Amérique

Matachines. Les danseurs de la Vierge de Guadalupe

La solennité de la Vierge de Guadalupe est au Mexique une manifestation traditionnelle et curieuse d'amour et de dévotion à la Vierge. Ce sont les matachines : des groupes de danseurs qui, avec des costumes et des instruments uniques, viennent danser sur le lieu de pèlerinage. 

Citlalli Sánchez et Pablo A. Zubieta-12 décembre 2022-Temps de lecture : 7 minutes
intimidateurs

"Il est Dieu ! crie Don Felipe d'une voix forte et claire, en levant sa canne décorée de papier aux couleurs vives. Le groupe d'enfants, de femmes et d'hommes répète le slogan avec la même force, malgré le froid, la fatigue, la pluie fine qui commence à se faire sentir. Ils sont prêts à commencer leur voyage vers la Basilique de Guadalupe, et il reste encore plusieurs kilomètres à parcourir. 

"Il y a ceux qui expriment leur amour pour la Vierge avec leurs chants, ou avec leurs prières, il y a ceux d'entre nous qui préfèrent l'honorer avec notre danse, nous donnons notre corps et notre esprit", dit Irma, qui a commencé à participer au groupe de Felipe il y a 9 ans après avoir survécu à une crise cardiaque. C'est sa façon de remercier pour une autre année de vie. Il s'agit du groupe de matachines "Danzantes de María de Guadalupe", formé il y a plus de 30 ans par le père de Don Felipe, qui lui-même faisait partie d'un groupe similaire avec son père. 

Il ne fait aucun doute que la tradition de la danse existe dans la famille. 

Cette histoire se répète dans tout le Mexique, où la tradition de la danse héritée des cultures préhispaniques s'est maintenue au fil des siècles grâce au syncrétisme religieux.

Les matachines sont un groupe de danseurs, avec une structure et des fonctions très bien définies, dont l'objectif est de faire un pèlerinage - en dansant - à l'endroit où le Vierge de Guadalupe

Bien que la danse, les rythmes - percussions, archet ressemblant à un violon, guaje ressemblant à un hochet et, dans certaines régions, flûtes en roseau -, les vêtements et les chants - également selon la région - trouvent leur origine dans les danses guerrières exécutées avant ou après la bataille, l'évolution au cours des siècles implique à la fois le processus d'évangélisation et les processus d'acculturation inhérents à tout développement historique.

Bouffons ou guerriers ?

La diversité culturelle du Mexique se reflète depuis la période précolombienne, où chaque groupe ethnique avait sa propre façon d'établir une relation spirituelle.

Ces particularités de chaque peuple préhispanique ont été des éléments clés pour l'évangélisation du Mexique, car dans le cas des cultures qui avaient la danse comme rituel, elles ont réussi à intégrer leurs rituels traditionnels avec de nouvelles significations et de nouveaux objectifs : ils ont cessé d'être des danses de guerre et sont devenus des expressions d'amour et de vénération envers Dieu qui les aime et sa mère, Marie de Guadalupe, qui protège leurs pas.

L'origine du mot "matachín" pourrait sembler provenir d'une langue originaire du Mexique. Cependant, des auteurs comme Ángel Acuña, chercheur spécialisé sur le sujet, indiquent deux origines possibles : d'une part, comme un dérivé de l'espagnol " mata moros ", ou une seconde origine de l'italien " mattaccino ", ou comme il est connu actuellement, " matazin " : un homme habillé de couleurs ridicules qui, avec un masque, parodie les anciennes danses guerrières.

Prière dansante

Après avoir crié trois fois "Il est Dieu ! Philip demande maintenant "Qui est-elle ? et le groupe de voyous répond "La Vierge Marie !". 

Le long de la rue où se rassemblent plus de 20 groupes de danseurs à la veille du 12 décembre, on entend ces slogans avec leurs différentes variantes : certains accompagnés du nom du groupe, d'autres plus comme un chant mélodique que comme un cri de lutte, d'autres encore comme le début d'une brève prière avant de commencer le pèlerinage, mais tous comme une manifestation de la foi guadaloupéenne.

Bien que les matachines soient une tradition dans tout le pays, le nord du Mexique s'est distingué en conservant ses fonctions et ses "cuadros" - comme ils appellent les chorégraphies - ainsi que la musique, d'une manière plus proche de ses origines du XVIIe siècle. 

De même, contrairement à d'autres variantes telles que la matlachinesdans le centre du pays, ou le coquillesLes matachines se préparent tout au long de l'année, mais se concentrent sur la dévotion à la Vierge de Guadalupe, et ce n'est que le 12 décembre et les dates précédentes qu'elles accomplissent leur acte de prière tout en dansant.

Danseurs de Dieu

Fernando Valle, vicaire paroissial de la cathédrale de Ciudad Juárez, Chihuahua, et aumônier des Matachines, explique que dès son plus jeune âge, dans sa ville natale de Guadalajara, il a vécu de très près les pèlerinages où l'on exécutait des danses traditionnelles. Au fil du temps, il a commencé à se former à la voie de Dieu et, en tant que prêtre à Ciudad Juárez, il a trouvé dans les Matachines la manière dont ses paroissiens faisaient preuve d'une dévotion plus profonde. " Ils s'identifient à l'Église en dansant... mais cette danse doit les emmener plus loin, leur propre nom leur dit qu'ils sont des Danseurs de Dieu, il faut danser vers Dieu ou faire sa prière en dansant... de là avec cette dynamique je les ai emmenés, et à ce jour je les ai emmenés dans cette direction ".

Lorsqu'Irma s'est remise de sa crise cardiaque en 2013, la première chose qu'elle a faite a été de se rendre à la basilique de Guadalupe à Mexico. Elle s'est rendue, avec les soins nécessaires, de sa ville au sanctuaire et raconte comment elle a ressenti dans tout son corps ce sentiment de joie d'avoir une nouvelle opportunité, et de protection de Marie de Guadalupe, qu'elle dit avoir gardée présente tout au long du processus de guérison et à qui elle s'est confiée pendant l'opération à cœur ouvert.

À l'extérieur de la basilique, il y avait plusieurs groupes de danseurs appelés "concheros", qui se caractérisent par le fait qu'ils s'attachent aux chevilles et aux mollets une série de "conchas" ou d'objets qui font du bruit pendant qu'ils dansent. C'est là qu'elle a pensé qu'en plus d'accomplir ses actions en tant que chrétienne, elle voulait s'engager et manifester sa foi d'une autre manière.

De retour dans sa ville natale, il cherche un groupe de danseurs et rencontre Don Felipe, à qui il demande la permission de participer et avec qui il doit s'engager à participer avec la même dévotion que pour faire une prière. Les Danzantes de María de Guadalupe sont devenues sa famille et, au cours des 9 dernières années, elle a accru ses fonctions, car, en plus de la danse, elle collabore à l'élaboration des costumes, participe à l'organisation des membres pour les répétitions et cherche à se préparer pour pouvoir être capitaine à tout moment nécessaire.. "Je le fais parce qu'elle (la Vierge de Guadalupe) m'a pris par la main et ne m'a jamais lâché, c'est pour cela que je suis ici, le moins que je puisse faire est de montrer au monde le témoignage de son amour et qu'elle ne nous abandonne jamais... Je ne sais pas chanter, je n'ai pas appris à prier le rosaire, j'ai toujours été très heureux, de danser, de faire de l'exercice... et j'ai trouvé dans la danse des matachines une façon de rendre grâce..... et j'ai trouvé dans la danse des matachines une façon de rendre grâce... Saint Augustin disait que celui qui chante prie deux fois, et oui c'est vrai, et je crois que ceux d'entre nous qui dansent prient trois ou quatre fois, parce que nous donnons notre corps".

Des mois de préparation

La préparation des pèlerinages commence des mois à l'avance. Dans certaines villes, il est courant de voir des groupes répéter sur les places de quartier ou dans les parcs publics dès juillet ou août. 

Chaque groupe de matachines a des rituels différents dans son processus, mais, en général, avant de commencer la pratique, les danseurs prient la Vierge de Guadalupe, demandant que la danse soit bien exécutée, que l'argent nécessaire pour les costumes soit collecté, et que tous les participants conservent une bonne santé et une bonne condition physique afin qu'ils puissent arriver le 12 décembre sans problème. 

Au cours des mois précédents, outre la pratique des tableaux à présenter, les fonctions de chacun sont également organisées : le capitaine ou l'organisateur, qui est celui qui dirige tout le groupe et attribue les postes et les activités à réaliser par chacun, est normalement la personne la plus âgée, et est presque toujours celui qui a fondé le groupe.

On désigne également des "monarques" ou directeurs, qui guident les danseurs et marquent les pas, la direction à prendre, la chorégraphie à exécuter, ainsi que les slogans, les prières et les chants qui sont exécutés pendant le pèlerinage. 

Pour devenir administrateur ou monarcoCela demande de la pratique, bien sûr, mais aussi de l'engagement, comme le mentionne Don Felipe. Il ne s'agit pas de bien danser, mais de le faire avec dévotion. 

Il y a aussi la figure du "vieil homme" qui, dans certaines régions, est aussi "le diable". Contrairement au reste des danseurs, il porte un costume différent, caractérisé par l'utilisation d'un masque du personnage indiqué, et ne suit pas les pas du tableau, mais utilise un fouet ou une corde pour faire fuir les spectateurs, et interagit avec eux comme un jeu. Dans le symbolisme, les danseurs conduisent ce "diable" vers Dieu, ils veulent le guider sur le bon chemin, bien que certains autres groupes mentionnent que c'est la représentation de la façon dont le mal peut toujours être présent, mais les matachines ont assez de dévotion pour ne pas se laisser tenter et finir leur chemin jusqu'à ce qu'ils atteignent Dieu.

Sur le chemin de la célébration de la Vierge de Guadalupe, les groupes de danseurs organisent des activités de collecte de fonds pour financer les costumes, les coiffes, les chaussures, les instruments, les ornements et la nourriture, non seulement pour les danseurs, mais aussi pour les familles et les amis qui accompagnent les matachines lors des pèlerinages, et qui leur apportent un soutien médical, réparent les vêtements et leur tiennent compagnie, empêchant les spectateurs et même les voitures d'affecter le parcours.

Une garde-robe pleine de sens

Les costumes varient, car chaque région du pays possède ses propres éléments caractéristiques. Ainsi, certains danseurs portent des plumes, des coiffes hautes faites de perles et de rubans brillants, ou simplement des chapeaux et des foulards. Cependant, le "nahuillas" sont l'élément traditionnel que l'on trouve presque partout au Mexique. Il s'agit de deux longs rectangles de tissu qui sont attachés à la taille et qui couvrent les jambes à l'avant et à l'arrière, en dessous de l'épaule. nahuilla On utilise des pantalons en denim, ou tout ce qui est disponible. Ces nahuillas Ils sont décorés de roseaux, de perles et de rubans, et le but est de les faire sonner lors de la danse ; ils fonctionnent comme un autre instrument qui accompagne les hochets, les violons et les tambours, qui accompagnent la danse.

Martha García, responsable des costumes des Matachines de Ciudad Juárez, Chihuahua, explique que chaque élément a également une signification, puisque le costume comporte 5 parties : "La tête, le centre, les pieds et les deux bras de la Sainte-Croix, ce qui correspond à la pose de la palme, avec cinq bougies".. Sur la poitrine ou le dos, les groupes sont identifiés par leur blason, qui peut être l'image de la Vierge de Guadalupe, accompagné du nom du groupe.

La chaussure est variable, bien que traditionnellement le ".huaraches"sandales en cuir utilisées au Mexique. En raison des conditions géographiques et climatiques, les danseurs ont commencé à porter des chaussures, des chaussures de sport, voire des chaussures spécialement conçues à cet effet.

La veille du 12 décembre, il est courant que les groupes se réunissent l'après-midi pour manger ensemble et prier avant le pèlerinage. Normalement, un ou deux chapelets sont dits pour prier pour la santé et la sécurité des danseurs et de leurs compagnons pendant leur voyage. Une fois au point de départ, toutes les matachines convergent vers l'endroit où elles feront partie de l'itinéraire qui les mènera à la basilique de Guadalupe dans leur propre ville, ou au temple de la Vierge qu'ils considèrent comme le leur. Les matachines sont organisées : un capitaine à l'avant avec la bannière de la Vierge, et le reste des participants sur deux rangs, ceux de devant sont les monarques. Ils portent tous des tambours, des arcs et des hochets, et ce sont les monarques qui donnent le rythme de la danse.

Il n'y a pas d'âge ou de sexe pour être un matachín. Les groupes vont des enfants dès l'âge de 8 ans aux adultes plus âgés - généralement le capitaine ou la capitaine - voire 90 ans ou plus. Comme le dit Don Felipe : " De même qu'il n'y a pas d'âge pour prier, qu'il n'y a pas d'âge pour connaître Dieu, qu'il n'y a pas d'âge pour le servir, un enfant a la prière la plus précieuse et un vieillard la plus sincère... de même il n'y a pas d'âge pour être matachín, tant que le corps tient... Mon père a dansé et a été capitaine pendant 40 ans, il est mort presque en dansant, et moi aussi, tant que le corps tient, je continue à danser ".".

L'auteurCitlalli Sánchez et Pablo A. Zubieta

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.