Espagne

"Loi sur l'euthanasie" : faisons très attention à ne pas être trompés

Le Dr Tomás Chivato aborde la loi sur l'euthanasie en Espagne sous différents angles, en montrant les conséquences médicales, culturelles, sociales et morales de son éventuelle approbation.

Tomás Chivato Pérez-8 avril 2020-Temps de lecture : 5 minutes
Des infirmières s'occupent d'un patient dans l'unité de soins intensifs d'un hôpital.

Nous sommes au milieu d'une crise sanitaire mondiale sans précédent due à la pandémie causée par le virus Covid19. Cette crise sanitaire sera surmontée comme l'humanité a réussi à surmonter d'autres pandémies. Une crise économique et sociale suivra la crise sanitaire et nous n'en connaissons pas encore l'ampleur et la profondeur, mais l'humanité a surmonté des crises économiques et sociales de l'ampleur des guerres mondiales du XXe siècle. Le site crise des valeurs sont plus silencieuses et invisibles, mais avec des effets plus durables et pas toujours récupérables tels que ceux décrits par les crises sanitaires, économiques et sociales.

Récemment, le Congrès des députés a discuté et approuvé le début de l'élaboration de la "loi sur l'euthanasie", qui vise à garantir ou à réglementer le droit à une "mort digne". Le débat dans la société espagnole a été rouvert. Il ne s'agit pas d'un vieux débat, ni d'un nouveau débat, mais il s'agit sans aucun doute d'une question cruciale. 

Passons brièvement en revue certains aspects scientifiques, juridiques, historiques, éthiques et moraux liés à l'euthanasie.

La vie dans la dignité, plutôt que la "mort dans la dignité".

La dignité est intrinsèque à tout être humain et la perception que les malades ont de leur dignité dépend dans une large mesure de la façon dont ils sont traités. Il est préférable de parler de une vie digne et pas une mort digne. Si une personne a l'impression d'être un fardeau ou d'être inutile, elle peut penser que sa vie n'a pas de sens. Au contraire, lorsqu'une personne se sent aimée, appréciée et accompagnée, elle ne se sent pas "indigne".

Rappelons l'article 15 de la première section de notre Constitution : "Toute personne a droit à la vie et à l'intégrité physique et morale, sans qu'en aucun cas elle ne soit soumise à la torture ou à des peines ou traitements inhumains ou dégradants".. Il semble donc évident que la législation existante nous protège, ou du moins devrait nous protéger.

Le débat rouvert n'est pas un débat nouveau : depuis l'époque d'Hippocrate (450 av. J.-C.), la mission des médecins a été de défendre et de prendre soin de la vie, de son origine à sa fin, comme l'indique la charte de la santé publique. Serment d'Hippocrate: "J'appliquerai mes traitements au bénéfice des malades, selon ma capacité et mon bon jugement, et je m'abstiendrai de leur faire du tort ou de l'injustice. A personne, même s'il me le demande, je ne donnerai un poison, et je ne suggérerai à personne de le prendre. De même, je ne donnerai jamais à aucune femme un pessaire abortif".. Il est évident que le médecin est appelé à protéger la vie du début à la fin de celle-ci.

Médecine humaine

Nous, médecins, sommes conscients que nous ne pouvons pas toujours guérir, mais nous faisons beaucoup de réconfort et de consolation, et aujourd'hui nous devons aussi accompagner dans de nombreux cas. Il est clair que nous savons quand la fin de vie approche, et c'est précisément dans ces moments que le côté plus humain du médecin doit se manifester. Bien sûr, il ne faut pas tomber dans ce que l'on appelle l'"incarcération" thérapeutique et il faut veiller au principe de l'autonomie du patient, sans oublier les autres principes éthiques de faire le bien et de ne pas nuire. Il nous a fallu 25 siècles d'histoire pour atteindre 2020 et bien sûr la philosophie grecque, le droit romain et l'humanisme chrétien sont les piliers de cette Europe dont les fondations ne doivent pas être ébranlées.

Le site codes d'éthique et le les principes de l'éthique médicale sont très claires. L'Association médicale mondiale a réitéré sa ferme opposition au suicide assisté par un médecin et à l'euthanasie car "constitue une pratique non éthique de la médecine"..

Pente glissante

Un danger évident observé est celui de la "pente glissante observée aux Pays-Bas. L'euthanasie a d'abord été dépénalisée pour le traitement de maladies incurables, puis l'euthanasie a été autorisée pour les maladies chroniques avec douleurs irréductibles, elle a évolué vers les patients atteints de maladies mentales et, depuis peu, on envisage de l'autoriser pour les personnes en bonne santé de plus de 70 ans qui en font la demande, même si aucune des conditions susmentionnées n'est remplie. 

En outre, l'euthanasie n'est parfois pas demandée par le patient, avec les conflits d'intérêts évidents qui peuvent en découler. En théorie, la loi est une garantie, mais dans la pratique, des variations ou des écarts peuvent se produire.

Malgré la législation néerlandaise en vigueur depuis 2001, il existe déjà des médecins qui ont soutenu la légalisation et qui le regrettent aujourd'hui et nous mettent en garde. Le professeur Theo Boer de l'université d'Utrecht décrit l'euthanasie comme le "meurtre d'une personne"parle d'un Pays-Bas "dans laquelle la charité a disparu". et d'un "loi qui a un effet sur la société dans son ensemble", expliquant pourquoi leurs adversaires avaient raison "quand ils ont dit que les Pays-Bas pourraient se retrouver sur un dangereux plan incliné".La pente dite de glissement décrite ci-dessus.

Un autre cas intéressant est celui du Dr Berna van Baarsen, éthicien médical, qui a démissionné de l'un des cinq comités d'examen régionaux mis en place aux Pays-Bas pour superviser l'offre d'euthanasie. Elle ne pouvait pas soutenir un changement majeur dans l'interprétation de la loi sur l'euthanasie de son pays pour permettre l'administration d'injections létales à un nombre croissant de patients atteints de démence.

Risque de marchandisation

Un risque évident est le marchandisation de la mortIl est devenu un "produit de consommation". Aux Pays-Bas, le traitement à domicile est déjà disponible sur demande. Le coût approximatif est d'environ 3 000 euros. Aucun commentaire.

Le pape François vient d'envoyer un message aux professionnels à l'occasion de la 18e Journée mondiale du malade : "Chers professionnels de la santé, chaque intervention diagnostique, préventive, thérapeutique ou de recherche, chaque traitement ou réadaptation a pour but de... personne maladeoù le nom "personne" vient toujours avant l'adjectif "malade". Par conséquent, que votre action garde constamment à l'esprit la dignité et la vie de la personne, sans céder aux actes qui conduisent à l'euthanasie, au suicide assisté ou à la fin de vie, même lorsque l'état de la maladie est irréversible".

Guérison et soins

Nous sommes à l'ère de la médecine fondée sur des preuves. L'efficacité, l'efficience et l'efficacité ont été intégrées dans la routine de la pratique quotidienne. Aujourd'hui plus que jamais, il est important de la médecine basée sur l'affectivité, le patient doit être au centre de notre activité dès la grossesse, la naissance, l'enfance, la jeunesse, la maturité et enfin la vieillesse.

L'expérience clinique démontre à suffisance que, pour les situations de souffrance insupportable, la solution n'est pas l'euthanasie mais une prise en charge appropriée, humaine et professionnelle, et c'est l'objectif de la les soins palliatifs. Le problème est que, selon la Atlas des soins palliatifs en EuropeEn Espagne, nous sommes au bas de l'échelle européenne en termes de ressources humaines et professionnelles en ce qui concerne la médecine palliative.

Une situation sociale croissante est celle de la solitude des personnes âgées souffrant de maladies chroniques qui sont également des résidents de villes dépersonnalisées. Une personne peut penser que sa vie ne vaut pas la peine d'être vécue.

Guérir et soigner doivent être les deux faces d'une même médaille scientifique et humaine pour les bons médecins qui sont aussi de bons soignants. Un mouvement est en cours pour ré-humaniser la relation médecin-patient, ce qui nous rend optimistes. 

Les générations à venir nous jugeront à l'avenir. Rappelons ce texte attribué à Martin Niemöller concernant ce qui s'est passé en Allemagne nazie au siècle dernier : "Ils sont d'abord venus pour les communistes et je n'ai rien dit parce que je n'étais pas communiste, puis ils sont venus pour les juifs et je n'ai rien dit parce que je n'étais pas juif, puis ils sont venus pour les syndicalistes et je n'ai rien dit parce que je n'étais pas syndicaliste, puis ils sont venus pour les catholiques et je n'ai rien dit parce que j'étais protestant, puis ils sont venus pour moi mais, à ce moment-là, il n'y avait plus personne pour dire quoi que ce soit". Nous pourrions l'appliquer à ce débat sur l'euthanasie.

L'auteurTomás Chivato Pérez

Doyen et professeur d'éthique et de communication des soins de santé, Faculté de médecine, Université CEU San Pablo

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.