Famille

Ángel LasherasL'un de nos objectifs est de faire connaître Torreciudad à un plus large public".

Le sanctuaire de Torreciudad accueillera à nouveau la Journée mariale des familles, une rencontre qui réunit des milliers de familles au début du mois de septembre. Cette année, il s'agira de sa trentième édition et elle sera présidée par Mgr. Juan Carlos Elizalde, évêque de Vitoria. Le programme comprend la célébration de l'Eucharistie sur l'autel de l'esplanade, des offrandes à la Vierge et la récitation du chapelet. Nous avons discuté avec le recteur de cet événement, de l'évangélisation des familles et des nouveautés offertes par le sanctuaire.

Javier García-11 août 2022-Temps de lecture : 5 minutes

Le 1er juillet 2022 don Ángel Lasheras terminera sa première année en tant que recteur de Torreciudad. À 67 ans, ce Galicien souriant et sympathique a reçu une mission qui n'a pas grand-chose à voir avec le rêve de la retraite que beaucoup de personnes de cet âge recherchent. Si aujourd'hui encore, certains utilisent l'expression "on vit comme un prêtre", il ne semble pas que le cliché puisse être appliqué dans ce cas.

De nombreux sanctuaires mariaux sont situés dans des endroits géographiquement inaccessibles, et Torreciudad ne fait pas exception à la règle. Il n'est donc pas facile pour les foules de s'y rendre. Cependant, là aussi, il y a des exceptions, et l'une de ces occasions a lieu chaque année - à l'exception des deux dernières années du Covid - au début du mois de septembre, lorsque de nombreuses familles viennent participer à un rassemblement qui a maintenant lieu depuis trente ans. 

Nous avons également discuté avec le recteur de la famille et d'autres questions liées au travail pastoral effectué à Torreciudad. 

A Torreciudad, la Vierge Marie se tourne vers ses enfants...

Notre Mère est dévouée à tous, en particulier à ceux qui sont le plus dans le besoin ou qui sont le plus éloignés de son Fils Jésus. À Torreciudad, l'affection de la Vierge Marie se manifeste par des miracles simples mais continus. Saint Josémaria a dit que les grands miracles de Torreciudad auront à voir avec la conversion intérieure des âmes, surtout par la confession.

Vous célébrez en septembre la trentième édition de la Journée mariale de la famille, quel bilan tirez-vous de ces trois décennies ? 

Le site Journée familiale mariale a toujours été l'un des grands événements annuels de Torreciudad. Et grâce à Dieu et à la Vierge, il en sera toujours ainsi. Cette année, nous allons la vivre avec un enthousiasme particulier après deux années de pandémie. Nous pouvons constater que de nombreuses personnes sont impatientes de venir et préparent leurs voyages à l'avance. 

Nous souhaitons que Torreciudad soit connu comme le "sanctuaire de la famille" en raison de ce grand rassemblement et des autres activités liées à la famille. Par exemple, dans les mois à venir, des activités seront organisées à l'intention des couples mariés - le "married love project" -, des jeunes professionnels et même des plus jeunes, dans le but d'approfondir l'importance du noyau familial, des relations parents-enfants, de la séduction, etc. Et nous espérons étendre l'offre de ce type de plans à des personnes de toute l'Espagne et tout au long de l'année. 

Pendant la journée, il y a des offrandes à la Vierge, en quoi consistent-elles et comment pouvez-vous y participer ?

C'est très simple : les familles, les paroisses, les écoles et les associations offrent à la Vierge des fleurs, des produits locaux, des images de la Vierge qu'ils ont apportées pour les déposer dans la galerie d'images du sanctuaire, etc. D'ordinaire, ils nous écrivent par le biais de notre site web pour nous informer ou même nous le disent directement le jour même. L'important est de faciliter la participation des familles avec enthousiasme et joie, et de faire en sorte que toute la famille soit unie...

En trente ans, la famille a beaucoup changé.

Bien sûr, tu parles ! L'Église est consciente des difficultés rencontrées par les couples mariés, l'esprit familial chrétien s'étant dilué. 

Je suppose que c'est ce qui se passe dans tous les sanctuaires de la Vierge, mais à Torreciudad nous corroborons que de nombreuses familles viennent - et pas seulement le jour de la fête mariale, mais aussi tout au long de l'année - qui sont recomposées intérieurement pour avoir eu une rencontre avec Marie, ou avec le sacrement de la pénitence, ou pour l'atmosphère de paix que l'on respire dans le sanctuaire... La grâce de Dieu les touche de près. 

Il est vrai que nous ne sommes pas un sanctuaire avec le nombre de pèlerins qu'ont El Pilar, Fatima, Lourdes ou Montserrat, par exemple, où des millions de personnes viennent, mais nous voulons que le nombre de personnes qui viennent ici pour prier la Vierge continue de croître, également d'autres pays. Nous pouvons dire que Torreciudad est déjà un sanctuaire international - universel, dirais-je - bien qu'à petite échelle.

Le nouveau sanctuaire approche de ses 50 ans, et nous voulons continuer à relancer ce projet attractif pour les pèlerins du XXIe siècle, que nous avons commencé en 2018 et dont les fruits sont déjà abondants en cette année post-pandémique. 

Pensez-vous que Torreciudad est suffisamment connu ?

Oui et non. Comme le nouveau sanctuaire est une initiative du fondateur de l'Opus Dei, de nombreuses personnes qui appartiennent à l'Œuvre ou qui participent à ses apostolats le savent et en parlent, et y amènent leurs amis et leurs parents. Mais c'est l'un de nos principaux objectifs maintenant : faire connaître Torreciudad à un public beaucoup plus large, nous devons atteindre beaucoup plus de personnes, car c'est une maison de la Vierge pour tout le monde. 

Et nous le voyons jour après jour : c'est une merveille de voir deux bus de catholiques chinois arrivant de Barcelone et célébrant la messe dans la chapelle de la Vierge de Guadalupe ; ou de voir un grand groupe de fidèles de la ville de Marseille qui ont apporté une reproduction du Saint Patron de leur ville, Notre Dame de la Garde ; ou d'accueillir un groupe de paroissiens du Mexique avec leur prêtre, un Légionnaire du Christ ?

Nous sommes également très heureux que des prêtres des environs viennent avec leurs paroissiens, avec les enfants qui se préparent à la confirmation ou à la communion. 

Et il y a aussi des immigrants résidant en Espagne.....

L'un des événements annuels du sanctuaire est le pèlerinage de la Virgen del Quinche depuis Quito, où des milliers d'Équatoriens se rassemblent en novembre. Et beaucoup d'autres citoyens de nombreuses villes d'Amérique viennent en petits pèlerinages avec leurs dévotions les plus chères. Ou les Ukrainiens, qui célèbrent ici chaque année leur eucharistie dans le rite gréco-catholique. Même des personnes originaires de pays africains, comme la Guinée équatoriale, nous rendent visite. Dans ce dernier cas, ils sont venus en juillet et l'Eucharistie a été célébrée par l'évêque de Barbastro, Mgr. Ángel Pérez Pueyo a célébré l'Eucharistie pour eux.

La vérité est qu'il y a de plus en plus de communautés, de types très différents, qui trouvent un second foyer à Torreciudad. 

Comment sont reçues les nouvelles expériences d'évangélisation offertes par le sanctuaire ?

Très positif. On remarque que de nombreux pèlerins viennent pour cette raison. L'espace "Vivre l'expérience de la foi" propose une évangélisation très catéchétique, centrée sur les points essentiels de l'Apocalypse. C'est une façon de mettre en évidence les kerigmaLa proclamation originale de la foi par des moyens modernes : vidéos interactives, lunettes de vision tridimensionnelle... Et puis, il y a l'expérience de la cartographie vidéoLe succès de ce projet repose sur le fait qu'il nous permet de contempler le splendide retable de Torreciudad d'une manière différente, peut-être plus intense, et qu'il nous aide à l'apprécier encore davantage. Je pense que son succès est basé sur le fait qu'il est utile de prier avec. Les gens en sortent très émus. 

Ils font un effort pour laisser une trace sur les pèlerins. 

Oui, c'est vrai. Mais nous sommes conscients d'une réalité de la vie surnaturelle : on ne sait jamais quel fruit on sème, car le fruit appartient à Dieu et à notre Mère la Vierge.

Un exemple récent : cette année, un couple de Mexicains de Monterrey est venu avec ses trois enfants. Ils sont venus rendre grâce pour la vie de leur grand-père, aujourd'hui décédé. Il s'avère que leur grand-père, dans les années quatre-vingt du siècle dernier, a fait une retraite spirituelle dans une maison de formation de l'Opus Dei à la périphérie de cette ville, dont l'ermitage est dédié à Notre-Dame de Torreciudad. Nous ne le savions pas. Devant cette image, son grand-père a eu une conversion spirituelle qui l'a conduit à rechercher davantage Dieu.

Il a été tellement impressionné qu'il est venu visiter le sanctuaire. Et il est revenu dans son pays si ému qu'il a décidé de promouvoir la construction d'une église pour favoriser la dévotion à la Vierge de Torreciudad dans sa ville, Monterrey. Et aujourd'hui, il existe dans cette grande ville mexicaine une église dédiée à Notre-Dame de Torreciudad. Il suffit d'aller sur Google et de vérifier : " Nuestra Señora de Torreciudad à Monterrey ". Nous ne le savions pas jusqu'à présent, mais nous pouvons affirmer qu'il s'agit... de la première église au monde dédiée à la Vierge de Torreciudad en dehors du sanctuaire ! 

Pour tout vous dire, j'aimerais aller la rencontrer, et j'espère le faire au début de l'année prochaine.

Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.