Culture

Pie XII, un grand ami du peuple d'Israël

Le travail discret de la diplomatie vaticane pour sauver des centaines de milliers de Juifs de l'Holocauste est cohérent avec le rejet précoce du nazisme par Pie XII.

José M. García Pelegrín-3 août 2022-Temps de lecture : 9 minutes

Photo de Pie XII. ©Getty Images/F. Ramage

Compte tenu de l'imminence déclassification de documents Les archives du Vatican sur la persécution des juifs par l'Allemagne nazie (l'"holocauste"), c'est le moment de revoir les réponses de Pie XII à cette idéologie païenne : est-il vrai qu'on lui reproche souvent d'avoir "gardé le silence" face aux crimes nazis, qu'il "aurait pu faire plus" ?

Lorsque Eugenio Pacelli - élu pape le 2 mars 1939, le jour même de son 63e anniversaire, en tant que successeur de Pie XI - meurt le 9 octobre 1958, les manifestations de deuil et de reconnaissance se succèdent. On notera notamment les déclarations du Premier ministre israélien de l'époque, Golda Meier, qui a déploré la perte d'un "grand ami du peuple d'Israël". Il est également bien connu que lorsqu'Israël Zolli - qui avait été le grand rabbin de Rome entre 1939 et 1945 - a été baptisé dans l'Église catholique le 13 février 1945, il a choisi Eugène comme nom de baptême, en remerciement des efforts de Pie XII pour sauver les Juifs de Rome.

Les données

Pendant la domination allemande de Rome, entre le 10 septembre 1943 et le 4 juin 1944, le pape a donné l'ordre d'ouvrir les couvents de cloître et même le Vatican et la résidence d'été du pape à Castengandolfo pour accueillir les Juifs persécutés par les SS et la Gestapo : dans 155 couvents de Rome, 4 238 Juifs romains ont été cachés, en plus des 477 autres qui ont été accueillis au Vatican et des quelque 3 000 qui ont trouvé refuge à Castengandolfo.238 juifs romains ont été cachés dans 155 couvents de Rome, auxquels il faut ajouter les 477 autres qui ont été accueillis au Vatican et les quelque 3 000 qui ont trouvé refuge à Castengandolfo, où la chambre du pape a abrité des femmes juives enceintes : dans le lit papal, quelque 40 enfants sont nés. 

Cette aide due à l'intervention directe du pape ne s'est pas limitée à la seule ville de Rome ; grâce à la diplomatie "silencieuse" du Vatican, des centaines de milliers de vies ont été sauvées ; en 2002, Ruth Lapide, épouse du célèbre écrivain juif Pinchas Lapide, a confirmé qu'il estimait à environ 800 000 le nombre de Juifs sauvés directement par la diplomatie du Vatican entre 1939 et 1945.

Pie XII, le Juste parmi les Nations

L'aide du Vatican aux Juifs persécutés a donné au pape Pie XII une réputation qui s'est concrétisée par la reconnaissance par le comité de Yad Vashem du titre de "juste parmi les nations" pour des prêtres romains tels que le cardinal Pietro Palazzini (1912-2000), qui, pendant les mois de l'occupation allemande de Rome, était vice-recteur du séminaire romain. Lorsque Pietro Palazzini, en 1985, a reçu cet honneur à Yad Vashem, il a fait référence à la personne qui avait été à l'origine de toute l'aide du Vatican : le pape Pie XII.

L'Allemagne a également témoigné sa gratitude à Pie XII après la chute du nazisme, par exemple en reconnaissant officiellement le nom de rues portant son nom. Un autre exemple du prestige dont jouissait Pie XII de son vivant est la couverture que lui a consacrée le magazine Temps en août 1943, dans lequel il a été reconnu pour ses efforts de paix.

Une pièce

Cependant, cinq ans seulement après sa mort, l'opinion publique internationale a pris un virage à 180 degrés concernant la perception de Pie XII. La légende noire sur le pape commence par une pièce de théâtre : Le Vicaire de Rolf Hochhuth, présenté pour la première fois en 1963. De manière assez surprenante, la vision biaisée de cette pièce a réussi à se répandre. Cette interprétation s'est poursuivie pendant des décennies ; dans l'une des expressions les plus controversées, John Cornwell est allé jusqu'à le qualifier de "pape d'Hitler" : c'était le titre de son livre de 1999, Le pape d'Hitler

Dans un article du quotidien Die WeltÀ cet égard, le journaliste Sven Felix Kellerhoff a déclaré : "Il n'existe probablement aucun autre personnage historique d'envergure mondiale qui, comme Eugenio Pacelli - en si peu de temps après sa mort - est passé du statut de modèle largement respecté à celui de personne condamnée par la majorité. Ceci est principalement dû à la pièce Le Vicaire par Rolf Hochhuth".

Des faits oubliés

Contrairement aux espèces propagées par Le VicaireMais les faits parlent un autre langage. Eugenio Pacelli, nonce apostolique en Allemagne entre 1917 et 1929, d'abord à Munich et à partir de 1925 à Berlin, a manifesté un rejet clair du national-socialisme dès le moment où il l'a rencontré, à l'occasion du coup d'État perpétré par Ludendorff et Hitler, avec sa marche sur la Feldherrnhalle de Munich le vendredi 9 novembre 1923. Dans son rapport au Vatican sur ces troubles, le nonce qualifie le mouvement hitlérien de "fanatiquement anticatholique" ; au cours du procès de Ludendorff, Eugenio Pacelli qualifie le nationalisme de "plus grave hérésie de notre temps".

Des années plus tard, alors qu'il était déjà cardinal secrétaire d'État, Eugenio Pacelli a officiellement représenté le pape Pie XI à Lourdes, le 29 avril 1935, lors d'une manifestation massive de prière pour la paix ; dans son discours, Pacelli a condamné la "superstition du sang et de la race", une allusion claire à l'idéologie nazie.

Une encyclique de "Pie XII". 

La manifestation la plus claire de son rejet du nazisme a été l'encyclique suivante Mit brennender Sorge. Bien qu'elle ait été promulguée - le 21 mars 1937 - par le pape Pie XI, elle porte la marque du secrétaire d'État de l'époque, Eugenio Pacelli. L'encyclique était une réponse non seulement aux nombreuses attaques contre les représentants de l'Église, mais plus particulièrement à l'absence de réponse du gouvernement allemand aux protestations contre la violation du Concordat signé le 20 juillet 1933 entre le Saint-Siège et le gouvernement allemand : au fil des ans, Pacelli a remis plus de 50 notes diplomatiques de protestation à l'ambassadeur allemand auprès du Saint-Siège, mais en vain.

Eugenio Pacelli a même laissé sa marque sur le titre de l'encyclique, la première de l'histoire à être promulguée dans une autre langue que le latin, une preuve supplémentaire de l'importance que lui accorde le Saint-Siège : le projet, préparé par l'évêque de Munich, Michael Faulhaber, commençait par les mots "Mit grosser Sorge" ("Avec une grande inquiétude") ; Eugenio Pacelli barra de sa main le mot "grosser" et le remplaça par "brennender" ; ainsi le titre de l'encyclique fut fixé et entra dans l'histoire : "Mit brennender Sorge" ("Avec une inquiétude brûlante" ou, dans la traduction officielle du Vatican : "Avec une vive inquiétude").

L'encyclique, qui qualifiait l'idéologie nazie de "panthéisme" et critiquait les tendances des dirigeants nationaux-socialistes à faire revivre les anciennes religions germaniques, exprimait en termes non équivoques le rejet de l'idéologie nationale-socialiste de "la race et du peuple" et l'opposait à la foi chrétienne. L'encyclique Mit brennender Sorge a été en fait la seule grande protestation au cours des douze années de nazisme. Il atteint les quelque 11 500 paroisses qui existaient dans le Reich, à l'insu de la Gestapo.

La réaction des nazis

Les dirigeants nazis y voient une attaque claire contre leur idéologie et y répondent par une répression sévère. Un exemple est une conversation entre Franz Xaver Eberle, évêque auxiliaire d'Augsbourg, et Hitler le 6 décembre 1937, qui a été rapportée par écrit à Rome par le cardinal Faulhaber sur les instructions expresses du cardinal secrétaire d'État Pacelli. Dans cette conversation, Hitler a dit à Eberle que les Allemands n'avaient qu'un seul cardinal au Vatican qui les comprenait, et "malheureusement, ce n'est pas Pacelli, mais Pizzardo".

Il est également intéressant de noter l'opinion de Joseph Goebbels sur Pacelli, qui le mentionne plus de cent fois dans son journal. Par exemple, en 1937, il écrit : "Pacelli, complètement contre nous. Libéraliste et démocrate". À l'occasion de l'élection d'Eugenio Pacelli comme pape le 2 mars 1939, le ministre allemand de la Propagande écrit : " Pacelli élu pape (...) Un pape politique et peut-être un pape combatif qui agira avec habileté et habileté. Attention ! Et le 27 décembre 1939, Joseph Goebbels fait référence au discours de Noël du pape : "Plein d'attaques très cinglantes et cachées contre nous, contre le Reich et le national-socialisme. Ce qu'il note le 9 janvier 1945 est particulièrement significatif : ".....".Prawda fait une fois de plus une forte attaque contre le Pape. Il est curieux, presque drôle, que le pape soit traité de fasciste et qu'il soit de mèche avec nous pour sauver l'Allemagne de sa détresse".

Causes du discrédit

Mais avec le temps, ce fut malheureusement le cas : ce que Goebbels, et il devait bien le savoir, trouvait "curieux, presque drôle" - que Pie XII soit considéré comme favorable au nazisme - se réalisa peu après sa mort. Comment est-il possible qu'au vu de ces actions et condamnations, de ce que les nazis eux-mêmes pensaient de Pie XII, l'image du "pape silencieux" ou même du "pape hitlérien" soit encore si répandue ?

Le juriste et théologien Rodolfo Vargas, expert de Pie XII et président de l'association Solidatium Internationale Pastor AngelicusEn réponse à cette question, il évoque le "pouvoir de la fiction" : "La fiction est très puissante, elle a un pouvoir de fascination que la littérature et la recherche spécialisées n'ont pas".

Le journaliste Sven Felix Kellerhoff, déjà cité, propose une autre explication, dans un article publié à l'occasion du 50e anniversaire de la première du film. Le VicaireLa vision du pape dans cette pièce "n'a rien à voir avec la réalité ; mais il est plus commode de tenir le prétendu silence d'un pape pour responsable du génocide que la collaboration de millions d'Allemands "aryens", qui - au moins - ont détourné le regard, en ont souvent profité et n'ont pas rarement participé au génocide".

Un changement de cœur

Toutefois, depuis quelque temps, cette perception commence à changer, du moins dans les publications spécialisées : à l'occasion du 50e anniversaire de la mort de Pie XII, en 2008, plusieurs ouvrages sont parus pour souligner son activité discrète mais efficace. C'est d'autant plus remarquable que la peur régnait dans la Ville éternelle pendant la domination allemande. La réalité de cette crainte est démontrée par le fait que Monseigneur Ludwig Kaas, qui avait été président du parti catholique Zentrum et s'était installé à Rome au début du mois d'avril 1933, pensait détruire tout le matériel qu'il possédait de l'époque de la République de Weimar car "il fallait s'attendre à ce que les SS occupent le Vatican".

L'historien Michael Hesemann, se référant à la question de savoir si Pie XII a protesté "suffisamment" contre le génocide juif, affirme que ceux qui accusent Pie XII de ne pas avoir protesté plus explicitement contre l'Holocauste ne tiennent pas compte du fait que ses activités d'aide ont été possibles précisément parce que le pape n'a pas protesté ouvertement : "Si les SS avaient occupé le Vatican, ce vaste plan de salut n'aurait pas pu être réalisé et aurait entraîné la mort certaine d'au moins 7 000 Juifs.

Un précédent décisif

Il y avait un précédent, dont le pape était bien conscient : lorsque, en août 1942, les troupes d'occupation allemandes ont déporté des Juifs des Pays-Bas, l'évêque catholique d'Utrecht a protesté. Par conséquent, les nazis ont également envoyé des catholiques d'origine juive à Auschwitz ; la victime la plus célèbre est Edith Stein, qui s'était convertie du judaïsme au christianisme et était ensuite entrée dans l'ordre des carmélites. Dès 1942, lorsqu'il apprit la Shoah, Pie XII fit remarquer à son confident Don Pirro Scavizzi : "Une protestation de ma part non seulement n'aurait aidé personne, mais aurait déchaîné la colère contre les Juifs et multiplié les atrocités. Elle aurait pu susciter les louanges du monde civilisé, mais pour les pauvres Juifs, elle n'aurait conduit qu'à une persécution plus atroce que celle qu'ils ont subie".

Un travail de vulgarisation a également été effectué récemment pour donner une vision plus objective de Pie XII. En 2009, par exemple, une exposition sur lui a été organisée à Berlin et à Munich ; elle se terminait par une salle intitulée "Ici, vous pouvez entendre le silence du Pape" ; en effet, on pouvait entendre le message radiophonique de Pie XII à Noël 1942, dans lequel le Pape Pacelli parlait des "centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, parfois seulement pour des raisons de nationalité ou de race, sont destinées à la mort ou à l'anéantissement progressif". Le fait que Pie XII ait gardé le silence sur l'Holocauste, comme le prétendait l'écrivain Rolf Hochhuth depuis 1963 pour tenter d'influencer le débat public en Allemagne, est désormais définitivement réfuté par les faits. 

Nouvelles perspectives sur Pie XII

D'autre part, ces dernières années, on a également constaté un changement de tendance dans le monde de la fiction ; en Allemagne, outre d'autres films, la Première chaîne (ARD) de la télévision publique a réalisé entre 2009 et 2010 une mini-série qui met en scène le rôle d'Eugenio Pacelli, en tant que nonce, en tant que cardinal secrétaire d'État et aussi en tant que pape Pie XII : Gottes mächtige Dienerin (La puissante servante de Dieu), est une adaptation d'un roman publié en 2007 et est raconté du point de vue de Sœur Pascalina Lehnert, bien qu'il se concentre sur le débat de Pie XII avec sa propre conscience. Dans le interview exclusive Le pape se trouvait dans une situation historique extrêmement difficile et devait peser les différents arguments pour agir correctement", m'a dit le réalisateur, Marcus O. Rosenmüller, pendant le tournage du film. Notre film tente de traduire ses réflexions en images ; par exemple, après la rafle d'Utrecht en juillet 1942, suite aux protestations de l'évêque contre les déportations de Juifs, Pie XII jette dans la cuisine, page par page, sur la cuisinière, un document qu'il avait déjà rédigé". 

Marcus O. Rosenmüller a commenté le portrait biaisé de Pie XII qui existe depuis longtemps : "L'accusation d'antisémitisme contre Pacelli me semble absolument absurde ; c'est une simple provocation. Nous présentons un pape qui était intellectuellement opposé au national-socialisme et qui, en raison de certains événements - comme les déportations aux Pays-Bas - n'a pas trouvé facile de savoir quelle était la bonne décision à prendre. Comme il était aussi un diplomate dans l'âme, il est possible que cette diplomatie lui ait rendu l'action quelque peu difficile. Mais nous nous sommes également efforcés de tenir compte de l'époque à laquelle il vivait. Exiger du Vatican et en particulier d'Eugenio Pacelli qu'ils aient tout vu depuis le début avec une clarté cristalline est un anachronisme. Le phénomène "Hitler" est aussi le phénomène de sa sous-estimation : pendant longtemps, les hommes politiques anglais et français ont sous-estimé l'ampleur du nazisme. Lorsque Hochhuth affirme que le monde entier était contre Hitler et que seul Pie XII a fait la sourde oreille à ceux qui demandaient de l'aide, il dit quelque chose de tout simplement faux".

Peut-être que ces œuvres de fiction pourront à terme renverser l'image déformée donnée il y a presque 60 ans par une autre œuvre de fiction d'un pape qui non seulement n'est pas resté silencieux face au génocide, mais s'est efforcé de sauver le plus grand nombre possible, et qui a réussi précisément en le faisant discrètement.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.