Monde

Rome arrête la proposition d'un Conseil synodal allemand

Une lettre du cardinal secrétaire d'État du Vatican, Pietro Parolin, ainsi que des cardinaux Ladaria et Ouellet, approuvée par le pape François, affirme que "personne n'a le droit de constituer un conseil synodal au niveau national, diocésain ou paroissial".

José M. García Pelegrín-24 janvier 2023-Temps de lecture : 3 minutes
Chemin synodal allemand

Une nouvelle lettre du Secrétaire d'État du Vatican, le Cardinal Pietro Parolin, également signée par le Cardinal Luis Ladaria, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et le Cardinal Luis Ladaria, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et Marc OuelletLa lettre du 16 janvier du préfet du Dicastère pour les évêques, envoyée avec l'approbation expresse du pape François, précise que "personne n'a le droit de constituer un Conseil synodal, que ce soit au niveau national, diocésain ou paroissial". 

Les cardinaux ont envoyé cette lettre en réponse à la consultation qui leur a été adressée par cinq évêques diocésains allemands - le cardinal Rainer Maria Woelki, archevêque de Cologne, ainsi que les évêques Gregor Maria Hanke OSB (Eichstätt), Bertram Meier (Augsbourg), Rudolf Voderholzer (Regensburg) et Stefan Oster SDB (Passau) - en réponse à une lettre de l'archevêque de Cologne, le cardinal Rainer Maria Woelki, l'évêque Gregor Maria Hanke OSB (Eichstätt), l'évêque Bertram Meier (Augsbourg), l'évêque Rudolf Voderholzer (Regensburg) et Stefan Oster SDB (Passau).près la visite ad limina des évêques allemands

Ils ont notamment demandé si les évêques allemands étaient obligés de participer à la "Commission synodale" préparatoire au Conseil synodal permanent, qui a pour but de perpétuer la voie synodale.

A l'occasion de la quatrième assemblée de cela, en septembre 2022, un compromis a été trouvé - " nous ne prenons pas de décision définitive aujourd'hui " - pour contourner la note du SaLe Saint-Siège, en juillet dernier, qui a rappelé que la voie synodale "n'est pas habilitée à obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouvelles formes de gouvernement".

Cependant, lors de l'assemblée du Comité central des catholiques allemands ZdK en décembre 2022, son vice-président Thomas Söding a clairement indiqué que pour eux, la Commission synodale n'était qu'une phase préparatoire : " nous mettons maintenant en place le Conseil synodal au niveau fédéral, avec son prélude, la Commission synodale ".

Il n'a pas non plus laissé de doute sur la fonction d'un tel concile, contredisant ainsi la note susmentionnée du Saint-Siège : dans un tel organe " seront décidées des questions importantes pour l'avenir de l'Église ".

Il ne s'agit plus d'un organe consultatif, mais d'une "action commune" du ZdK et de l'Union européenne. Conférence épiscopale allemande. Il a conclu : "J'espère seulement que la Conférence des évêques comprend le sérieux avec lequel le ZdK veut réformer l'Église.

En répondant qu'aucun évêque ne peut être contraint de participer à la "Commission synodale", les cardinaux expliquent pourquoi un tel Conseil ne peut être mis en œuvre : "Le "Conseil synodal" constituerait une nouvelle structure de gouvernance de l'Église en Allemagne, qui - selon le texte d'action publié sur le site web "Renforcer la synodalité à long terme : un Conseil synodal pour l'Église catholique en Allemagne" - semble se placer au-dessus de l'autorité de la Conférence épiscopale allemande et, en fait, la remplacer". 

La principale préoccupation doctrinale concerne la mission de l'évêque, " comme l'indique le n° 21 de la Constitution dogmatique Lumen Gentium".

Dans un communiqué de presse, le président de la Conférence épiscopale allemande DBK déclare que le Conseil synodal prévu n'a pas plus de compétence que l'Assemblée de la Conférence épiscopale allemande. Voie synodale et que ce serait dans le cadre du droit canon. Il a ajouté que la grande majorité du Conseil permanent - les évêques diocésains de la DBK - avait réaffirmé la volonté de mettre en œuvre la résolution de l'Assemblée synodale sur le Comité synodal.

Irme Stetter-Karp, présidente du comité central de la ZdK catholique allemande, a également commenté l'affaire : elle estime qu'il est "absolument juste" que l'évêque Bätzing refuse d'accepter l'accusation de Rome.

Thomas Söding, vice-président de la ZdK, a ajouté : "Le Conseil synodal viendra. Et j'espère vraiment qu'elle réussira à convaincre tous les évêques allemands.

Cependant, malgré cette réaction de défi, il ne semble pas que le Conseil synodal ait beaucoup de marge de manœuvre, car le document du 16 janvier n'est pas la directive d'une autorité vaticane qui peut être contestée. 

Le veto exprimé par les trois cardinaux au Conseil synodal a la pleine autorité du Pape, selon la formule littérale qu'ils utilisent : " le Saint Père a approuvé cette lettre ". in forma specifica et a ordonné qu'elle soit transmise".

Dans une interview accordée à l'agence de presse catholique KNA, Norbert Lüdecke, professeur de droit canonique à la Faculté de théologie catholique de l'Université de Bonn, est par exemple arrivé à cette conclusion : " À mon avis, ce document marque la fin du Conseil synodal prévu.

Alors que le président de la DBK, M. Bätzing, affirme aujourd'hui que cela s'inscrirait dans le cadre du droit canonique, M. Lüdecke s'interroge : " Pourquoi ont-ils jusqu'à présent parlé d'un pouvoir décisionnel et d'une force contraignante ? C'est précisément là qu'intervient la lettre de la Secrétairerie d'État, qui n'accepte pas qu'un organisme quelconque ait le pouvoir de décision sur les évêques". 

Que le Pape l'a approuvé in forma specifica signifie que "ce n'est plus un acte officiel de la Curie, mais du Pape. Les décisions de la Curie peuvent faire l'objet d'un appel auprès du Pape ; mais rien ne peut être fait contre le Pape".

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.