Famille

Réciprocité entre la foi et le mariage

Rafael Díaz Dorronsoro-8 mai 2020-Temps de lecture : 6 minutes
Malgré les difficultés, ce couple américain a pu se marier.

Après la présentation générale du Document par le professeur Pellitero, nous aborderons le quatrième point, qui traite de la réciprocité entre la foi et le sacrement du mariage. Cette attention particulière est due au grand impact que la compréhension de cette réciprocité a actuellement dans la sphère pastorale et canonique.

La théologie a pour tâche de guider l'activité des pasteurs et des tribunaux ecclésiastiques en clarifiant le rapport entre la foi et le sacrement du mariage. La réflexion théologique n'ayant pas encore abouti à une compréhension uniforme de la question, la Commission se donne pour tâche de contribuer au débat en abordant le problème de la célébration des baptisés non croyants, qu'elle définit comme étant "les personnes chez lesquelles on ne perçoit pas la nature dialogique de la foi, propre à la réponse personnelle du croyant à l'interlocution sacramentelle du Dieu trinitaire". (n. 144).

La Commission attire l'attention sur deux principes doctrinaux qui façonnent la praxis canonique actuelle. Selon elle, s'ils devaient être appliqués sans discrimination à cette catégorie de baptisés non-croyants, cela conduirait à une "automatisme sacramentel (cf. n. 132). De ces deux principes, le premier est que l'intention de célébrer un sacrement n'est pas requise pour que le sacrement du mariage soit validement célébré, mais seulement l'intention de contracter un mariage naturel (cf. n. 132). Le second principe - consacré par le canon 1055 § 2 du Code de droit canonique - est que tout contrat de mariage valide entre baptisés est pour cette raison même un sacrement, c'est-à-dire qu'il n'est pas possible pour deux baptisés de contracter un vrai mariage qui ne soit pas un sacrement (cf. n. 143).

C'est précisément ce deuxième principe - communément appelé "l'inséparabilité du contrat et du sacrement" - qui fait l'objet du débat théologique actuel. Afin de contextualiser la proposition de la Commission, nous présentons brièvement les deux positions théologiques les plus courantes. Tout d'abord, les défenseurs du principe d'inséparabilité, qui le justifient en pointant le baptême comme raison de la sacramentalité : un mariage est un sacrement parce que les époux sont baptisés. Deuxièmement, ceux qui rejettent le principe d'inséparabilité en arguant que deux non-croyants baptisés peuvent contracter un vrai mariage, mais celui-ci ne serait pas sacramentel. Ils justifient cela en soulignant que la foi est un élément constitutif de la sacramentalité du mariage.

Le Document, après avoir présenté les interventions les plus pertinentes du magistère actuel et d'autres organismes officiels, conclut par une proposition théologique qui se présente comme congruente avec la réciprocité entre la foi et les sacrements, sans nier la théologie actuelle du mariage (cf. n. 134). La proposition s'articule comme suit.

La Commission affirme avec fermeté que la foi des époux est nécessaire pour la célébration valide du sacrement de mariage. En ce qui concerne le baptême, il indique explicitement que lui donner la seule raison de la sacramentalité du mariage serait tomber dans l'erreur d'un automatisme sacramentel absolu (cf. n. 41-e et 78-e). Accepte-t-il alors que deux baptisés non-croyants puissent célébrer un vrai mariage sans que celui-ci soit un sacrement par manque de foi ? La réponse est négative. Le document affirme que "étant donné l'état actuel de la doctrine catholique, il semble approprié d'adhérer à l'opinion la plus courante aujourd'hui concernant l'inséparabilité du contrat et du sacrement". (n. 166-e).

Le Document cherche à harmoniser les thèses de la nécessité de la foi pour la célébration valide du sacrement du mariage et de l'inséparabilité du contrat et du sacrement sur la base de la relation entre la foi et l'intention de se marier selon la réalité naturelle du mariage. La Commission commence par souligner que l'idée qu'un chrétien se fait du mariage est fortement influencée par sa foi et par la culture dans laquelle il vit ; et que la société contemporaine, fortement sécularisée, présente un modèle de mariage qui contraste fortement avec l'enseignement de l'Église sur la réalité du mariage naturel. La conclusion est qu'aujourd'hui on ne peut pas garantir que les baptisés non-croyants, en raison de leur manque de foi, aient l'intention de contracter un mariage naturel, bien que cela ne puisse pas être exclu d'emblée (cf. n. 179). La conséquence pratique est que - en harmonie avec la pratique actuelle - les baptisés non-croyants ne doivent pas être admis à la célébration du sacrement du mariage si, en raison de leur manque de foi, il existe de sérieux doutes sur une intention qui inclut les biens du mariage naturel tel que l'entend l'Eglise (cf. n. 181).

Pour la Commission, ces faits montrent que l'automatisme sacramentel absolu ne peut être admis, puisque la foi des époux façonne l'intention de vouloir faire ce que l'Église fait. En revanche, les non-croyants baptisés n'ont pas la possibilité de se marier et que leur mariage ne soit pas sacramentel, car ils ne sont seulement pas admis à la célébration du sacrement du mariage s'ils ne veulent pas se marier selon la réalité naturelle du mariage. Les non-croyants baptisés se marient et le mariage est un sacrement, ou ils ne se marient pas.

Ceci étant dit, et en acceptant que le consentement valide présuppose la foi, à mon avis le raisonnement de la Commission pour montrer que la foi est constitutive du sacrement du mariage n'est pas convaincant. 

D'abord, parce qu'il a seulement été démontré que la foi, comme la culture, influence la formation de l'idéal chrétien du mariage. Le passage de cette prémisse à la conclusion que la foi est nécessaire au mariage ne semble pas avoir été démontré. 

Deuxièmement, à cause de la raison qu'il donne de la nécessité de la foi pour la célébration des sacrements dans le deuxième chapitre. Dans ce chapitre, il est reconnu qu'avec la validité de la célébration du "est transmis dans ce que la terminologie technique a appelé res et sacramentum"L'Église a un effet différent de celui de la grâce (par exemple, le caractère du baptême). Mais il prévient que "une pratique ecclésiastique qui ne s'occupe que de la validité porte atteinte à l'organisme sacramentel de l'Église, puisqu'elle le réduit à l'un de ses aspects essentiels".en ne tenant pas compte du fait que "les sacrements ont pour but et tirent leur pleine signification de la transmission de l'esprit de l'homme. resde la grâce propre au sacrement". (cf. n. 66). La Commission va ensuite un peu plus loin : les sacrements sont ordonnés au salut - au don de la grâce sanctifiante - qui est atteint par la foi, "la logique sacramentelle comprend, comme constituant essentiel, la réponse libre, l'acceptation du don de Dieu, en un mot : la foi". (n. 67).

Cette dernière étape semble manquer de quelque chose. Si la célébration d'un sacrement peut être valide mais non fructueuse, et jamais fructueuse mais non valide, les conclusions suivantes s'ensuivent : a) que les conditions nécessaires à la validité sont également nécessaires à la fécondité ; b) que les conditions nécessaires à la fécondité ne sont pas toujours nécessaires à la validité. 

Par conséquent, souligner la nécessité de la foi pour la fécondité, comme le fait la Commission, ne justifie pas en soi qu'elle soit nécessaire pour la validité. Et justement, comme nous le rappelle Saint Jean Paul II, "l'effet primaire et immédiat du mariage (res et sacramentum) n'est pas la grâce surnaturelle elle-même, mais le lien conjugal chrétien, une communion à deux typiquement chrétienne, parce qu'elle représente le mystère de l'Incarnation du Christ et son mystère d'Alliance". (Ex. Ap. Familiaris consortio, n. 13).

En outre, soutenir que la foi est constitutive du sacrement du mariage ouvre la porte au paradoxe suivant. Rappelons que le mariage, formellement, est l'union, et que celle-ci a été élevée au rang de sacrement. Le sacrement du mariage ne se réduit pas au moment de la célébration, mais est un sacrement permanent. Si nous fondons la sacramentalité du mariage sur la foi des époux, nous aurions alors affaire à un sacrement intermittent et non permanent : si deux époux chrétiens abandonnent leur foi, en se convertissant à une autre religion, et finissent par rejeter l'enseignement de l'Église sur la réalité naturelle du mariage, à ce moment-là, leur mariage n'aurait plus la base de la sacramentalité, et serait impossible à distinguer d'un mariage célébré par des païens.

Une façon appropriée d'aborder ce sujet est de partir du mariage en tant que réalité permanente et de comprendre sa valeur salvifique à travers l'histoire du salut. De cette manière, on arrive aux idées suivantes, qui éclairent la relation entre la foi et le sacrement du mariage :

a) que dans l'unique histoire du salut, de même qu'Adam est un type ou une figure du Christ, l'union entre Adam et Ève est un type ou une figure de l'union entre le Christ et l'Église ; et de même que tout homme a une relation personnelle avec le Christ - consciemment ou non - parce que Dieu l'appelle à l'existence et au salut dans le Christ, de même tout mariage a une relation avec l'union entre le Christ et l'Église, parce qu'il a son origine en Dieu pour réaliser dans l'humanité son projet d'amour créateur et rédempteur ; 

b) que le mariage - comme les types d'institution directe de l'Ancien Testament - a été institué par Dieu comme un "sacrement" de l'Ancienne Loi, qui accorde la grâce non pas en vertu de sa propre vertu, mais par la foi implicite dans le mystère de l'incarnation du Christ figurée par le mariage ;

c) et que cette valeur salvatrice subsiste dans le mariage chez les païens après l'incarnation du Fils de Dieu, et que chez les baptisés il atteint la dignité de sacrement de la Loi nouvelle, parce que le mariage même de la création est élevé au rang de sacrement.

L'auteurRafael Díaz Dorronsoro

Professeur de théologie sacramentelle, Université pontificale de la Sainte-Croix (Rome)

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.
Bannières publicitaires
Bannières publicitaires