Espagne

Mgr José MazuelosLes îles Canaries ne sont pas une prison pour les jeunes".

Ce matin, Monseigneur José Mazuelos, évêque des îles Canaries, et Monseigneur Bernardo Álvarez, évêque de Tenerife, se sont exprimés au siège de la Conférence épiscopale espagnole sur la grave situation des migrants aux îles Canaries.

Paloma López Campos-24 novembre 2022-Temps de lecture : 2 minutes
Immigrés Canaries

Un membre de l'équipe de secours aide un immigrant clandestin (CNS / Reuters)

Ce matin, Monseigneur José Mazuelos, évêque des îles Canaries, et Monseigneur Bernardo Álvarez, évêque de Tenerife, ont pris la parole au siège de la Commission européenne. Conférence épiscopale espagnole sur la situation critique des migrants qui sont arrivés aux îles Canaries.

"Les Canaries ne sont pas une prison pour les jeunes", a déclaré Marzuelo, mais il y a un "encerclement" de la part des administrations. Les politiciens ignorent la situation problématique que connaissent actuellement les îles Canaries. De nombreux migrants sont arrivés de leur pays d'origine à la recherche d'une vie meilleure ou fuyant un conflit, et se sont retrouvés sur ces îles. Les mineurs sont pris en charge dans des centres gérés par les autorités, dans lesquels les prêtres des diocèses ne peuvent souvent pas entrer, mais lorsqu'ils atteignent leur majorité, ils sortent dans la rue où ils ne sont plus accompagnés.

L'Église tente d'offrir à ces personnes "accueil, protection et accompagnement", en essayant de faire en sorte qu'elles mènent une vie digne, mais la situation est désespérée et le manque de moyens fait que des "bombes à retardement sociales" commencent à se former, disent les évêques. 

Les diocèses tentent d'initier des projets pour pallier à cette situation. À Tenerife, il existe la Fondation du Bon Samaritain, qui a pour objectif d'aider, d'accueillir et de former les personnes en risque d'exclusion sociale. Le projet Corredores de Hospitalidad a également été mis en place, avec le soutien du Département Migration de la CEE, pour l'accueil intégral des jeunes anciennement sous tutelle.

Cependant, il n'est pas possible de s'adresser simplement à ces personnes lorsqu'elles se trouvent déjà dans une situation désespérée, mais il est nécessaire de se rendre dans leur pays d'origine et d'aider à ouvrir des centres de formation. Les évêques lancent un appel public pour faire connaître la situation et demander la collaboration des administrations, dans le but d'ouvrir des canaux qui permettent à tous les migrants de mener une vie digne, demandant également la promotion d'une culture de l'hospitalité dans toute l'Église.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.