Amérique

Crise au Venezuela : pénurie dans les lycées et collèges

Omnes-28 de février de 2018-Temps de lecture : 5 minutes

Une voie incertaine pour l'enseignement scolaire au Venezuela. Avec huit millions d'écoliers, et un ratio de 77 % public pour 23 % privé, les directeurs dénoncent le fait que les élèves ont faim, mais les encouragent à ne pas abandonner l'effort.

TEXTE - Marcos Pantin, Maracaibo (Venezuela)

Nous visitons les installations d'une école secondaire publique représentative à Maracaibo, capitale de l'État de Zulia, deuxième ville du Venezuela. Je vais avec le directeur de l'école. Nous sommes accueillis par des étudiants brillants, pleins d'esprit et d'une gaieté contagieuse : voilà comment ils sont. marabinos.

Le bâtiment est solide et bien conçu, construit au début des années 1960. Il accueille un demi-millier d'étudiants qui préparent une licence en sciences. Il compte 42 enseignants à temps plein. L'école est ouverte l'après-midi de 13h00 à 17h40. Le déjeuner est servi en milieu d'après-midi à la cantine de l'école.

Le bâtiment n'a pas été entretenu depuis des années. De grosses fuites entachent les toits. Le câblage et les panneaux électriques ont été volés et les pupitres démembrés ne sont pas assez grands pour tous les élèves. Un calcul rapide révèle qu'il y a peu d'étudiants et pratiquement aucun enseignant.

Déclin de l'enseignement public

L'État a été le grand éducateur du Venezuela. Depuis 70 ans, environ 80 % du corps étudiant reçoit un enseignement public, et 20 % un enseignement privé. Les chiffres officiels de 2016 indiquent que la population scolaire totale est de 8 040 628 élèves, avec 77 % dans l'enseignement public et 23 % dans l'enseignement privé.

Il y a cinquante ans, les grandes villes du pays ne manquaient pas d'excellentes écoles secondaires publiques. "Dans les années 1980, le déclin a commencé. Les changements de programme et le remplacement des enseignants normalistes ont entravé l'apprentissage des compétences de base telles que la lecture, l'écriture et le raisonnement mathématique, déclare Leonardo Carvajal, directeur du doctorat en sciences pédagogiques à l'Université catholique de Caracas. M. Carvajal ajoute que dans les années 1970, les écoles sont passées d'un horaire complet à un demi-horaire, ce qui a entraîné la perte d'heures de travail scolaire.

Parmi les meilleurs enseignants des écoles secondaires publiques figuraient des professionnels de l'université n'ayant aucune qualification pour enseigner. Dans les années 1980, sous la pression du syndicat des enseignants, ils ont été interdits d'enseignement dans les écoles, et le niveau humain et scientifique de ces institutions a baissé, déclare Fernando Vizcaya, doyen de la faculté d'éducation de l'université Monteávila à Caracas. Cependant, les écoles publiques n'ont pas été épargnées par le sort du pays : sectarisme politique, improvisation, crise économique et sociale.

Au cours de la dernière décennie

Le nombre total d'inscriptions dans l'enseignement public est en baisse depuis 2007, tandis que l'enseignement privé a maintenu son taux de croissance : "C'est une récession qui, parce qu'elle est prolongée et contractionniste, est déjà une dépression généralisée du système scolaire", déclare Luis Bravo Jáuregui, chercheur à l'école d'éducation de l'université centrale du Venezuela. Bravo Jáuregui rappelle que la crise économique et sociale a exacerbé les lacunes habituelles du système éducatif.

"Ce gouvernement a fait disparaître comme par magie un trillion de dollars en 18 ans. Une chose incroyable, dit Fernando Spiritto. Directeur des études de troisième cycle en sciences économiques et sociales à l'Université catholique de Caracas, Spiritto rappelle que l'argent est allé aux importations, à la corruption ou à des activités non productives.

Coût de la vie et inflation

Bien qu'il n'y ait pas de chiffres officiels, l'inflation a clôturé l'année dernière à 2 600 % et reste à 85 % par mois. Un enseignant gagne au maximum 2 millions de bolivars par mois (9 dollars américains au taux de change libre). Cependant, il paie 5 millions pour le loyer du logement ; 10 millions par mois pour la nourriture de trois personnes ; 2 millions pour les transports publics. Sans compter les dépenses de santé, d'habillement et d'éducation des enfants. Sa vie est très compliquée.

En outre, l'incroyable pénurie d'argent liquide double les prix de tout ce qui est payé en espèces. En une journée, un enseignant peut payer plus pour les transports publics que ce qu'il dépense en nourriture et en salaire par jour de travail.

La gestion d'un lycée public : éduquer et patauger dans la crise. Retournons dans les couloirs de l'école. On nous a apporté un café et le directeur est de plus en plus confiant : "Nous travaillons de peine et de misère. Nous manquons de l'essentiel pour le fonctionnement quotidien : papeterie, fournitures de bureau, produits d'entretien, etc. Je demande toujours plus. Je continue à demander. Ils nous disent que nous devons nous "autogérer". La situation est grave, dit le directeur, car il y a une pénurie de nourriture à l'école, sans parler de la maison. Il explique : "La grande majorité des enseignants travaillent en deux équipes : 16 heures par jour, et ils n'ont qu'un seul repas par jour. Et ne parlons pas de la faim des enfants. Soyons clairs : les élèves viennent à l'école pour leur assiette de nourriture. Nous recevons la moitié de la nourriture allouée. Cela fait deux semaines que nous n'avons rien pu leur donner. Dans les couloirs, on m'aborde : " Maître, quand est-ce que la nourriture arrive ? Il n'y a pas de nourriture dans ma maison.

Cette grave pénurie entraîne "beaucoup de douleur".ajoute le directeur du lycée. "Il y a une tristesse dans l'air, une sorte de nostalgie qui touche les enseignants et les élèves. Lorsqu'il n'y a pas de nourriture, la fréquentation est inférieure à un tiers des élèves. Chaque jour, quatre ou cinq étudiants s'évanouissent parce qu'ils n'ont rien mangé. Lorsque nous avons de la nourriture, la fréquentation est de 90 %".

¿La réussite scolaire ?

La question se pose inévitablement : comment peuvent-ils respecter les plans de cours ? " Le système d'évaluation est conçu pour éviter que l'élève ne perde son année. C'est ce qu'on appelle la "lutte contre la répétition".

Les garçons terminent le baccalauréat avec d'énormes lacunes. C'est ce populisme facile qui fait paraître les statistiques du ministère si importantes. Les étudiants paient cher la fraude : "S'ils sortent d'un baccalauréat sans matières régulières parce qu'ils ont été passés sans avoir de professeur, ils n'ont aucune chance de passer la première année d'université", explique Enrique Planchart, recteur de l'Université Simon Bolivar de Caracas. "Je suis extrêmement préoccupé par la non-participation", poursuit le directeur de l'école. "Quand ils arrivent à venir, les garçons apportent un sac plein d'illusions. Je veux qu'ils rentrent chez eux avec des espoirs comblés, mais ils partent avec beaucoup de questions : pourquoi le professeur n'est-il pas venu ? pourquoi n'y a-t-il pas eu de nourriture aujourd'hui ? qu'allons-nous faire ?

La faim est si grave que "Les enseignants et les employés perdent du poids à un rythme alarmant. Il n'y a pas de nourriture dans leurs maisons et leurs enfants vont à l'école à jeun. L'option est de quitter le pays. Je suis sur le point de perdre six enseignants dans des domaines critiques. Mais nous devons persévérer. Nous ne pouvons pas abandonner, conclut.

La crise de l'école publique

Non loin du lycée public se trouve une école publique. Avec près de cinquante ans d'activité, l'effectif atteint un millier d'élèves dans l'enseignement primaire et secondaire. Il fonctionne avec quelque 200 enseignants et membres du personnel. Les bâtiments ont été construits progressivement, au fur et à mesure de l'augmentation du nombre d'étudiants.

La direction du centre reconnaît que cela s'est produit. "un changement de mentalité". à la direction de l'école. "Mais nous ne sommes pas seuls dans nos efforts. Les familles nous soutiennent beaucoup. Mais cela demande du temps et des efforts. Grâce aux dons des familles et à d'autres sources, nous nous efforçons d'augmenter les revenus des enseignants, de résoudre le problème du transport, de faciliter l'accès à la nourriture, toujours par les voies autorisées par le ministère de l'éducation".

Agenda du directeur

Le responsable de ce centre privé reconnaît volontiers que "Avant, je m'occupais surtout des problèmes des enfants et de la prise en charge de leurs familles. Et ce n'est pas une mince affaire que de s'occuper des familles : elles souffrent de la crise du pays à bien des égards. Tous les jours, j'en vois quatre ou cinq.

Mais aujourd'hui, à côté de la gestion de l'école, je passe pas moins de 4 ou 5 heures par jour à m'occuper des enseignants, à les écouter personnellement ou à chercher des aides extérieures pour subventionner des besoins monétaires, de transport, de nourriture ou de santé. Pour cela, j'ai déplacé le bureau de l'administrateur scolaire à côté du mien, car nous passons beaucoup de temps à gérer ces situations.

La conclusion de cet expert en éducation est claire. Si cette crise continue, "Le modèle éducatif au Venezuela changerait nécessairement. Il faudrait réduire les heures de cours et supprimer les activités périscolaires qui donnent un ton humain et familier au travail scolaire.

Toutefois, l'expert estime que la rigueur de ce temps va s'estomper et que des jours meilleurs suivront : "La crise passera et nous vivrons des temps nouveaux avec la faveur de Dieu. Je suis témoin des efforts quotidiens des enseignants pour bien faire leur travail.

C'est un stimulus permanent. Je suis contaminé par l'enthousiasme naturel des enfants dans les salles de classe, sans oublier que dans les écoles publiques, ils souffrent beaucoup. Notre pays a un grand avenir. La clé réside certainement dans la formation de ces jeunes qui vont construire le nouveau Venezuela.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.