Monde

Giorgio MarengoLa chose la plus importante est la fidélité au Seigneur".

Le futur cardinal Giorgio Marengo, préfet apostolique d'Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, dirige une communauté qui compte 1% de ses concitoyens. La clé de la croissance de l'Église dans ce pays de mission est, comme il le souligne, l'accompagnement des convertis et la cohérence de vie.

Federico Piana-23 juillet 2022-Temps de lecture : 3 minutes
giorgio marengo

Le futur Cardinal Marengo

"Penser à nommer cardinal un évêque qui dirige une Église petite et minoritaire est un grand geste missionnaire". Le père Giorgio Marengo, préfet apostolique d'Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, était à Rome lorsqu'il a appris, à sa grande surprise, sa nomination comme cardinal : "À l'époque - raconte le missionnaire de la Consolata - j'avais accompagné une délégation de bouddhistes mongols auprès du Saint-Père : c'était la première fois que cela se produisait. Nous venions de conclure cette belle et historique initiative de dialogue interreligieux lorsque, pendant le Regina Colei du dimanche 29 mai, j'ai entendu le Pontife appeler mon nom. À ce moment-là, j'ai été envahi par une joie très forte et un sentiment de profonde gratitude et d'humilité.

L'Église dirigée par Monseigneur Marengo dans ce pays d'Asie orientale est très petite : 1 400 fidèles sur un peu plus de trois millions d'habitants, huit paroisses et une église publique qui n'est pas encore reconnue comme une paroisse.

"Ici, la majorité de la population est de confession bouddhiste, tandis que les catholiques représentent moins de 1%. Il en va autrement pour les chrétiens protestants - évangéliques et pentecôtistes - qui sont plus nombreux que les catholiques", ajoute Mgr Marengo.

Quel est le travail d'évangélisation de l'Église catholique en Mongolie ?

- Je réponds en utilisant une image poétique empruntée à un grand pasteur salésien, l'archevêque indien émérite Thomas Menamparampil : nous essayons de murmurer l'Évangile au cœur de la Mongolie. Il s'agit d'une expression qui traduit notre engagement en faveur d'un témoignage constant de l'Évangile : une proclamation discrète et non bruyante.

Les 70% de nos activités sont des œuvres de promotion humaine : éducation, santé, aide aux personnes en difficulté, mais aussi préservation de la culture mongole.

Et puis, bien sûr, il y a la célébration des sacrements. L'Église est engagée sur de nombreux fronts et essaie d'avoir comme attitude fondamentale le désir de partager la joie de l'Évangile d'une manière humble mais profonde.

giorgio marengo

Cette année marque le trentième anniversaire du réveil de l'Église en Mongolie et de la création de l'Institut de l'eau. établissement de la des relations diplomatiques entre le pays et le Saint-Siège. En somme, que peut-on faire de ce trentième anniversaire ?

- Trente ans, ce n'est pas court, mais ce n'est pas long non plus. Néanmoins, il s'agit d'une période remarquable au cours de laquelle l'Église a pu se présenter et s'enraciner. Si aujourd'hui nous avons neuf communautés catholiques dans la région, c'est un signe que l'Évangile a été accepté et qu'il est vécu en pratique.

Au début, c'était une époque marquée par l'esprit de pionnier dans une nation qui a vu soudainement s'effondrer un régime marqué par le communisme et l'athéisme d'État et tomber dans une phase de désorientation et de pauvreté. C'est à ce moment précis de l'histoire que sont arrivés les trois premiers missionnaires, parmi lesquels Monseigneur Wenceslao Selga Padilla, le premier préfet apostolique d'Oulan-Bator. Ils ont commencé par mettre en place des projets concrets d'amitié et de solidarité, dans le but de créer des relations de confiance qui s'inscrivent dans la durée.

 Mais que réserve l'avenir à l'Église de Mongolie ?

- Il y a encore beaucoup à faire. Ce premier noyau émergent de vie chrétienne a encore besoin de beaucoup de soins pour continuer à croître et lui permettre d'obtenir une dimension missionnaire dans notre pays qui sera le signe de son évangélisation.

En ce sens, l'un des principaux défis sera celui de la profondeur : accompagner ceux qui sont devenus chrétiens en permettant à la foi d'atteindre les profondeurs de la personne et, par conséquent, de la société elle-même. Cependant, comme le dit le Pape, les plans et les stratégies pastorales sont bien, mais ce qui compte le plus, c'est la fidélité au Seigneur pratiquée dans une vie chrétienne cohérente.

La préfecture apostolique d'Oulan-Bator, seule église de toute la Mongolie, a récemment été incluse comme membre de la nouvelle Conférence épiscopale d'Asie centrale. Comment voyez-vous cette décision ?

- Avant cette décision, notre Église locale ne faisait partie d'aucune conférence épiscopale. Mon prédécesseur, Mgr Wenceslao Selga Padilla, a fait référence, à titre personnel, à la Conférence épiscopale de Corée du Sud, avec laquelle nous entretenons aujourd'hui encore d'excellentes relations. Avec le temps, et dans la perspective synodale si chère au Pape François, il a semblé opportun d'identifier une assemblée plus proche à laquelle adhérer pour exercer la collégialité de manière plus concrète.

Comme la Providence l'a voulu, à l'automne de l'année dernière, la Conférence des évêques d'Asie centralel, à laquelle nous adhérons en plein accord. Cette élection est un réel enrichissement pour nous car, comme pour tous les pasteurs des Églises locales, il est bon d'avoir un point de référence collégial.

L'auteurFederico Piana

 Journaliste. Il travaille pour Radio Vatican et collabore avec L'Osservatore Romano.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.