Évangélisation

Les jeunes et la liturgie

C'est précisément lorsque les circonstances nous empêchent d'assister physiquement à la messe que nous nous rendons compte que nous en avons besoin. Maintenant, et lorsque tout reviendra à la normale, nous aimerions l'utiliser davantage. Les prêtres imaginent également de manière créative des moyens d'aider les jeunes à en faire l'expérience.

Juan Miguel Rodríguez-30 mars 2020-Temps de lecture : 9 minutes
Jeune fille lisant un livre assise à l'intérieur d'une église.

Le célèbre film Amadeus de Miloš Forman, dépeint une scène unique. Mozart a réussi, non sans efforts, à obtenir de l'empereur qu'il lui permette de composer un opéra, qu'il parvient finalement à présenter à la cour. Il est Le Mariage de Figaro. La scène est racontée par Salieri, également compositeur et musicien, qui assiste à la première. Malgré son animosité envers Mozart, la beauté de la musique a un impact remarquable sur lui, suscitant en lui un mélange d'envie et d'admiration. 

La tension dramatique est cependant dirigée vers l'empereur qui, en contraste frappant avec les sentiments de Salieri, exprime son ennui par un bâillement remarqué par tous. C'est à ce moment-là que le film marque le déclin de la carrière de Mozart, qui perd progressivement l'estime de la cour. Peu après, on aperçoit Mozart, tendu et inquiet du mauvais accueil que l'empereur a réservé à sa composition. Salieri tente d'expliquer ce qui s'est passé. Il ne s'agit en aucun cas, dit-il, d'une déficience dans la composition ou d'une mélodie mal interprétée. La cause est à chercher du côté de l'empereur lui-même, qui, incapable de soutenir son attention pendant de longues périodes, tombe facilement dans l'ennui, même s'il se trouve devant une belle création artistique.

Le nouveau cadre culturel

Cette scène résume en quelque sorte le défi que la liturgie implique pour les personnes de tous âges, car la grandeur de la rencontre avec Dieu à travers la célébration liturgique est souvent en contraste frappant avec le manque d'acceptation qui lui est accordé.

La liturgie a une grandeur sublime : en elle, "Le Christ signifie et réalise principalement son mystère pascal". un événement vraiment unique, car "Tous les autres événements se produisent une fois, puis passent et sont absorbés dans le passé. Le mystère pascal du Christ, par contre, ne peut pas rester seulement dans le passé, car par sa mort il a détruit la mort [...] il participe à l'éternité divine et domine ainsi tout le temps et y reste présent en permanence." (Catéchisme de l'Église catholique, n. 1085). "La liturgie est une expérience vivante du don de Dieu et une grande école de réponse à son appel. [...] Elle nous révèle le vrai visage de Dieu ; elle nous met en communion avec Dieu.avec le mystère pascal " (Pastores dabo vobis, n. 38). Dans la liturgie, et à travers son langage sacramentel, l'homme touche, pour ainsi dire, la beauté du mystère de Dieu. Mais ces trésors ne s'ouvrent qu'au terme d'un long et patient parcours de prière.

La capacité à entrer dans le mystère de la liturgie doit être développée. C'est une tâche pour tous les âges, car la prière et l'ouverture à Dieu exigent le plein exercice de la liberté humaine, qui doit toujours donner un "oui" résolu aux douces impulsions de la grâce.

Cette tâche revêt un caractère particulier à une époque où la technologie exerce une forte influence sur notre façon d'appréhender la réalité. Les nouvelles générations grandissent au milieu d'interfaces rapides et intuitives ; elles assistent à des spectacles en temps réel, même si elles ne sont pas physiquement présentes ; elles disposent, grâce aux écrans, de possibilités pratiquement innombrables de divertissement et d'amusement, et elles peuvent s'informer immédiatement sur des événements, même s'ils se sont produits à des milliers de kilomètres.

La difficulté de la liturgie

Contrairement à ce mode de relation avec le monde qui les entoure, la compréhension du langage liturgique présente des difficultés particulières. Pour saisir la beauté de la liturgie, il faut de l'attention et de la patience, cultiver le recueillement intérieur et extérieur, s'imprégner des symboles et des réalités qu'ils signifient, apprendre à attendre, et développer l'émerveillement face à une réalité qui ne nous appartient pas et qui, en même temps, communique quelque chose du divin. Développer cette capacité est un défi face à une disposition qui recherche des impulsions superficielles, immédiates et choquantes. Toutefois, le tableau n'est pas entièrement négatif. Certes, notre époque a ses problèmes spécifiques, mais les nouvelles générations ont aussi un potentiel que la liturgie peut exploiter. D'une part, nous pouvons mentionner ce que, faute d'une meilleure expression, nous appellerions "un sens de la globalité". 

Les jeunes perçoivent avec une clarté remarquable que leurs décisions individuelles ne sont jamais des événements isolés. Ils sont particulièrement conscients de l'influence réciproque qui est inhérente à toute interaction humaine mais qui, à l'ère de la technologie, s'est multipliée en termes de vitesse et de diffusion. Cette marque culturelle, qui laisse son empreinte également au niveau personnel, facilite grandement la capacité de comprendre l'Église comme le Corps mystique du Christ, dans lequel chaque partie vit du tout et a un rôle unique et irremplaçable dans le tout.

Ils sont également sensibles aux problèmes qui ne les concernent peut-être pas directement, mais dans lesquels ils se sentent particulièrement impliqués et désireux de collaborer. Ils se sentent impliqués dans des domaines aussi divers et variés que le réchauffement climatique, la conservation de la biodiversité, la guerre dans les régions éloignées ou la situation des personnes défavorisées.

L'engagement des jeunes dans la liturgie présente des défis particuliers à notre époque qui occupent et parfois préoccupent les prêtres, les catéchistes et les agents pastoraux.

Relever les défis

Tout d'abord, il convient de rappeler une évidence : la liturgie ne peut et ne doit pas entrer en concurrence avec l'industrie du divertissement. Sans doute, parmi les possibilités de choix, il faut opter pour celles qui facilitent la participation fructueuse et active du peuple, comme le souligne le Concile Vatican II. 

Cependant, nous ne devons jamais perdre de vue que le but de la liturgie est de rencontrer Dieu pour l'adorer dans le Christ et avec le Christ, et donc dans l'Église. Dénaturer ce principe fondamental au nom d'une praticité mal comprise serait une trahison envers les personnes qui y participent, car elles seraient privées d'une rencontre avec le divin, subrepticement soustraite pour un moment de divertissement. Bien que de telles propositions puissent avoir un succès éphémère, elles échouent à long terme car les gens peuvent toujours trouver d'autres espaces de divertissement.

Il est souvent nécessaire de travailler patiemment, sans précipitation, de former et d'éduquer lentement, de développer une sensibilité pour la beauté et le sacré. Il faut compter sur la grâce, et l'attirer par la prière et un travail qui a beaucoup à voir avec le sacrifice.

Pour aider les autres, il est nécessaire, avant tout, de vivre personnellement la liturgie. "La première manière de favoriser la participation du peuple de Dieu au rite sacré est la célébration correcte du rite lui-même". (Sacramentum caritatis, n. 38).

Personne ne donne ce qu'il n'a pas. Et, selon un principe liturgique bien connu, personne ne peut faire prier quelqu'un s'il ne prie pas d'abord. On peut dire que la liturgie est une école de prière, non seulement pour les jeunes, mais pour tous ceux qui y participent, et en particulier pour le prêtre, qui est le premier à prier. in persona Christi. Ceux qui se plongent dans le riche monde de la liturgie découvrent rapidement que dans cette "art de la prière -La phrase est de Saint Jean Paul II - on n'apprend jamais trop. "Dans la liturgie, le Seigneur nous apprend à prier, d'abord en nous donnant sa Parole, puis en nous introduisant dans la prière eucharistique avec le mystère de sa vie, de sa croix et de sa résurrection".a souligné Benoît XVI lors d'une rencontre avec des curés de paroisse. 

Les dimensions de cette formation comprennent la dimension intellectuelle, qui conduit à une compréhension toujours meilleure du sens des rites, des prières et surtout de la Parole de Dieu ; mais elle embrasse aussi la dimension affective, qui forme peu à peu la personne à prier avec sa sensibilité ; et elle atteint aussi la dimension corporelle, qui participe aussi à l'action liturgique. Seuls ceux qui sont véritablement imprégnés de la liturgie peuvent la transmettre comme une expérience vivante. Et cela revêt une importance particulière avec les jeunes, qui se caractérisent toujours par une sensibilité particulière pour l'authentique et pour y répondre avec énergie.

Éléments en faveur

La musique joue un rôle essentiel dans cette dynamique. Aristote dit : "Il n'y a rien de si puissant que le rythme et le chant de la musique, pour imiter, en s'approchant le plus possible de la réalité [...] les sentiments de l'âme".. La musique permet de renforcer les sentiments et donc de promouvoir une participation qui implique à la fois l'intelligence et l'affection. 

En ce sens, il est particulièrement important de choisir des pièces appropriées selon des critères qui dépendent en grande partie de la fête et des personnes qui y participent. En tout cas, il faut toujours garder à l'esprit que la musique est une fonction de la liturgie, et non l'inverse. En outre, il faut considérer qu'à notre époque, il existe une production considérable et abondante de musique religieuse, mais cela ne signifie pas qu'elle puisse ou doive être entièrement intégrée à la célébration. Pour que la musique religieuse fasse partie de la liturgie, il faut un discernement minutieux afin qu'elle puisse être intégrée à la célébration avec le consentement de l'autorité ecclésiastique.

Il est également important de prendre soin de la formation en langage symbolique. Le Catéchisme dit que "toute célébration sacramentelle est une rencontre des enfants de Dieu avec leur Père, dans le Christ et dans l'Esprit Saint, et cette rencontre s'exprime comme un dialogue [...] les actions symboliques sont déjà un langage".. Comprendre cet aspect de la dynamique de la liturgie est fondamental pour une participation active et consciente. Comme l'explique Guardini, "Dans la liturgie, il ne s'agit pas d'abord de concepts, mais de réalités, pour les rendre accessibles, il faut enseigner comment découvrir dans la forme corporelle la substance, dans le corps l'âme, dans l'événement terrestre la vertu sacrée cachée"..

Il faut apprendre à décortiquer et, le cas échéant, à découvrir les richesses des textes et des cérémonies liturgiques. Cela nous est rappelé par le Sacramentum caritatis: "Dans les communautés ecclésiales, il va peut-être de soi qu'ils sont connus et appréciés, mais ce n'est souvent pas le cas. En réalité, ce sont des textes qui contiennent des richesses qui sauvegardent et expriment la foi, ainsi que le parcours du Peuple de Dieu au cours de deux millénaires d'histoire".. C'est la catéchèse mystagogique, si chère aux Pères de l'Église, dans laquelle les trésors de prière et de piété que nous a légués la prière de l'Église sont rendus accessibles aux nouvelles générations. 

La richesse symbolique de la liturgie est inépuisable. Tant dans les éléments physiques, tabernacle, temple, autel, crucifix, cierges, lampes votives, etc., que dans les gestes : agenouillement, position debout, procession, rite de paix, inclinaison, etc., nous trouvons un trésor inestimable de piété et de prière qui offre toujours une lumière nouvelle à ceux qui méditent assidûment.

Un élément qui doit être longuement développé est tout ce qui concerne le temps liturgique. De cette façon, les jeunes peuvent comprendre que la célébration liturgique est plus qu'une parenthèse sacrée au milieu des préoccupations quotidiennes, mais que ce qui est vécu et célébré doit aussi laisser des traces dans l'activité ordinaire.

Catéchèse Mystagogique

Dans la catéchèse mystagogique, toutes les ressources offertes par les technologies modernes peuvent être utilisées : présentations, vidéos, collections de musique, cours à distance via Internet, etc. Une description plus ou moins détaillée du Missel et de sa structure peut également être très utile et instructive. Pour de nombreuses personnes, un missel pour les fidèles - ou son équivalent électronique - peut également être une très bonne alternative, leur permettant de suivre attentivement l'Eucharistie même dans des conditions d'une certaine précarité.

Il est important d'être certain que, quelle que soit la notoriété de certains textes ou cérémonies, ils contiennent toujours des richesses insoupçonnées. Une idée illustrative peut être fournie par un événement de la vie de St John Henry Newman. Alors qu'il était encore membre de la confession anglicane, il a reçu un bréviaire romain en souvenir d'un ami récemment décédé. Il commença à prier l'office quotidiennement, commentant que la brièveté des prières, la modulation majestueuse et austère de la liturgie romaine et le ton méditatif et apaisant des psaumes, ainsi que la nature précise et méthodique du bréviaire, lui étaient extraordinairement agréables. Et ce, malgré la forte animosité qu'il ressentait encore à l'époque à l'égard de l'Église catholique. 

Ici, l'homélie peut jouer un rôle important. C'est un défi de l'intégrer harmonieusement au reste de la célébration liturgique, et d'avoir un contenu à la fois profond et accessible, et tout cela dans un délai approprié, de préférence court. À plusieurs reprises, l'homélie peut porter sur un aspect pertinent de la liturgie. Cela permettra aux fidèles de mieux comprendre le sens de la célébration et, par conséquent, de se préparer à mieux y participer. Il peut être opportun d'aborder brièvement un aspect liturgique dans chaque homélie, de manière systématique. Ainsi, les jeunes qui fréquentent régulièrement les fêtes apprendront une bonne poignée de notions de base.

Rencontre avec la beauté

La rencontre authentique avec la liturgie est toujours une rencontre avec la beauté. "La vraie beauté est l'amour de Dieu révélé définitivement dans le mystère pascal. La beauté de la liturgie fait partie de ce mystère ; elle est une expression éminente de la gloire de Dieu et, en un certain sens, un aperçu du Ciel sur terre". (Sacramentum Caritatis, n. 35). Toutefois, cela ne signifie pas qu'elle est immédiatement perceptible par tous. Tout comme dans le monde de la littérature, du cinéma, de la musique, etc., un certain apprentissage est nécessaire, qui dépend dans une large mesure d'un contact calme et ouvert avec la réalité.

C. S. Lewis, dans son célèbre ouvrage Lettres du diable à son neveu a traité de cet argument. Le monde reflète d'une certaine manière les perfections de Dieu. La contempler, la vivre et y participer, permet à l'homme de s'approcher d'une certaine manière du Créateur. Le grand risque du monde d'aujourd'hui est d'imposer un gigantesque voile technologique à travers lequel nous n'atteignons pas la réalité elle-même, mais seulement sa représentation sur des écrans et des appareils électroniques. Cela peut être divertissant et utile, mais cela peut aussi nous plonger dans un monde totalement fictif, comme dans les jeux vidéo et, de manière destructrice, dans la pornographie. 

Dans cette bulle, il n'y a pas d'interaction réelle avec la réalité, mais plutôt avec sa propre imagination qui est soumise à des stimuli puissants et durables. Lorsqu'elles prennent fin, les constructions imaginaires disparaissent et peuvent provoquer un douloureux sentiment de vide qui semble réclamer un nouveau stimulus. Il est pratiquement impossible pour une personne ainsi asservie de se soumettre sérieusement à la discipline salutaire de la prière.

Par conséquent, une part importante de l'éducation liturgique consiste à rapprocher les gens de la réalité et à leur apprendre à l'apprécier sainement. La randonnée en montagne, le sport, le temps passé à maîtriser un instrument, l'aide et le service aux autres sont tous des expériences très précieuses, que leurs résultats puissent être considérés comme petits ou insignifiants par rapport aux problèmes humains. Indépendamment de leur effet final sur l'extérieur, ils changent les gens, ils motivent, ouvrent des horizons et déploient des forces dormantes, et ils créent des habitudes internes et externes nécessaires à une participation fructueuse aux célébrations liturgiques.

L'une des sections du Catéchisme de l'Église catholique, comme on le sait, est intitulée par ces mots : "La bataille de la prière. Dans un sens analogique, ils peuvent être appliqués à la participation à la liturgie, qui est aussi une prière : la prière du Christ et de l'Église. C'est une tâche fondamentale de tous les âges que d'apprendre aux chrétiens à participer à la liturgie comme une manière de répondre à la grâce qui requiert toujours la coopération de l'homme dans l'effort et l'intérêt sincère de se rapprocher de Dieu.

L'auteurJuan Miguel Rodríguez

Équateur

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.