Écologie intégrale

S'occuper des personnes âgées, une tâche fondamentale de l'Église

De nombreuses familles chrétiennes affrontent la maladie, la vieillesse et les difficultés de la vie avec un sens surnaturel et un sens commun. Dans le prolongement ou en complément de cette ambiance familiale, des initiatives ont vu le jour pour accueillir des personnes âgées dans une maison familiale. Dans cet article, nous nous intéresserons à deux d'entre elles : les Petites Sœurs des Pauvres et les Petites Sœurs des Personnes âgées sans domicile fixe.

Pablo Alfonso Fernández-1er septembre 2017-Temps de lecture : 5 minutes
Personnes âgées

Le 13 octobre 1978, la veille du conclave qui a élu Jean-Paul II, l'évêque polonais Andrzej Maria Deskur a subi un traumatisme crânien qui l'a immobilisé pour le reste de sa vie. Grand ami du Pape, la première visite du nouveau Pontife fut à l'hôpital Gemelli, où Deskur fut admis. Dès lors, ses visites à son ami malade sont devenues fréquentes et il a reconnu que tout le travail qu'il a accompli en tant que pape a été soutenu par ce fauteuil roulant. 

Cet événement au début de son pontificat était un avant-goût du témoignage que saint Jean-Paul II a donné au monde en acceptant ses propres limites, et ses dernières semaines - il est décédé le 2 avril 2005 - où le monde entier pouvait suivre la détérioration de sa santé, ont été une catéchèse vivante sur la valeur de la maladie et de la vieillesse.

Ce témoignage est également nécessaire aujourd'hui. C'est pourquoi le pape François fait souvent référence au rôle des grands-parents ; et à l'occasion du Synode des évêques sur la famille, il a consacré quelques audiences du mercredi en 2015 aux grands-parents. Il a ainsi voulu rappeler que la vieillesse a une grâce et une mission particulières dans l'Église et dans la société, et surtout la prière des personnes âgées, qui est un grand don pour l'Église : "Nous avons besoin de personnes âgées pour prier".a déclaré le pape. Et il a donné aux personnes âgées un rôle dans la tâche d'évangélisation de l'Église : "Les grands-pères et les grands-mères forment le chœur permanent d'un grand sanctuaire spirituel, où la prière de supplication et le chant de louange soutiennent la communauté qui travaille et lutte dans le domaine de la vie". (audience, 11-III-2015).

Le rôle des personnes âgées est souligné par le pape François chaque fois qu'il rencontre des familles ou des jeunes. Ainsi, commentant la scène évangélique de la présentation de Jésus au temple, il dit des vieillards Siméon et Anne : "Les grands-parents sont la sagesse de la famille, ils sont la sagesse d'un peuple ! Et un peuple qui n'écoute pas ses grands-parents est un peuple qui meurt !". (adresse aux familles, 26-X-13).

Culture du rebut contre culture de la vie

La solitude, l'apathie et la négligence dans lesquelles se trouvent nombre de nos grands-parents sont la conséquence de l'égoïsme généralisé qui a favorisé une culture de l'autodétermination. culture du jetablecomme le dénonce constamment le pape François.

Et seulement à partir d'un culture de la vieComme nous l'a demandé saint Jean-Paul II, nous pouvons contrecarrer l'influence néfaste et égoïste de l'économie de marché. la culture de jeter. L'un des témoignages les plus importants que les chrétiens peuvent offrir aujourd'hui est la prise en charge des personnes âgées et des malades, qui sont de plus en plus nombreux et de plus en plus négligés.

Il existe de nombreuses familles chrétiennes dans lesquelles la maladie, la vieillesse et les difficultés de la vie sont affrontées avec un sens surnaturel et un bon sens. Dans le prolongement de cette ambiance familiale, et parfois en complément lorsqu'elle fait défaut, des initiatives sont nées dans l'Eglise pour accueillir les personnes âgées dans une maison familiale. Dans cet article, nous nous intéresserons à deux d'entre elles : les Petites Sœurs des Pauvres et les Petites Sœurs des Personnes âgées sans domicile fixe.

"Ma maison" : une maison pour les jeunes et les moins jeunes

 La Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres a été fondée en 1839 à Cancale, un village de pêcheurs en Bretagne, France, où Jeanne Jugan a ressenti l'impulsion de prendre chez elle une vieille femme aveugle abandonnée, à laquelle elle a donné son propre lit. Aujourd'hui, cette institution, composée de 2800 religieuses, travaille dans 32 pays, où elles font vœu d'hospitalité et accomplissent leur mission dans des communautés fraternelles. Leurs maisons, au nombre de près de 200, sont un témoignage vivant de la prière, de la tendresse pour les personnes âgées et de la promotion d'activités éducatives dans les villes où elles se trouvent. 

L'influence de leur service touche non seulement les personnes âgées dont ils s'occupent et leurs familles, mais aussi les jeunes qui collaborent à leurs activités, directement ou par l'intermédiaire des écoles et des établissements d'enseignement. Un élève de l'école secondaire, après avoir participé à un rassemblement festif dans l'une des maisons des Petites Sœurs, a déclaré qu'il allait passer plus de temps avec ses grands-parents, qu'il avait un peu oubliés. Une autre de ses camarades de classe a décidé d'y retourner à plusieurs reprises par ses propres moyens, en raison du temps agréable qu'elle avait passé à discuter avec les personnes âgées et à aider à la distribution de la nourriture : "Je les ai vus si heureux de la visite que je dois venir plus souvent".il a dit.

Sainte Jeanne Jugan a été canonisée en 2009 par Benoît XVI. Dans son homélie à la canonisation, le pontife a proposé son exemple au service des personnes âgées comme "un phare pour nos sociétés, qui ont besoin de redécouvrir la place et la contribution unique de cette période de la vie".

Attachée à la Congrégation, une Association de laïcs compte 2 000 membres qui s'engagent annuellement à servir Dieu dans l'amour des personnes âgées à l'exemple de l'humilité et de la confiance de Sainte Jeanne Jugan.

"Soigner les corps pour sauver les âmes".

Une histoire similaire est à l'origine d'une autre congrégation dédiée à la prise en charge des personnes âgées : les Petites Sœurs des personnes âgées sans abri. En 1872, le prêtre espagnol Saturnino López Novoa vivait à Barbastro (Huesca), lorsqu'un jour il a recueilli une femme malade qui est morte quelques mois plus tard. Cet événement a fait naître chez le prêtre, aujourd'hui en cours de béatification, le désir de fonder un institut religieux féminin pour répondre aux besoins matériels et spirituels des personnes âgées, pauvres et sans défense. 

Son souhait est devenu réalité grâce à l'harmonie avec les préoccupations d'une femme, Teresa Jornet, qui a trouvé dans le service aux personnes âgées dans le besoin le moyen de réaliser son désir de se donner totalement à Dieu. Le 11 mai suivant, en la fête de Notre-Dame de l'Abandon, la nouvelle congrégation a commencé son travail, lorsque 10 religieuses ont pris l'habit et ont ouvert la première maison à Valence. Ils ont nommé comme patrons de la Congrégation la Vierge des abandonnés, Saint Joseph, pour la droiture du cœur, et Sainte Marthe pour la joie dans le service. Ils comptent actuellement 204 foyers dans 19 pays, où ils mettent en pratique la devise de leur fondatrice : "Soigner les corps pour sauver les âmes. Sainte Thérèse Jornet a été canonisée par Paul VI en 1974.

Ceux qui sont entrés en contact avec les Petites Sœurs des Personnes Agées découvrent comment l'affection humaine et la chaleur familiale qui imprègnent leurs maisons naissent de leur engagement évangélique et se répandent sur ceux qui les reçoivent, grâce au soin qu'elles apportent à leurs actes de culte et à leur participation joyeuse à diverses pratiques de piété. "Depuis que je suis dans cette maison, je prie le chapelet tous les jours, et je remarque que la Vierge m'aide à améliorer mon caractère et à avoir une grande paix".J'ai été confessé par un grand-père qui n'était pas particulièrement pieux avant son entrée en maison de retraite.

Ces initiatives, ainsi que de nombreuses autres qui ont vu le jour en tant que manifestation de la charité dans l'Église, sont toujours d'actualité. Et ils nous rappellent la valeur de la vie de nos aînés, ce que le pape François a dit à plusieurs reprises en parlant de sa grand-mère Rosa. Le jour de son ordination sacerdotale, Jorge Bergoglio a reçu une lettre de sa grand-mère dans laquelle elle lui disait : "Que ces petits-enfants, à qui j'ai donné le meilleur de mon cœur, aient une vie longue et heureuse, mais si quelque jour de tristesse, la maladie ou la perte d'un être cher les remplit de chagrin, qu'ils se souviennent qu'un soupir dans le Tabernacle, où se trouve le plus grand et le plus auguste des martyrs, et un regard sur Marie au pied de la Croix, peuvent apporter une goutte de baume sur les blessures les plus profondes et les plus douloureuses".

Depuis lors, il les a toujours emportés avec lui dans son bréviaire, et il avoue qu'il les lit souvent et qu'ils lui font beaucoup de bien.

L'auteurPablo Alfonso Fernández

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.