CollaborateursÁlvaro Sánchez León

Les bonnes personnes

Il y a beaucoup plus de bonnes personnes qu'il n'y paraît si l'on se fie à leur apparence ou à ce que certains médias nous montrent. Des gens ordinaires, comme le lecteur ou l'auteur de cette chronique.

2 décembre 2017-Temps de lecture : 2 minutes

Regardez. J'ai vu un homme mettre plusieurs vieilles piles dans un bac de recyclage. Avec précaution. Et vous devez vous pencher, car l'opération n'est pas confortable. 

J'ai également vu une dame ramasser les excréments de son chien avec l'illusion - on le voit, on le sent - qu'aucun reste n'est laissé sur le trottoir. Et il n'y avait personne autour. Seulement je regardais par la fenêtre.

J'ai vu une jeune fille qui a cédé sa place à une femme enceinte. Dans le métro. Elle a donné son siège avec un sourire et une question : "Vous êtes enceinte de combien de mois ? 6 mois. Beaucoup d'encouragements. Un clin d'œil. Un clin d'œil.

J'ai vu - par ouï-dire - Morat chanter lors de l'opération d'un enfant qui a besoin d'une moelle osseuse. La petite José María était ravie. Et ils sont partis, en direct. Pas de presse.

J'ai vu un gentleman se donner beaucoup de mal pour trier les déchets de sa sainte demeure. Sacs de couleur. Diverses poubelles. Un puzzle qui ne convient qu'aux personnes ayant du charme.

J'ai entrevu un "bonjour" au marchand de journaux. Un "merci" à l'homme qui balaie les rues de mon quartier. Un "bien sûr" au pharmacien. Un "prenez soin" au médecin de famille. Un "Maman, je t'aime de tout mon cœur" et un baiser dans l'une des rares cabines téléphoniques encore en vie sur la planète. smartphone.

J'ai vu des lettres écrites à la main qui tombent sans cesse dans la boîte aux lettres. Des jeunes dans une maison de retraite, avec leurs mots bien sentis, écoutant sans être payés. Cinéma social. Le journalisme engagé. Une culture active contre les inégalités, les libertés du port de la burqa, le consumérisme sans âme et la marcheur de merde de la puissance.

Il y a des pro-vie qui laissent leur idem pour avoir transformé des grossesses non désirées en un avenir plein d'espoir. Sans l'enfer. Avec le cœur. Ils m'en parlent : là, à la porte de la rue, un samedi après l'autre de froid, de chaleur ou d'indifférence. 

Il existe des protecteurs d'animaux qui travaillent également dur pour prendre soin de la nature.

J'ai entendu, vu, touché et parlé à de bonnes personnes. Ils n'apparaissent pas dans les analyses stridentes des sociétés contemporaines, où ceux qui tuent, volent et violent les droits émergent de plus en plus avec de moins en moins d'impunité. 

Des gens bien, même si Fito ne chante que sur les escrocs. Même si les nouvelles sont une morgue d'humanisme décaféiné. Des gens bien. Comme toi. 

Des gens bien ! Il faut le dire plus souvent. Parce que ce que l'on voit dans la rue est plus réel que ce que l'on voit dans la rue. echan à la télévision. White Christmas. Noël blanc ouvert 365 jours par an. A vous de jouer.

L'auteurÁlvaro Sánchez León

Journaliste

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.