Monde

Dennis Petri : "De nombreux chrétiens s'autocensurent inconsciemment".

La liberté de religion semble être de plus en plus menacée dans de nombreuses régions du monde. Pour en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec Dennis P. Petri, l'un des principaux chercheurs au monde sur le sujet et directeur d'un institut spécialisé dans ce domaine.

Javier García-14 août 2022-Temps de lecture : 8 minutes

Omnes s'entretient avec Dennis P. Petri, directeur de l'Institut de recherche de l'Union européenne. Institut international pour la liberté religieuseLe Centre pour les droits de l'homme et la démocratie, un centre de recherche pour l'étude approfondie de ce droit humain fondamental dans le monde. L'institution a plus de 15 ans d'expérience et a développé un grand nombre d'études académiques.

Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez à l'institut ? 

Entre autres choses, nous publions notre propre journal académique, le "Journal international pour la liberté religieuse. Nous publions également des livres et des rapports de recherche, nous facilitons les formations, nous conseillons les décideurs politiques qui cherchent à promouvoir la liberté religieuse et les universitaires qui cherchent à intégrer cette question dans leurs programmes d'enseignement et de recherche.

Actuellement, l'un de nos projets en expansion est le Base de données des incidents violents. Il s'agit d'un outil de collecte, d'enregistrement et d'analyse des incidents violents liés à des violations de la liberté de religion. Grâce à ces données, nous cherchons à influencer les politiques publiques dans les différents pays que nous surveillons.

Pour l'instant, le personnel de l Observatoire de la liberté religieuse en Amérique latine (OLIRE), un programme que j'ai fondé en 2018, gère cette base de données pour l'Amérique latine. Plus récemment, nous avons fait le premier pas pour en faire un projet mondial, en commençant par la collecte de données au Nigeria et en Inde.

Quelle est votre évaluation globale de la liberté de religion dans le monde ? Est-ce que nous nous améliorons ?

Aujourd'hui, il existe une grande variété d'instruments permettant de mesurer la liberté de religion. Tous, sans exception, confirment que la discrimination religieuse dans le monde est en augmentation. Il s'agit d'une tendance mondiale qui touche toutes les religions et toutes les zones géographiques, y compris le monde occidental. Si l'on constate des améliorations dans certains pays, en moyenne, on constate des détériorations dans beaucoup plus d'endroits.

Il reste un long chemin à parcourir avant que la liberté de religion soit pleinement garantie dans le monde. De nombreux pays commencent à reconnaître et à comprendre ce que signifie réellement la garantie de la liberté de religion. Il ne s'agit plus seulement d'inscrire ce droit dans leurs constitutions politiques, mais de développer des politiques publiques qui intègrent la diversité religieuse de leurs pays sur un pied d'égalité. 

Dans un monde de plus en plus globalisé et polarisé, la diversité religieuse reste un défi pour la culture et la gouvernance dans de nombreux pays. En même temps, elle représente une opportunité de renforcer la démocratie ou un risque pour elle si cette dimension de l'homme est réduite à la seule sphère privée et reléguée de son rôle social.  

Quels sont les pays qui vous préoccupent particulièrement en ce moment ?

Un pays du monde qui me préoccupe particulièrement est le suivant Nigeria. C'est un pays extrêmement complexe. La situation de la liberté religieuse est très difficile à interpréter car de nombreux facteurs et acteurs sont impliqués. Les avis divergent sur la question de savoir s'il s'agit d'un conflit entre agriculteurs et éleveurs au sujet des ressources naturelles, ou s'il y a plus que cela. Je pense que le débat n'est pas de savoir si c'est l'un ou l'autre, mais les deux.

Dans tout conflit, il y a toujours de multiples facteurs en jeu. Nous pouvons donc débattre pendant des années de la question de savoir s'il s'agit d'un conflit religieux ou non, mais je pense que ce n'est pas le bon débat. Selon moi, nous devrions reconnaître qu'en plus d'être un conflit religieux, il s'agit également d'un conflit politique, culturel, économique, ethnique et de ressources. Qu'ils soient religieux ou non, les groupes religieux souffrent, et c'est ce que nous devons souligner.

Que pouvez-vous nous dire sur la liberté religieuse en Amérique latine, notamment au Nicaragua ?

En Amérique latine, les pays auxquels OLIRE accorde une attention particulière sont le Mexique, Cuba et le Nicaragua. Le Mexique, en raison de ce que nous observons depuis quelques années, en raison de la vulnérabilité particulière que connaissent les responsables des communautés religieuses qui exercent leur activité pastorale ou communautaire dans des zones touchées par le trafic de drogue et la traite des êtres humains. Ce sont des exemples clairs de la manière dont le crime organisé a conditionné la liberté de religion de nombreuses personnes dans le monde. Et, malheureusement, elle est apparue au grand jour au niveau mondial après le meurtre de prêtres et de pasteurs dans les zones frontalières avec les États-Unis.

Au Nicaragua, la situation s'est aggravée de manière inquiétante au cours des six derniers mois. Le rôle joué par divers membres de l'Église catholique en tant que défenseurs des droits de l'homme les a exposés de manière particulière à l'arbitraire du régime de Daniel Ortega. Les actions du gouvernement ont augmenté non seulement dans leur niveau de censure de la libre expression de la religion et de l'opinion des prêtres et des paroissiens, mais ont également atteint un niveau de violence sérieusement inquiétant. Depuis les diverses arrestations, les poursuites judiciaires à l'encontre de prêtres, l'expulsion de religieux et religieuses du pays, jusqu'à la saisie violente de diverses installations, comme une station de radio catholique fermée par le gouvernement, le siège par la police de prêtres critiques à l'égard du gouvernement, le bouclage de paroissiens pour les empêcher de participer à leurs célébrations, entre autres.

Ces actions ont intimidé non seulement les évêques et les prêtres, mais aussi les paroissiens, qui commencent à percevoir comme un risque le fait de participer à une certaine communauté paroissiale, étant donné la surveillance et le harcèlement constants de la police. 

Y a-t-il un homme politique dans un pays qui se distingue par sa défense et son combat pour la liberté religieuse ? 

J'ai eu le privilège de travailler avec un député néerlandais, le Dr Pieter Omtzigt, et un militant des droits des minorités religieuses, Markus Tozman. En 2012, nous avons organisé une consultation publique sur la situation du monastère syriaque orthodoxe millénaire de Mor Gabriël, en cours d'expropriation par le gouvernement turc. Nous avons fait appel au ministre néerlandais des affaires étrangères pour soulever la question au niveau international. Malheureusement, l'initiative n'a pas eu beaucoup de succès en raison des réalités géopolitiques du monde, bien que la chancelière allemande, Angela Merkel, ait continué à soulever la question.

Il convient également de mentionner les politiciens colombiens qui ont promu la création de la politique publique globale sur la liberté religieuse en 2017. Il s'agit d'une initiative unique au monde, qui a généré un cadre pour la consultation des acteurs religieux dans la prise de décision sur des questions pertinentes. Il a eu des applications très positives dans plusieurs collectivités locales, notamment la municipalité de Manizales et le département de Meta.

Bien entendu, on peut également mentionner la loi sur la liberté religieuse internationale adoptée par le Congrès américain en 1998. Suite aux efforts d'une large coalition d'organisations religieuses et de défense des droits de l'homme, la liberté de religion est devenue un axe permanent de la politique étrangère américaine.

Pensez-vous que les croyants occidentaux sont suffisamment conscients de la persécution religieuse dans d'autres pays ? 

Je crois que l'Occident a l'impression que les persécutions religieuses sont le lot de régions éloignées comme le Moyen-Orient, l'Afrique, l'Inde ou la Chine. Cependant, l'Occident est confronté à d'autres formes de limitation de la liberté religieuse, dont les croyants occidentaux commencent seulement à prendre conscience. La laïcité, l'intolérance religieuse ou les régimes dictatoriaux sont quelques-uns des défis auxquels est confrontée la liberté religieuse dans nos pays. Par exemple, en Amérique latine, on pense que, parce que le continent est majoritairement croyant, ces limitations de l'expression religieuse ne devraient pas se produire.

Cependant, chaque jour, les sociétés occidentales semblent comprendre que ce droit n'est pas quelque chose pour lequel on se bat uniquement dans les territoires en conflit. Cela se produit dans la grande majorité de nos pays sans que nous soyons conscients du niveau d'autocensure auquel nous sommes soumis par divers agents externes, tels que des groupes idéologiques ou l'incompréhension de l'État laïque, entre autres. 

Quelle est l'autocensure dont parlent vos rapports ?

Pour mieux comprendre ce que l'on entend par autocensure, il faut d'abord comprendre ce qu'est l'"effet paralysant". Ce terme a été développé pour la première fois par la Cour suprême des États-Unis. Ce phénomène se produit lorsqu'un individu qui jouit de la liberté de s'exprimer librement décide de s'autocensurer afin d'éviter les conséquences négatives de l'expression de son opinion dans un cas donné. 

L'"effet de refroidissement" ou "effet d'intimidation" est un terme qui, en relation avec la liberté d'expression et la liberté de religion, peut être utilisé pour désigner l'effet dissuasif qui se produit lorsque des personnes craignent les conséquences de l'expression de leurs convictions religieuses ou même d'un comportement conforme à leurs propres convictions, ce qui peut finalement conduire à l'autocensure. Ainsi, l'"effet paralysant" et l'autocensure sont deux aspects d'un même phénomène. 

Nous avons observé que ce phénomène peut se produire à la suite de la mise en œuvre de lois et/ou de politiques qui réduisent indirectement la liberté d'expression religieuse. Ou lorsqu'une personne perçoit un environnement hostile, ou soupçonne que l'expression de ses convictions aura des conséquences négatives.

En juin, nous avons publié un rapport sur l'autocensure chez les chrétiens intitulé "Perceptions sur l'autocensure : confirmer et comprendre l'"effet paralysant". Après avoir mené des entretiens avec des chrétiens en Allemagne, en France, en Colombie et au Mexique, nous avons recueilli des données très intéressantes sur les facteurs influençant ce phénomène. Il en ressort notamment que de nombreux chrétiens jugent souvent nécessaire d'être "prudents", de "s'auto-séculariser" ou d'utiliser un "langage démocratique" pour exprimer leurs idées. Le coût social de la transparence sur les valeurs confessionnelles est très élevé : être censuré, disqualifié ou même discriminé dans la sphère sociale ou même professionnelle.

De plus, ce comportement n'est souvent pas reconnu comme de l'autocensure par les individus eux-mêmes. En bref, nous avons observé que de nombreux chrétiens s'autocensurent inconsciemment.

À la suite des attentats du 11 septembre, l'idée s'est répandue que la religion engendre la violence et que nous devons donc tout faire pour la supprimer. Comment répondriez-vous à cet argument ?

Les événements malheureux du 11 septembre ont marqué un tournant dans ce domaine. Pendant une grande partie du 20e siècle, les sciences sociales ont été dominées par la "théorie de la sécularisation", qui affirmait que le monde se sécularisait. La religion ne disparaîtra jamais complètement, mais le processus de sécularisation est inévitable. Les événements malheureux du 11 septembre ont été un signal d'alarme pour la communauté scientifique internationale, car ils ont montré très clairement que la religion était toujours un facteur pertinent à prendre en considération.

L'intérêt accru de la communauté scientifique pour la religion est significatif. Le problème est que le 11 septembre a également conduit à associer la religion au terrorisme et à la violence, ce qui est très inquiétant, car cela occulte le rôle positif que les acteurs religieux ont joué, et continuent de jouer, dans la promotion du développement à de nombreux niveaux. 

Il est important de rappeler que le radicalisme, quel qu'il soit, qu'il soit religieux, idéologique ou politique, est extrêmement risqué et volatile. Les attentats du 11 septembre ont été perpétrés par des individus spécifiques, ayant une interprétation radicalisée de leur foi, qui, en définitive, ne représentent pas la totalité des musulmans dans le monde ou au Moyen-Orient. Malheureusement, la souffrance et le désarroi de millions de personnes dans le monde nous ont fait perdre de vue les valeurs, les principes et les contributions pacifiques que la plupart des religions présentes dans notre civilisation ont apportés.

Peut-on oublier la dimension religieuse ?

La dimension religieuse, spirituelle ou transcendantale de l'homme est essentielle à sa condition humaine, c'est pourquoi elle a toujours été et sera probablement toujours présente chez les nouvelles générations. Les communautés religieuses ont démontré tout au long de l'histoire leur rôle pertinent en tant qu'agents de cohésion sociale, médiateurs de conflits, fournisseurs d'aide humanitaire, ainsi que collaborateurs dans la construction de la paix et de la justice. 

Ne pas prendre en compte les différentes communautés religieuses dans le domaine du service humanitaire, de la défense des droits de l'homme et de la promotion de la dignité humaine reviendrait à négliger un acteur stratégique clé dans la consolidation de la paix. Ce serait une grande perte. Au lieu d'ajouter des partenaires de paix, nous réduisons l'analyse à l'idée que toutes les religions conduisent à la violence, alors que l'histoire et les faits nous ont montré que cette position sur la religion est erronée.

De nombreuses religions n'acceptent pas la vision du genre promue par l'ONU. Comment pensez-vous que cette diversité de points de vue va évoluer et la liberté de religion sera-t-elle menacée par cette question ?

Il est difficile de prédire comment le débat sur cette question va évoluer, mais je crois que, pour protéger la liberté de religion dans ces arènes internationales, les défenseurs et les chefs religieux doivent plaider pour le respect de la diversité des religions et des expressions religieuses. C'est dans cette diversité, tous ensemble, qu'ils pourraient exiger des agences internationales une cohérence avec leur discours d'inclusion et de diversité.

La diversité des opinions sur le genre sera une menace tant que nous renoncerons à exiger le respect de la valeur de la diversité culturelle exprimée dans la religiosité. Cela peut sembler naïf, mais il est important que les dirigeants et les défenseurs religieux ne renoncent pas à utiliser le système de défense des droits de l'homme pour affirmer que leur voix doit être respectée. 

L'argument souvent utilisé dans ces cas est que les religions dominantes imposent leur vision hégémonique du genre. Toutefois, il serait utile que les religions majoritaires soient comprises comme faisant partie d'une diversité culturelle qui doit être respectée au même titre que d'autres religions plus "modernes", pour ainsi dire. C'est dans le bref renoncement à l'individualité que les communautés religieuses pourraient consolider une unité des différentes religions ayant une idée similaire du genre afin de contrer la menace d'impositions arbitraires en la matière.  

Existe-t-il des universités ou d'autres institutions académiques où les données sur la persécution religieuse sont étudiées en profondeur, et ces universités sont-elles vraiment pertinentes ?

En effet, ces dernières années, de nombreux programmes de recherche universitaires ont vu le jour et s'intéressent à la liberté religieuse. Le meilleur exemple est le Religion et État dirigée par le Dr Jonathan Fox de l'Université de Bar-Ilan en Israël. Ce projet constitue la base de données la plus complète pour l'analyse de la discrimination religieuse dans le monde. Avec près de 150 indicateurs, il est désormais la "référence" en matière de données sur la liberté de religion dans le monde universitaire. Il a été utilisé dans plus de 200 publications, notamment des livres, des articles universitaires et des thèses de doctorat et de troisième cycle.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.