Nouvelle année scolaire et nouveaux défis pour la classe de religion

22 septembre 2017-Temps de lecture : 4 minutes

À la nouvelle année académique, la mise en œuvre de la LOMCE prendra fin, avec son application en 4ème année d'ESO (Secondaire) et en 2ème année de Bachillerato (Baccalauréat). Cependant, en ce qui concerne le sujet de la religion, l'interprétation des 17 communautés autonomes donne une image de flou absolu, d'absence de définition et de confusion, qui menace les droits des étudiants, des parents et des enseignants.

- Francisco Javier Hernández Varas

Président de la Fédération des syndicats indépendants de l'éducation (FSIE)

La réglementation de la matière Religion établie par la LOMCE a été expressément rejetée dès le départ par la Conférence épiscopale espagnole, les chefs d'établissement, les professeurs de Religion, les syndicats et les associations de parents d'élèves catholiques.

Et si nous devions chercher un qualificatif à la situation actuelle, une fois qu'elle a été appliquée au niveau régional, je dirais qu'il s'agit d'un flou absolu, d'un manque de définition, d'incertitude, d'insécurité, de confusion et d'autres synonymes similaires. Ainsi que d'autres termes tels que harcèlement, menace, persécution et autres termes similaires qui affectent le sujet, le personnel enseignant et, bien sûr, les élèves et leurs parents.

Qu'est-ce qui nous attend cette année ?

Nous n'allons pas nous étendre sur le fait que cette matière n'est pas une concession de l'Administration mais un droit des parents et des élèves, ni sur le nombre élevé d'élèves qui la choisissent, ni sur l'importance de la matière en tant qu'élément fondamental du développement intégral de la personne, ni sur le fait que c'est l'un des éléments les plus importants du système éducatif. curriculum du sujet. Ces aspects sont suffisamment connus des professeurs de religion. Ce que je voulais résumer ici, c'est la situation actuelle et les perspectives pour la matière et ses enseignants.

Dès le départ, nous avons mis en garde dans ces pages contre le risque que représente le traitement de la religion en tant que sujet. spécifiqueCela signifie qu'il ne s'agit pas d'une matière fondamentale conformément à la Constitution et aux accords d'État. Elle devient ainsi une matière de portée plus autonome que nationale, car sa réglementation dépend avant tout de l'interprétation que chaque Communauté autonome fait de la réglementation et du caractère obligatoire de la matière elle-même. C'est là que le gouvernement a manqué l'occasion de résoudre définitivement le problème de la religion dans les écoles.

Les conflits portent essentiellement sur le développement de la curriculum des différentes étapes éducatives dans chaque Communauté autonome : configuration de l'enseignement et répartition des matières, horaires, évaluation et inscription, principalement. Les 17 communautés autonomes dessinent une carte politique disparate et un positionnement idéologique et politique différent, de sorte que le panorama de l'éducation et de l'emploi est inégal.

Réduction des heures et du personnel enseignant

Cet été a été riche en exigences, en négociations, en incertitudes mais aussi en décisions pertinentes, dont les enseignants doivent avoir connaissance.

En septembre, la Junta de Andalucía réduira une heure d'enseignement de la matière en 3ème ESO, en continuité avec la réduction déjà mise en œuvre en primaire, ce qui signifiera une réduction de 747 heures de la matière. D'une part, cette décision unilatérale de la Junte signifiera une perte financière immédiate pour les enseignants, ce qui aura un impact direct sur les salaires de centaines de travailleurs dont les contrats sont déjà précaires. Les enseignants de religion en Andalousie continuent de voir leurs conditions de travail se dégrader année après année.

La seule explication donnée par la Commission est cette déclaration de son porte-parole : ".....".Nous comprenons qu'il y a d'autres matières qui nécessitent plus de temps afin d'avoir des enfants mieux éduqués".qui sous-estime clairement le libre choix des parents et des élèves dans cette matière.

Dans les îles Baléares, le Conselleria de l'éducation peut laisser 55 professeurs de religion à la rue ou avec seulement une demi-journée de travail, c'est-à-dire un enseignant sur trois de cette matière, ce qui constitue un véritable ERE caché.. Le conflit a commencé avec l'arrivée du nouvel exécutif de l'Union européenne. Pactequi a décidé de réduire l'horaire de la religion d'une heure et demie par semaine à une heure.

Entre-temps, différentes solutions sont en cours de négociation, telles que le travail temporaire, la retraite anticipée ou la répartition des heures entre tous les employés, étant donné que la Commission européenne n'a pas été en mesure de trouver une solution à ce problème. Conselleria refuse de permettre aux professeurs de religion d'enseigner d'autres disciplines, comme c'est le cas depuis 1982.

Dans d'autres endroits, l'absence de dialogue a conduit à la nécessité de recourir aux tribunaux. Ainsi, en Aragon, la Cour suprême d'Aragon a rejeté les mesures conservatoires demandées par les évêques contre l'instruction du gouvernement régional qui réduisait le sujet de la religion dans l'enseignement primaire à un minimum de 45 minutes par semaine. Les diocèses d'Estrémadure ont également déposé un recours auprès de la Cour suprême d'Estrémadure contre la réduction des heures hebdomadaires de religion.

De manière délibérée et sectaire, des situations sont créées pour minimiser le sujet religieux et le fait religieux dans les écoles espagnoles. Et un corps enseignant bien formé, de qualité et engagé professionnellement est étouffé dans une tentative de minimiser son influence et de prôner sa disparition.

De mon point de vue, maintenant que l'on parle d'un pacte éducatif, il faut se rappeler que ce pacte a déjà été signé : c'est la Constitution espagnole elle-même, les différents accords entre l'Église et l'État et les accords entre le gouvernement et les autres confessions religieuses. Peut-être devrions-nous reprendre, à l'instar d'autres pays européens, la voie de la modification de la loi organique qui a conduit à ce non-sens total.

Enfin, à mes collègues professeurs de religion, j'oserais leur demander de garder espoir, de continuer à être un exemple de professionnalisme et de bon travail, de savoir diffuser et convaincre les parents et les élèves de leur message, de bien enseigner à leurs élèves pour que tout le monde puisse voir qu'ils s'améliorent et, enfin, de continuer à lutter pour leurs droits sans perdre de vue l'objectif et toujours en harmonie avec la hiérarchie ecclésiastique.

 

 

L'auteurOmnes

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.