TribuneJavier Benavides Malo

Afghans. Quelques idées sur la manière de garantir le respect des droits de l'homme

Le plus important est d'assurer la sécurité de la population afghane. Après les évacuations, il faut s'occuper de l'accueil de ces personnes en Espagne et dans d'autres pays de l'UE. La mobilisation et l'engagement de la société civile sont cruciaux pour une véritable réception.  

1er septembre 2021-Temps de lecture : 3 minutes

Les récents événements en Afghanistan sont une nouvelle illustration du monde que nous construisons. La société occidentale se targue de son État de droit mondial et de son engagement en faveur des droits de l'homme, qui s'est concrétisé par les accords de Bonn de 2001, signés par les États occidentaux qui se sont engagés à créer un nouvel Afghanistan fondé sur ces prémisses. Toutefois, les résultats sont mitigés. 

Après l'effondrement du gouvernement de reconstruction afghan et en l'absence d'une stratégie de retrait, le plus important pour la communauté internationale dans les prochains jours est de garantir la sécurité de la population afghane, en particulier des personnes qui, en raison de leur profession, de leur vocation ou de leur situation, sont les plus vulnérables face au nouveau gouvernement taliban. L'Espagne s'est érigée en exemple d'efficacité dans la gestion de l'évacuation de ces personnes. La coordination de nos diplomates et militaires dans le travail de départ et d'arrivée dans notre pays, avec la mise en place de logements dans les bases de Torrejón, Morón et Rota, a été louable et pourrait marquer un tournant dans notre politique extérieure, démontrant la grande capacité et préparation des hauts fonctionnaires de l'État espagnol dans les situations de crise et dans les relations internationales du XXIe siècle.

Cependant, l'évacuation n'est que le point de départ, car il faut maintenant s'occuper de l'accueil de ces personnes en Espagne et dans différents pays de l'Union européenne. La Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés et son Protocole de 1978 définissent un réfugié à l'article 1 comme une personne qui "craignant avec raison d'être persécuté du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont il a la nationalité et ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, n'ayant pas de nationalité et se trouvant hors du pays dans lequel il avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de cette crainte, ne veut y retourner".. Cela implique qu'une fois que la population afghane est mise en sécurité dans les pays participant à la FIAS (Force internationale d'assistance à la sécurité en Afghanistan) et leurs alliés, elle doit demander le statut de réfugié ou d'asile conformément aux réglementations nationales respectives du pays hôte.

L'arrivée des Afghans dans les bases espagnoles ne marquera donc que le début de leur nouvelle vie. Maintenant, ils devront déterminer le pays d'accueil définitif, s'occuper des procédures réglementaires qui les reconnaissent comme réfugiés, de l'acceptation sociale et politique dans ces pays et de l'adaptation à une nouvelle vie, avec l'incertitude de ne pas savoir quand ils pourront rentrer chez eux. 

Aux Etats-Unis et dans certains Etats européens, des voix se sont déjà fait entendre qui sont moins favorables à l'accueil de la population afghane, tant pour des raisons économiques, sociales et politiques que par crainte que parmi les Afghans évacués se trouvent des terroristes qui pourraient introduire des cellules en Occident. Les hommes politiques sont souvent les premiers à exprimer ces réserves, en grande partie par peur et à des fins électoralistes à court terme. Ces craintes peuvent être contrées si une bonne stratégie d'accueil et d'adaptation est mise en place. A cette fin, la mobilisation et l'engagement de la société civile sont cruciaux pour garantir un accueil réel et efficace. Il est essentiel de sensibiliser à la fois la société d'accueil et la société hôte afin de favoriser leur adaptation dans des circonstances exceptionnelles.

En Espagne, la loi 12/2009, du 30 octobre, qui régit le droit d'asile et la protection subsidiaire, définit les procédures, les exigences et les droits des réfugiés en Espagne conformément à la Convention de Genève. Le travail d'organisations telles que le HCR, Caritas, Pueblos Unidos et la Commission espagnole d'aide aux réfugiés (CEAR), entre autres, est impressionnant et essentiel pour accompagner les Afghans qui arrivent en Espagne et garantir qu'ils obtiennent le statut de réfugié et s'adaptent aux États d'accueil. L'Union européenne a une fois de plus l'occasion de montrer l'exemple en tant que garant et défenseur des droits de l'homme, avec la tâche urgente d'organiser l'accueil de cette population afghane et d'établir une stratégie internationale pratique et efficace basée sur les droits de l'homme.

La situation actuelle en Afghanistan montre que chaque fois qu'une catastrophe humanitaire se produit quelque part, les États agissent en fonction de leurs intérêts et les politiciens et la société réagissent par des milliers de réactions dans les réseaux, désireux de collecter beaucoup d'argent. "aime". Cette tendance individualiste et instantanée de la société fait que la réponse à une situation critique n'est souvent pas adaptée aux besoins réels en raison d'un manque de vision collective et de transversalité. Il est temps de croire que toute société s'enrichit en se mettant au service des autres et que l'action collective, en brisant la méfiance, est le meilleur investissement pour garantir la défense des droits de l'homme.

L'auteurJavier Benavides Malo

Enseignant de dDroit international ps public Université Villanueva

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.