Monde

Le "Lourdes" tchèque, un symbole de réconciliation

Omnes-17 mai 2018-Temps de lecture : 3 minutes

Le sanctuaire marial de Filipov en République tchèque, surnommé le "Lourdes" de la République tchèque, est un symbole de la sollicitude de la Vierge et de la réconciliation des Tchèques et des Allemands. Le nombre de pèlerins est en augmentation.

Texte - Gustavo Monge, Prague

Le sanctuaire tchèque de Filipov a récemment célébré les 150 ans de l'apparition de la Vierge, dans un lieu qui témoigne de la sollicitude particulière de la Mère de Dieu pour ceux qui souffrent de la maladie ou de la persécution.

Filipov est un sanctuaire marial à Jiřikov, un village de 3 700 habitants situé dans le nord de la République tchèque, dans les Sudètes, à quelques mètres de la frontière allemande. À la suite d'un événement sans précédent, l'apparition de la Vierge Marie à une femme en phase terminale, une église pour les pèlerins a été consacrée ici à la fin du XXe siècle. Le lieu est rapidement devenu un centre de dévotion mariale, avec des processions rassemblant jusqu'à 6 000 personnes, et a été surnommé le "Lourdes du nord de la Bohême".

Au fil des décennies, Filipov a également été le symbole du rapprochement de deux nations, les Tchèques et les Allemands, qui étaient profondément opposées au XXe siècle en raison du nationalisme. Comme le reste des Sudètes, Filipov a été annexé par Adolf Hitler en 1938 et, après la Seconde Guerre mondiale, a été repris par la Tchécoslovaquie, et tous ses anciens habitants ont été expulsés.

L'histoire de Maria Kade

À l'origine du sanctuaire se trouve l'histoire de Maria Magdalena Kade (1835-1905), une tisserande qui, comme la grande majorité des habitants de ce coin de la monarchie austro-hongroise, appartenait à la minorité germanophone. Beaucoup travaillaient dans l'usine textile de l'autre côté de la frontière, dans la ville voisine d'Ebersbach-Neugersdorf.

Kade, en mauvaise santé depuis l'âge de 19 ans, a finalement été diagnostiqué avec une pneumonie et une méningite. Elle a commencé à souffrir de crises spasmodiques, et tout son corps était couvert d'ulcères. À l'âge de 29 ans, elle est devenue grabataire, où elle a reçu l'onction des malades, et les médecins ont dit que ses jours étaient comptés.

Dans la nuit du 12 au 13 janvier 1866, à quatre heures du matin, la Vierge est apparue à Kade, qui était très dévouée à la Mère de Dieu, et - comme elle le racontera plus tard - lui a dit en allemand : "Ma fille, à partir d'aujourd'hui tu seras en bonne santé". La femme que l'on croyait morte a sauté du lit et, à partir de ce jour, elle a commencé à vivre une vie normale, au grand étonnement de ses voisins. Les médecins ont certifié que c'était inexplicable.

Une petite chapelle a été construite sur le site de la maison Kade, qui, après avoir été agrandie, a été incorporée dans l'actuelle basilique mineure de Marie Auxiliatrice. Ce lieu a connu son heure de gloire, mais son activité a été réduite au silence pendant la persécution communiste de la seconde moitié du XXe siècle (1948-1989). Malgré les efforts du régime totalitaire pour empêcher l'arrivée des pèlerins, ils ont toujours réussi à maintenir la flamme allumée. Une flamme à laquelle les communautés religieuses ont apporté une contribution décisive.

La vérité est que "la chaîne des messes à l'occasion de l'anniversaire de l'apparition n'a jamais été interrompue", a déclaré Marketa Jindrová, qui explique comment les communistes ont bloqué la porte de l'église et laissé le lieu à l'intérieur d'une bande frontalière spécialement gardée, ce qui signifie que de nombreux obstacles devaient être surmontés pour atteindre le sanctuaire, y compris des interrogatoires de police.

L'intercession de la Vierge, particulièrement ressentie à Filipov, a également inspiré des initiatives pour le renouveau spirituel de la nation tchèque. Aujourd'hui, ce lieu reçoit de nombreux fidèles des deux côtés de la frontière, les messes étant célébrées en allemand et en tchèque. En outre, Filipov est un lieu de pèlerinage privilégié pour les catholiques de Serbie-Lusace, une minorité d'origine slave qui vit en Saxe allemande et conserve sa foi romaine. Lors des fêtes mariales du mois de mai, les croyants allemands sont nombreux. La procession de la Chandeleur est très typique.

L'évêque Jan Baxant de Litoměřice raconte à Palabra que " quitter la maison au milieu de la nuit en hiver pour se rendre dans cette basilique gelée de Filipov est comme une mini-Compostela ou un mini-Everest pour nous. Nous recevons souvent des évêques allemands ", ajoute Jozef Kujan, curé salésien et recteur de la basilique.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.