Actualités

Le mythe de mai 1968

Omnes-3 mai 2018-Temps de lecture : 2 minutes

Les événements de 1968 sont devenus un mythe, qui fait l'objet de diverses interprétations : s'agissait-il d'une "révolution" ou d'un phénomène supplémentaire dans une crise plus large ?

TEXTE - Onésimo Díaz
Chercheur et enseignant en "Histoire, culture et christianisme au XXe siècle" à l'Université de Navarre.

68 a fait l'objet de toutes sortes d'interprétations. Les événements sont devenus un mythe, et il ne semble pas facile d'analyser froidement ce qui s'est passé et pourquoi ce qui s'est passé autour de Mai 68 s'est produit.

Dans les années 1960, les jeunes occidentaux sont mal à l'aise avec le mode de vie de leurs parents. La génération du baby-boom, née après la Seconde Guerre mondiale, s'est rebellée contre un système de valeurs terne et dépassé. Ces jeunes, éduqués dans la prospérité économique et ayant accès à l'université, se déclarent non-conformistes et protestent contre tout pouvoir et toute autorité. Les garçons ont abandonné leurs blazers et leurs cravates pour s'habiller en jeans et en vestes de style militaire, tandis que les filles ont troqué les talons hauts et les robes longues pour des pantalons et des mini-jupes.

Cette génération a été attirée par les idées gauchistes et anticapitalistes. Leurs principaux points de référence étaient Marx, Freud, Mao et Marcuse. Parmi ces quatre personnes, la plus influente était le philosophe juif Herbert Marcuse, qui avait quitté l'école de Francfort après l'arrivée au pouvoir d'Hitler. Ce professeur, expulsé de plusieurs universités américaines pour cause de philo-communisme, a appelé les étudiants, les minorités raciales et les travailleurs à lutter contre le pouvoir établi. En 1967, il a été applaudi et félicité lors de conférences en Allemagne et en France. Son message en faveur de la libération sexuelle a été repris par une partie agitée des étudiants universitaires du monde entier. À partir du printemps 1968, les manifestations contre la société impérialiste, belliciste et capitaliste se succèdent dans diverses universités occidentales. Les idées de Marcuse étaient devenues très répandues et populaires jusqu'à ce que le slogan "sex, drugs and rock and roll" soit inventé. À l'époque, les mouvements contre-culturels (hippies et rockers) incitaient à se rebeller contre la culture traditionnelle. Les jeunes s'identifient au message anticonformiste de Marcuse et veulent tout changer, animés par le désir d'expérimenter sans barrières ni règles.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.