Vatican

garantir la liberté de religion dans toutes ses manifestations et en tout lieu

L'Université pontificale grégorienne a accueilli pendant trois jours le Religious Liberty Summit, promu chaque année par l'Université américaine de Notre Dame sur le thème de l'avenir de la liberté religieuse dans le monde.

Antonino Piccione-22 juillet 2022-Temps de lecture : 6 minutes
la liberté de religion

Photo. Masse de la carte. La messe de Zen à Hong Kong. ©CNS

Le thème central du sommet est le Dignitatis HumanaeLa déclaration du Concile Vatican II exprimant le soutien de l'Église catholique à la protection de la liberté religieuse et établissant les normes de base pour les relations de l'Église avec les États.

Le sommet de cette année à Rome souligne la portée mondiale de l'initiative, qui, en 2021, s'est tenue à l'université de Notre Dame même.

"La liberté de religion est un droit humain fondamental et sa protection est une question mondiale", a déclaré G. Marcus Cole, doyen et professeur de droit à la faculté de droit de Notre Dame, en présentant l'initiative. "Chaque personne dans le monde a le droit donné par Dieu de vivre sa vie selon ses convictions, avec fierté et sans crainte", a ajouté M. Cole.

Sur la base de ces principes, Notre Dame promeut et défend la liberté de religion pour les personnes de toutes confessions par le biais de bourses, d'événements et du travail de sa faculté de droit. La protection du droit de culte, la défense des biens sacrés contre les menaces de destruction, la promotion de la liberté de choix des ministres du culte et la prévention de la discrimination à l'encontre des écoles et des enseignements religieux sont au cœur de cette politique.

L'objectif de ce sommet est de stimuler le débat entre les universitaires et les chefs religieux sur l'avenir de la liberté religieuse aux États-Unis et dans le monde. Comme celle prévue aujourd'hui entre deux des principaux philosophes et intellectuels contemporains : Cornel West, de l'Union Theological Seminary, et Robert P. George, de l'Université de Princeton.

Le prix Notre Dame 2022 pour la liberté religieuse a notamment été décerné à Mary Ann Glendon, professeur émérite de droit à la Harvard Law School et ancienne ambassadrice des États-Unis auprès du Saint-Siège. Mme Glendon a été honorée pour ses recherches juridiques approfondies et innovantes et pour les services qu'elle a rendus aux États-Unis et à l'Église catholique, avec un impact mondial sur la prémisse de la liberté de religion en tant que droit humain fondamental.
Steven Smith, professeur de droit et codirecteur exécutif de l'Institute for Law and Religion à la faculté de droit de l'université de San Diego, a reçu le prix 2022 de l'initiative pour la liberté religieuse. 

Attaques contre la liberté de religion

La liberté de religion est attaquée dans le monde entier. "La violence a atteint des niveaux historiques au cours de la dernière décennie, touchant presque tous les groupes religieux", a déclaré Samah Norquist, chercheur au Wilson Center de Washington. "Les croyants de presque toutes les confessions - chrétiens, musulmans et juifs, bouddhistes, yazidis, bahaïs - ont été confrontés à la discrimination, au harcèlement, à la répression et, bien sûr, à la persécution par des acteurs étatiques et non étatiques ainsi que par des mouvements idéologiques", a déclaré Norquist. Dans la même veine, Nury Turkel, président de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale, un organe consultatif bipartisan et indépendant qui surveille la liberté religieuse à l'étranger.

M. Turkel a tiré la sonnette d'alarme sur la détérioration de la liberté religieuse en Chine, où le gouvernement a continué à "poursuivre vigoureusement sa politique de "sinisation de la religion"" et a exigé que les groupes religieux et leurs adhérents soutiennent le gouvernement et l'idéologie du Parti communiste chinois (PCC).

Bien que la Chine reconnaisse le bouddhisme, le catholicisme, l'islam, le protestantisme et le taoïsme, les adeptes des religions sous influence étrangère présumée - comme le christianisme, l'islam et le bouddhisme tibétain - et ceux d'autres mouvements religieux sont particulièrement vulnérables aux persécutions, a déclaré M. Turkel, un avocat américain d'origine ouïgoure.

Tout au long de l'année 2021, les autorités du Xinjiang ont continué à détenir arbitrairement des Ouïghours et d'autres musulmans turcs dans des camps d'internement et des installations de type carcéral, en invoquant divers motifs religieux.

Plus d'un million de Ouïghours ont été emprisonnés dans des camps de concentration pour avoir simplement adoré Allah et non Xi Xinping. Ils ont été soumis à de nombreux abus, dont la torture, le viol, le travail forcé et le meurtre. Le "pire cauchemar" pour le PCC, a noté M. Turkel, ce sont les communautés qui se soucient des droits de l'homme et de la dignité humaine. Selon M. Turkel, une population religieuse compromise constitue également une menace pour le gouvernement chinois, car son régime autoritaire est incompatible avec la liberté religieuse.

Il s'agit de ne pas laisser les atteintes à la liberté de religion passer inaperçues, que ce soit par l'action du gouvernement - comme dans le cas de la Chine - ou par l'inaction, comme dans des pays tels que le Nigeria, où les persécutions religieuses ne cessent d'augmenter. 

La recherche a montré, a conclu le président de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale, que les pays qui soutiennent la liberté religieuse ont des institutions politiques plus dynamiques et démocratiques, un plus grand bien-être économique et social, une réduction des tensions et de la violence, et une plus grande stabilité. Les nations qui bafouent ou ne protègent pas les droits de l'homme fondamentaux, y compris la liberté de religion, constituent un terreau fertile pour la pauvreté et l'insécurité, la guerre et la terreur, ainsi que pour les mouvements et activités violents et radicaux".

"Quelles sont les libertés religieuses qui nous préoccupent ?

À l'ouverture du sommet, Dallin H. Oaks, président du Quorum des douze apôtres, a appelé à 
un effort mondial et multiconfessionnel pour défendre et promouvoir la liberté de religion dans toutes les nations du monde.

Voici ses mots : "Quelles sont les libertés religieuses qui nous préoccupent ? Pour les communautés religieuses, la Constitution américaine garantit la liberté d'association et le droit de se réunir ; le droit de déterminer les nouveaux membres ; le droit d'élire les dirigeants et les employés clés, y compris dans les organisations apparentées ; et le droit de fonctionner en tant qu'organisation. Pour les croyants individuels, les droits essentiels comprennent l'expression et l'exercice de la religion et la liberté de ne pas subir de discrimination religieuse. Pour défendre ces droits, nous devons être solidaires. Les catholiques, les évangéliques, les juifs, les musulmans, les saints des derniers jours et les autres confessions doivent faire partie d'une coalition de religions qui sauve, protège et promeut la liberté religieuse dans le monde entier. Savoir que la liberté peut être obtenue en soutenant la liberté de ceux que nous considérons comme nos adversaires. Ainsi, lorsque nous voyons que nos intérêts sont liés à ceux de tous les autres, alors le véritable travail de la liberté religieuse commence. D'où la nécessité pour les croyants d'écouter les autres, de faire preuve d'empathie et de résoudre les conflits de manière pacifique. Non pas en compromettant les principes religieux fondamentaux, mais en saisissant ce qui est vraiment essentiel à notre libre exercice de la religion.

"De cette façon", selon Oaks, "nous apprenons à vivre en paix avec certaines lois que nous n'aimons pas et avec certaines personnes dont les valeurs diffèrent des nôtres. Tout ce qui est nécessaire à l'unité, c'est la conviction partagée que Dieu nous a commandé de nous aimer les uns les autres et qu'il nous a accordé la liberté en matière de foi". La déclaration Dignitatis humanae sur la liberté religieuse a été mentionnée comme un point central du deuxième sommet international promu par l'Université de Notre Dame. Il est utile d'en rappeler quelques passages.

"Le contenu de cette liberté, précise le document, est que les êtres humains doivent être à l'abri de toute contrainte de la part des individus, des groupes sociaux et de toute puissance humaine, de sorte qu'en matière de religion, nul ne peut être contraint d'agir contrairement à sa conscience ni empêché, dans les limites qui lui sont propres, d'agir conformément à celle-ci - en privé ou en public, individuellement ou en association".

Elle déclare en outre que le droit à la liberté religieuse est en effet fondé sur la dignité même de la personne humaine telle qu'elle est révélée par la parole de Dieu et par la raison elle-même. Ce droit de la personne humaine à la liberté religieuse doit être reconnu et consacré comme un droit civil dans l'ordre juridique de la société". 

Une contribution décisive à la formulation du document et à la définition de la liberté religieuse en tant qu'immunité avait été apportée par Paul VI qui, au cours d'une audience publique le 28 juin 1965, décrivant la liberté religieuse, avait dit : "Vous verrez qu'une grande partie de cette doctrine capitale se résume à deux propositions célèbres : en matière de foi, que personne ne soit inquiété ! Que personne ne soit contraint" (nemo cogatur, nemo impediatur).

S'exprimant lors de la conférence internationale " La liberté religieuse dans le droit international et le conflit mondial des valeurs " (20 juin 2014), le pape François a noté : " La liberté religieuse n'est pas seulement la liberté de pensée privée ou de culte. C'est la liberté de vivre selon les principes éthiques résultant de la vérité rencontrée, tant en privé qu'en public. Il s'agit d'un grand défi dans le monde globalisé, où la pensée faible - qui est comme une maladie - abaisse également le niveau éthique général, et au nom d'un faux concept de tolérance, nous finissons par persécuter ceux qui défendent la vérité de l'homme et ses conséquences éthiques".

Aujourd'hui, à la lumière de la pandémie d'abord, puis de la guerre en Ukraine, il y a un débat sur la démondialisation ou la nouvelle mondialisation. Le défi reste cependant le même : garantir le respect des droits fondamentaux de l'homme, y compris la liberté de religion dans toutes ses manifestations et partout.   

L'auteurAntonino Piccione

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.