Évangile

"Toute femme qui prie ou prophétise, la tête découverte" (1 Co 11, 2-16).

Juan Luis Caballero-21 septembre 2021-Temps de lecture : 4 minutes

Dans la première lettre aux Corinthiens, Paul introduit le sujet de la manière dont les hommes et les femmes doivent prier et prophétiser dans les assemblées liturgiques (1 Co 11, 2). Les mots avec lesquels il commence laissent entendre que, malgré une louange initiale, quelque chose doit être corrigé (1 Cor 11,3,16). Cependant, la déclaration qui suit est énigmatique : "Je te loue parce qu'en tout, tu te souviens de moi, et tu gardes les traditions telles que je te les ai transmises. Je veux que vous sachiez que la tête de "chaque homme [= être humain] est le Christ, le chef de la femme est l'homme [= mâle].et le chef du Christ est Dieu". (1Co 11:2-3). 

Qu'est-ce que Paul entend par "tête", et pourquoi l'évoque-t-il ? Tout au long des vv. 4-16, l'apôtre abordera cette question sous différents points de vue, ce qui permettra à certaines parties de l'argumentation d'en éclairer d'autres. 

Notes générales sur 1 Cor 11, 2-16

a) Le texte contient des expressions difficiles à interpréter en raison de leur polysémie (tête ; homme ; image ; gloire ; autorité).

b) Le thème fait référence à quelque chose de substantiel, mais qui se manifeste par quelque chose d'extérieur : la façon dont les cheveux sont portés. Paul indique le premier cas. 

c) L'Apôtre parle d'hommes et de femmes, mais le développement de l'argumentation montre clairement qu'il veut se concentrer sur "certaines femmes".

Honneur et déshonneur dans les assemblées de Corinthe (vv. 4-6)

"Chaque homme [homme] [homme qui prie ou prophétise "la tête couverte". (= cheveux longs ; cf. v. 14). déshonneur [kataischyno] sa tête [= à lui-même ; à sa personne].,et toute femme qui prie ou prophétise la tête découverte [=cheveux courts] [=cheveux courts déshonneur [kataischyno] sa tête [= à lui-même ; à sa personne].C'est la même chose que de raser les cheveux. Par conséquent, si vous ne voulez pas couvrir [= cheveux longs] [= cheveux longsqui est rappelé à zéro [L'ironie de Paul].. S'il est gênant pour une femme de se couper les cheveux ou de les raser, qu'elle les couvre. [= cheveux longs] [= cheveux longs".

Les expressions à discerner sont : "tête" (kephalé), qui peut avoir à la fois un sens physique et un sens métaphorique (ici, un sens d'"origine/provenance" plutôt que d'"autorité"), bien que le texte donne des indices, car à certains moments, l'un de ces deux sens n'est pas possible ; aner (homme), dont le sens est parfois interverti avec celui de anthropos (être humain) ; les références à la tête couverte ou découverte : on fait référence à la coiffure ou à la coupe de cheveux (cf. vv. 13-15).

Preuves bibliques et de bon sens (vv. 7-15)

Dans ces versets, Paul donne les raisons qui soutiennent ses indications. Il s'agit d'arguments bibliques, d'arguments d'expérience et d'arguments de raison.

"L'homme, en effet, ne doit pas se couvrir la tête, puisqu'il est l'image d'un homme. [eikon] et la gloire [doxa] de Dieu ; la femme, par contre, est la gloire [doxa] En effet, l'homme ne vient pas de la femme, mais la femme de l'homme ; l'homme n'a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l'homme. Par conséquent, la femme doit avoir l'autorité [exousia] au-dessus de sa tête (= qui porte ses cheveux de manière à rendre visible son identité indéniable). en raison des anges (= ceux qui veillent sur l'ordre divin de la création)." (vv. 7-10).

Paul a à l'esprit que, selon Gn 2, 7.21-23, l'homme et la femme sont nés d'actes créateurs différents (de la poussière de la terre et de la côte d'Adam), ce qui ne signifie pas une dignité plus ou moins grande, mais un statut théologique et anthropologique différencié. La femme est gloire de l'homme en ce que l'homme découvre en elle quelqu'un qui lui ressemble, et non pas comme le reste des êtres créés (cf. Gn 2,20) : Dieu est fier de l'homme ; l'homme est fier de la femme. La femme doit se couvrir (= cheveux longs) lorsqu'elle prophétise ou prie afin de manifester la modalité de l'acte créateur de Dieu, et non par moindre dignité ou assujettissement.

"A d'autres égards, ni la femme sans l'homme [homme] [hommeni l'homme [homme] [homme sans la femme, dans le Seigneur. Car si la femme procède de l'homme [homme] [hommeainsi l'homme est né de la femme, et toutes choses de Dieu". (vv. 11-12). 

Les arguments suivants contrebalancent l'impression possible que Paul considère la femme comme inférieure à l'homme. Les deux sont nécessaires l'un pour l'autre : la femme est née de la côte de l'homme, mais nous sommes tous nés d'une femme, et tous dans le plan de Dieu : "dans le Seigneur".

"Jugez-en par vous-mêmes : est-il juste qu'une femme prie Dieu la tête découverte ? [=cheveux courts] [=cheveux courts? Est-ce la même nature [= différence sexuelle] ? ne vous apprend pas que c'est un affront [atimia] pour un homme d'avoir les cheveux longs, tandis qu'une femme est honorée d'être [doxa] en le laissant grandir ? Parce que le cuir chevelu lui a été donné comme un "voile" ? [peribolaion]" (vv. 13-15). 

Paul se réfère enfin au bon sens, en faisant appel à ce que chacun peut voir et juger, en affirmant que c'est une question d'honneur pour une femme de laisser pousser ses cheveux longs et que les Corinthiens eux-mêmes jugent incommode que les femmes prient devant Dieu la tête découverte.

En conclusion. A Corinthe, il y avait des femmes (peut-être des "enthousiastes émancipées") qui avaient mal compris les conséquences de l'acte rédempteur du Christ. Paul réaffirme l'égale dignité de l'homme et de la femme, mais dit que pour les baptisés, les différences sexuelles ne disparaissent pas (cf. Gal 3, 28), car elles appartiennent au dessein créateur de Dieu. Si une femme prie en ressemblant à un homme (= en imitant la façon dont il se coiffe), c'est la manifestation d'un rejet du plan créateur. Paul, loin de s'en prendre aux femmes, parle en leur faveur : leur dignité réside aussi dans leur différenciation des hommes.

L'auteurJuan Luis Caballero

Professeur de Nouveau Testament, Université de Navarre.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.