Évangile

Jésus, le signe définitif. Quatrième dimanche de l'Avent (A)

Joseph Evans commente les lectures du quatrième dimanche de l'Avent et Luis Herrera propose une courte homélie vidéo.

Joseph Evans-15 décembre 2022-Temps de lecture : 2 minutes

Lorsque, dans la première lecture d'aujourd'hui tirée du livre d'Isaïe, le roi Achaz reçoit l'ordre de demander un signe, il semble faire preuve d'humilité et résiste à le faire. Mais il était loin d'être un homme pieux, et le prophète, sachant que cette humilité n'est qu'apparente, perd patience. Il lui donne quand même un signe de Dieu. Une "jeune fille", "almah" en hébreu, une femme en âge de se marier et de procréer, donnera naissance à son fils et l'appellera "Emmanuel", un nom qui signifie "Dieu est avec nous". Certains chercheurs pensent que cela avait probablement une application immédiate : une princesse, fille du roi, donnerait naissance à un enfant dont la naissance assurerait la continuité de la dynastie et montrerait ainsi que Dieu est toujours "avec" son peuple. Si cela est certainement possible, il est intéressant de noter que la tradition juive elle-même lui a donné une signification plus importante. Dans la traduction grecque des livres sacrés d'Israël, un ouvrage appelé la Septante élaboré quelques siècles avant le christianisme, l'hébreu "almah" est traduit par "parthenos", qui signifie explicitement "vierge". Le signe est de plus en plus extraordinaire.

Acaz s'était vu offrir un signe "au fond de l'abîme ou haut dans le ciel".Le seul qui puisse aller au-delà de la mort et entrer au paradis. Dans l'évangile d'aujourd'hui, nous voyons comment Dieu accomplit ce signe et lui donne sa véritable signification. Une vierge concevrait en effet, et donnerait naissance de manière miraculeuse. Le "signe" allait bien au-delà de la simple continuation d'une dynastie. Elle a non seulement atteint le ciel, mais en est issue. Il finira par aller au-delà de la mort. Et Dieu " serait " avec son peuple d'une manière que personne n'avait jamais imaginée auparavant. Ainsi nous lisons : "La génération de Jésus-Christ était comme ça".

Jésus-Christ est le signe ultime. En tant que Dieu fait homme, il est véritablement Dieu avec nous, de la manière la plus littérale qui soit. Marie est la vierge qui a conçu. Le signe de la vie du Christ s'étendrait finalement au-delà de la mort par la résurrection. Et oui, en lui, la dynastie davidique se poursuivrait également.

Ce signe était tellement inédit, tellement sans précédent, que Joseph n'y était pas préparé. Il pressentait que Marie avait conçu "du Saint-Esprit", c'est-à-dire de Dieu, mais il ressentait le besoin de se retirer et se préparait à se séparer de Marie discrètement, en appliquant les lois de l'époque avec la plus grande délicatesse. Un ange de Dieu lui révèle alors ce qui s'est passé et qu'il est appelé à protéger Marie et l'enfant qui naîtra d'elle et qui "sauvera le peuple de ses péchés". Le signe extraordinaire de Dieu n'a pas écrasé la liberté et l'action de l'homme. Au contraire, cela a fait ressortir le meilleur de cet homme. Le grand souci de Joseph est de ne pas diffamer une femme. Cela fait également partie du signe de Dieu : respect et douceur envers les femmes. C'est un signe qui fait cruellement défaut à notre société, et que nous sommes appelés à vivre aujourd'hui.

L'homélie sur les lectures du quatrième dimanche de l'Avent

Le prêtre Luis Herrera Campo offre ses nanomiliaune courte réflexion d'une minute pour ces lectures.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.