Culture

Noël. Histoire ou tradition ?

Les dates de Noël ne sont pas seulement une tradition, les découvertes faites à Qumran indiquent qu'elles pourraient en fait être une réalité historique.

Gerardo Ferrara-21 décembre 2022-Temps de lecture : 6 minutes
Belén

Intérieur de l'église à l'endroit où, selon la tradition, Jésus est né (Photo : Gerardo Ferrara)

Pourquoi les chrétiens célèbrent-ils la naissance de Jésus-Christ le 25 décembre ? Depuis la Renaissance, il est largement admis que cette date n'a été choisie que pour remplacer l'ancien culte du "Sol Invictus", dont la solennité tombait précisément à cette date ("dies Solis Invicti") qui, dans le calendrier julien, correspondait au solstice d'hiver, c'est-à-dire au mariage de la nuit la plus longue et du jour le plus court de l'année.

Qu'est-ce, ou plutôt qui, était ce "Sol Invictus" ? Il était précisément la personnification du soleil, identifié à Hélios, à Gebal et finalement à Mithra, dans une sorte d'assimilation monothéiste entre la divinité et le soleil. Le culte du "Sol Invictus" est né en Orient (notamment en Égypte et en Syrie), où les célébrations du rite de la naissance du Soleil impliquaient que les fidèles sortent à minuit des sanctuaires où ils étaient réunis pour annoncer que la Vierge avait donné naissance au Soleil, représenté sous la forme d'un enfant. De l'Orient, le culte s'est répandu à Rome et en Occident.

Est-ce vraiment la seule raison pour laquelle nous célébrons Noël à cette période de l'année ? Peut-être pas. En fait, les découvertes faites à Qumran ont établi que nous avons des raisons de célébrer Noël le 25 décembre.

L'année et le jour de la naissance de Jésus

Rappelons tout d'abord que Denys le Mineur, le moine qui a calculé en 533 l'année du début de l'ère chrétienne, a reculé d'environ six ans la naissance du Christ, qui serait donc venu au monde vers 6 avant J.-C. Avons-nous d'autres indices à ce sujet ? Oui, la mort d'Hérode le Grand en 4 avant J.-C., puisqu'il est mort à cette époque et que nous savons qu'environ deux ans ont dû s'écouler entre la naissance de Jésus et la mort du roi, ce qui coïnciderait avec l'année 6 avant J.-C..

Nous savons donc, toujours d'après l'évangéliste Luc (le récit le plus détaillé de la naissance de Jésus), que Marie est tombée enceinte alors que sa cousine Elisabeth était déjà enceinte de six mois. Les chrétiens occidentaux ont toujours célébré l'Annonciation à Marie le 25 mars, c'est-à-dire neuf mois avant Noël. Les chrétiens orientaux, quant à eux, célèbrent également l'Annonciation à Zacharie (père de l'Enfant Jésus). Jean le Baptiste et le mari d'Elizabeth) le 23 septembre. Luc entre dans le détail en nous disant qu'au moment où Zachariah a appris que sa femme, maintenant aussi âgée que lui, allait tomber enceinte, servait dans le Temple, étant de la caste des prêtres, selon la classe d'Abia. Cependant, Luc lui-même, écrivant à une époque où le Temple fonctionnait encore et où les classes sacerdotales poursuivaient leurs rotations pérennes, n'explicite pas, en le tenant pour acquis, le temps où la classe d'Abia a servi. Or, de nombreux fragments du Livre des Jubilés, retrouvés précisément à Qumran, ont permis à des chercheurs comme Annie Jaubert et le juif israélien Shemarjahu Talmon de reconstituer avec précision que la rotation d'Abia avait lieu deux fois par an : le premier du 8 au 14 du troisième mois du calendrier hébraïque, le second du 24 au 30 du huitième mois du même calendrier, correspondant ainsi aux dix derniers jours de septembre, en parfaite harmonie avec la fête orientale du 23 septembre et à six mois du 25 mars, ce qui laisserait penser que la naissance de Jésus a réellement eu lieu dans les dix derniers jours de décembre et qu'il est donc logique de fêter Noël à cette époque de l'année, sinon ce jour-là !

Le recensement de César Auguste

L'Évangile de Luc (ch. 2) nous apprend que la naissance de Jésus a coïncidé avec un recensement effectué dans tout le pays par César Auguste :

"En ces jours-là, un décret de César Auguste ordonna le recensement de tout le pays. Ce premier recensement a été effectué lorsque Quirinus était gouverneur de Syrie. Tout le monde est allé s'inscrire, chacun dans sa ville".

Que savons-nous à son sujet ? D'après ce que nous lisons aux lignes VII, VIII et X de la transcription des "Res gestae" d'Auguste trouvées dans l'"Ara Pacis" à Rome, nous apprenons que César Octave Auguste a recensé l'ensemble de la population romaine à trois reprises, en l'an 28 avant J.-C., en l'an 8 avant J.-C. et en l'an 14 de notre ère. C'est dans ce contexte qu'il faut placer le fameux recensement rapporté dans l'Évangile de Luc (Lc 2, 1).

Dans les temps anciens, le recensement de l'ensemble du pays devait évidemment prendre un certain temps avant d'être achevé. Et là, une autre précision de l'évangéliste Luc nous donne un indice : Quirinius était le gouverneur de Syrie lorsque ce "premier" recensement a été effectué. Sulpicius Quirinius était gouverneur de Syrie probablement de 6 à 7 après JC. Les avis des historiens divergent sur cette question : certains supposent, en effet, selon la pierre tombale dite de Tivoli (en latin "Lapis" ou "Titulus Tiburtinus") que Quirinius lui-même a eu un mandat antérieur dans les années 8-6 avant J.-C.. (ce qui serait compatible à la fois avec la date du recensement d'Auguste et la naissance de Jésus) ; d'autres, en revanche, traduisent le terme "premier" (qui, en latin et en grec, étant neutre, peut aussi avoir une valeur adverbiale) par "avant que Quirinius ne soit gouverneur de Syrie". Les deux hypothèses sont admissibles, de sorte que ce qui est raconté dans les Évangiles au sujet du recensement au moment de la naissance de Jésus est plausible.

A Bethléem de Judée

Bethléem est aujourd'hui une ville de Cisjordanie et n'a rien de bucolique ou de semblable à une crèche. Il y a deux mille ans, cependant, c'était une petite ville, connue, néanmoins, comme la maison du roi David. C'est de là que devait venir, selon les Écritures, le messie attendu par le peuple d'Israël (Michée, ch. 5).

En plus de l'heure, on savait donc aussi où ce messie, attendu, comme nous l'avons vu, par le peuple juif et ses voisins d'Orient, devait naître. 

Il est curieux que le nom de ce lieu, composé de deux termes hébreux différents, signifie : " maison du pain " en hébreu (בֵּֽית = bayt ou beṯ : maison ; לֶ֣חֶם = leḥem : pain) ; " maison de la viande " en arabe (ﺑﻴﺖ = bayt ou beyt, maison ; لَحْمٍ = laḥm, viande) ; " maison du poisson " dans les anciennes langues arabes du Sud. Toutes les langues mentionnées sont d'origine sémitique, et dans ces langues, à partir d'une même racine de trois lettres, il est possible de dériver un grand nombre de mots liés à la signification originale de la racine d'origine. Dans notre cas, celui du nom composé Belénnous avons deux racines : b-y-t qui donne lieu à Bayt ou Beth ; l-ḥ-m qui donne lieu à Leḥem ou Laḥm.

Dans tous les cas, Bayt/Beth signifie maison, mais Laḥm/Leḥem change de sens selon la langue. 

La réponse se trouve dans l'origine des populations auxquelles ces langues appartiennent. Les Hébreux, comme les Araméens et d'autres peuples sémitiques du nord-ouest, vivaient dans ce qu'on appelle le "Croissant fertile", c'est-à-dire une vaste région entre la Palestine et la Mésopotamie où l'on pouvait pratiquer l'agriculture, ce qui en faisait un peuple sédentaire. Leur principal moyen de subsistance était donc le pain. Les Arabes, peuple nomade ou semi-nomade du nord et du centre de la péninsule arabique, essentiellement désertique, tiraient leur principale subsistance de la chasse et de l'agriculture, faisant de la viande leur aliment par excellence. Enfin, les Arabes du Sud, qui vivaient sur les côtes méridionales de la péninsule arabique, avaient le poisson comme principal aliment. Nous pouvons donc comprendre pourquoi le même mot, dans trois langues sémitiques différentes, désigne trois aliments différents.

Par conséquent, nous pouvons voir comment Belén a, pour différents peuples, un sens apparemment différent mais en fait univoque, puisqu'il désignerait non pas tant la maison du pain, de la viande ou du poisson, mais la maison de la vraie nourriture, celle dont on ne peut se passer, celle dont dépend sa propre subsistance, celle sans laquelle on ne peut vivre. 

Il est intéressant de noter que Jésus, parlant de lui-même, a dit : "Ma chair est la vraie nourriture et mon sang est la vraie boisson" (Jn 6, 51-58). 

L'histoire nous apprend que, dès le milieu du IIe siècle, saint Justin, puis Origène, un auteur du IIIe siècle, ont confirmé qu'à Bethléem, chrétiens et non-chrétiens connaissaient l'emplacement exact de la grotte et de la crèche, car l'empereur Hadrien, en 135 après J.-C., dans l'intention d'effacer de la mémoire les sites juifs et judéo-chrétiens de la nouvelle province de Palestine, voulait faire construire des temples païens exactement à l'emplacement de ceux de l'ancienne foi dans la région. Ceci est confirmé par saint Jérôme et saint Cyrille de Jérusalem.

De même qu'à Jérusalem, à l'emplacement des sanctuaires en l'honneur de la mort et de la résurrection de Jésus, Hadrien avait fait construire des statues de Jupiter et de Vénus (Jérusalem avait entre-temps été reconstruite sous le nom de "Aelia Capitolina"), de même à Bethléem, une forêt sacrée à Tammuz, c'est-à-dire Adonis, avait été plantée. Cependant, grâce à la connaissance du stratagème d'Hadrien, le premier empereur chrétien, Constantin et sa mère Hélène ont pu trouver les emplacements exacts des "domus ecclesiæ" primitives, qui sont devenues plus tard de petites églises, où les souvenirs et les reliques de la vie de Jésus de Nazareth étaient vénérés et conservés.

L'auteurGerardo Ferrara

Écrivain, historien et expert en histoire, politique et culture du Moyen-Orient.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.