Amérique

L'église Saint-Joseph de Porto Rico, un reflet de la beauté de Dieu

L'église de San José à San Juan de Porto Rico est sans doute l'église la plus importante du pays, que l'on peut désormais voir dans son état restauré.

Fernando Felices-24 août 2021-Temps de lecture : 8 minutes
san jose Puerto Rico

En l'année de saint Joseph et en la fête du saint patron de l'Église universelle, le 19 mars 2021, l'ancienne église du couvent de saint Dominique et saint Thomas d'Aquin, aujourd'hui église Saint-Joseph, à San Juan de Porto Rico, a été reconsacrée et inaugurée pour le culte. C'est l'aboutissement d'un processus de restauration de 20 ans auquel ont participé des spécialistes du monde entier. En 2001, il a dû être fermé car ses voûtes élisabéthaines construites en 1532 menaçaient de s'effondrer. Des échafaudages spéciaux ont dû être mis en place pour les stabiliser, et l'ensemble du bâtiment a dû être ventilé et asséché, dont les murs faisaient pourrir les retables et les fresques qui y étaient fixés en raison de la défaillance des drains. Le World Monument Watch l'a inscrit sur sa liste des patrimoines en grave danger de disparition. Elle a nécessité une attention intensive. 

Bien que, du point de vue théologique, la cathédrale de la vieille ville fortifiée soit l'église la plus importante du pays, cette église de San José est la plus ancienne et la plus importante du pays pour ses trésors artistiques, spirituels et cultuels, ainsi que pour avoir été la plus étudiée. C'est peut-être la troisième plus ancienne église du Nouveau Monde encore en activité. Elle faisait partie du premier bâtiment en pierre construit par les Espagnols sur l'îlot de San Juan. Le site sur lequel il se trouve, au point le plus élevé de la zone urbaine, surplombant l'Atlantique et la baie de San Juan, a été offert par le conquistador et premier gouverneur de l'île de San Juan del Boriquén, Don Juan Ponce de León. L'évêque Damián López de Haro, au début du XVIIe siècle, l'a décrit comme "dominant toute la ville". Il ne fait pas seulement référence à l'emplacement physique du couvent et de son église, mais aussi à son influence dans tous les domaines de l'évangélisation du pays.

Étapes de sa construction et mésaventures   

Sa construction en pierre calcaire et en brique a commencé en 1532 et a été bâtie jusqu'à son transept en 1539, lorsque la crise de la production d'or l'a interrompue. Il utilisait le même plan d'une seule nef avec des chapelles latérales que le temple conventuel dominicain de Santo Domingo, à Hispaniola. Son architecte n'est pas connu avec certitude, mais tout porte à croire qu'il s'agit de Rodrigo Gil de Lienzo. La deuxième grande campagne de construction s'est déroulée de 1635 à 1641. La troisième phase consistait à couvrir la nef centrale d'une voûte en berceau en brique entre 1773-1774 et la dernière phase consistait à agrandir la chapelle de Bethléem en 1855. C'est la seule église du pays pour laquelle quatre rois d'Espagne ont fait l'aumône : Charles V pour sa construction initiale, Charles III pour sa construction au XVIIIe siècle, Isabelle II pour ses sols en marbre en 1858 et Juan Carlos Ier qui a fait don de son maître-autel actuel en 1987.

L'église a été dévastée à deux reprises par la furie iconoclaste des Anglais en 1598, puis par celle des Hollandais en 1625, par des ouragans et des tremblements de terre, et par les fléaux des tropiques : l'humidité, les termites, les mites et, avouons-le, la négligence du clergé. Elle fut privée de son poumon vivant, le couvent, par le désarmement de Mendizábal, ce larcin du gouvernement libéral, qui fut exécuté à San Juan en 1838. Elle a été restaurée et rénovée par les Jésuites (1858), lorsqu'elle leur a été confiée comme "chapelle officielle" du Séminaire conciliaire. Les Pères Vincentiens, en charge depuis 1886, l'ont dotée de trois grands retables néoclassiques (1908-1911) et ont apporté d'autres améliorations vers 1954. Le cardinal Luis Aponte Martínez l'a rénové de 1978 à 1982. La dernière restauration, (2001-2021) a été interrompue à trois reprises, par des mésaventures dans l'approvisionnement en chaux, puis par les conséquences du terrible ouragan Maria (2017) et par la pandémie de COVID 19. Sa réhabilitation a coûté environ 11 millions de dollars. 

Personnes importantes et saints associés à son histoire

Le premier évêque à arriver en Amérique, l'évêque de l'île de San Juan, Don Alonso Manso (1460-1539), a amené les Dominicains dans la ville nouvellement installée sur l'îlot en 1921, pour l'aider en tant que premier Inquisiteur du Nouveau Monde. Le couvent a été fondé par Fray Antonio de Montesinos (1475-1540), le premier défenseur des droits des Indiens. Fray Luis Cancer, OP, prieur, ainsi que Fray Pedro de Córdoba et Fray Antonio Dorta, enseignaient la grammaire et la théologie, et Fray Bartolomé de las Casas a également vécu dans ce couvent, connaissant l'un de ses premiers échecs dans l'un de ses projets d'évangélisation "pure". Les habitants de la ville se sont réfugiés dans ce couvent lorsqu'ils ont attaqué la ville dans leurs canots en 1528. Il abritait la première école d'études supérieures de l'île, l'Estudio General de los Dominicos, où des générations de créoles ont étudié et se sont préparés au sacerdoce et à la vie religieuse. Comme d'autres couvents hispano-américains, il fournissait d'importants services culturels dans la ville fortifiée, le modeste bastion de San Juan. Elle a donné l'occasion aux musiciens et aux chorales, aux peintres et aux sculpteurs, aux orateurs et aux érudits, de montrer leur savoir-faire et de recréer ainsi les esprits les plus exigeants de la ville.

Si les évêques étaient enterrés dans la cathédrale, la chapelle de ce temple dédié à Notre-Dame du Rosaire, patronne de l'Ordre des Prêcheurs, fut le panthéon des gouverneurs de l'île à partir du milieu du XVIIe siècle. Il y a peut-être 4 000 sépultures sous ses sols et dans ses cinq cryptes. 

Le premier personnage important de l'histoire de l'Amérique à être enterré sous son autel principal fut son saint patron, Don Juan Ponce de León. Sa dépouille fut ramenée en 1547 de La Havane, où il était mort victime d'une attaque des Indiens de Floride, par son petit-fils, homonyme et premier corniste de l'île, qui après avoir été veuf, devint prêtre. Les membres décédés de la famille du conquistador y sont également enterrés.

Une veuve portoricaine réputée sainte, la bienheureuse Gregoria Hernández de Arecibo (c.1560-1639), qui a imité la vie et les vertus de la vénérable María Raggi, jouissait de l'estime et de l'admiration des frères et des habitants de la ville, et assistait quotidiennement à la messe dans cette église. La Bienheureuse Mère Dolores Rodríguez Sopeña (1848-1918), fondatrice des Dame Catéchistes, qui a vécu à San Juan de 1871 à 1873, était la directrice spirituelle des Jésuites et y assistait à la messe. Dans cette église, elle a fondé le premier groupe de Filles de Marie sur l'île. Le bienheureux portoricain Carlos Manuel Rodríguez (1918-1963), liturgiste laïc autodidacte, passait souvent devant lorsqu'il se rendait à la première librairie catholique du pays, La Milagrosa (1942), rattachée à l'église. 

De cette communauté, les Pères Vincentiens s'occupaient des pauvres de la banlieue voisine, hors des murs de La Perla, que les Filles de la Charité catéchisaient et éduquaient dans la petite école "San José". À côté de l'église se trouvait la première imprimerie catholique de l'île, d'où est sortie la Revista La Milagrosa (fondée en 1922). Les célèbres fêtes patronales sont toujours célébrées dans la rue voisine de San Sebastián, qui a été inaugurée en 1950 par un célèbre curé vincentien, le père Juan Madrazo, CM.

Le tertiaire dominicain, le premier et le plus connu des peintres coloniaux rococo de l'île, le brun José Campeche y Jordán (1751-1809), y est enterré. Ici repose le premier millionnaire portoricain, le corsaire Miguel Henríquez (c. 1674-1743). Cet ingénieux Brown, également originaire de San Juan, est passé du statut de vendeur et de simple détaillant à celui d'homme d'affaires et de commerçant. Le Roi lui a donné une licence de corsaire et il était un marchand d'esclaves. Au cours des trois premières décennies du XVIIIe siècle, il est devenu le Portoricain le plus riche et le plus connu. En 1710, le roi d'Espagne, pour les services rendus à la Couronne dans la défense des provinces d'outre-mer, avec une armada de ses propres navires, le nomme "capitaine de mer et de guerre". Un biographe dit de lui : "Il est le personnage le plus remarquable que Porto Rico ait produit tout au long de son histoire hispanique. Pour la première fois dans l'histoire du pays, un de ses fils fait partie du monde de la bourgeoisie capitaliste et est connu et craint par les Hollandais, les Français, les Danois et autres ennemis de l'Espagne. Face au harcèlement du Trésor royal, il se réfugie au couvent des Dominicains en 1735 et y est enterré avec une sépulture de pauvre en 1743.

Centre de rayonnement des dévotions mariales

Cette église était le plus important foyer de dévotion mariale de l'île. La première dévotion importante, patronne populaire de la ville, était la Vierge de Bethléem, œuvre d'un remarquable atelier flamand de la fin du XIVe siècle, à laquelle les chroniqueurs indiquent que les anges chantaient des matines. Puis la Vierge de Candelaria, qui avait son propre autel et sa crypte. Le culte de la Vierge du Rosaire s'est également répandu à partir de sa chapelle dans toute l'île. C'est pourquoi de nombreux Portoricains ont l'habitude de porter le chapelet autour du cou, comme une sorte de scapulaire. Et les pères vincentiens, qui l'ont dirigé de 1886 à 1967, ont encouragé le culte de la Vierge miraculeuse, qui a même présidé à son autel principal. 

Importance artistique 

Les spécialistes de l'art hispano-américain le considèrent comme le temple présentant le plus d'intérêt artistique dans notre histoire coloniale. Il présente des aspects à la fois archaïques et nouveaux. Les doubles voûtes de son presbytère et de son transept ont été construites avec la voûte dite cantharite, une technique romaine et byzantine tardive qui a continué à être utilisée dans les périodes gothique et élisabéthaine de la Méditerranée espagnole. Parmi le mortier qui remplit le sálmer ou rein des voûtes sont encastrées un grand nombre de jarres en terre cuite imparfaites qui étaient utilisées comme remplissage léger. 

Notre église conventuelle de San Juan est un prélude et aussi un compagnon de cette floraison tardive du style élisabéthain avec des éléments plateresques dans le Nouveau Monde, qui laissera des centaines d'extraordinaires églises sœurs conventuelles, surtout dans la vallée du Mexique. Les plus éminents spécialistes de l'art hispano-américain qui ont eu la chance de le visiter soulignent presque unanimement surtout la sensation d'amplitude spatiale accentuée par l'heureuse solution de la voûte centrale en forme rampante pour contrecarrer les poussées. Le Marqués de Lozoya souligne "l'effet de grandeur imposante... (avec) le byzantinisme... dans le transept de l'église... : l'application comme système de couverture de pots d'argile emboîtés les uns dans les autres comme à Sainte-Sophie de Constantinople".

L'historien et artiste Osiris Delgado souligne que "le principal aspect qui justifie l'excellence architecturale de l'église de San José et qui la distingue comme l'un des meilleurs exemples d'architecture gothique en Amérique est qu'un espace relativement réduit comme le transept, parvient à donner une sensation d'amplitude en contrebalançant les deux côtés de la voûte principale avec des quarts de sphères dont la clé de voûte est commune à celle de l'arc formero. Et bien que cette formule ne soit pas complètement étrangère aux solutions architecturales élisabéthaines, c'est peut-être la première caractéristique de notre île qui répond à une conception spatiale différente de celles d'autres parties du Nouveau Monde". En d'autres termes, il s'agit de la première solution originale en Amérique, dans un style européen importé.

Le petit panneau de la Vierge de Bethléem, datant du dernier quart du XIVe siècle, peut-être réalisé par un disciple de Van der Weyden, le maître bruxellois de l'Histoire de saint Joseph ou Jacob van Laethem, est l'une de ses œuvres les plus importantes. Il a été volé en 1972. Elle abritait également six peintures rococo de Campeche, dont certaines étaient des ex-voto. Parmi elles figure sa plus grande œuvre religieuse : le Santo Domingo Soriano (1796). On y trouve la première fresque réalisée dans le pays, San Telmo (vers 1545), ainsi que la première sculpture réalisée sur l'île, le blason Renaissance de la famille Ponce de León (vers 1541). Elle abrite des œuvres de quelques sculpteurs espagnols remarquables : le Christ miraculeux de la famille Ponce, du milieu du XVIe siècle, un Saint Vincent Ferrer de Juan de Mesa, disciple de Martínez Montañes, un Christ attaché à la colonne de Cadix du XVIIIe siècle, un Saint Joseph et un Cœur de Marie de Gabriel de Astorga y Miranda de Séville. Lors de la dernière restauration, de mystérieuses sirènes baroques du milieu du XVIIe siècle ont été découvertes dans les pendentifs de la chapelle du Rosaire, avec des bouquets de roses dans leurs bras tendus, en référence à la bataille de Lépante.

Cette restauration confirme l'enseignement de Saint Jean Paul II : " L'Eglise a toujours considéré qu'à travers l'art... se reflète l'infinie beauté de Dieu... La nature organique des biens culturels... ne permet pas de séparer leur jouissance esthétique de leur finalité religieuse ". Par exemple, l'édifice sacré atteint sa perfection esthétique précisément pendant la célébration des mystères divins, puisque c'est précisément à ce moment-là qu'il resplendit dans sa signification la plus authentique. Les éléments d'architecture, de peinture, de sculpture, de musique, de chant et de lumière font partie de cet ensemble unique qui accueille la communauté des fidèles pour ses célébrations liturgiques, composé de "pierres vivantes" qui forment un "édifice spirituel".

L'auteurFernando Felices

Curé de la Grotte de la Sainte Vierge Marie de Lourdes.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.