Vatican

"La foi en Jésus-Christ libère de la Loi et en même temps la porte à son accomplissement".

Le pape François a rappelé à l'auditoire que les commandements sont les "pédagogues" qui nous conduisent à Jésus, commentant la lettre de saint Paul aux Galates.

David Fernández Alonso-11 août 2021-Temps de lecture : 3 minutes
audience

Photo : ©2021 Catholic News Service / Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

Le Saint Père François a commencé l'audience générale en saluant les fidèles qui s'étaient rassemblés dans la salle Paul VI, ce qui lui a valu de nombreux applaudissements.

Lors de l'audience d'aujourd'hui, le pape François a poursuivi en commentant la lettre de saint Paul aux Galates : "A quoi sert la loi ?Gal 3,19). C'est la question que, à la suite de saint Paul, nous voulons approfondir aujourd'hui, afin de reconnaître la nouveauté de la vie chrétienne animée par l'Esprit Saint. L'apôtre écrit : "Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes pas sous la loi" (Gal 5,18). Cependant, les détracteurs de Paul soutenaient que les Galates devaient suivre la loi pour être sauvés. L'apôtre n'était pas du tout d'accord. Ce n'est pas sur ces termes qu'il s'était mis d'accord avec les autres apôtres de Jérusalem. Il se souvient bien des paroles de Pierre qui a dit : "Pourquoi donc tentez-vous maintenant Dieu en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter ? Les dispositions issues de ce "premier concile" de Jérusalem étaient très claires, et elles disaient : "Que nous avons décidé, avec le Saint-Esprit, de ne pas vous imposer d'autres charges que ces indispensables : s'abstenir des choses sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étranglés et de l'impureté"".

"Lorsque Paul parle de la loi, il se réfère normalement à la loi mosaïque. Cela concernait l'alliance que Dieu avait établie avec son peuple. Selon divers textes de l'Ancien Testament, le Torah - le terme hébreu pour la Loi - est la collection de toutes ces prescriptions et règles que les Israélites doivent observer, en vertu de leur alliance avec Dieu. Une synthèse efficace de ce que le Torah se trouve dans ce texte du Deutéronome : "Car l'Éternel se réjouira encore de votre bonheur, comme il s'est réjoui du bonheur de vos pères, si vous obéissez à la voix de l'Éternel, votre Dieu, en observant ses commandements et ses préceptes, qui sont écrits dans le livre de cette Loi, si vous vous tournez vers l'Éternel, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme" (30, 9-10). L'observation de la loi garantissait au peuple les avantages de l'alliance et le lien spécial avec Dieu. En faisant l'alliance avec Israël, Dieu lui avait offert le Torah afin qu'il puisse comprendre sa volonté et vivre dans la justice. A plus d'une reprise, notamment dans les livres des prophètes, il est constaté que la non-observation des préceptes de la Loi constituait une véritable trahison de l'Alliance, provoquant la réaction de la colère de Dieu. Le lien entre l'alliance et la loi était si étroit que les deux réalités étaient inséparables.

"A la lumière de tout cela, il est facile de comprendre comment les missionnaires qui s'étaient infiltrés parmi les Galates auraient été bien disposés à soutenir que l'adhésion à l'Alliance impliquait aussi l'observation de la loi mosaïque. Or, c'est précisément sur ce point que nous pouvons découvrir l'intelligence spirituelle de saint Paul et les grandes intuitions qu'il a exprimées, soutenues par la grâce reçue pour sa mission évangélisatrice".

" L'apôtre explique aux Galates qu'en réalité, l'alliance et la loi ne sont pas indissolublement liées. Le premier élément sur lequel il s'appuie est que l'alliance établie par Dieu avec Abraham était fondée sur la foi en l'accomplissement de la promesse et non sur l'observance de la Loi, qui n'était pas encore en place. L'Apôtre écrit : "Et moi, je dis : un testament déjà fait par Dieu en bonne et due forme [avec Abraham], ne peut être annulé par la loi, qui vient quatre cent trente ans plus tard [avec Moïse], de telle sorte que la promesse soit annulée. Car si l'héritage dépendait de la Loi, il ne découlerait plus de la promesse, et pourtant Dieu a accordé à Abraham sa faveur sous forme de promesse" (Gal 3,17-18). Avec ce raisonnement, Paul atteint un premier objectif : la Loi n'est pas la base de l'alliance car elle est venue en succession".

" Un tel argument fait honte à ceux qui soutiennent que la loi mosaïque est une partie constitutive de l'Alliance. Le site TorahEn fait, elle n'est pas incluse dans la promesse faite à Abraham. Cela dit, il ne faut pas penser que saint Paul était opposé à la loi mosaïque. Plus d'une fois, dans ses Lettres, il défend son origine divine et soutient qu'elle a un rôle très précis dans l'histoire du salut. Mais la Loi ne donne pas la vie, elle n'offre pas l'accomplissement de la promesse, car elle n'est pas en mesure de l'accomplir. Celui qui cherche la vie doit regarder la promesse et son accomplissement dans le Christ".

"Bien-aimés, cette première exposition de l'apôtre aux Galates présente la nouveauté radicale de la vie chrétienne : tous ceux qui ont la foi en Jésus-Christ sont appelés à vivre dans l'Esprit Saint, qui libère de la Loi et en même temps la porte à son accomplissement selon le commandement de l'amour".

A la fin, un détail très spécial s'est produit. Un de ses collaborateurs lui a tendu un téléphone où l'attendait un appel téléphonique, auquel il a répondu là, dans la salle Paul VI, juste après la bénédiction qui a clôturé l'audience générale.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.