Le SIDA et l'Eglise

Le dogme du sexe libre a désorienté la lutte contre le sida en désignant comme responsable de cette terrible pandémie la personne même qui faisait le plus pour les malades.

1er décembre 2022-Temps de lecture : 3 minutes
Paqui Cabello_Centre SIDA

Vous vous souvenez que dans les années 80 et 90, l'Église catholique était considérée comme pratiquement responsable de la propagation du sida ? Le temps a remis les pendules à l'heure et montré qui a réellement soutenu les victimes et qui a utilisé le VIH uniquement comme une arme idéologique.

Si vous avez plus de 30 ans, vous avez probablement vous aussi ressenti un frisson lorsque vous avez entendu parler du SIDA. Au cours des dernières décennies du siècle dernier, la maladie a provoqué un choc terrible dans le monde entier, car les personnes infectées n'avaient qu'un seul pronostic : la mort, accompagnée d'une cruelle stigmatisation sociale.

Au cours de ces années de peur et d'incertitude entourant le sida, l'Église catholique a fait des pieds et des mains pour prendre soin de ceux dont personne ne voulait, offrant non seulement des soins médicaux malgré la grande ignorance qui régnait sur la maladie, mais aussi l'amour et l'accompagnement nécessaires pour que ces personnes puissent mourir dignement.

À Malaga, par exemple, le refuge Colichet était un projet commun de Cáritas Diocesana et des Filles de la Charité dans lequel les "pestiférés" ont trouvé un foyer où ils se sentaient aimés. En une seule garde, trois malades sont morts", a expliqué son directeur, Paqui Cabello, dans une interview récente. Ils partaient et il n'y avait rien à faire. C'était un sentiment de vide, comme s'ils vous enlevaient une partie de votre vie".

Cependant, au cours de ces années, personne ne parlait des nuits blanches de Paqui, ni des inquiétudes de Sœur Juana, médecin et fille de la Charité, lorsqu'il s'agissait de soigner des patients atteints d'une maladie pratiquement inconnue : "J'étais moi-même morte de peur, disait-elle, parce que nous ne savions pas ce que nous devions affronter". On a beaucoup parlé, cependant, de l'attitude "inacceptable" de l'Église qui s'oppose à la solution presque unique au problème proposée par les grands groupes de pouvoir : la promotion de l'utilisation du préservatif.

Avec le recul et l'expérience de la pandémie de Covid, j'ai acquis la conviction que la campagne contre l'Église n'était rien d'autre qu'un plan de guerre idéologique, peut-être soutenu par l'industrie pharmaceutique, pour consolider le paradigme sexuel issu de Mai 68, qui vacillait face à l'émergence du VIH. Bien sûr, les dispositifs de barrière (préservatifs ou masques, selon la voie de transmission) sont nécessaires dans certains cas, mais le coronavirus n'a-t-il pas montré qu'ils ne suffisent pas et que d'autres mesures liées au changement des habitudes sont nécessaires ? Avec le coronavirus, on nous disait que nous ne pouvions même pas rendre visite à nos proches, on nous enfermait à l'intérieur pendant des mois, mais, avec le sida, on ne pouvait même pas suggérer une moindre promiscuité sexuelle ! Le dogme du sexe libre a désorienté la lutte contre le sida en désignant comme responsable de cette terrible pandémie la personne même qui faisait le plus pour les malades.

Aujourd'hui, grâce à Dieu, le SIDA est passé du statut de maladie mortelle à celui de maladie chronique dans le premier monde. Et l'Église continue d'être à la pointe du combat contre le VIH et ses conséquences : recherche de nouveaux traitements dans ses hôpitaux et ses universités, travail de prévention, soins aux personnes séropositives, accompagnement par des soins palliatifs de ceux qui ont été évincés par la pauvreté, prise en charge des millions d'enfants rendus orphelins par la maladie et exigence que même les pauvres aient accès aux médicaments modernes. On estime qu'un malade du sida sur quatre dans le monde est soigné dans une institution de l'Église catholique et l'OMS affirme que 70% des services de santé en Afrique sont fournis par des organisations confessionnelles.

En cette Journée mondiale du sida, nous entendrons de grands discours de la part de ceux qui trouvent dans le VIH une raison supplémentaire de faire de l'ingénierie sociale, de promouvoir une colonisation idéologique ou simplement de prendre des postures. Moi, fort de mon expérience, je m'en tiendrai aux mots simples de ceux qui ne disposent pas de puissants terminaux médiatiques ou de lobbies qui jouent avec des cartes marquées. Je me retrouve avec le vide de Paqui face à la perte d'un nouveau patient, et la répulsion de Sœur Juana lorsqu'elle s'occupe d'un nouveau patient. Ils savent vraiment ce qu'est le SIDA et l'Église.

L'auteurAntonio Moreno

Journaliste. Diplômé en sciences de la communication et licencié en sciences religieuses. Il travaille dans la délégation diocésaine des médias à Malaga. Ses nombreux "fils" sur Twitter sur la foi et la vie quotidienne sont très populaires.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.