Écologie intégrale

Justice réparatrice, briser le cycle de la violence

"Le Réseau catholique de mobilisation est une organisation catholique qui promeut l'abolition de la peine de mort. Face à la peine capitale, elle promeut la justice réparatrice en tant qu'"expérience transformatrice et curative" pour guérir les blessures infligées par les crimes dans la vie des victimes et des prisonniers.

Paloma López Campos-30 juillet 2023-Temps de lecture : 5 minutes
Justice réparatrice

Statue représentant la justice (Unsplash / Tingey Injury Law Firm)

"Réseau catholique de mobilisation"Le CMN est une organisation catholique américaine qui souhaite abolir la peine de mort. Opposée à la peine capitale, elle promeut la justice réparatrice en tant qu'"expérience transformatrice et curative" pour guérir les blessures infligées par les crimes dans la vie des victimes et des prisonniers.

Krisanne Vaillancourt Murphy, directrice exécutive, Catholic Mobilizing Network

Le Réseau de mobilisation catholique veut "défendre les droits de l'homme". dignité des personnes, établir des relations justes, rechercher la guérison, promouvoir la responsabilité, permettre la transformation et promouvoir l'équité raciale".

Pour discuter de la justice réparatrice et du travail du CMN, Omnes a interviewé la directrice générale de l'organisation, Krisanne Vaillancourt Murphy. Au cours de la conversation, Krisanne a abordé un certain nombre de questions, notamment la conception catholique de la justice, l'importance de ne pas enfermer les gens dans des étiquettes et le respect dû aux victimes et aux auteurs.

Qu'est-ce que la justice réparatrice et pourquoi est-ce une bonne option ?

- La justice réparatrice réunit les personnes touchées par un préjudice dans le cadre d'un processus volontaire et sûr. Ce processus permet à toutes les personnes impliquées de comprendre l'impact de l'action préjudiciable et ce qu'il faut faire pour réparer les choses. Il peut s'agir d'une expérience transformatrice et curative.

La justice réparatrice repose sur la conviction que toute personne - quel que soit le préjudice qu'elle a subi ou causé - mérite d'être traitée avec dignité et d'avoir la possibilité de transformer le préjudice et la souffrance en guérison et en plénitude.

Croyez-vous que tout le monde est capable de passer par un processus de réparation ?

- Chaque préjudice est unique et, en tant que tel, la justice réparatrice n'est jamais une solution unique. Reconnaissant que la justice réparatrice doit toujours être volontaire, il y a certainement des cas où une personne n'est pas prête ou désireuse de participer.

Cela dit, je pense que la justice réparatrice devrait être une option accessible à tous. La justice réparatrice donne aux personnes qui ont subi un préjudice une voix et un pouvoir que notre système juridique pénal n'offre généralement pas. Elle donne aux personnes qui ont causé un préjudice la possibilité d'accepter leur responsabilité et d'entamer le processus de réparation d'une manière que notre système juridique n'offre généralement pas. Dans l'ensemble, la justice réparatrice crée les conditions nécessaires à la guérison et devrait donc être plus accessible.

J'ajouterais que chacun d'entre nous peut vivre de manière plus réparatrice dans sa propre vie, et pas seulement dans les cas de criminalité. En nous rappelant la dignité des autres et notre capacité humaine de rédemption et de transformation, nous pouvons tous améliorer nos relations personnelles, renforcer nos communautés et réhumaniser nos systèmes sociaux. Pour les catholiques en particulier, la justice réparatrice nous aide à aborder les relations abîmées comme le ferait Jésus, en modélisant son chemin de réconciliation.

"Le Réseau catholique de mobilisation s'articule autour de trois grands axes : l'éducation, la défense des droits et la prière. Pourquoi ces trois axes sont-ils importants ?

- Le CMN utilise une approche à trois volets : l'éducation, le plaidoyer et la prière, parce que le changement se produit dans nos cœurs, dans nos esprits et dans nos actions. Nous considérons que chacun de ces éléments est tout aussi fondamental pour nous transformer nous-mêmes et transformer nos systèmes défaillants.

Que signifie la justice et comment les catholiques doivent-ils la promouvoir ?

- D'après la tradition catholique et l'Écriture, nous comprenons la justice comme l'état d'une relation juste avec Dieu, avec les autres et avec l'ensemble de la création. Les catholiques peuvent participer à l'œuvre de justice en cherchant où les relations se sont rompues, en reconnaissant où il y a de la souffrance et en entamant le processus de recherche de ce qui est nécessaire pour rétablir la situation. Dans les cas où les relations ont été violées par le crime ou la violence, la justice réparatrice nous aide à reconnaître l'injustice et à entamer un processus pour trouver une solution appropriée.

Un membre du CMN devant la Cour suprême des États-Unis

Le site web du CMN n'utilise pas les mots "délinquant", "criminel" ou tout autre synonyme, pourquoi ?

- Sœur Helen Prejean, religieuse catholique et célèbre militante contre la peine de mort, aime à dire que "nous valons tous plus que la pire chose que nous ayons faite dans notre vie". Des étiquettes telles que "criminel" et "délinquant" - et même des étiquettes telles que "victime" - ne tiennent pas compte du fait que nous avons tous, par le simple fait que nous sommes humains, causé et subi des préjudices dans notre vie. La frontière entre "victime" et "délinquant" n'est pas si claire. De nombreuses personnes ayant causé de graves préjudices ont également subi des préjudices à un moment ou à un autre de leur vie.

Nous choisissons d'éviter ces étiquettes parce que nous croyons que Dieu nous considère comme bien plus qu'une "victime" ou un "criminel". À ses yeux, nous sommes tous des enfants de Dieu, nous avons tous une dignité et nous méritons tous le respect.

Est-il possible de trouver un équilibre entre le respect et la justice dus aux victimes et le respect dû aux condamnés à mort ?

- Dans "Fratelli Tutti"Le pape François écrit que "chaque acte de violence commis contre un être humain est une blessure dans la chair de l'humanité. La violence conduit à plus de violence, la haine à plus de haine, la mort à plus de mort. Nous devons briser ce cycle qui semble inéluctable".

Lorsque, en tant que société, nous parlons de justice pour les victimes, nous savons qu'elle doit impliquer un certain degré de responsabilité pour la personne qui leur a causé du tort et un moyen de les mettre à l'abri de futurs méfaits. Mais cela ne signifie pas que nous devons perpétuer le cycle de la violence. Nous pouvons offrir une forme de justice qui ne crée pas de nouvelles "blessures dans la chair de l'humanité".

Comment expliquer aux personnes lésées par les crimes commis que la peine de mort n'est pas une option ?

- Souvent, la meilleure façon d'approcher les personnes qui ont été victimes d'un crime n'est pas de parler ou de prêcher, mais d'écouter. Avec ouverture d'esprit et curiosité, nous devons chercher à comprendre la douleur unique que ressentent ces personnes. Nous devons les accompagner sur le chemin de la douleur et de la guérison (qui dure souvent toute une vie).

Je pense à mes amis Syl et Vicki Schieber, dont la fille, Shannon, a été tragiquement assassinée en 1998. Les forces de l'ordre ont dit à Syl et Vicki que la peine de mort était la seule chose qui leur permettrait de "tourner la page" et de trouver la paix. Mais elles n'ont jamais accepté l'idée que tuer l'assassin de Shannon les aiderait à guérir.

Syl et Vicki sont catholiques depuis toujours. C'est en priant le Notre Père à la messe qu'elles ont réalisé qu'elles pouvaient choisir une autre voie : celle du pardon. Elles ont pris la difficile décision de pardonner à l'assassin de Shannon et sont devenues de fervents défenseurs de l'abolition de la peine de mort. Ils ont également joué un rôle important dans l'abolition de la peine de mort dans leur État d'origine, le Maryland, en 2013.

Syl raconte comment, des années après la mort de Shannon, elle a rencontré un homme dont le père avait été assassiné 20 ans plus tôt. Alors que Syl avait rejeté l'idée que la vengeance l'aiderait à guérir, cet homme avait choisi l'autre voie : celle de la colère et du ressentiment. À un moment de la conversation, l'homme a dit à Syl : "J'aimerais bien être à ta place".

Il y a encore trop de victimes qui attendent la "fin" que la société leur a promise avec la peine capitale. Nous leur devons de pouvoir se libérer de ce que le pape François appelle "ce cycle qui semble inéluctable". Elles méritent la paix et la guérison que Syl et Vicki ont trouvées.

Logo du Réseau de mobilisation catholique
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.
Bannières publicitaires
Bannières publicitaires