Espagne

Sebastián Gayá. L'enfant dans les mains de Dieu

La figure de Sebastián Gayá, l'un des initiateurs des Cursillos dans le christianisme, est à nouveau sous les projecteurs avec l'ouverture de son procès de canonisation.

Pilar Turbidí-22 novembre 2022-Temps de lecture : 3 minutes
gaya

Sebastián Gayá, l'un des trois initiateurs de la Les cursillos dans le christianismeLe Saint-Siège reconnaît qu'il a été le prêtre qui a dirigé le groupe de jeunes d'où est né un mouvement d'Église pour le monde - par l'action de l'Esprit Saint. C'est ainsi qu'il a été décrit par St. Paul VI lors de la première Ultreya mondiale en 1966 : "Les cursillos dans le christianisme: C'est cette parole, affinée dans l'expérience, accréditée dans ses fruits, qui court aujourd'hui dans le monde avec une lettre de confiance.dadanisur les routes du monde".

La figure de Sebastián Gayá a été ravivée avec l'ouverture de la phase diocésaine du procès de canonisation du Serviteur de Dieu. Commence alors un parcours dans lequel l'Église met en lumière ses écrits et les témoignages de ceux qui l'ont connu personnellement. Tout cela pour prouver qu'il ne s'est jamais écarté de la foi, qu'il a vécu les vertus à un degré héroïque et que sa réputation de sainteté est authentique.

"L'homme conscient de sa mission", C'est ainsi, en quelques mots, que nous décririons notre personnage. Sébastien savait qu'une cause ne vit que si quelqu'un est prêt à mourir pour elle. Et sa cause était... l'évangélisation. Il a consacré sa vie à cette entreprise. Et l'instrument était... le Cursillo de Cristiandad ; une méthode harmonieuse orientée vers la rencontre de l'homme avec lui-même, avec Dieu et avec ses frères et sœurs.

Le mystère de la croix a présidé à sa vie. Il était en mauvaise santé. Il a enduré l'adversité, la désaffection et même le renvoi du cœur même de l'Église. Néanmoins, face à la douleur, il répondait par l'humilité et la douceur, fruit de la foi et de la charité dont il faisait preuve en traversant toutes les contrariétés qui se présentaient à lui, et elles étaient nombreuses. Peut-être, chaque résignation, chaque malentendu, Sébastien l'a offert comme une oblation pour les fruits du Mouvement Cursillo, et pour beaucoup d'autres intentions que l'enquête de la Cause clarifiera en son temps.

Dieu l'a mis à l'épreuve, depuis son enfance - en 1913, il a dû quitter ses parents en Argentine et rentrer seul pour étudier au séminaire de Majorque - jusqu'à sa mort. Et de chaque épreuve, il est sorti plus fort. Dieu l'a doté d'une voix ferme, d'un regard brûlant et d'un dévouement débordant, jusqu'à l'épuisement. Face au relâchement, il répétait toujours : "Ne vous fatiguez pas de vous fatiguer".. Son dévouement sacerdotal était tel que, alors qu'il avait plus de soixante-dix ans, à la clôture de l'un des Cursillos, il a déclaré, avec insistance : "Aujourd'hui, j'aimerais avoir à nouveau trente ans pour les rendre au Seigneur". 

Sebastián Gayá a repoussé les "capillismos" et a été ferme dans son amour pour l'Église, inconditionnellement fidèle à l'Église. Lorsqu'on l'interrogeait sur la spiritualité des Cursillos dans le christianisme, il répétait toujours la même chose : "Le propre de l'Église".

Il savait qu'il était dans les mains providentielles du Père et cette conviction faisait de Sébastien un homme audacieux. C'était la confiance du fils qui est dans les mains du Père. Pour illustrer cela, il a eu recours à une expérience qu'il a recréée avec vigueur. Pendant quelques instants, Sébastien est devenu un père de famille qui, tout en parlant de la grandeur d'être un enfant de Dieu, a été interrompu par son jeune fils. Ce dernier ne voulait jouer qu'avec son père. Réalisant cela, le père l'a attrapé par les bras, l'a soulevé du sol et l'a enlacé devant tout le monde et l'a embrassé. Aussitôt, il l'éloigne de sa poitrine, fixe son regard plein de tendresse sur les yeux de l'enfant et... le libère en le projetant vers le haut, par-dessus sa tête. Le garçon, loin d'être effrayé, a crié : "Plus haut papa, plus haut... !". Et le père, heureux, le rejeta dans le vide, à nouveau, plus haut encore. Et l'enfant, en riant, cria à nouveau : "Plus haut, plus haut, plus haut, papa !".

Et ainsi de suite. Sébastien a utilisé cette image pour décrire la relation que le Père entretient avec ses enfants ; des enfants de Dieu ! "Je suis" -Sebastian a dit. "l'enfant de Dieu. Et l'enfant n'a pas peur parce que les bras du Père l'attendent toujours ; il a confiance en lui. Le vide ne l'inquiète pas, au contraire, plus il est haut, mieux c'est. Parce que l'enfant a... les assurances du Père. Il peut perdre le contact, mais l'enfant sait que le Père est là, avec lui. Il peut le jeter dans l'abîme du mystère, mais l'enfant sait que le Père le soutient". -Sebastian insiste, ferme, les yeux humides. Sébastien a accompagné beaucoup de gens comme un père. Un père d'une longue lignée d'enfants. Un père qui a transmis des certitudes et liquidé de faux respects humains au cri de "Ultreya ! Plus haut ! Plus haut ! Plus haut ! Plus haut !".

Lorsque Sébastien a célébré son soixantième anniversaire de sacerdoce, il a dit aux personnes présentes : "Je sais depuis soixante ans que je ne m'appartiens pas. Et il en fut ainsi, car sa vie était consacrée à Jésus-Christ. C'est pourquoi, dans l'Heure Apostolique, un texte écrit par lui pour encourager les cursillistes à se laisser conquérir par le Sacré-Cœur du Christ-Roi, Sébastien a écrit : "Regarde-nous à tes pieds, adorant ta grandeur divine. [...] Nous voulons être vraiment à toi, Seigneur ; et par la médiation de la Sainte Vierge, notre Mère, nous nous consacrons à toi".

Pour conclure : "Accorde-nous, Seigneur, d'ouvrir à tous les hommes un large chemin vers ta grâce. Rends le monde à toi, même au prix de nos vies. Amen.". Cette vie dévouée nous est montrée aujourd'hui comme une proposition rayonnante pour les Cursillos dans le christianisme, pour l'Église et pour le monde.

L'auteurPilar Turbidí

Directeur de la Fondation Sebastián Gayá.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.