Culture

Chemin de croix à Jérusalem. Où résonnent les pas du Christ

Le chemin de croix est l'une des dévotions les plus populaires parmi les chrétiens. À travers 14 stations, les fidèles contemplent et méditent la Passion du Christ en accompagnant Jésus sur son chemin vers le lieu de la crucifixion.

Maria José Atienza-15 avril 2022-Temps de lecture : 6 minutes
via crucis jerusalem

Traduction de l'article en anglais

Le chemin de croix trouve son origine dans les récits évangéliques de la passion et de la mort de Jésus. Les différents évangélistes ont enregistré le récit de la vie du Seigneur, mais pas de la manière dont on conçoit actuellement une biographie ou une étude.

Les récits de la Passion ne contiennent pas tous les détails du voyage de Jésus vers le Golgotha. Sur les 14 chemins de croix qui composent le chemin de croix d'aujourd'hui, 9 d'entre eux sont directement ancrés dans les récits évangéliques. Les stations des trois chutes de Jésus et la rencontre avec la Vierge et Véronique sont le fruit de la pieuse tradition du peuple chrétien.

La Via Dolorosa à Jérusalem

L'Évangile de Jean note que le Christ a été emmené de la maison de Caïphe au prétoire. Là, après l'impressionnant dialogue avec Pilate, le préteur "fit sortir Jésus et s'assit sur le siège du jugement, à l'endroit appelé 'le Trône' (en hébreu Gabbatha). C'était le jour de la préparation de la Pâque, vers midi. Pilate dit aux Juifs : "Voici votre roi. Et ils s'écriaient : "Lâchez-le, lâchez-le, crucifiez-le. Pilate leur dit : "Crucifierai-je votre roi ? Les chefs des prêtres répondirent : "Nous n'avons pas d'autre roi que César. Il l'a donc livré à eux pour qu'ils le crucifient. Ils prirent Jésus et, portant lui-même la croix, il se rendit au lieu appelé "le lieu du Crâne" (qui se dit Golgotha en hébreu), où ils le crucifièrent, et avec lui deux autres, un de chaque côté, et au milieu, Jésus.

Le Christ avait été emprisonné, enchaîné, dans la maison de Caïphe, située dans un quartier proche des remparts de la ville, non loin du palais d'Hérode. De là, couvert de chaînes, il sera conduit à la tour Antonia, siège du gouvernement romain.

Des découvertes archéologiques ont permis de situer ce prétoire mentionné par saint Jean à l'intérieur de la tour Antonia, construite à l'extrémité orientale de la deuxième enceinte de la ville, au nord-est de celle-ci.

L'impressionnante maquette de Jérusalem à l'époque du second temple (jusqu'à l'an 70), que l'on peut voir au Musée d'Israël, montre à quoi aurait ressemblé la ville que Jésus a traversée en portant la croix.

L'itinéraire partirait de la tour Antonia pour rejoindre la périphérie de la ville, où se trouvait le monticule du Golgotha (aujourd'hui à l'intérieur de la basilique du Saint-Sépulcre).

La distance était d'environ 600 mètres, soit environ 2 000 pas, que le Christ parcourait en portant la poutre horizontale -patibulum- de la croix, dont le poids variait entre 50 et 70 kilos.

Tout cela après avoir été emprisonné (probablement pendu par les mains), avoir reçu des dizaines de coups de fouet dans le prétoire et avoir la tête en sang à cause des épines de la couronne tressée par les soldats. Les pas du Christ, qui résonnent encore dans la ville sainte, ont parcouru le premier chemin de croix.

Saint Sépulcre
Procession du jeudi saint à l'intérieur du Saint-Sépulcre à Jérusalem ©CNS photo/Ammar Awad, Reuters

Aujourd'hui, la Via Dolorosa de Jérusalem ne suit qu'une partie de ce qui aurait été le chemin emprunté par Jésus du prétoire au lieu d'exécution. À l'époque, l'endroit se trouvait à l'extérieur des murs de la ville, dans une sorte de terrain vague. Aujourd'hui, la basilique du Saint-Sépulcre, où se trouvent le Golgotha et le tombeau où le Christ a été déposé, est située dans le quartier chrétien de ce qu'on appelle la vieille ville de Jérusalem.

La Via Dolorosa n'est pas simplement une rue, mais un itinéraire composé de segments de plusieurs rues, répartis entre les quartiers musulmans et chrétiens.

L'histoire de la dévotion

Les vicissitudes historiques par lesquelles est passé l'Israël actuel ont influencé la diffusion ou le déclin de cette dévotion. Les voyageurs de l'époque nous ont laissé des descriptions de l'endroit.

des différentes stations où l'Église de Jérusalem se rendait en pèlerinage. L'une des sources les plus riches est le célèbre Itinerarium Egeriae, qui date de la fin du IVe siècle. Egérie, un pèlerin en voyage sur Terre

Saint entre 381 et 384 après J.-C., originaire de la province romaine de Galice, il rédigea vers la fin du même siècle son récit de voyage, Itinerarium ad Loca Sancta, dans lequel il décrit son voyage vers les Lieux Saints en Orient, ainsi que les liturgies et les services religieux qui s'y déroulaient.

La chute de l'Empire byzantin et la domination islamique qui s'en est suivie dans la région ont entravé la piété populaire des chrétiens et des pèlerins locaux. Les chrétiens présents à Jérusalem ont traversé des moments difficiles et, bien que la dévotion à la Passion du Christ n'ait pas faibli, la quasi-impossibilité d'effectuer des pèlerinages a entraîné un déclin de la pratique des pèlerinages sur les traces de la Passion.

Après la conquête de la Ville sainte par les croisés, ces pratiques de piété reviendront. Dans la première moitié du XIVe siècle, le pape Clément VI confie aux franciscains "la direction, l'instruction et le soin des pèlerins latins, ainsi que la garde, l'entretien, la défense et les rituels des sanctuaires catholiques de Terre Sainte" et la pratique de la commémoration du chemin de Jésus lui-même se développe.

Les stations de la Via Dolorosa

Depuis 1880, chaque vendredi (à l'exception de la pause pandémique), à partir de 15 heures, la communauté franciscaine conduit solennellement le chemin de croix dans les rues de Jérusalem.

La visite commence à la Porte des Lions, dans la cour de l'école islamique (Omariya School) qui occupe l'espace de l'ancienne forteresse Antonia.

A quelques mètres de là se trouvent deux petites églises, l'une en face de l'autre, dédiées à la première et à la deuxième station. Les petites églises sont construites sur le site probable de la cour du praetorium. Comme curiosité, sur le sol de la chapelle qui commémore le port de la croix par le Christ, on peut voir des "planches" d'anciens jeux de dés faits avec des poinçons, datant des premiers siècles et qui pourraient bien faire partie de ces jeux avec lesquels les soldats ont tiré au sort les vêtements de Jésus. La troisième station est marquée par une chapelle appartenant au Patriarcat catholique arménien. C'est l'un des points les plus connus de la Via Dolorosa.

Tout près se trouve l'arc de la porte marquant la quatrième station : Jésus rencontre Marie, sa Sainte Mère. Une petite chapelle franciscaine, non loin de l'église de Santa Maria del Spasmo (restaurée par les Arméniens en 1881), rappelle l'épisode de Simon de Cyrène que nous contemplons à la cinquième station.

La sixième station est une chapelle gréco-catholique. L'épisode de la Véronique, fruit de la piété populaire, est rappelé dans la mosaïque de l'oratoire. Au sud se trouvent les restes d'un ancien mur et les arches d'un bâtiment non identifié, considéré par certains comme le monastère des Saints Cosmas et Damien.

(construit dans les années 548-563). A l'extérieur, une colonne de pierre portant l'inscription "Pia Veronica faciem christi linteo deterci" est un autre des points les plus significatifs de cette route. De là, les stations entrent dans le quartier chrétien, sur ce qui aurait été le cardo maximum de Jérusalem à l'époque du Seigneur. Nous sommes maintenant tout près de la basilique du Saint-Sépulcre où sont priées les 5 dernières stations du chemin de croix.

À l'emplacement de la Septième Station se trouve une petite chapelle franciscaine, qui contient une colonne qui faisait probablement partie des colonnes qui marquaient la rue principale de la Jérusalem romaine. L'emplacement de la huitième station est indiqué par une petite croix noire gravée sur le mur du couvent grec de Saint Caralambos. À cet endroit, la Via Dolorosa " s'interrompt ", et la route vers le Saint-Sépulcre revient donc au carrefour précédent.

Presque à l'entrée de la curieuse place menant à la basilique du Saint-Sépulcre, la neuvième station est indiquée sur une colonne placée près de la porte du monastère copte, derrière l'abside de la basilique du Saint-Sépulcre.

À l'intérieur, les cinq stations du chemin de croix, qui font référence aux événements qui se sont déroulés directement entre le Calvaire et le tombeau taillé dans le roc de Joseph d'Arimathie, où Jésus a été déposé après sa mort, atteignent leur apogée.

Aujourd'hui, les deux zones, distantes de quelques mètres seulement, partagent un toit, bien qu'elles soient parfaitement différenciées et continuent de manifester, par des cris silencieux, la grandeur du salut opéré par le Christ à travers sa mort et sa résurrection.

Dans la Ville Sainte, la méditation des mystères de la Passion prend une intensité et une signification particulières. Ce n'est qu'à Jérusalem que ceux qui prient cette dévotion peuvent dire "ici". Ici, sur ce sol, Jésus a été condamné à mort, "ici" il est mort sur la croix et ici, sur ce sol, ressuscité des morts, il a fait de la terre entière la maison de ses enfants.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.