Monde

Rémi Brague : "La grande tentation est le désespoir".

Entretien avec l'humaniste français Rémi Brague (Paris, 1947), professeur émérite de philosophie à la Sorbonne. En novembre, il a pris la parole lors du congrès sur les catholiques et la vie publique organisé par l'Association catholique des propagandistes et le CEU. Dans une conversation avec Omnes, nous avons parlé de philosophie, de l'opposition aux langues classiques et de liberté. Brague affirme catégoriquement et avec le sourire : "Le monde est bon, malgré tout". Selon lui, "la grande tentation est le désespoir".

Rafael Miner-13 décembre 2021-Temps de lecture : 6 minutes
Rémi Brague.

Traduction de l'article en anglais

C'était une conversation d'une demi-heure, mais elle laisse des traces. Comme "lointain disciple de Socrate". (professeur Elio Gallego), le philosophe Rémi Brague "Il est capable de dire la vérité comme s'il racontait une histoire à dormir debout, subtilement et à voix basse".a écrit le professeur José Pérez Adán.

"Dans le programme du congrès, je suis présenté comme un historien, mais ce n'est pas vrai, car je suis un philosophe qui lit des ouvrages d'histoire, et je suis confronté à une interprétation du monde moderne qui part de zéro, qui essaie de faire table rase du passé comme le fait le... International", commentaires d'entrée de jeu.

"Je suis un philosophedit-il, "et il est très flatteur pour tous mes collègues que nous soyons considérés comme dangereux. Des personnes qui peuvent être subversives simplement parce qu'elles recherchent la vérité".fait-il remarquer.

En relation avec votre article, vous dites que la "culture de l'annulation" appartient davantage à la sphère journalistique et de la communication qu'à la sphère philosophique. 

-Ce que je voulais dire, c'est simplement que l'histoire peut paraître plus ou moins anecdotique, qu'elle sert à nourrir des journalistes qui ne savent pas trop quoi dire. Je ne suis pas un journaliste, je suis juste un philosophe, qui est obligé de voir les choses d'un point de vue philosophique, et ce mouvement mérite d'être examiné d'un point de vue philosophique aussi bien qu'historique. 

Dans le programme du Congrès, je suis présenté comme un historien, mais ce n'est pas vrai car je suis un philosophe qui lit des ouvrages d'histoire. Cela m'intéresse dans la mesure où il s'agit d'un symptôme de quelque chose de plus large, et c'est pourquoi tout au long de ma présentation je pars de faits curieux pour passer à un intérêt plus large, et je me retrouve avec une interprétation du monde moderne qui part de zéro, qui essaie de faire table rase du passé comme le fait le International. Mais il est beaucoup plus ancien. Elle vient de la lutte contre les préjugés, que Descartes situe à un niveau plus individuel : je dois me débarrasser des préjugés de l'enfance ; et du niveau individuel, elle passe au niveau collectif, dans ce que nous appelons les Lumières radicales. Et puis avec la Révolution française, et ainsi de suite.

Dans votre présentation, vous avez évoqué les mouvements d'opposition aux langues classiques. En Espagne, la philosophie a été supprimée de l'enseignement obligatoire (ESO). Qu'est-ce que cela vous suggère ?

-Cela suggère deux choses pour moi. Tout d'abord, à propos des langues classiques. Ils jouent un rôle très important dans l'histoire culturelle de l'Occident, en Europe et dans les territoires d'outre-mer. Pour la première fois dans l'histoire, une civilisation a tenté de former ses élites en étudiant une autre culture.

Par exemple, la culture chinoise repose sur l'étude des classiques chinois. Alors que la civilisation européenne a formé ses élites par l'étude du grec, et cela est vrai à Salamanque, à Paris, à Oxford, à Cambridge, à Upsala et partout ailleurs. 

Les élites ont été formées à se considérer comme décadentes par rapport à la civilisation grecque, qui a été idéalisée. Les Grecs étaient aussi brutaux et menteurs que les autres. Un exemple curieux. Un auteur arabe du 9e siècle, Al-Razi, écrit : "Les Grecs ne s'intéressaient pas à la sexualité", car pour lui, les Grecs étaient Aristote. Et c'est tout. Et il n'avait aucune idée d'Aristophane, encore moins des bains. L'étude du grec a eu le mérite de donner aux esprits européens, malgré leur arrogance, un sain complexe d'infériorité.

Quant à la suppression de la philosophie ?

-Je suis philosophe et c'est très flatteur pour toute ma corporation, pour tous mes collègues, que nous soyons considérés comme dangereux. Des personnes qui peuvent être subversives simplement parce qu'elles recherchent la vérité. Le pire ennemi du mensonge est la vérité. Il est très intéressant, comme une confession involontaire de ces personnes, de dire : nous ne voulons pas de philosophie, c'est-à-dire nous ne voulons pas de la recherche de la vérité.

Vous dites que d'une manière ou d'une autre, notre culture devrait régresser vers une sorte de Moyen Âge. La question est la suivante : quel genre de Moyen Âge ?

-Au début, je vais répéter ce que j'ai dit au début. Pas d'image idéalisée du Moyen Âge ; ce qui m'intéresse dans le Moyen Âge, ce sont les penseurs, si vous me permettez, mes "collègues du passé" : les philosophes. Ils peuvent être judéo-chrétiens, mais aussi chrétiens ou musulmans. Il y a des choses très intéressantes chez Maïmonide, un de mes grands amours, comme la grammaire française m'oblige à le dire ...... 

Je pense que la chose intéressante, si je dois choisir une chose, est la convertibilité des propriétés transcendantales de l'être. Le monde est bon. C'est dit d'une manière très technique, mais cela peut être exprimé d'une manière très simple. Le monde est bon, en dépit de tout. C'est un acte de foi. Parce que lorsqu'on se regarde, on peut se voir moins beau qu'on ne le pensait. 

Expliquez cet acte de foi...

-En conséquence de cet acte de foi, le monde est l'œuvre d'un Dieu bienveillant, un Dieu qui veut le bien, et qui nous a donné les moyens de résoudre nos propres problèmes. Pour commencer, il nous a donné l'intelligence et la liberté, et il nous a rendus capables de désirer le bien, de le vouloir vraiment. Puisque nous ne sommes pas en mesure de l'atteindre par nos propres moyens, l'économie du salut est arrivée. Mais Dieu n'intervient que là, là où nous avons vraiment besoin de lui, c'est-à-dire dans l'économie du salut. 

C'est important, parce que nous n'avons pas besoin que Dieu nous dise : "Fais-toi pousser une moustache ou taille ta barbe" ; nous n'avons pas besoin que Dieu nous dise : "Ne mange pas de porc" ; nous n'avons pas besoin que Dieu nous dise : "Mesdames, portez un voile", nous avons des coiffeurs, nous avons des barbiers, nous avons des tailleurs, et nous avons l'intelligence de choisir la façon dont nous nous habillons, la façon dont nous mangeons, et ainsi de suite. Dans le christianisme, Dieu n'intervient que là où c'est vraiment nécessaire, là où c'est vraiment indispensable. Dieu n'intervient pas, il n'intervient pas, il n'intervient pas pour nous dire de faire ceci ou cela, comprenant que nous sommes capables de comprendre ce qui est bon pour nous.

Parlons un peu plus de la culture classique. Vous y avez fait référence dans votre discours.

-Ceux qui s'opposent à l'étude des langues classiques se situent souvent à gauche de l'échiquier politique. Selon eux, le latin et le grec sont le signe distinctif des classes éduquées, c'est-à-dire de celles qui ont les moyens d'apprendre uniquement par amour de la culture, par opposition aux classes populaires, etc. Il y a aussi une part de vérité dans tout cela.

Cependant, ce raisonnement ne montre qu'une facette de la vérité, qui est plus complexe. D'abord, certains des penseurs qui comptent parmi les précurseurs les plus radicaux des insurrections dans la culture occidentale avaient reçu une éducation classique, ce qui ne les a pas empêchés d'être des agitateurs, chacun à sa manière. Karl Marx et Sigmund Freud avaient étudié dans ce que l'on appelait des "gymnases humanistes", et Charles Darwin avait étudié dans des universités où le latin et le grec allaient de soi. Marx a écrit sa thèse de doctorat sur l'atomisme dans la Grèce antique. Sans parler de Nietzsche, peut-être le plus radical de tous, qui a travaillé comme professeur de philologie classique.

D'accord", pourrait-on objecter, "mais ils sont devenus ce qu'ils sont, pas ce qu'ils sont devenus", a-t-il déclaré. en raison de l'éducation classique qu'ils ont reçue, mais malgré de l'avoir reçu.

Diriez-vous à l'homme moderne un mot d'optimisme, d'espoir, lorsque vous constatez une façon de penser très dépressive ? C'est peut-être une question plus théologique...

-C'est une question qui mérite d'être posée et, si nécessaire, d'y répondre. 

Je veux changer de vitesse et passer à la vitesse théologique. Je veux parler du diable. L'image que nous avons du diable est une image diffusée par les services de relations publiques de l'enfer. Malheureusement, c'est l'image donnée par probablement le deuxième des poètes anglais après Shakespeare, à savoir John Milton. Le diable comme une sorte de rebelle qui aurait voulu se mettre à la place de Dieu. Il est rare que j'amuse le diable, c'est une erreur pour moi de téléphoner au diable ; il est assez intelligent pour comprendre que ça ne marche pas, et donc...

est une image prométhéenne et fausse. Au contraire, dans la Bible, le diable apparaît comme celui qui fait croire à l'homme qu'il ne mérite pas l'intérêt de Dieu à son égard, qu'il n'en vaut pas la peine. Par exemple, le début du livre de Job est exactement cela.

Dans le Nouveau Testament, dans le quatrième Évangile, le diable est le menteur, celui qui veut nous faire croire que nous ne valons pas la peine, que Dieu ne nous pardonnera pas, que la miséricorde de Dieu est limitée. La grande tentation est le désespoir. 

Et l'Église nous fournit un système bien ficelé sous la forme des sacrements : la confession, l'Eucharistie... Si nous la prenons au sérieux, la balle est dans notre camp, et c'est donc à nous d'agir.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.