Ressources

Un trésor redécouvert au moment de Noël

Santiago Populín Such écrit pour Omnes cette courte histoire sur le thème de Noël, très appropriée pour être lue aux plus jeunes membres de la famille.

Santiago Populín tel-24 décembre 2022-Temps de lecture : 5 minutes
Histoire de Noël

Un conte de Noël pour toute la famille (Unsplash / Gareth Harper)

C'était un après-midi froid de décembre, la neige recouvrait le terrain de jeu et les balançoires tranquilles invitaient à jouer. Il restait cinq minutes avant que la cloche ne sonne, les vacances de Noël n'étaient plus qu'à quelques minutes. Tous les élèves de la quatrième année de l'école primaire regardaient la vieille et bruyante horloge au-dessus du tableau noir. Soudain, le professeur a interrompu leurs regards et a dit d'une voix forte : 

- La tâche pour ce Noël est d'écrire ce qu'ils rêvent d'être quand ils seront grands. L'écrit le plus populaire - nous voterons entre plusieurs enseignants - gagnera deux tickets pour la patinoire.

Cela dit, l'horloge est passée à l'arrière-plan, l'esprit des élèves étant désormais tourné vers la patinoire. La cloche a sonné et Thomas s'est précipité vers la voiture où sa mère l'attendait. Il est monté dans la voiture avec ses quatre frères et sœurs et a dit à sa mère avec beaucoup d'anxiété : 

- Salut maman ! Tu ne connais pas le prix que le professeur Luis donnera à celui qui gagnera la meilleure histoire sur ce que nous rêvons d'être quand nous serons grands ? 

Sa mère et ses frères et sœurs l'ont regardé avec intrigue, et ont répondu : 

- Quel est le prix ?

- Le gagnant de cette rédaction recevra deux billets pour la patinoire !

- Impressionnant", dit sa mère d'un ton surpris. - Alors, tu sais sur quoi tu vas écrire ? L'année dernière, vous rêviez d'être archéologue, comme Indiana Jones. 

Ses frères et sœurs aînés, Lucía et Paco, ont commencé à rire. Rougissant, Tomás a répondu :

- Eh bien, plus maintenant, maman, l'année dernière j'étais un enfant, maintenant je suis plus vieux, j'aime d'autres choses. Par exemple, j'aimerais être ingénieur, comme papa ; ou médecin, pour conduire une ambulance ; ou enseignant pour ne pas avoir à donner des devoirs aux enfants ; ou peut-être que j'aimerais être avocat et avoir un bureau avec un grand fauteuil comme oncle Manuel.

Maria, sa sœur de cinq ans, l'a interrompu de la voix d'une vieille impératrice : 

- Tu pourrais être pompier, tu aimes vraiment le feu... pas vrai, maman ? 

Marta, la mère, s'est mise à rire.

- Je ne sais pas... comme je l'ai dit, il y a beaucoup de professions qui m'attirent. Ce dont je suis sûr, c'est que je veux faire quelque chose d'important", a poursuivi Tomás.

Quelques secondes avant d'arriver à la maison, Tomás a demandé à Marta :

- Maman, quel était ton rêve quand tu étais enfant, et l'as-tu réalisé ?

Marta est restée sans voix à la question et, après quelques secondes qui ont semblé une éternité au garçon, elle a répondu :

- Eh bien, laissez-moi réfléchir. Oh, nous y voilà, rentrons à l'intérieur parce qu'il fait très froid et prenons un bon goûter, j'ai préparé des churros fourrés au dulce de leche ! 

- Bien ! -ils ont tous crié, célébrant le délicieux goûter.

Martha a été quelque peu bouleversée par la question. Avant qu'ils ne s'assoient tous pour grignoter, le bruit de la porte se fit entendre et elle ajouta :

- Papa est là ! 

Après qu'ils eurent tous mangé ensemble, Marthe dit à Jean, son mari : 

- Chéri, je vais aller chez mon père un moment pour lui apporter des médicaments, il a un rhume. Je serai de retour vers 20 heures. 

Juan l'avait remarquée un peu bizarre pendant le goûter, mais il pensait lui demander ce qui lui était arrivé après le dîner, quand ils seraient plus détendus pour parler. 

Dès que Marta a franchi la porte, son père a remarqué qu'elle avait l'air un peu étrange.

- Salut, papa, je suis là, j'ai apporté tes médicaments. Comment va ton rhume ?

- Ma fille, je vais mieux maintenant, mais je préfère vous demander : comment allez-vous ? Je vois que vous êtes affligée.

- Rien, papa, pourquoi tu dis ça ?

- Tu as un visage... Allez, je te connais, qu'est-ce qui ne va pas ?

- Oh, papa, tu réalises tout, comme tu me connais, je ne peux pas te tromper.

- Asseyons-nous un moment", dit son père.

Martha, prenant une profonde inspiration, a dit : 

- Je suis allée chercher les enfants à l'école et Tomás nous a parlé du devoir qu'on leur avait donné pour Noël : écrire ce qu'ils rêvent d'être quand ils seront grands. 

- Eh bien, ce n'est pas ce qui t'inquiète, n'est-ce pas ? 

- Non, papa. Ce qui s'est passé, c'est que Tomi nous a dit quels étaient ses rêves : devenir un grand ingénieur, ou un médecin, ou un enseignant ou un avocat prestigieux. Puis il m'a demandé ce dont je rêvais quand j'étais petite et si je l'avais réalisé. C'est ce qui m'a blessé et affligé. Vous savez que j'ai toujours rêvé d'aller à l'université, mais la vie s'est compliquée et je n'ai pas pu y arriver. Je n'ai pas réalisé mon rêve et je suis maintenant une simple femme au foyer sans profession.

Avant que Marta ne puisse parler davantage, son père l'a prise par la main et lui a dit :

- Marta, ma fille, comment se fait-il que tu n'aies pas réalisé ton rêve ? Ta famille, ton foyer, ton rêve ne sont-ils pas réalisés ? Et pourquoi êtes-vous une simple femme au foyer sans profession ? Vous avez toutes les professions dont rêve Tomasito. Tu es ingénieur, parce que tu as construit une grande cathédrale, ta belle famille ; tu es médecin, la semaine dernière tu as guéri Juan de cette mauvaise grippe grâce à tes soins et maintenant tu me guéris ; tu es aussi professeur, les amis de tes enfants ne viennent-ils pas chez toi pour faire leurs devoirs parce que tu leur expliques si bien ; et tu es avocat, parce que tu les défends contre les injustices de la vie. Et surtout, vous faites en sorte que Dieu soit dans votre maison, dans votre cuisine, à votre table, dans la vie de vos concitoyens. 

Et avant de voir Marta fondre en larmes, il a ajouté :

-Et maintenant, allons prendre une tasse de thé chaud.

Il était 8 heures du soir et Marta a sursauté :

  • Oh, il est si tard ! Papa, je dois y aller maintenant, je dois préparer le dîner. Merci comme toujours, c'est tellement bon de vous avoir ! Papa, qu'est-ce que je ferais sans tes sages conseils ? 

Marta a dit au revoir à son père avec un gros câlin et un grand sourire. Elle rentra donc chez elle, enveloppée de la chaleur de sa joie retrouvée, qui annihilait le froid polaire, et c'est ainsi que sa redécouverte la ramena chez elle en un instant. 

Lorsqu'elle a ouvert la porte de sa maison, elle a découvert une scène attachante : Juan, son mari, lisant une histoire au petit Pedro ; María, jouant avec le bœuf et l'âne dans la scène de la Nativité ; Tomás, écrivant ses devoirs pour gagner les tickets de patinage, et une odeur de sauce tomate l'a conduite à la cuisine, où elle a trouvé Paco et Lucía préparant des pizzas. À ce moment-là, et après avoir soigneusement observé tout ce qu'elle avait vu depuis qu'elle avait franchi la porte, Marta est devenue émotive, les yeux comme du verre sous la pluie, alors qu'elle se souvenait des mots que son père lui avait dit quelques minutes auparavant.

- Maman, qu'est-ce qui ne va pas ? " demande Lucía.

En souriant, Marta a dit :

-Tout va bien, je n'ai rien, ma fille, je vais préparer la table, ils m'ont déjà épargné beaucoup de travail pour préparer le dîner.

Alors qu'ils s'asseyaient tous les sept à la table, Lucía prit la parole et, regardant Marta avec un sourire narquois, dit sur un ton adolescent :

- Papa, il y a quelque chose qui ne va pas avec maman et elle ne veut pas nous le dire. Elle est très étrange depuis qu'elle est rentrée de chez son grand-père.

John a regardé Martha et a dit : 

Qu'est-ce qu'il y a, chéri ?

Marta, souriante, a dit d'une voix douce : 

- Ne vous inquiétez pas, tout va bien. La vérité est que je suis très heureux car j'ai déjà reçu mon cadeau de Noël.

À ce moment-là, le petit Pedrito s'est précipité dans le salon pour voir s'il y avait un cadeau pour lui sur la cheminée. 

- Maman, quel cadeau as-tu reçu ?" demande Tomás, intrigué.

- On n'est même pas encore le 6 janvier, poursuit Maria avec un air surpris.

Pendant que Paco mangeait toute la pizza, Pedrito est revenu dans la salle à manger en criant d'un ton déçu :

- Maman, maman, il n'y a pas de cadeau pour moi dans la cheminée ! 

Marta, avec un rire narquois, prit Pedrito par la main et, regardant tout le monde, dit :

- Voyons voir, le cadeau de Noël que j'ai reçu, c'est vous, ma famille, mon rêve réalisé. 

À ce moment-là, Pedrito, qui ne comprenait pas ce qui se passait à table, a demandé une nouvelle fois : 

-Maman, papa, où est mon cadeau", et tout le monde a éclaté de rire.

L'auteurSantiago Populín tel

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.