Espagne

L'enquête sur les abus commis dans l'Église espagnole sera "aussi large que nécessaire".

Le cabinet d'avocats Cremades-Calvo Sotelo a été choisi par la Conférence épiscopale espagnole pour réaliser un audit juridique indépendant des cas d'abus sexuels sur mineurs commis par des membres de l'Église en Espagne.

Maria José Atienza-22 février 2022-Temps de lecture : 4 minutes
abus omella_cremades

L'enquête aura "toute la portée nécessaire pour clarifier les cas qui se sont produits dans le passé et pour incorporer les plus hauts niveaux de responsabilité afin d'éviter la répétition de ces cas dans le futur", c'est ce qu'a déclaré Mgr Juan José Omella, président de la Conférence épiscopale espagnole lors d'une grande conférence de presse au cours de laquelle a été présenté l'audit que le cabinet d'avocats Cremades-Calvo Sotelo a initié afin de connaître, clarifier et réparer les victimes d'abus sexuels dans l'Église.

La CEE, a souligné son président, "veut assumer sa responsabilité envers les victimes, les autorités et la société en créant un nouveau véhicule pour aider à clarifier les événements du passé et contribuer à éviter qu'ils ne se reproduisent".

"Il s'agit d'un service à la société, en particulier aux victimes, et de clarifier certains épisodes qui doivent être surmontés", a ajouté Javier Cremades, qui a assumé cette tâche conscient de la "délicatesse et du caractère exceptionnel de la question". En fait, M. Cremades lui-même a tenu à souligner que cette notion de service à la société a conduit à la décision de ne pas facturer cet audit à la Conférence épiscopale, à l'exception des frais à des tiers.

Compléter la recherche gouvernementale, et non la supplanter.

Tant le président de la Conférence épiscopale espagnole que Javier Cremades ont insisté sur le fait qu'avec cette enquête, une nouvelle étape dans la gestion des abus commis sur des enfants par l'Église espagnole a commencé.

"La CEE veut faire un pas dans son obligation de transparence sociale pour aider et réparer les victimes et collaborer avec les autorités", a déclaré Mgr Omella, qui a souligné que "l'objectif de cet audit est de réparer les victimes en établissant de nouveaux canaux de collaboration et d'aide en plus de ceux qui existent déjà et, deuxièmement, de créer un pont qui facilite le travail des autorités en établissant un canal de collaboration étroit et efficace, indépendamment des moyens dont disposent les autorités pour leurs enquêtes".

M. Cremades s'est exprimé dans le même sens, soulignant que cette enquête commandée par les évêques espagnols ne vient pas "remplacer les autorités mais les compléter et les aider à remplir leur fonction". En fait, Javier Cremades a lui-même signalé qu'en recevant cette commission de la CEE, il a informé le parlementaire Ángel Gabilondo, médiateur et l'un des membres qui feront partie de la commission que le gouvernement espagnol veut former pour enquêter sur ces cas d'abus, mais uniquement dans l'Église catholique.  

Une méthodologie "espagnole" avec une influence allemande

Pour le cabinet, qui compte plus de 25 ans d'expérience professionnelle, cette enquête sur les abus commis sur des enfants dans l'Église espagnole est "l'affaire la plus complexe à laquelle nous ayons été confrontés à ce jour", selon les termes de Javier Cremades, associé du cabinet.

Pour réaliser cet audit, "les méthodes de travail utilisées dans des pays comme la France, l'Allemagne, l'Irlande et l'Australie ont été étudiées". Le travail effectué dans le diocèse de Munich par le cabinet munichois Westpfahl, Spilker, Wastl offre, selon Mme Cremades, "des références très intéressantes". C'est pourquoi deux membres de ce cabinet, Ulrich Wastl et Martin Pusch, feront partie de cette enquête, apportant leur méthodologie et leurs points de vue lors des réunions mensuelles.

Cependant, Cremades - Calvo Sotelo va créer son propre "modèle espagnol" qui incorpore les points utiles de ceux déjà étudiés et corrige en même temps les déficiences méthodologiques que certaines de ces études ont pu avoir.

L'audit portera également sur le travail des bureaux des diocèses espagnols qui, depuis plus d'un an, travaillent avec les victimes d'abus et les accompagnent dans tout le pays. Ce travail sera également analysé et amélioré si nécessaire. La CONFER collaborera également à cet audit.

En principe, 18 personnes prendront en charge cet audit au sein d'une équipe qui devrait s'agrandir et pour laquelle travaillent déjà des avocats de la stature de Encarnación Roca, ancienne vice-présidente de la Cour constitutionnelle et membre de la Cour suprême, Rafael Fernández Montalvo, juge émérite de la Cour suprême, Juan Saavedra, ancien président de la Chambre II de la Cour suprême, Vicente Conde Martín de Hijas, également ancien juge de la Cour suprême, et Santiago Calvo Sotelo, associé du cabinet, entre autres.

Au fil du temps, et en tenant compte du processus et des besoins des victimes et des associations de victimes, comme l'a souligné Javier Cremades, l'équipe pourrait être élargie à des personnes issues des domaines "de la culture, de la société, de la psychiatrie et de la psychologie".

"Nous avons besoin de la contribution de chacun".

La durée prévue de l'audit, qui a commencé ses travaux il y a quelques jours, est fixée à un an. Un délai raisonnable, selon le juriste, "pour se faire une idée exacte de ce qui s'est passé".

L'"ampleur nécessaire" demandée par la Conférence des évêques signifie qu'il n'y aura pas de délai pour l'instruction des affaires, malgré leur prescription civile.

Dans cette optique, M. Cremades a lancé un appel à la société : " Nous avons besoin d'informations de la part de tout le monde ", a-t-il souligné, " en premier lieu des personnes touchées, des victimes, de leurs associations, des médias qui ont fait un travail à ce sujet et qui ont des listes. Bien sûr, des bureaux et du ministère public, du médiateur et des autorités".

Le cabinet d'avocats a mis en place une adresse e-mail spécifique pour cette affaire. denunciaabusos@cremadescavosotelo.com afin de recevoir les plaintes des particuliers et des associations et d'entrer en contact avec eux.

La nouvelle étape dans la gestion des abus dans l'Église espagnole a commencé avec cette enquête qui, comme le président de la Conférence épiscopale a également voulu le souligner, sera menée parallèlement à ce que l'Église fait déjà dans ce domaine et avec laquelle, selon les mots de Mgr Omella, "nous voulons clarifier les faits, communiquer à la société ce qui se fait et ce que nous devons améliorer".

Service de coordination et de conseil pour les bureaux diocésains

Le nouveau service de coordination et de conseil aux bureaux diocésains créé par la Conférence épiscopale espagnole a également été rendu public, coïncidant avec la présentation de cette recherche. Ce nouveau service a été créé dans le but de fournir un soutien et une référence à ces bureaux dans leur travail et sera formé par la psychiatre Montserrat Lafuente, qui travaille déjà dans le Bureau du diocèse de Vic ; Mª José Diez, chef du Bureau d'Astorga ; le prêtre Jesús Rodríguez, membre du Tribunal de la Rota ; et Jesús Miguel Zamora, secrétaire général de l'Association de l'industrie de l'eau. CONFER.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.