Livres

Mgr CamisascaGiussani était un génie de la foi et de l'humanité".

"En plus d'être un génie de la foi et de l'humain, Giussani était aussi un génie de l'Église", a déclaré Monseigneur Massimo Camisasca, évêque émérite de Reggio Emilia, en présentant sa biographie du père Luigi Giussani, fondateur de Communion et Libération, à Madrid. Mgr Camisasca a souligné à Omnes que le père Giussani nous a aidés "à voir la trace, le signe du divin, dans le génie de l'homme".

Francisco Otamendi-15 décembre 2022-Temps de lecture : 5 minutes
Camisasca

Mgr Camisasca lors de la présentation du livre (Mercedes Laviña)

Giussani, fondateur de Communion et Libération (CL) dans les années 1960 en Italie, est mort le 22 février 2005 à Milan, après avoir vécu un christianisme "essentiel" - comme le souligneront les papes Benoît XVI et François des décennies plus tard, note son biographe - et diffusé le mouvement dans quelque quatre-vingt-dix pays sur les cinq continents.

Le 15 octobre, à l'occasion du 100e anniversaire de sa naissance en 1922, des milliers de membres du CL ont rempli la place Saint-Pierre pour une rencontre avec le pape François. Le Saint-Père a exprimé, entre autres, son "sentiment personnel". la gratitude pour le bien qu'il m'a fait, Giussani, lorsque j'étais jeune prêtre, et je le fais aussi en tant que pasteur universel pour tout ce qu'il a fait. a su semer et rayonner partout pour le bien de l'Église...".

Le week-end dernier, Monseigneur Massimo Camisasca a approfondi le charisme du fondateur lors de la présentation de l'édition espagnole de son livre, intitulé "Père Giussani. Son expérience de l'homme et de Dieu".dans le cadre d'un événement modéré par Manuel Oriol, directeur de l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur. Editions RencontreL'historien Ignacio Uría y a également participé.

Couverture du livre écrit par Massimo Camisasca

Comme il l'explique dans cet entretien avec Omnes, Mgr Camisasca a rencontré le serviteur de Dieu Luigi Giussani en 1960, alors qu'il avait 14 ans, et a été à ses côtés pendant les 45 années suivantes de sa vie. Il est donc un biographe particulièrement autorisé pour parler de la vie et de la pensée du fondateur de l'Union européenne. Communion et libérationdont il a parlé dans Omnes il y a quelques mois. Davide ProsperiPrésident ad interim de Communion et Libération.

Avant de proposer ses réponses, nous reprenons une idée lancée par Monseigneur Camisasca lors de la présentation : " En plus d'être un génie de la foi et de l'humain, Giussani était aussi un génie de l'Eglise. Il a amené ceux qui l'ont suivi à s'identifier à la méthode de manifestation de Dieu dans le monde : Dieu s'adresse à quelques-uns pour parler à tous, il commence par une petite graine, un petit troupeau, mais il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Pour Giussani, l'expérience de l'élection, qui était au cœur de sa méthode éducative, n'était jamais l'affirmation d'une clôture, mais le centre affectif d'une ouverture œcuménique.

A quel moment avez-vous pensé à écrire cette biographie du Père Guissani ? Avez-vous pu le rencontrer et faire connaissance avec lui ? Quelles ont été vos premières impressions lorsque vous l'avez rencontré ? Etiez-vous déjà prêtre et évêque, ou encore laïc ?

- J'ai rencontré le père Giussani quand j'avais quatorze ans, en 1960. Giussani, qui avait été ordonné prêtre quinze ans plus tôt et avait abandonné l'enseignement de la théologie au séminaire, commença à enseigner la religion afin d'être en contact avec les jeunes et de favoriser la renaissance de la foi chrétienne dans leur cœur.

J'ai été aux côtés du père Giussani pendant les quarante-cinq années suivantes de sa vie. Naturellement, de différentes manières : d'abord comme étudiant, puis chargé de suivre la naissance du Mouvement qui faisait ses premiers pas ; ensuite, comme prêtre, chargé de suivre les relations avec le Saint-Siège et surtout avec Jean-Paul II à Rome ; enfin, à sa demande, comme fondateur de la Fraternité sacerdotale des Missionnaires de Saint-Charles.

Lorsque le père Giussani est décédé, j'ai immédiatement pensé à compiler une synthèse de sa pensée dans un petit livre. C'est ainsi qu'est né ce texte dans lequel, en suivant un ordre chronologique, j'essaie d'exprimer de manière simple mais complète, les réflexions les plus importantes qu'il a exprimées tout au long de sa vie.

 "L'Église reconnaît son génie pédagogique et théologique, déployé sur la base d'un charisme qui lui a été donné par l'Esprit Saint pour le bien commun", a déclaré le Pape François à propos du Père Giussani, à Saint-Pierre.

- Deede alors. Le charisme de Giussani ne peut être saisi qu'en suivant sa vie et ses écrits et en apprenant à connaître les personnes qui l'ont suivi. Dans ce livre, on peut donc saisir la centralité du mystère de l'Incarnation, de l'événement du Verbe de Dieu fait homme, qui a poussé le père Giussani, alors qu'il avait quatorze ans, à voir dans la personne du Christ le centre du cosmos et de l'histoire, comme le dira plus tard Jean-Paul II. Le cœur de toute attente humaine, de tout désir de bonheur, de beauté, de justice et de vérité.

Lorsqu'il était encore séminariste, cette perception de l'Incarnation comme événement central de l'histoire du monde a tellement impressionné le père Giussani qu'elle est devenue le cœur brûlant de toute sa vie, de toute sa réflexion et de toute son œuvre éducative.

Au fond, il ne voulait être rien d'autre qu'un grand témoin de l'épanouissement humain qui se produit chez ceux qui suivent le Christ, chez ceux qui abandonnent tout pour le suivre et qui trouvent en lui le centuple de ce qu'ils croyaient avoir laissé derrière eux pour toujours, purifié et rendu éternel par l'amour.

Lors de la même rencontre à Rome, le pape a évoqué la "passion éducative et missionnaire" du fondateur du mouvement. Sa biographie est présentée comme "intellectuelle" ainsi que "spirituelle". Correct ?

- L'éditeur voulait saisir les deux principaux aspects de mon écriture. Il s'agit d'une biographie intellectuelle, car elle ne s'attarde pas sur les événements extérieurs de la vie du père Giussani, mais sur l'itinéraire et la maturation de sa pensée. C'est une biographie spirituelle parce qu'elle veut montrer le chemin que le Christ a fait dans le Père Giussani et le chemin que le Père Giussani a fait dans le monde pour rendre possible la rencontre avec le Christ pour les jeunes générations et ensuite pour les adultes.

Le grand désir de Giussani d'"évangéliser la culture" a été souligné. Comment répondre à cette préoccupation du fondateur ? Le cardinal de l'époque Joseph Ratzinger notait en février 2005 que "le père Giussani a grandi dans une maison, comme il le disait lui-même, pauvre en pain, mais riche en musique. Ainsi, dès le début, il a été touché, voire blessé, par le désir de beauté (...) Il a cherché la beauté elle-même, la Beauté infinie".

- Le père Giussani aimait l'humain. Non seulement l'homme, mais aussi tout ce qui était l'œuvre de l'homme. Il aimait la littérature, la poésie, la musique. Il aimait, en somme, les expressions de la vie. C'est également par ce biais qu'il a pu atteindre les gens. Il a parlé du Christ jouant un Brahms, un Beethoven ou un Chopin. Il a trouvé des traces du Christ, ou du moins de son attente, dans la poésie, par exemple, de Leopardi. Il a cité d'innombrables grands auteurs littéraires de tous les temps, pour nous aider à voir l'empreinte, le signe du divin, dans le génie de l'homme.

Il a ainsi ouvert la vie de ceux qui l'ont suivi à la curiosité, à une saine curiosité pour tout ce qui vit dans l'Univers et nous parle du Mystère. La culture, pour Giussani, ne signifie pas du tout l'accumulation de connaissances, mais, au contraire, la capacité de se rapporter à tout ce qui est vivant et humain et qui porte en soi la question de l'infini.

L'auteurFrancisco Otamendi

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.