Liberté et vérité chez Menéndez Pelayo

À une époque où le silence culturel et social menace de saper, notamment, les rudiments de la liberté académique, la figure de l'universitaire Marcelino Menéndez Pelayo apparaît comme un exemple.

30 novembre 2022-Temps de lecture : 4 minutes
jose maria barrio verdad

"Juste au début de la Restauration, en février 1875, un décret est publié par le ministère des Travaux publics interdisant l'enseignement de tout ce qui est contraire au dogme catholique, aux bonnes mœurs, à la monarchie constitutionnelle et au régime politique. Plusieurs professeurs d'université, tels que Giner de los Ríos, Azcárate et Salmerón, ont d'abord été suspendus, puis démis de leurs fonctions de professeur".

En 1876, Giner de los Ríos et plusieurs de ses collègues fondent l'Institución Libre de Enseñanza, une association qui, en dehors de l'enseignement public, cherche à renouveler les jeunes générations par une morale laïque et des idées inspirées du franc-maçon idéaliste allemand K. Ch.F. Krause (1781/1832), dont la philosophie avait tenté d'harmoniser panthéisme et théisme et qui, contre l'exaltation hégélienne de l'idée d'État, avait tenté d'harmoniser panthéisme et théisme.Ch.F. Krause (1781/1832), dont la philosophie avait cherché à harmoniser panthéisme et théisme et, contre l'exaltation hégélienne de l'idée d'État, avait défendu la supériorité éthique des associations à vocation générale comme la famille ou la nation. En promouvant une fédération volontaire entre ces associations, un rapprochement et une unité entre les êtres humains pourraient être réalisés.

Un membre de l'institution, Gumersindo de Azcárate, dans un article publié dans la "Revista de España", a déclaré que "selon que l'État protège ou refuse la liberté de la science, l'énergie d'un peuple montrera plus ou moins son génie particulier... et il se peut même que son activité soit presque complètement étouffée, comme cela s'est produit en Espagne pendant trois siècles".

Menéndez Pelayo, après avoir lu l'article susmentionné et sous la direction de l'un de ses professeurs et amis, Gumersindo Laverde (18335/1890), publia, cette même année 1876, son premier ouvrage, "La ciencia española", avec lequel il commença son aventure intellectuelle, convaincu que les Espagnols pouvaient se renouveler en s'inspirant des idéaux éthiques et culturels des plus hauts moments de leur histoire ; et déjà à l'époque, il faisait siennes les paroles du savant bénédictin B. J. Feijoo, qui dans l'un de ses discours s'était proclamé "citoyen libre de la République des Lettres, ni esclave d'Aristote ni allié de ses ennemis".J. Feijoo, qui dans un de ses discours s'était proclamé "citoyen libre dans la République des Lettres, ni esclave d'Aristote ni allié de ses ennemis".

En 1892, il adresse un rapport au ministre des Travaux publics dans lequel il se plaint que "nous assistons au départ de notre Faculté de très dignes professeurs..., représentants de doctrines très différentes, mais également dignes de respect pour leur consécration zélée et désintéressée au culte de la vérité...", "...idéal de vie...". ...a pour but la recherche scientifique qui ne peut être réalisée qu'avec des garanties d'indépendance semblables à celles dont jouissent toutes les grandes institutions scientifiques des autres pays... ; "...nous voulons nous rapprocher de cet idéal par tous les moyens possibles et revendiquer pour le corps universitaire toute la liberté d'action qui, dans sa sphère particulière, lui correspond".

Pour sa part, l'historien Cánovas del Castillo considère que des fléaux tels que le retard et le manque d'unité politique de l'Espagne sont imputables à l'héritage de l'Inquisition et de la Maison d'Autriche. Et à l'Assemblée constituante de 1868, Castelar s'écrie : "Il n'y a rien de plus affreux, de plus abominable que ce grand empire espagnol qui était un linceul qui s'étendait sur la planète... Nous avons allumé les feux de l'Inquisition ; nous y avons jeté nos penseurs, nous les avons brûlés et, après, il n'est resté de la science en Espagne qu'un tas de cendres".

Il est vrai que la science espagnole avait été interrompue pendant longtemps, mais c'était à partir de 1790, ce qui ne coïncide pas avec l'Inquisition, mais avec le tribunal voltairien de Charles IV, les Cortes de Cadix, le désarmement de Mendizábal, l'incendie des couvents...

Dans ce contexte, en 1881, alors que Don Marcelino n'avait pas encore atteint l'âge de 25 ans, un hommage a été organisé dans le parc du Retiro de Madrid pour le deuxième centenaire de la mort de Calderón de la Barca. Les experts étrangers ont loué le mérite de l'écrivain, malgré l'époque rétrograde dans laquelle il a vécu. À la fin, Menéndez Pelayo explose... "Écoute, Enrique, avouera-t-il plus tard à son frère, ils m'ont mis dans tous mes états, ils ont dit tant de barbaries et je n'ai pas pu m'empêcher d'exploser, et en plus, ils nous ont donné un si mauvais champagne au dessert...".

Dans ce fameux toast, le polygraphe cantabrique souligne en premier lieu l'idée (ou plutôt le fait) que c'est la foi catholique qui nous a façonnés. De sa perte ou, du moins, de son effacement, naît notre décadence et notre mort éventuelle...

Deuxièmement, la revendication de la monarchie traditionnelle, assumée et portée à son apogée par la Maison d'Autriche, qui n'était ni absolue ni parlementaire, mais chrétienne, et qui, par conséquent, pouvait être la garante de la commune espagnole, où la vraie liberté pouvait s'épanouir.....

Pour défendre ces principes (foi catholique, monarchie traditionnelle, liberté municipale), Calderón a écrit. Les libéraux, à la fois absolutistes et révolutionnaires, se sont élevés contre eux, imposant leur liberté idéologique, qui détruisait la liberté réelle au nom d'idées abstraites et étatistes.

Je termine par la transcription du toast car je pense qu'il vaut la peine d'être fait : "...Je porte un toast à ce que personne n'a porté jusqu'à présent : aux grandes idées qui ont été l'âme et l'inspiration des poèmes de Calderon. En premier lieu, à la foi catholique romaine, apostolique, qui, en sept siècles de lutte, nous a fait reconquérir notre patrie, et qui, à l'aube de la Renaissance, a ouvert aux Castillans les jungles vierges de l'Amérique, et aux Portugais les fabuleux sanctuaires de l'Inde..... Je porte un toast, en second lieu, à l'ancienne et traditionnelle monarchie espagnole, chrétienne dans son essence et démocratique dans sa forme... Je porte un toast à la nation espagnole, cavalière de la race latine, dont elle a été le bouclier et la plus forte barrière contre la barbarie germanique et l'esprit de désintégration et d'hérésie... Je bois à la commune espagnole, fils glorieux de la commune romaine et expression de la vraie et légitime et sacro-sainte liberté espagnole... En définitive, je bois à toutes les idées, à tous les sentiments que Calderón a apportés à l'art... ; ceux d'entre nous qui sentent et pensent comme lui, les seuls qui avec raison, et justice, et droit, peuvent exalter sa mémoire... et que les partis plus ou moins libéraux qui, au nom de l'unité centraliste à la française, ont étouffé et détruit l'ancienne liberté municipale et forale de la Péninsule, assassinée d'abord par la Maison de Bourbon et ensuite par les gouvernements révolutionnaires de ce siècle, ne peuvent en aucun cas compter comme la leur. Et je dis et déclare que je n'adhère pas au centenaire dans ce qu'il a de semi-païen, informé par des principes... qui n'auraient guère à plaire à un poète aussi chrétien que Calderón, s'il levait la tête...".

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.