Culture

La Garde suisse pontificale. Histoire, commerce et curiosités

Chaque 6 mai, les nouveaux membres de la Garde suisse prêtent serment d'allégeance au pape, même au prix de leur vie. Ce jour-là, en 1527, 147 gardes sont morts en protégeant le pape Clément VI lors du sac de Rome par les troupes de Charles Quint.

Alejandro Vázquez-Dodero-1er août 2022-Temps de lecture : 4 minutes
GARDE SUISSE

Ils sont peut-être les gardes les plus photographiés au monde. Leurs uniformes colorés et leurs visages imperturbables attirent la curiosité de ceux qui les croisent au Vatican. Le privilège de garder le Pape n'est pas facile. Parmi les exigences pour ceux qui veulent faire partie de ce corps, il faut être catholique, mesurer au moins 1,74 mètre et avoir un certificat de bonne conduite. 

Qu'est-ce que la Garde suisse et quelles sont ses compétences ?

La Garde suisse pontificale est un corps militaire chargé de la sécurité du pape et du Saint-Siège. Organiquement, c'est une armée - la plus petite du monde - qui compte un peu plus de 100 membres. 

Son chef est le Pontife romain, souverain de l'État de la Cité du Vatican. Elle dispose également d'un commandant ayant le grade de colonel, la plus haute autorité militaire du corps, d'un vice-commandant ayant le grade de lieutenant-colonel, d'un aumônier ayant le grade de lieutenant-colonel, d'un officier ayant le grade de major, de trois officiers ayant le grade de capitaine, et le reste est constitué de sous-officiers et de soldats ou "hallebardiers".

Comme tout corps militaire, il dispose de systèmes et de procédures d'entraînement pour la formation tactique et l'entraînement aux armes. En outre, la Garde suisse est formée au maniement de l'épée et de la hallebarde - dont la signification est expliquée ci-dessous - et est entraînée comme garde du corps pour la protection des chefs d'État.

Elle contrôle les quatre portes du Vatican : la porte du Saint-Office, l'arc des cloches, la porte de bronze et la porte Sainte-Anne, où se trouve son siège.

Au sein de l'État de la Cité du Vatican, la majeure partie du territoire est sous la responsabilité du "corps de garde", composé d'un peu plus d'une centaine d'agents de la police ou des carabiniers, répartis dans les jardins du Vatican, l'héliport, les musées et d'autres lieux nécessitant une vigilance particulière. Cet organe, en coordination avec la Garde suisse, assure la sécurité du Saint-Siège. La Garde Suisse protège spécifiquement le Palais Apostolique et la personne du Saint Père.

Naturellement, comme c'est le cas dans tout pays civilisé, les Gardes suisses Elle collabore avec tous les organismes responsables de la sécurité du pontife romain et de la Cité du Vatican, et coordonne donc certaines de ses fonctions avec la police du Vatican et les forces de sécurité italiennes, compte tenu de la situation géographique du Saint-Siège, ainsi qu'avec les autorités des États et des lieux où le pape se rend afin d'assurer une protection plus efficace et plus sûre.

Quelle est la genèse de la Garde suisse ?

La Garde suisse a été créée au début du XVIe siècle, lorsque le pape Jules II a demandé aux nobles suisses des soldats pour sa propre protection. À cette époque, les soldats suisses jouissent d'une grande réputation, comme en témoignent les affrontements lors des guerres bourguignonnes.

A quoi ressemble l'uniforme d'un garde suisse ?

L'uniforme militaire de la Gardes suisses est l'une des plus anciennes du monde. L'actuelle a été conçue au début du 20e siècle, et s'inspire des fresques de Raphaël. Les couleurs correspondent à la livrée de la maison Della Rovere, à laquelle appartenait celui qui allait devenir le pape Jules II.

Il se compose d'un morrion - un casque qui couvrait la tête des anciens chevaliers, quelque peu conique et avec une crête presque pointue - décoré d'une plume rouge ou blanche, selon le grade militaire concerné. Il porte également des gants et une cuirasse blancs.

Le garde suisse porte des collants fixés au genou par une jarretière dorée et recouverts de guêtres selon le temps et l'occasion. Cela a la triple signification de montrer la joie d'être soldat, de combattre et d'être au service du Pape.

En ce qui concerne l'armement porté par un garde suisse, la hallebarde ou épée, qui est une arme médiévale semblable à une lance, dont la pointe est transpercée par une lame, tranchante d'un côté et en forme de croissant de l'autre, se distingue. Bien entendu, le corps dispose également d'un armement d'infanterie moderne, comprenant des pistolets, des mitrailleuses, des mitraillettes et des fusils d'assaut.

Que faut-il pour être garde suisse et à quoi ressemble votre quotidien ?

N'importe qui ne peut pas rejoindre la Garde suisse pontificale. Uniquement célibataires, catholiques, mesurant au moins 1,74 mètre, âgés de 19 à 30 ans, titulaires d'un diplôme d'enseignement professionnel ou secondaire, de nationalité suisse et en possession du certificat de formation de base de l'armée suisse avec attestation de bonne conduite. 

Sur notre propre site web -www.guardiasvizzera.ch- Vous pouvez en savoir plus sur ce que signifie être un garde suisse et sur les conditions à remplir pour faire partie du corps.

Tous les 6 mai, les nouvelles recrues prêtent un serment d'allégeance au pape, même au prix de leur propre vie. Ce jour-là, en 1527, 147 gardes sont morts en protégeant le pape Clément VI lors du sac de Rome par les troupes de Charles Quint, et depuis lors, c'est la date choisie pour l'intronisation des nouveaux candidats.

Il s'agit d'une fonction dans laquelle il existe une certaine rotation, de sorte que les personnes admises passent quelques années au Saint-Siège et retournent ensuite dans leur pays d'origine, généralement la Suisse.

La vie d'un garde suisse est une vie très normale. Les journées de travail sont d'environ neuf heures, avec des congés et des vacances selon la rotation des équipes. Les salaires mensuels de base sont un peu plus modestes que ce que gagnerait un soldat italien.

Bref, une vie ordinaire, dans laquelle, bien sûr, chacun établit ses propres relations sociales et même - dans plusieurs cas - des mariages entre des gardes suisses et des fiancées italiennes rencontrées lors de leur tournée militaire dans la Cité du Vatican.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.