La haine comme excuse

Il est inquiétant d'observer comment les pouvoirs publics s'érigent en une sorte de "muselières sélectives" qui mesurent les expressions publiques de l'opinion citoyenne à une étrange aune.

25 novembre 2022-Temps de lecture : 2 minutes
liberté d'expression censure

Tout être humain doué de compréhension a la saine habitude de penser et d'exprimer des opinions sur ses pensées.

C'est un État régi par la règle de droit selon laquelle ses citoyens doivent être libres d'exprimer leurs opinions en public et en privé. C'est aussi un signe de civilisation et de perspicacité intellectuelle que d'être capable d'écouter les voix qui critiquent ou s'opposent à ses propres pensées et opinions.

Dans un régime de libertés tel que celui que nous méritons d'avoir, personne n'est obligé de suivre les diktats de l'opinion d'autrui, tout comme personne n'est légitimé à faire taire ou à réduire au silence la bouche de ceux qui expriment une opinion différente par des moyens légitimes.

Il est donc (très) inquiétant d'observer comment les autorités publiques s'érigent en une sorte de "muselières sélectives" qui mesurent les expressions publiques de l'opinion citoyenne avec un étrange critère - très large d'un côté, et très étroit de l'autre.

Je fais référence à des faits très concrets, tels que diverses campagnes de publicité et d'opinion, critiques à l'égard des aléas législatifs auxquels nous nous sommes habitués ces derniers temps.

Pour donner un exemple récent : le département "égalité et féminisme" de la Generalitat a interdit la circulation d'un bus avec des slogans critiques de la "loi trans" ("non à la mutilation des enfants", "les niñes no existen", etc.), sous prétexte d'"incitation à la haine contre un groupe vulnérable".

Il est clair que de tels slogans n'incitent nullement à la haine, et il est regrettable qu'ils n'aient pas pu circuler en Catalogne, tout comme de nombreux slogans incitant clairement à la haine envers les catholiques et autres groupes de citoyens qui ne suivent pas la diktat politique.

Dans un État démocratique, les droits ne peuvent être accordés arbitrairement à ceux qui sautent à travers les cerceaux du politiquement correct et refusés à ceux qui ne sont pas d'accord.

J'irais même jusqu'à dire que nous sommes tout près d'une nouvelle (ou pas si nouvelle) inquisition, agissant avec de plus en plus d'effronterie sous un parapluie qui - du moins dans les médias - leur convient : celui des crimes de haine.

Cette formule devient un fourre-tout facile et - on ne saurait mieux dire - "haineux" pour tenter de faire taire les voix dissidentes.

Ce qui, dans un pays démocratiquement développé, n'est rien d'autre que l'expression légitime de la participation des citoyens et de la volonté d'influencer le débat politique est ouvertement censuré dans notre pays, sous un slogan qui est une manipulation grossière de ce qu'est réellement l'incitation à la haine. Cette infraction pénale ne peut servir d'alibi pour fermer la bouche d'une partie de la société.

Les citoyens sont capables de sélectionner ce qui les intéresse et ce qui ne les intéresse pas. Confondre (ou essayer de camoufler) la dissidence avec la haine est typique des régimes autoritaires qui exercent la censure en tant qu'autodéfense.

La peur que certaines voix soient entendues publiquement est souvent un symptôme d'indigence intellectuelle ou de totalitarisme sectaire ; ou les deux.

L'auteurMontserrat Gaz Aixendri

Professeur à la faculté de droit de l'Université internationale de Catalogne et directeur de l'Institut des hautes études familiales. Elle dirige la Chaire sur la solidarité intergénérationnelle dans la famille (Chaire IsFamily Santander) et la Chaire sur les politiques de l'enfance et de la famille de la Fondation Joaquim Molins Figueras. Elle est également vice-doyenne de la faculté de droit de l'UIC Barcelone.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.