Deux récits sur l'évangélisation de l'Amérique

Le récent voyage du pape François au Canada montre comment ses messages atteignent souvent l'opinion publique avec peu de nuances. Dans ce cas, le récit négatif sur l'évangélisation de l'Amérique influence considérablement la façon dont son message est reçu.

9 août 2022-Temps de lecture : 2 minutes

Photo : Le pape François salue un autochtone à Iqaluit. ©CNS photo/Paul Haring

Ces dernières années, un nouveau récit s'est développé sur la colonisation de l'Amérique et l'évangélisation menée par l'Espagne et d'autres pays. Bien sûr, tout n'a pas été bien fait et l'histoire doit faire la lumière sur tous les faits. Cependant, il semble que de nombreuses nuances importantes ne soient pas prises en compte dans le débat public. La culture de l'échauffement impose un récit fondé sur le ressentiment et peu propice à un dialogue serein sur de nombreuses questions. 

Les titres de la presse n'aident pas non plus, comme l'a montré le récent voyage du pape au Canada. Sans aucun doute, le message principal était de s'excuser auprès des indigènes pour la collaboration de l'Église dans les écoles publiques pour la rééducation des enfants. L'empathie et l'humilité dont François a fait preuve ont gagné le cœur de nombreuses personnes issues des peuples originaires de ces régions, qui ont accepté ses excuses avec des gestes qui ont fait le tour du monde en une multitude de photographies. 

Cependant, François est loin de reconnaître la vérité de toutes les histoires qui ont été révélées ces dernières années au sujet des pensionnats, en particulier l'idée qu'il y a eu un véritable génocide. La nuance est très importante, mais peut-être que le public a été laissé avec l'idée que le Pape a reconnu plus qu'il n'a réellement dit. 

Je crois que la manière vraiment humble et accessible dont François a fait preuve est l'image qui m'est restée le plus de ce voyage, mais il est important de ne pas perdre toutes les nuances de ses paroles. Contrairement à ce que font aujourd'hui les grands gouvernements et les grandes entreprises lorsqu'ils commettent des erreurs, l'Église ne se consacre pas uniquement à l'indemnisation des victimes. Elle a également présenté des excuses publiques à de nombreuses reprises et ses plus hauts représentants - pensez à François ou Benoît XVI - ont rencontré personnellement et fréquemment les personnes concernées. 

À mon avis, c'est la bonne façon de procéder, mais cela ne doit pas nous amener à penser que la corruption et le péché sont ce qui abonde dans l'Église. Si c'était le cas, elle aurait cessé d'exister depuis longtemps, car aucune institution ne peut survivre longtemps si elle abrite surtout de mauvaises choses. Le succès du grand ouvrage de vulgarisation historique d'Elvira Roca, "Imperiofobia", et d'autres livres de ce type mettent en évidence les aspects positifs de la contribution sociale de l'Église, qui est sans aucun doute très importante. En outre, cette perception corrompue de l'Église est loin d'être la norme dans la vie quotidienne de la plupart des catholiques lorsqu'ils se rendent dans leurs paroisses et ont affaire à leurs prêtres. 

En conclusion, je pense que nous devrions être humblement fiers de la façon dont l'Église reconnaît et répare ses erreurs, tout en percevant que la plupart de ce qu'elle fait est très positif. En outre, la société actuelle vit et exige des idéaux chrétiens sans s'en rendre compte.

L'auteurJavier García

Rédacteur en chef d'Omnes. Il a précédemment collaboré avec des médias tels qu'Aceprensa et divers sites web culturels. Il a été professeur de philosophie dans un lycée pendant 17 ans.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.