Ressources

L'Opus Dei fête ses 40 ans de prélature personnelle

Le pape François a reçu en audience le prélat de l'Opus Dei, Fernando Ocáriz, à l'occasion du 40e anniversaire de la Constitution apostolique " Ut sit " par laquelle saint Jean-Paul II a érigé l'Opus Dei en prélature personnelle (1982-2022). Nous proposons une réflexion sur les démarches que saint Josémaria a entreprises pour que l'Œuvre puisse atteindre l'expression juridique appropriée.

Fernando Puig-28 novembre 2022-Temps de lecture : 4 minutes
Le prélat de l'Opus Dei au Mexique

Photo : Le prélat de l'Opus Dei rencontre des membres de la prélature et des amis au Mexique le 12 novembre©Opus Dei

Josémaria Escriva a vu la naissance de la Opus Dei au cœur de l'Église. Tout son parcours d'écoute du charisme fondateur s'inscrit dans la fidélité à l'Église. Il sait qu'il doit écouter les voix de son esprit ; il réfléchit à ce qu'il voit se produire chez ceux qui le suivent. Il se laisse guider par la manière dont les pasteurs de l'Église observent et canalisent les élans spirituels et apostoliques qui se manifestent, afin qu'ils soient pleinement ecclésiaux. Le don reçu est ainsi mesuré, de l'intérieur vers l'extérieur et de l'extérieur vers l'intérieur, sous le regard de Dieu.

Vers l'intérieur, et en tant que famille

Dans les premiers temps, presque tout se passe à l'intérieur, dans son âme et dans celle de ses premiers disciples, en tenant en haleine l'autorité constituée dans le diocèse de Madrid.

Peu de temps après, à la demande de l'évêque, sa fondation naissante a pris un profil institutionnel qui lui a donné une certaine substance et consistance (Pia Unión, 1941).

Une socialité familiale se forme autour d'un père qui partage avec sa famille le désir de servir l'Église et son expérience profonde de la paternité divine.

Quelques mois plus tard, il reconnaît d'une manière nouvelle la dimension sacerdotale du don reçu, ce qui l'amène à voir la nécessité du sacerdoce ministériel : non pas comme externe et associé, mais comme intrinsèque à l'œuvre apostolique des laïcs qui travaillent au milieu du monde avec leurs égaux, en accomplissant la mission dans l'Église.

L'évêque de Madrid, avec le nihil obstat du Saint-Siège, approuve (Société sacerdotale de la Sainte-Croix et des fidèles laïcs, 1943) : le lien entre le sacerdoce commun et le sacerdoce ministériel se précise. Le fondateur le reflétera dans un sceau : une croix inscrite dans le monde.

Universel et séculier

Il y a eu une expansion, en extension et en densité, qui a atteint de nombreux pays. L'intuition initiale sur l'universalité du don reçu se confirme, ce qui appelle un régime présent dans le catholicisme et basé à Rome. Saint Josémaria a également perçu que la sécularité du charisme devait être confirmée comme un trait original qui ne devait pas être dilué. Il a recherché une institutionnalité universelle et séculaire. Il l'obtient en s'intégrant aux nouvelles formes (Institut séculier, 1947-50) qui attendent les changements normatifs, apportés par Pie XII.

La ligne immuable de la fondation se poursuit : le fondateur se sait tel et valorise la lumière qu'il reçoit personnellement ; en même temps, il apprécie les besoins de ceux qui le suivent dans les Opus Dei, de poursuivre l'action incisive dans le travail professionnel et dans la famille.

Un esprit laïc, séculier et une attention sacerdotale, dans un concert institutionnel. De nombreux pasteurs de l'Église observent dans leurs diocèses cette œuvre originale pour le bénéfice de leurs fidèles.

Les temps nouveaux appellent ces impulsions et, en fait, d'autres réalités séculaires naissent dans l'Église.

Des profils spirituels et apostoliques clairs

Cependant, il manquait quelque chose pour décrire le phénomène et réduire certaines interprétations appauvrissantes du charisme. Après quelques tentatives, le conseil du Saint-Siège d'attendre la conclusion du Concile Vatican II a suivi. L'enjeu était les besoins du monde en voie de sécularisation et le désir de l'Église de suivre le rythme. Escrivá a vu que l'Opus Dei serait en mesure de mieux servir avec la force qui se dégageait du Conseil.

Des vérités et des impulsions pastorales décisives résonnent dans la salle conciliaire : lumière des nations, vocation baptismale, peuple de Dieu, appel universel à la sainteté, des réalités terrestres sanctifiablesL'horizon illimité de la mission de l'Église, la communion et l'unité, le don divin de la liberté, la paix et le travail pour la société, la libération de l'humanité du Fils de Dieu fait homme, etc.

La mort de Josemaría Escrivá survient alors qu'il travaillait à une meilleure implantation institutionnelle de l'Œuvre. À sa mort, il a précisé les contours spirituels et apostoliques du charisme ; en encourageant ses fils et en adoptant les mesures nécessaires, il a renouvelé l'engagement de ne pas laisser tomber l'appel laïc et séculier, auquel il a librement répondu, qui comprenait une prise en charge sacerdotale de l'intérieur. Il conclut sa vie terrestre dans l'espoir que, à la lumière du Concile qui vient de s'achever, les pasteurs comprennent comment faciliter le service de l'Œuvre à l'ensemble de l'Église.

La prélature personnelle

Les contours fermes de l'esprit et des voies apostoliques, saisis dans son esprit fondateur, illustrés dans la vie de ses disciples et confrontés à l'évolution de l'Église, convergent dans l'aspect institutionnel dans la figure de la prélature personnelle. Jean-Paul II a fait étudier sérieusement cette éventuelle décision ; Alvaro del Portillo, successeur de saint Josémaria, a offert sa pleine coopération et sa loyauté au Saint-Siège.

Le 28 novembre 1982, la Constitution apostolique "Ut sit" a été publiée. Le prélat et les fidèles de la prélature entendent les pasteurs de l'Église leur dire d'être fidèles au fondateur ; une articulation originale des éléments objectifs et personnels du phénomène pastoral est ainsi créée, dans la clé de la relation entre le sacerdoce commun et le sacerdoce ministériel, avec un prélat qui est un pasteur. Elle est vécue dans l'action de grâce dans le Opus Deiqui se trouve sur cette voie favorable.

L'histoire continue. La confluence dans la Prélature se poursuit depuis 40 ans, pour continuer là où les besoins de l'Église et du monde l'appellent. Un grand théologien disait que la flèche va plus loin lorsque l'archer tend davantage la corde en la mettant près du cœur. Pour aller plus loin, il faut s'approcher du cœur : écouter ce qu'inspire celui qui, dans son cœur, a entendu la première voix de Dieu ; ce que Dieu dit à ceux qui, à chaque instant, sont dépositaires de la lumière et responsables de la mission reçue au sein de l'Église, le prélat comme Père et Pasteur lui-même, et les fidèles avec lui. Et toujours à l'écoute du cœur des pasteurs - avec Pierre à la tête - qui, en regardant le tout, sauront regarder la partie de l'Église ("partecica" comme disait Josemaría Escrivá) pour qu'elle soit ("ut sit") ce que Dieu veut qu'elle soit.

L'auteurFernando Puig

Professeur associé de droit canonique, Université pontificale de la Sainte-Croix (Rome)

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.