Vatican

La persécution des Juifs pendant le pontificat de Pie XII

L'historien Johan Ickx (Archives de la Section des relations avec l'État du Secrétariat d'État) explique la décision du pape François de numériser la série "Juifs".

Antonino Piccione-8 décembre 2022-Temps de lecture : 4 minutes
pius XII

Photo : Pie XII ©CNS photo

Pie XII est un personnage controversé. D'une part, il a été le protagoniste d'actions reconnues pour protéger les victimes du nazi-fascisme, surtout dans les mois dramatiques de l'occupation de Rome ; d'autre part, il a été accusé de trop de "silences" face aux nouvelles dramatiques qui parvenaient au Vatican, déjà en 1939, en provenance des territoires occupés par Hitler, à commencer par la Pologne.

En 2020, les Archives apostoliques du Vatican ont mis les documents du pontificat de Pie XII à la disposition des chercheurs. Grâce à cette extraordinaire opportunité de recherche, une analyse plus complète et une interprétation plus précise d'un passage crucial de l'histoire du 20ème siècle est désormais possible.

Par la volonté du pape François, depuis le 23 juin dernier, ce précieux patrimoine documentaire, qui comprend 170 volumes, est largement disponible sur internet dans une version numérique, librement accessible à tous.

En plus de la photocopie de chaque document individuel, les archives ont mis à disposition un fichier avec l'inventaire analytique de la série, dans lequel les noms des bénéficiaires des aides contenues dans les documents ont été transcrits. Jusqu'à présent, 70% du matériel total peuvent être consultés, ce qui sera complété ultérieurement par les derniers volumes.

Au cours d'une rencontre promue par l'Association ISCOM sur la persécution des juifs pendant le pontificat de Pie XII (une rencontre à laquelle ont participé plus de 30 vaticanistes), Johan Ickx, responsable des Archives historiques de la Section pour les relations avec les États de la Secrétairerie d'État, a expliqué les raisons de la décision du pape François de numériser la série d'archives juives, en la rendant accessible à tous.

La décision du pape, en plus de donner un nouvel élan à la recherche historiographique, permettra aux familles des persécutés de reconstituer plus facilement l'histoire de leurs proches qui ont demandé l'aide du Saint-Siège pendant la Seconde Guerre mondiale.

"La série juive est un peu spéciale", souligne M. Ickx, "car normalement les séries de nos archives historiques de la Secrétairerie d'État se distinguent par le nom d'un État, avec lequel le Saint-Siège avait des relations bilatérales normales dans une période historique donnée.

Sous le pontificat du Pape Pacelli, vers 1938, il a été soudainement établi une série de fichiers avec ce nom - "Juifs" - comme si, pour le Saint-Siège, il s'agissait d'une nation spécifique. La série est restée ouverte jusqu'en 1946, puis, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle a été fermée".

Ce n'est pas la première fois que le pape François encourage de telles initiatives. Dans le passé, il a voulu ouvrir à l'avance les archives du Vatican sur les années de la dictature en Argentine, afin d'aider les familles des victimes à découvrir les vérités que les archives elles-mêmes ont pu dissimuler.

Le Vatican avait déjà fait un pas dans cette direction dans les années 1970, sous le pontificat de Paul VI, avec la publication des Actes et documents du Sanctuaire relatifs à la période de la Seconde Guerre mondiale.

Il est désormais possible pour tout internaute de consulter, au format pdf, toutes les demandes d'aide adressées au Saint-Siège par les persécutés, puis les fiches des personnes, familles ou groupes qui ont demandé l'aide du pape Pie XII.

Selon M. Ickx, "il sera intéressant de voir comment les universités, les associations s'occupant de ce type de recherche, mais aussi les musées de la Shoah de toutes les villes européennes travailleront sur ces documents. Ces centres de documentation pourront désormais s'appuyer sur ce matériel plus facilement et en temps réel.

Dans son livre "Pie XII et les Juifs" de 2021, Ickx démontre la volonté du Saint-Siège d'aider les personnes persécutées par le nazi-fascisme. Mais aussi son incapacité, car le Saint-Siège a souvent été entravé : "Les nazis étaient présents dans la moitié de l'Europe à l'époque et empêchaient toute initiative d'aide. Mais le régime fasciste italien a également mené des persécutions et a donc souvent entravé les actions de sauvetage du Vatican. Souvent, même les gouvernements nationaux ne coopéraient pas".

L'idée que se tourner vers le pape était une voie de salut possible est étayée par le contenu et la teneur des lettres elles-mêmes : 2 800 demandes d'aide ou d'intervention pour quelque 4 000 Juifs entre 1938 et 1944. Parmi eux, le livre fait référence à Mario Finzi, alors chef de la délégation pour l'assistance aux émigrants juifs à Bologne, qui a écrit au pape Pie XII, se référant à une demande d'aide spécifique d'une famille : "Vous êtes le dernier à pouvoir faire quelque chose pour cette famille". Nous savons aujourd'hui qu'une partie de cette famille, dont les membres, comme c'était souvent le cas, étaient dispersés sur tout le territoire, a été sauvée.

L'un des documents les plus intéressants du livre est une lettre du cardinal Gasparri, datée du 9 février 1916, dans laquelle il répond à une demande de l'American Jewish Committee de New York. Une lettre, selon Ickx, inspirée précisément par Eugenio Pacelli, alors ministre des affaires étrangères de la Secrétairerie d'État : "Dans ce cas, les juifs américains demandaient au Vatican une prise de position du pape Benoît XV sur la persécution raciale qui avait déjà commencé pendant la Première Guerre mondiale.

Le secrétaire d'État Gasparri a répondu par ce texte, autorisant explicitement sa publication. Les journaux des communautés juives américaines s'en sont fait l'écho, le qualifiant avec satisfaction de véritable "encyclique". Dans le texte, les Juifs sont littéralement définis comme des "frères" et il est indiqué que leurs droits doivent être protégés comme ceux de tous les peuples.

Il s'agit du premier document dans l'histoire de l'Église catholique et du Saint-Siège à exprimer ce principe. Ce sont les mots, conclut Ickx, que nous trouvons dans le document Nostra Aetate du Concile Vatican II, publié en 1965. Ce sont précisément les principes que Pie XII a appliqués pendant des décennies au cours de son pontificat face au grand défi du nazisme et ensuite du communisme".

L'auteurAntonino Piccione

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.