Espagne

Des idées pour grandir en coresponsabilité avec les paroisses

Nos paroisses réalisent un énorme travail social et aident des milliers de familles dans le besoin, par le biais de la Caritas paroissiale. Pour cette aide, des moyens sont nécessaires, et ces mois-ci, il n'a pas été possible de faire les collectes habituelles. Voici quelques idées, tirées du Code de droit canonique, pour grandir dans la coresponsabilité.

Diego Zalbidea-3 juin 2020-Temps de lecture : 10 minutes

La situation d'enfermement et la crise sanitaire que nous connaissons conduiront certainement, si ce n'est déjà fait, à une crise économique importante. Face à ce défi, les paroisses se demandent comment elles vont survivre. Depuis près de trois mois, ils ne parviennent pas à collecter les offrandes que les fidèles déposent généreusement dans les corbeilles chaque dimanche. Bien que certains aient opté pour bizum et les dons en ligne Toutes les paroisses ne disposent pas de ces possibilités. En outre, tous les paroissiens ne sont pas en mesure de faire de tels dons. 

Afin de faciliter la coresponsabilité, ces lignes proposent quelques idées tirées du Code de droit canonique. Bien que j'aie essayé de les rendre pratiques, il y a un risque, et je le dis clairement : elles ont été conçues à partir d'un environnement académique, de l'université. Ce ne sont pas les miennes, mais je les ai recherchées et étudiées dans les paroisses du monde entier. 

À la fin de chaque idée, vous trouverez un exemple d'une paroisse qui l'a mise en œuvre. Ils ne sont pas forcément applicables à toutes les paroisses, voire à aucune d'entre elles. C'est pourquoi ils sont écrits brièvement, au moins pour ne pas perdre de temps. Si l'un d'entre eux est utile ou si quelqu'un souhaite obtenir plus d'informations ou de l'aide, je suis disponible pour essayer de l'aider. 

Implication

La loi suprême de l'Église est le salut des âmes. Voici ce que dit le canon 1752 à la fin du Code, en essayant de le résumer. C'est évident et j'ai même honte de le dire, car c'est connu et pratiqué : en ces temps de récupération progressive de la normalité, ce qui nous préoccupe vraiment et nous occupe surtout, c'est le salut de chaque âme. Nous sommes enthousiastes à l'idée d'accroître la coresponsabilité de chaque fidèle, son sentiment d'appartenance au peuple de Dieu, son engagement dans la mission de l'Église et sa participation proactive à l'évangélisation. La conséquence de tout cela sera qu'ils voudront aussi participer au soutien des besoins de l'Église. Si cette collaboration n'est pas une conséquence de leur rencontre avec Jésus-Christ, nous pouvons considérer que leur temps, et aussi leur argent, sont gaspillés. 

Si nous ne demandons que de l'argent, les fidèles nous donneront ce qu'ils peuvent épargner. Si, en revanche, nous les aidons à donner leur vie, ils auront le sentiment de faire partie d'une famille, d'un projet d'avenir, et ils partageront leur temps, leur talent et leur argent avec l'Église. Ils auront fait leur la mission que le Christ leur a confiée. C'est peut-être aussi pourquoi nos églises doivent plus que jamais être ouvertes, propres, accueillantes et sûres. Si nous disposons de comptes de médias sociaux, ou simplement d'une adresse électronique, il est formidable que l'on réponde à tout ce que les fidèles demandent. Il va sans dire, car c'est vécu et évident, que répondre au téléphone et retourner les appels est un excellent moyen de maintenir active la mission de l'Église 24 heures sur 24. 

Proposition pratiqueEn ce moment, il y a des personnes qui ne peuvent pas retourner immédiatement à la vie de la paroisse en personne, parce qu'elles appartiennent à des groupes à risque. Une bonne façon de montrer notre proximité avec eux est de prier pour eux expressément lors des célébrations et de trouver des moyens de leur faire sentir notre affection ainsi que notre souci de leur santé. Ils sont la partie la plus fragile de notre communauté et ceux qui nous soutiennent maintenant par leur dévouement aux autres. Les accompagner par des lettres, des messages, des appels et les faire se sentir proches de nous est la meilleure façon de montrer que notre priorité est le salut des âmes, de ceux qui en ont tant besoin en ce moment. Par exemple : parishesarria.net/parish-big-family-parish/

Besoin : talent, temps...

Parlons maintenant du droit et du devoir de soutenir les besoins de l'Église. Le Code de droit canonique encourage les fidèles à soutenir la mission de l'Église. Il le fait avec une vision tellement universelle et globale que le canon 222 § 1 est une catéchèse entière sur l'identité des disciples du Christ. "Il est du devoir des fidèles d'assister l'Église dans ses besoins, afin qu'elle dispose de ce qui est nécessaire au culte divin, aux œuvres d'apostolat et de charité, et au soutien adéquat des ministres".

Ce canon a souvent été mal interprété. Elle a subi trois réductions simplistes : a) cette participation au soutien a été considérée uniquement comme un devoir, en oubliant qu'elle est incluse dans la partie du Code qui comprend les droits fondamentaux des fidèles ; b) elle a été interprétée comme s'adressant uniquement aux laïcs, alors que le canon dit expressément que le soutien correspond à tous et à chacun des fidèles ; et c) enfin, cette participation a été interprétée comme se référant au soutien financier, alors que le canon ne parle pas du tout de besoins financiers. 

Ce dont l'Église a le plus besoin maintenant, c'est du talent et du temps de ses membres, pierres vivantes, pour construire le Royaume de Dieu. Si les fidèles collaborent uniquement sur le plan financier, ils le feront à distance, sans "attachement". Il s'agira d'une contribution externe, et non du soutien d'un projet propre. C'est pourquoi il est très important que notre appel à l'aide aux fidèles soit centré sur leur talent et leur temps. Si leur engagement est sincère, ils se rendront compte que l'Église leur est également reconnaissante pour leur argent, mais seulement lorsqu'ils ne peuvent plus donner leur talent ou leur temps. 

Mécanisme de la générosité

Il est donc utile, à ce stade, de garder à l'esprit que ce droit des fidèles n'est pas limité au moment présent du besoin, mais peut toujours être exercé. La mission de l'Église leur appartient également, et lorsqu'il s'agit de demander leur collaboration, nous ne pouvons les placer en dehors de cette perspective. Si nous demandons par nécessité, parce que nous sommes dans une situation désespérée, il est très facile pour nous de le faire d'une manière qui n'aide pas les fidèles à comprendre la nature de leur contribution. Il est normal que dans une telle situation nous demandions instamment. Nous pouvons involontairement exiger que les fidèles contribuent à soutenir une dépense nécessaire. 

Nous pouvons également axer notre message sur l'argent. Nous pouvons également essayer de montrer à quel point la situation est dramatique. Paradoxalement, ces attitudes peuvent provoquer la réaction opposée à celle que l'on cherche à obtenir. La générosité a un mécanisme très différent. Face à l'obligation, il se contracte. Face aux visages tristes, il se retire. Face aux demandes, elle se retire. Face à une demande exclusivement économique, elle donne ce qui lui reste. 

Proposition pratiqueÉcrivez une lettre aux fidèles pour leur montrer le moment de grâce auquel l'Église est confrontée dans ces circonstances et combien leurs talents sont maintenant précieux pour la nouvelle phase : par exemple, leurs prières pour ceux qui sont malades ou qui sont décédés. Le fait de ne leur demander que de l'argent peut leur donner un sentiment peu précis de leur participation à la mission de l'Église. 

Par exemple : parroquiamaravillas.es/index.php/quiero-ayudar ; parroquiacarballo.com/banco-de-tiempo-libre

Transparence et responsabilité

Mais continuons avec le fil de l'argument. Si l'Église reconnaît que les biens ne lui appartiennent pas, alors elle comprend et admet qu'elle est responsable devant les fidèles de l'aide qu'elle reçoit d'eux. Elle considère que cela fait partie de sa mission. Elle le fait comme un acte de gratitude et de correspondance pour la générosité dont font preuve les fidèles. En bref, il essaie de ne pas interrompre la dynamique du don. Le terme latin pour responsabilité utilisé dans le canon 1287 § 2 est reddere rationes. Reddere signifie rendre, c'est-à-dire restituer. 

Un cercle vertueux se forme ainsi, dans lequel les fidèles prennent confiance en l'Église et lui offrent leurs dons (temps, talents et argent). Ils sont convaincus que personne d'autre ne fera un usage aussi délicat et diligent de leur propre vie donnée et mise au service du Christ. C'est pourquoi la transparence est aussi une évangélisation, c'est montrer la mission pour que beaucoup d'autres puissent s'enthousiasmer pour la réaliser. Au cours de ces mois, nous aurons fait face à de nombreuses dépenses avec les ressources que les fidèles nous ont fournies et il sera bon pour eux de savoir comment leurs offrandes ont été utilisées. Ils comprendront ainsi que l'Église doit maintenant continuer à travailler pour le salut des âmes. 

Proposition pratiqueTrouver un paroissien pour être en charge du site web, afin qu'il reflète ce que la paroisse fait et comment elle utilise l'argent qu'elle reçoit des fidèles. Si le budget le permet, il serait plus facile d'engager un gestionnaire de site web. Par exemple:parroquiasantamaria.net/wp-content/uploads/

Des exemples de transparence de la Conférence des évêques peuvent être trouvés ici : conferenciaepiscopal.es/financiación-de-la-iglesia (bishops'-conference.es/financing-the-church)

Respecter un budget

Le canon 1284 § 3 recommande vivement l'établissement d'un budget pour les besoins matériels de l'Église. Le mot latin utilisé dans la version originale du code est "dispositions". Une disposition consiste à anticiper un besoin. Le dictionnaire dit que fournir, c'est préparer quelque chose, rassembler ce qui est nécessaire à une fin. L'Église est toujours en train de réfléchir à sa mission et à la manière de faire parvenir la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ ressuscité jusqu'au dernier recoin. 

Afin de pouvoir compter sur la collaboration des fidèles dans cette mission passionnante, il est très opportun d'impliquer les fidèles dans cette disposition. Mais cela nous amène à demander leur aide à l'avance, en planifiant les dépenses. Nous ne demandons pas "payer les dettes", mais pour s'attaquer aux investissements, aux projets. Il est beaucoup plus facile de s'engager dans un nouveau projet de construction que d'éviter la ruine d'un autre. Si ce dont nous avons besoin, ce sont des ressources pour la conservation, il serait bon de pouvoir l'expliquer comme une croissance. La simple administration ne suscite pas l'enthousiasme, si nous ne voyons pas derrière elle l'impact sur la mission que cette collaboration génère. 

Proposition pratiquePrésenter le budget de l'année prochaine avant de l'approuver afin que les fidèles puissent faire des suggestions et bien expliquer d'où viennent les ressources pour ces nouveaux projets. Par exemple : parroquiaclaret.org/2020/02/06/rendición-de-cuentas-2019-y-presupuesto-2020

L'initiative et la volonté des fidèles

La volonté du donateur est la norme fondamentale pour l'utilisation de ses offrandes. Le canon 1267 § 3 établit l'une des principales lois auxquelles l'Église se conforme en ce qui concerne ses biens et ses ressources. Cette norme est significative et imprègne toute la réglementation canonique sur l'administration des biens. L'initiative des fidèles et des donateurs est cruciale. Et l'activité de l'Église doit être guidée par cette volonté parce qu'elle interprète, en quelque sorte, que là se trouve la volonté divine. 

Ces offrandes sont le fruit de la gratitude des fidèles pour les dons reçus de Dieu, source de tout bien. C'est pour cette raison que l'Eglise respecte cette volonté avec des mesures et des normes très strictes. 

Proposition pratique : Conservez un registre détaillé de tous les dons et de leurs conditions pour rendre compte de la manière dont cette volonté a été respectée. Bien sûr, cela se fait déjà avec les allocations de masse. Par exemple : sanbartolomeysanesteban.org/parish-life/liturgy-and-sacraments/eucharist/mass-intentions

Conseils des laïcs 

L'opinion des laïcs dans les domaines où ils sont vraiment experts. Le canon 212 § 3 reconnaît qu'ils ont ce droit et qu'il peut parfois devenir un devoir. En matière économique et complexe, ces conseils sont très utiles et nécessaires et nous éviteront bien des maux de tête. Cela nécessite un changement de mentalité.   

C'est ce qu'a déclaré le pape émérite Benoît XVI lors d'une réunion avec le diocèse de Rome pour discuter de la coresponsabilité : "En même temps, il est nécessaire d'améliorer les plans pastoraux afin que, tout en respectant les vocations et les rôles des personnes consacrées et des laïcs, la coresponsabilité de tous les membres du Peuple de Dieu soit progressivement promue". Cela exige un changement de mentalité, en particulier à l'égard des laïcs, qui ne doivent plus être considérés comme des "collaborateurs" du clergé mais comme de véritables "coresponsables" de l'être et de l'action de l'Église, ce qui favorise la consolidation d'un laïcat mûr et engagé".

Proposition pratique : Lorsqu'un membre fait une suggestion, prenez-la au sérieux, notez-la et réfléchissez-y. Si nous ne suivons pas l'idée, il convient d'expliquer pourquoi et de les remercier chaleureusement pour leur initiative. Ainsi, ils reviendront faire des suggestions parce qu'ils verront que nous les apprécions. Par exemple : parroquialasfuentes.com/?page_idªªª=320

Faciliter le droit de soutenir l'Église

Ne pas refuser les oblations des fidèles sans raison valable. Le canon 1267 § 2 requiert la permission de l'Ordinaire dans les cas où il est jugé nécessaire de refuser une offrande de fidèles. C'est là que réside un autre principe général du droit canonique. L'Église n'a pas le droit, sauf si une juste cause le recommande, d'entraver la mission des fidèles. Cette règle touche au cœur même de la conception de la générosité en droit canonique. 

L'aide financière fait tellement partie de la vie d'un disciple que l'on ne peut pas refuser cette aide, à moins qu'il n'y ait un plus grand bien en jeu. Nous ne pouvons pas faire obstacle à la gratitude des fidèles. Nous ne pouvons pas barricader la croissance de la mission de l'Église. Nous ne pouvons pas construire de murs face à la créativité incontrôlable de l'Esprit.  

Proposition pratique : Faciliter l'exercice par les fidèles de leur droit au soutien de l'Église par les moyens techniques et télématiques nécessaires.bizum, transfert, NFC (technologie sans fil Communication en champ proche (communication en champ proche), mobile, plateformes, paypal, terminaux de point de vente (POS), etc. -. Il est possible que les pièces de monnaie disparaissent progressivement pour des raisons hygiéniques et pratiques. Par exemple : smcana.es/donations/

Une initiative de plus en plus répandue est celle des lutrins électroniques, des tirelires et des lampadaires que de nombreuses paroisses espagnoles ont installés à l'entrée de leurs églises, permettant aux paroissiens de faire des dons instantanés avec leurs cartes et leurs téléphones portables. Comme les églises ont normalisé leur activité, il y a un grand élan de solidarité, et... "Le montant moyen a augmenté de plus de 35 %, et devrait être plus élevé maintenant que les dons jusqu'à 45 euros peuvent être effectués sur nos appareils, sans qu'il soit nécessaire de saisir le numéro d'identification de la carte".Santiago Portas, directeur des institutions religieuses de Banco Sabadell, explique.

Les sacrements sont gratuits

Personne ne peut avoir le moindre doute sur la grande vérité de la gratuité des sacrements. Le Code est catégorique à cet égard. Le Canon 947 stipule que "en matière d'offrandes de messe, la moindre apparence de marchandage ou de commerce est à éviter".. C'est ainsi que les sacrements ont toujours été administrés dans l'Église. 

D'autre part, le droit canonique prévoit la possibilité d'encourager les fidèles à faire une offrande volontaire et spontanée à l'occasion de la réception de certains sacrements. Les évêques indiquent généralement le montant possible d'une telle offrande, mais cela ne change pas son statut. En effet, le Code est très rigoureux en ce qu'il ne permet pas que quelqu'un soit privé des sacrements pour ne pas avoir offert ce don volontaire. 

Peut-être pouvons-nous faire une catéchèse encore meilleure sur ce point. De nombreux curés savent que les offrandes les plus volumineuses proviennent de ces moments où les fidèles ont vraiment compris de quoi il s'agit. Il arrive que l'on nous demande combien vaut une messe, mais nous ne devons pas manquer d'aider les fidèles à comprendre la nature de ces offrandes. De cette manière, l'Église ne ressemblera jamais à un supermarché. Là encore, il est bien établi empiriquement que l'obligation décourage la générosité. L'urgence empoisonne les graines de la gratitude, qui est ce qui soutient vraiment l'Église. 

Proposition pratique : Ne répondez jamais à la question de savoir combien coûte une messe, des funérailles ou un mariage sans expliquer que l'on ne peut pas se permettre d'en payer le prix. Prévoyez du matériel pour expliquer la signification de ces offrandes. Peut-être qu'un simple dépliant détaillant le soutien du clergé suffirait.

Conseil des affaires économiques

Le propriétaire des biens ecclésiastiques est la personne morale. Il est très frappant qu'aucune personne physique ne soit propriétaire de biens ecclésiastiques. Selon le canon 1257, ces biens appartiennent aux personnes morales publiques. Une personne morale est généralement constituée d'un groupe de fidèles qui exercent leur activité au nom de l'Église. La mission n'appartient exclusivement à personne. Nous ne pouvons pas la mener à bien seuls et isolément. La communion sert à exprimer en profondeur le mystère de l'Église et se manifeste aussi par le fait qu'elle appartient également à tous. 

Chacun remplit sa fonction, mais tous sont nécessaires, du Pape jusqu'au dernier des fidèles (cf. canon 208). 

Pour cette raison, personne ne peut s'approprier les biens, la mission ou les décisions les concernant. Le droit canonique établit une série de contrôles et d'aides pour que le curé puisse exercer cette fonction de manière professionnelle. Il doit notamment disposer d'un conseil paroissial pour les affaires financières. 

Proposition pratiqueConseil des affaires économiques : publier sur le site web les décisions du Conseil des affaires économiques, ainsi que les noms de ses membres et les dates de ses réunions.

Par exemple : site de parishvalle.wixsite.com/parish-parish-council-of-econo-affairs

Remercier les fidèles pour leur générosité

C'est un dernier point, mais peut-être le plus important et celui qui les résume tous. Si nous voulons que les fidèles répondent à l'appel de Dieu, qu'ils soient généreux, qu'ils rendent la pareille à ses dons infinis, il n'y a rien de mieux que de les aider à être reconnaissants. Une façon d'y parvenir est d'être nous-mêmes très reconnaissants. Nous ne pouvons pas considérer comme acquises les offrandes des fidèles, même les plus insignifiantes. 

L'appréciation est le bon moyen de fidéliser les donateurs et, surtout, c'est une question de justice pour la contribution irremplaçable qu'ils apportent. L'appréciation multiplie les dons de manière exponentielle. 

Proposition pratiqueÉcrivez périodiquement une lettre aux fidèles pour les remercier de leurs offrandes et gardez une trace des dons les plus significatifs, pas seulement d'un point de vue quantitatif, afin de les remercier personnellement. 

Tout au long de l'année, il serait bon que les lettres de remerciement (et les homélies) soient plus nombreuses que celles sollicitant votre collaboration en temps, en talent et en argent. Par exemple : sanmanuelgonzalez.archimadrid.es/charta-del-parroco-con-motivo-de-la-bendicion-de-obras.

L'auteurDiego Zalbidea

Professeur de droit canonique, Université de Navarre

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.