souligné Joaquín Paniello. "Bien sûr, cette introduction ne signifie pas que Jésus, un grand personnage, fils de Dieu, apparaît soudainement, mais qu'il y a une introduction qui me semble très importante pour l'évangélisation". 

C'est l'une des choses qui a attiré l'attention de ce prêtre catalan basé en Terre Sainte. Mais il y a plus. "L'autre a trait à l'envoi de la première version du livre à de nombreuses personnes, qui m'ont fait part de leurs commentaires, et j'ai recueilli beaucoup de choses auprès de nombreuses personnes. Le livre n'est pas seulement le mien. L'un d'eux m'a dit : chaque fois que je lis le chapitre 24 de Luc, je me mets en colère, parce que Luc dit que le Seigneur leur a dit tout ce que l'Écriture dit de Lui-même, et il ne dit rien !

L'autorité des Écritures

"Mais je me suis rendu compte qu'il dit beaucoup de choses, mais pas là", soutient M. Paniello dans son livre. "Luc a aussi écrit les Actes des Apôtres. Et tant dans l'Évangile que dans les Actes des Apôtres, on trouve de nombreuses références aux prophéties (elles apparaissaient déjà chez saint Matthieu, un peu plus tôt). Et dans les Actes des Apôtres, on trouve de nombreux discours de certains apôtres".

"Ces discours seraient longs", poursuit l'auteur, "et Luc inclut dans chaque discours une prophétie, logiquement issue de la conversation avec Jésus. C'est la seule fois où Jésus parle à ses apôtres non pas de son autorité mais de l'autorité de l'Écriture. Il n'y a qu'un seul passage, un peu similaire, celui de la femme samaritaine, qui commence à lui parler. Mais ici, il raisonne tout à partir des Écritures, afin qu'ils se rendent compte que tout a été accompli dans la vie de Jésus. Qu'il y a un plan à long terme de Dieu. Il y a beaucoup de choses que, en étant sur place, vous réalisez plus profondément". 

Jésus les transforme

" Les disciples d'Emmaüs étaient profondément découragés, attristés. Leur état d'esprit était celui d'un désastre total", a souligné Joaquín Paniello lors du colloque, dans un moment qui semblait central à sa brève présentation. " De là au retour à Jérusalem à la tombée de la nuit, il y a tout un cheminement avec Jésus qui les transforme. La première chose que Jésus devait faire était de leur faire comprendre que la Croix pouvait avoir un sens. Que la Croix n'est pas vraiment incompatible avec l'amour de Dieu".

"Cette partie me semble être la première chose à faire pour transformer notre propre expérience. Il est très important de comprendre comment est Dieu et que l'amour de Dieu s'y manifeste également. Je dirais que le fil conducteur de l'amour de Dieu est fondamental dans le livre, car il s'agit de mettre en évidence que tout le projet de Dieu est l'amour. Toute personne qui lit ce livre y trouvera de nouvelles choses", a-t-il conclu.

Experts en Terre Sainte

"La Terre Sainte est la Terre Promise. Un pays aux chemins infinis, un monde entier de surprises et de sensations. Un lieu où le sacré devient quotidien et proche pour être ressenti dans ses paysages variés, dans ses arômes délicats, dans sa culture, son histoire..., et surtout dans ses silences profonds qui invitent à la réflexion et à la prière".

C'est ainsi que commence la description du pèlerinage en Terre Sainte faite par l'unité Pèlerinages et tourisme religieux de Viajes El Corte Inglés, dont Piedad Aguilera et son équipe font partie. "Un voyage pas comme les autres, un voyage qu'il faut faire au moins une fois dans sa vie", comme l'a dit Piedad Aguilera lors de la conférence Omnes, dans laquelle "un pèlerinage en Terre Sainte est un voyage à travers les scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, un voyage dans le temps, un voyage dans le creuset où convergent des cultures diverses et variées, avides d'une nouvelle voie qui mènera à la coexistence pacifique entre les différentes cultures et religions qui s'y manifestent".

Lors du Forum Omnes, Piedad Aguilera a tout d'abord rappelé l'alliance récemment signée entre Viajes El Corte Inglés et Banco Sabadell "pour dynamiser les voyages spirituels et culturels vers des destinations religieuses". C'est un projet que nous avons lancé avec beaucoup d'enthousiasme et d'excitation".

En ce qui concerne le livre de Joaquín Paniello, Piedad Aguilera a souligné que "d'un point de vue technique - nous nous consacrons au monde du voyage - cette route biblique, cette route historique, peut apporter une grande valeur ajoutée à nos itinéraires, et surtout à partir du centre d'accueil Saxum, que nous connaissons, qui offre un lieu fantastique pour nos pèlerins de ce qu'est la Terre Sainte. Si nous suivons ensuite cette route, autant que possible, jusqu'à Emmaüs-Nicopolis, ce sera fantastique.

Se conformer à la attente du pèlerin

"Il est vrai qu'il est un peu complexe pour nous de synthétiser nos projets en sept jours", a reconnu le directeur de Viajes El Corte Inglés. "Ce que nous recherchons, c'est simplement que le pèlerin se laisse emporter et n'ait pas à se soucier de son vol, de son hébergement, etc. et qu'il fasse la synthèse de cet agenda".

"Nous aimons souligner que le pèlerinage commence lorsque nous avons la rencontre avec notre groupe, car c'est là que nous devons détecter la véritable motivation du pèlerin. Et sur cette base, nous choisissons les lieux où nous célébrons l'Eucharistie, et surtout, il est très important de détecter la pastorale et la liturgie de la foi, afin que le pèlerin reçoive ce qu'il s'attend à recevoir, et que son attente soit un succès.

"Quoi de mieux qu'un voyage en Terre Sainte !

"Nous ne sommes pas dédiés à l'évangélisation, mais je crois que nous tous qui sommes ici avons l'obligation, depuis nos sphères, et après la pandémie, de renforcer cette confiance et cette garantie au voyageur, d'avoir ce désir de vivre cette expérience, et quoi de mieux que le voyage en Terre Sainte", a encouragé Piedad Aguilera.

"Il existe sans aucun doute de nombreux endroits dans le monde, de nombreux lieux de culte, mais nous disons toujours que la Terre sainte est un voyage pas comme les autres. Nous le proposons comme un voyage qu'il faut faire au moins une fois dans sa vie, quelle que soit la motivation du visiteur. Nous avons eu des groupes ayant un intérêt plus culturel, mais tous ceux qui viennent en Terre Sainte en ressortent transformés, d'une manière ou d'une autre. Le pèlerin est le voyage le plus reconnaissant que nous ayons. Si nous ajoutons à cela l'attention pastorale du prêtre aumônier qui est responsable de chaque pèlerinage, et les guides chrétiens que nous avons toujours à destination, je crois que c'est un succès.

"Ils ont beaucoup souffert.

"Nous essayons de rapprocher du voyageur le monde de l'immense patrimoine culturel que nous possédons, tant en Espagne que dans des endroits comme la Terre Sainte. Et avec cela, nous générons une expérience qui est la preuve de tout ce qui s'est passé là-bas au cours de tant de siècles, pour n'importe quel croyant ou non-croyant", a poursuivi l'expert, qui a voulu souligner l'aide de l'Église à tous les chrétiens de Terre Sainte.

Pendant ces deux ans et demi, "les communautés chrétiennes de Terre Sainte, non seulement celles d'Israël, mais aussi celles de Palestine, ont beaucoup souffert, car le visiteur apporte la richesse et la subsistance quotidienne, et ces deux années ont été très difficiles. Et il est juste de dire que l'ensemble de l'Ordre franciscain, avec tout ce qu'il représente en Terre Sainte, et d'autres institutions religieuses, ont mené des actions importantes pour aider ces communautés chrétiennes, qui sont minoritaires en Terre Sainte.

"C'est une façon naturelle de vivre ensemble".

En ce qui concerne la sécurité, Piedad Aguilera a ajouté que "parfois, on propose des informations politiques ou sociales qui créent une "peur de la Terre Sainte", mais quand on visite la vieille ville de Jérusalem et qu'on voit qu'on peut y vivre naturellement, les craintes se dissipent. Depuis la dernière Intifada, je pense qu'il est possible de voyager en toute normalité".

Nous sommes en train de mettre en place toutes les ressources, aériennes et hôtelières, car nous allons faire face à "une demande explosive". Et en 2023, je pense que ce sera le moment où nous serons déjà adaptés, où tous les projets que nous avons vont être réalisés avec la normalité que nous avions en 2019. Nous attendons que tout le monde vienne avec cet espoir". Piedad Aguilera a souhaité mettre en avant, enfin, " la sécurité que nous pouvons apporter au voyageur, dans la structure de personnes spécialisées que nous avons dans l'unité, en souscrivant une assurance à destination avec une couverture santé étendue, pour que le voyageur puisse avoir l'esprit tranquille en cas d'incident, ce qui peut arriver à tout le monde ". Notre capacité à réagir aux événements imprévus est garantie".

Le débat qui a suivi a permis de poser de nombreuses questions aux intervenants, sur les guides, le profil des touristes et des pèlerins, sur le pèlerinage, etc., qui peuvent être visionnées sur le compte Youtube d'Omnes.

L'auteurFrancisco Otamendi

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.