Vatican

Le pape aux Ukrainiens : "Je reste proche de vous".

Neuf mois après le début de l'invasion russe en Ukraine, le pape a adressé une lettre au peuple ukrainien dans laquelle il souligne qu'"il n'y a pas un jour qui passe sans que je sois proche de vous et sans que je vous porte dans mon cœur et dans mes prières".

Maria José Atienza-25 novembre 2022-Temps de lecture : 5 minutes
Guerre ukrainienne

Photo : Une fillette ukrainienne tient son chat dans le village de Moshchun, près de Kiev©CNS photo/Murad Sezer, Reuters

Le Saint-Siège a publié une lettre du pape François adressée au peuple ukrainien de manière particulièrement affectueuse. Loin d'être une lettre formelle, la missive du Pape s'exprime plutôt comme un signe de souffrance paternelle face aux morts et aux dégâts matériels et psychologiques causés par ce conflit qui dure depuis presque un an.

Le Pape affirme que "dans la croix de Jésus aujourd'hui je vous vois, vous qui souffrez de la terreur déclenchée par cette agression. Oui, la croix qui a torturé le Seigneur revit dans les tortures trouvées sur les cadavres, dans les charniers découverts dans différentes villes, dans ces images et dans tant d'autres images sanglantes qui sont entrées dans nos âmes, qui nous font crier : pourquoi ?

Une question qui a été fréquemment répétée par le Saint-Père, comme un cri vers le ciel, depuis le début du conflit. Dans cette lettre, le Pape rappelle, avec des noms et des histoires concrètes, les jeunes hommes sur les lignes de front, les épouses qui ont abandonné leurs maris et la terrible réalité des centaines d'enfants tués ces mois-ci à cause de la guerre.

En outre, poursuit le Pape, "je reste proche de vous, avec mon cœur et ma prière, avec une préoccupation humanitaire, pour que vous vous sentiez accompagnés, pour que vous ne vous habituiez pas à la guerre, pour que vous ne soyez pas laissés seuls aujourd'hui et surtout demain, quand la tentation peut venir d'oublier votre souffrance".

A l'approche de l'hiver et des fêtes de Noël, le Pape souligne également que "je voudrais que l'affection de l'Eglise, la force de la prière, l'amour que tant de frères et sœurs du monde entier ressentent pour vous, soient des caresses sur vos visages".

Texte intégral de la lettre (traduction non officielle)

Chers frères et sœurs ukrainiens

Sur leur terre, depuis neuf mois, l'absurde folie de la guerre fait rage. Dans leur ciel, le grondement sinistre des explosions et le son inquiétant des sirènes résonnent sans cesse. Ses villes sont martelées par les bombes tandis que le barrage de missiles provoque la mort, la destruction et la douleur, la faim, la soif et le froid. Dans vos rues, beaucoup ont dû fuir, laissant derrière eux des maisons et des êtres chers. A côté de vos grands fleuves coulent chaque jour des rivières de sang et de larmes.

Je voudrais joindre mes larmes aux vôtres et vous dire qu'il n'y a pas un jour où je ne suis pas près de vous et où je ne vous porte pas dans mon cœur et dans ma prière. Ta douleur est ma douleur. Dans la croix de Jésus aujourd'hui, je vous vois, vous qui souffrez de la terreur déclenchée par cette agression. Oui, la croix qui a torturé le Seigneur revit dans les tortures trouvées sur les cadavres, dans les charniers découverts dans différentes villes, dans ces images et dans tant d'autres images sanglantes qui sont entrées dans nos âmes, qui nous font crier : pourquoi, comment des hommes peuvent-ils traiter d'autres hommes de cette façon ?

De nombreuses histoires tragiques me viennent à l'esprit. Tout d'abord, celles des petits : combien d'enfants tués, blessés ou orphelins, arrachés à leur mère ! Je pleure avec vous pour chaque petit qui, à cause de cette guerre, a perdu la vie, comme Kira à Odessa, comme Lisa à Vinnytsia, et comme des centaines d'autres enfants : en chacun d'eux, c'est toute l'humanité qui est vaincue. Maintenant, ils sont dans le giron de Dieu, ils voient votre angoisse et prient pour qu'elle cesse. Mais comment ne pas éprouver de l'angoisse pour eux et pour ceux, jeunes et vieux, qui ont été déportés ? La douleur des mères ukrainiennes est incalculable.

Alors je pense à vous, jeunes hommes, qui pour défendre courageusement votre patrie avez dû mettre vos mains aux armes au lieu des rêves que vous aviez cultivés pour l'avenir ; je pense à vous, épouses, qui avez perdu vos maris et qui vous mordez les lèvres en continuant silencieusement, avec dignité et détermination, à faire tous les sacrifices pour vos enfants ; à vous, adultes, qui tentez par tous les moyens de protéger vos proches ; à vous, aînés, qui, au lieu d'un coucher de soleil serein, avez été jetés dans la nuit noire de la guerre ; à vous, femmes, qui avez subi la violence et portez de grands fardeaux dans vos cœurs ; à vous tous, blessés dans votre âme et dans votre corps. Je pense à vous et je vous soutiens avec affection et admiration pour la façon dont vous faites face à de si dures épreuves.

Et je pense à vous, volontaires, qui vous dépensez chaque jour pour les gens ; à vous, pasteurs du peuple saint de Dieu, qui - souvent au péril de votre propre sécurité - êtes restés proches des gens, apportant le réconfort de Dieu et la solidarité de vos frères et sœurs, transformant de manière créative les lieux communautaires et les couvents en refuges où vous offrez hospitalité, secours et nourriture à ceux qui se trouvent dans des circonstances difficiles. Je pense aussi aux réfugiés et aux personnes déplacées à l'intérieur du pays, qui sont loin de leurs maisons, dont beaucoup ont été détruites ; et aux Autorités, pour lesquelles je prie : à elles incombe le devoir de gouverner le pays en ces temps tragiques et de prendre des décisions clairvoyantes pour la paix et pour le développement de l'économie pendant la destruction de tant d'infrastructures vitales, tant en ville qu'à la campagne.

Chers frères et sœurs, dans toute cette mer de mal et de douleur - quatre-vingt-dix ans après le terrible génocide de l'Holodomor - je suis émerveillé par votre bonne ardeur. Malgré l'immense tragédie qu'il subit, le peuple ukrainien n'a jamais perdu courage ni cédé à la compassion. Le monde a reconnu un peuple audacieux et fort, un peuple qui souffre et prie, pleure et lutte, résiste et espère : un peuple noble et martyr. Je reste près de vous, avec mon cœur et ma prière, avec une préoccupation humanitaire, pour que vous vous sentiez accompagnés, pour que vous ne vous habituiez pas à la guerre, pour que vous ne restiez pas seuls aujourd'hui et surtout demain, quand la tentation pourrait venir d'oublier votre souffrance.

En ces mois, où la rigidité du climat rend encore plus tragique ce que vous vivez, je voudrais que l'affection de l'Église, la force de la prière, l'amour que tant de frères et de sœurs de toutes les latitudes ressentent pour vous, soient des caresses sur vos visages. Dans quelques semaines, ce sera Noël et la douleur de la souffrance se fera encore plus sentir. Mais je voudrais revenir avec vous à Bethléem, à l'épreuve que la Sainte Famille a dû affronter en cette nuit qui ne semblait que froide et sombre. Au contraire, la lumière est venue : non pas des hommes, mais de Dieu ; non pas de la terre, mais du ciel.

Que sa Mère et la nôtre, la Vierge Marie, veillent sur vous. À son Cœur Immaculé, en union avec les évêques du monde, je consacre l'Église et l'humanité, en particulier votre pays et la Russie. À son cœur maternel, je présente vos souffrances et vos larmes. À celle qui, comme l'a écrit un grand fils de votre terre, "a fait entrer Dieu dans notre monde", ne nous lassons pas de lui demander le don tant attendu de la paix, dans la certitude que "rien n'est impossible à Dieu" (Lc 1, 37). Qu'il comble les justes attentes de vos cœurs, qu'il guérisse vos blessures et qu'il vous donne sa consolation. Je suis avec vous, je prie pour vous et je vous demande de prier pour moi.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.