La formation : clé de la liberté et de l'innovation dans les confréries

La complexité de la société actuelle exige une formation qui, associée à l'expérience personnelle, fournira les outils nécessaires pour analyser l'environnement et prendre les décisions nécessaires en toute liberté.

22 août 2022-Temps de lecture : 3 minutes
formation

Il n'est pas facile d'innover, et encore moins d'être disruptif. Ce n'est qu'avec une préparation rigoureuse et une connaissance approfondie des principes fondamentaux que vous pourrez tenter d'explorer de nouvelles voies.

Est-il nécessaire d'innover ? Les individus et les institutions, y compris les confréries, ne peuvent rester isolés de leur environnement et doivent s'efforcer de faire mieux chaque jour. comme d'habitude. Les courants de pensée modifient continuellement les modèles sociaux, c'est pourquoi une analyse permanente de la réalité est indispensable pour anticiper les changements et rester fidèles à leur finalité dans de nouvelles circonstances, et non pour rester isolés dans une réalité inexistante ; c'est l'innovation que les responsables des institutions, dans notre cas les confréries, doivent promouvoir. Cette innovation ne se fait pas dans le vide, ni par tâtonnement, les conditions personnelles requises pour entreprendre ce processus avec des garanties le sont : formation, expérience de réflexion et une conscience claire de la la liberté individuelle.

Il est souhaitable, ou plutôt essentiel, que les frères et sœurs aînés et les membres des conseils d'administration s'efforcent d'acquérir une expérience de la vie. formation appropriée en anthropologie chrétienne, théologie morale, droit canonique, histoire des idées et des confréries, ainsi qu'une formation en gestion des organisations de personnes.

C'est cette formation qui fournit les outils nécessaires pour analyser la réalité sociale, sans assumer l'analyse et le récit ultérieur fait par d'autres. Le récit est construit par moi sur la base de mes propres critères éclairés. expérience réfléchie. Il y a des gens à qui les choses "arrivent" tout simplement et d'autres qui sont capables de tirer des leçons de ces incidences en les contrastant avec leur schéma de pensée.

À partir de là, les décisions nécessaires peuvent être prises pour que les confréries restent fidèles à leur mission, ce qui est le but de l'innovation.

Cette approche est inconfortable pour ceux qui vivent dans leur bulle dans laquelle ils se déplacent confortablement entre les autels de culte, les sorties processionnelles, les activités sociales et les réunions électorales. Leur conservatisme apparent, enveloppé d'une certaine supériorité morale, cache une mentalité populiste, manquant de fondamentaux et ayant besoin d'un adversaire contre lequel s'affirmer, généralement quelqu'un qui pourrait faire éclater leur bulle en essayant de leur présenter le monde réel.

Les personnes touchées par cette mentalité ne comprennent pas pleinement la valeur de la la liberté. Ils y renoncent, préférant son existence comme un ensemble de faits et d'actions qui se succèdent, sans sujet enraciné dans l'être. Ils ignorent comment la liberté du Christ, manifestée dans l'obéissance au Père jusqu'à la Croix, est ce qui éclaire le sens de notre liberté, qui confère à la personne sa dignité et son élévation à la condition d'enfants de Dieu. Une liberté qui ne dépend pas de la mode idéologique ou de l'opinion de la majorité et qui acquiert sa plénitude lorsqu'elle est découverte comme un don divin avec lequel nous pouvons collaborer avec Dieu dans la création du monde et dans la construction de l'histoire.

Cette liberté a un double aspect : liberté de coercitions, interférences, impositions et la liberté de de faire ou d'être quelque chose, de s'engager ; une liberté comprise comme une tâche éthique qui est, par ailleurs, personnel, sans se réfugier dans l'anonymat de la massification dans laquelle la responsabilité individuelle se perd et avec elle la possibilité de vivre une relation authentiquement humaine avec Dieu et avec les autres.

Tout cela a un coût qu'il faut être prêt à supporter. Aujourd'hui, Goya est reconnu comme un artiste novateur et la révolution esthétique provoquée par ses œuvres est étudiée. Les caprices et leurs Peintures noires comme une expression idéologique de l'âge de la raison et un précurseur de la peinture contemporaine ; mais cette innovation reposait sur sa grande formation artistique et technique, dont il a fait preuve à ses débuts. Le chemin n'était pas facile ; il avait parcouru un long chemin d'étude et de formation avant d'atteindre cette liberté d'expression artistique, et il a enduré des critiques amères, suscitant même l'intérêt de l'Inquisition avec ses Caprichos, qui voyaient dans ces gravures de possibles déviations doctrinales.

La société d'aujourd'hui est très différente de celle d'il y a cinquante ans et les confréries doivent répondre à cette nouvelle situation, elles doivent innover pour rester fidèles à leur mission ; cette innovation nécessite une formation qui, avec l'expérience personnelle, fournira les outils pour analyser l'environnement et prendre les décisions nécessaires avec liberté, en assumant la responsabilité correspondante. 

Il est certainement plus confortable de ne pas prendre de risques, de se limiter à faire du "business as usual", sans s'exposer à l'échec ou à la critique, mais en faisant glisser la fraternité vers la médiocrité.

L'auteurIgnacio Valduérteles

Doctorat en administration des affaires. Directeur de l'Instituto de Investigación Aplicada a la Pyme. Frère aîné (2017-2020) de la confrérie de la Soledad de San Lorenzo, à Séville. Il a publié plusieurs livres, monographies et articles sur les confréries.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.